L'argent ne devrait pas être un sujet tabou, mais la plupart des nouveaux couples évitent d'en discuter, selon un sondage de la Banque CIBC

Dans son nouveau rapport intitulé Dans la richesse et la pauvreté : conseils de planification financière à l'intention des jeunes mariés, Jamie Golombek, de la Banque CIBC, donne des conseils sur le maintien de l'harmonie financière après la lune de miel 

TORONTO, le 4 août 2016 /CNW/ - Le mois d'août est le plus populaire pour les mariages au Canada. Selon ce que révèle un nouveau sondage de la Banque CIBC (CM aux Bourses de Toronto et New York), seulement le tiers des couples sur le point de se marier ou de vivre en union libre ont sérieusement discuté d'argent. Pourtant, presque toutes les personnes interrogées (99 %) admettent qu'il est important de planifier et de gérer ses finances ensemble, comme un couple.

« Les couples passent plusieurs mois à planifier le "grand jour" dans ses moindres détails, mais notre sondage révèle que très peu d'entre eux abordent réellement la question de savoir comment planifier et gérer leurs finances quand ils commenceront leur vie commune », déclare Jamie Golombek, directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale, Groupe des stratégies de Gestion des avoirs CIBC. « Quand on est plongé dans l'euphorie du mariage, ce n'est pas particulièrement romantique de parler d'argent, mais ce sujet ne devrait pas être tabou. Avant de dire : "Oui, je le veux", il importe de s'assurer qu'on est sur la même longueur d'onde sur le plan financier. Sinon, des problèmes ne manqueront pas de survenir en cours de route. »

Dans son nouveau rapport intitulé Dans la richesse et la pauvreté : conseils de planification financière à l'intention des jeunes mariés, M. Golombek prodigue des conseils, tant aux couples sur le point de convoler qu'à ceux qui envisagent simplement d'emménager ensemble, sur le moment et la façon d'avoir cette discussion sur l'argent et de « marier » au mieux leurs personnalités financières.

Voici quelques-unes des principales conclusions du sondage :

  • Les deux tiers (66 %) des personnes qui projettent de se marier ou de vivre en union libre sont endettées au moment d'amorcer leur relation, qu'il s'agisse de prêts étudiants, personnels, hypothécaires ou sur carte de crédit. Pourtant, leur principal objectif financier pour leurs deux premières années de vie commune est d'épargner en vue d'un voyage ou de vacances (46 %).

  • Le tiers (35 %) des personnes qui projettent de convoler ou de vivre en union libre déclarent avoir discuté d'argent en détail; 40 % des répondants précisent qu'ils n'ont discuté que « brièvement » de la gestion financière de leur couple.

  • Parmi les répondants ayant admis n'avoir pas parlé d'argent avant la date du « grand jour » ou de l'« emménagement », la plupart (83 %) disent qu'ils ignorent comment ou quand aborder ce sujet ou qu'ils prévoient « improviser selon les circonstances ».

  • 99 % des répondants considèrent qu'il est très important ou relativement important de discuter ensemble de la planification et la gestion financière de leur couple.

 

Faites preuve d'ouverture et d'honnêteté

Les résultats du sondage indiquent également que près des deux tiers (63 %) des répondants ne prévoient pas rencontrer un conseiller financier après leur lune de miel ou le début de leur union libre. Pourtant, près du tiers (31 %) des personnes interrogées déclarent ne pas avoir envisagé cette possibilité et admettent que ce serait probablement une bonne idée.

« Ce n'est pas sans raison qu'on parle d'un "contrat" de mariage. Cependant, contrairement à la plupart des ententes contractuelles, le mariage est un événement très émotionnel », explique M. Golombek. « Quand un couple se laisse emporter dans le tourbillon d'enthousiasme qui précède son mariage, les questions d'argent sont souvent un sujet délicat qui porte une lourde charge émotionnelle. Il est donc vraiment utile de rencontrer une personne impartiale, un conseiller financier par exemple, qui vous aidera à aborder ces questions et préoccupations délicates. »

Il est important d'avoir une discussion ouverte et sincère au sujet des finances avant de faire le grand saut, et de tenir cette discussion aux premiers stades de votre relation, pour l'asseoir sur des bases financières solides, ajoute-t-il.

« Le tremplin pour parler d'argent est peut-être d'identifier votre philosophie en matière de gestion de l'argent et celle de votre conjoint », déclare M. Golombek. « Si vous êtes du type dépensier et que votre partenaire de demain a une personnalité économe, il ou elle risque de nourrir des craintes quant à vos objectifs communs d'épargne pour l'avenir, que ce soit pour les enfants, pour une maison ou pour une voiture. »

« Vous et votre partenaire n'avez pas besoin d'avoir la même personnalité financière pour réussir votre relation, mais le fait de discuter des différences de vos personnalités à l'avance peut vous éviter des tensions et du stress à long terme. »

Pour découvrir votre personnalité financière, répondez à notre sondage interactif @cibc sur Twitter.

Conseils pour réduire le stress financier de votre relation

Dans son rapport Dans la richesse et la pauvreté, M. Golombek prodigue des conseils aux couples pour les aider à démarrer leur vie commune sur des bases financières solides lorsque la lune de miel se terminera et que la réalité de la vie quotidienne s'installera.

1.

N'évitez pas de parler d'argent - Après avoir décidé de vous « marier » et choisi l'endroit où vous vivrez ensemble, il est important de discuter de la façon de gérer les dépenses de votre ménage. M. Golombek décrit trois méthodes à envisager par les couples :




  • Tout partager. Cette approche est la plus utile si votre partenaire et vous-même partagez vraiment tout, y compris un compte en banque conjoint où vous déposez tout votre argent.

  • Partager les dépenses seulement. Vous dressez un plan commun pour toutes les dépenses du ménage et vous financez un compte conjoint à partir duquel vous payez ces dépenses communes.

  • Répartir les dépenses. Même si cette approche est moins courante, vous pouvez déterminer à l'avance les dépenses que chacun de vous paiera.      

2.

Planifiez votre épargne - Au-delà des dépenses, discutez de votre avenir commun et de l'épargne en vue d'objectifs communs, par exemple l'achat d'une voiture, d'une maison ou de gros électroménagers, la fondation d'une famille ou l'épargne pour la retraite. Mettez aussi de l'argent de côté pour les dépenses urgentes; le montant à réserver pour ces éventualités équivaut en général aux frais de subsistance pour trois à six mois.



3.

Parlez à un conseiller financier - Les couples choisissent avec soin les professionnels qui vont dresser leur acte de mariage, fournir leurs bouquets de fleurs et exécuter le maquillage, mais la plupart ne prévoient pas de rencontre avec une ou un professionnel pour les aider à organiser leurs finances communes. Cette erreur courante peut être une source d'ennuis pour votre union.




Une conseillère ou un conseiller financier est en mesure d'atténuer la charge émotive des discussions financières en aidant le couple à comprendre ses véritables priorités et à dresser un plan financier conjoint fondé sur des objectifs et des budgets réalistes. La plupart des institutions bancaires offrent ce plan gratuitement.

 

PRINCIPALES CONCLUSIONS DU SONDAGE 

Pourcentage de Canadiens qui projettent de se marier ou de vivre en union libre, c'est-à-dire vivre avec une ou un partenaire pendant au moins 12 mois consécutifs, dans les 24 prochains mois :


Échelle
nationale

Ont.

Québec

C.-B.

Alberta/Prairies

Se marier

44 %

50 %

27 %

55 %

49 %

Vivre en union libre

56 %

50 %

73 %

45 %

51 %

 

Importance de discuter de la façon dont les futurs partenaires géreront les finances de leur couple :

Très important

81 %

Relativement important

18 %

Pas très important

1 %

Pas du tout important

-

 

Proportion de répondants ayant eu une conversation avec leur futur(e) partenaire sur la gestion des finances de leur couple :

Oui, en détail

35 %

Oui, brièvement

40 %

Non, mais nous prévoyons en discuter

18 %

Non, pas du tout

7 %

 

Cinq principales raisons de ne pas discuter de la façon dont les futurs partenaires géreront les finances de leur couple (choix multiple) :

Il est trop tôt

50 %

Je prévois improviser selon les circonstances et discuter des finances de notre couple quand l'occasion se présentera

20 %

J'hésite à parler de ma situation financière personnelle avec mon/ma partenaire

13 %

Je ne sais pas comment aborder ce sujet

13 %

Je n'ai pas beaucoup d'économies ni de dettes; il n'y a donc pas grand-chose à discuter ou à planifier

12 %

 

Situation financière au moment de se marier ou de vivre en union libre (choix multiple) :

J'ai des dettes (nettes)

66 %

J'ai des achats sur carte de crédit, un prêt personnel ou une marge de crédit à rembourser

43 %

J'ai une dette hypothécaire

32 %

J'ai un prêt étudiant à rembourser

22 %

 

Type de personnalité qui représente le mieux l'approche du couple en matière de gestion financière:


Moi

Futur(e) partenaire

L'économe : Je prends plaisir à économiser chaque dollar que je gagne.J'évite les dépenses
à moins qu'elles soient absolument nécessaires.

10 %

13 %

Le prudent : Je fais attention à l'argent et j'essaie d'économiser autant que je peux.

69 %

55 %

Le dépensier : Je dépense mon argent librement. J'ai du mal à économiser et à remplir mes
objectifs financiers.

17 %

26 %

Le laxiste : Je ne fais pas attention à l'argent. Je préfère que quelqu'un s'en occupe pour moi.

3 %

7 %

 

Cinq principaux objectifs financiers d'ici deux ans après le mariage ou le début de l'union libre (choix multiple) :

Économiser en vue d'un voyage ou de vacances

46 %

Réduire mes dettes

43 %

Maintenir des finances séparées (pour le moment)

38 %

Acheter une maison

33 %

Commencer à épargner en vue de fonder une famille

26 %

Commencer à épargner en vue de la retraite

26 %

 

Pourcentage de Canadiens qui prévoient rencontrer un conseiller financier après leur mariage ou le début de leur union libre :

J'ai déjà rencontré un conseiller

13 %

Oui

18 %

Non

32 %

Je n'y avais pas pensé, mais c'est une bonne idée

31 %

Ne sais pas

7 %

 

Avis de non-responsabilité du Sondage sur les finances des couples 2016 de la Banque CIBC

Du 15 au 21 juillet 2016, un sondage en ligne a été mené auprès de 1 047 adultes canadiens choisis au hasard parmi les participants au Forum Angus Reid qui projettent de se marier ou de vivre en union libre, c'est-à-dire vivre avec une ou un partenaire pendant au moins 12 mois consécutifs, dans les 24 prochains mois. La marge d'erreur, qui mesure la variabilité d'échantillonnage, est de ±4,0 %, 19 fois sur 20. 

Banque CIBC

La Banque CIBC est une importante institution financière canadienne d'envergure mondiale qui compte 11 millions de clients, tant des particuliers que des entreprises. Par l'intermédiaire de ses trois principales unités d'exploitation - Services bancaires de détail et Services bancaires aux entreprises, Gestion des avoirs et Marchés des capitaux -, la Banque CIBC offre une gamme complète de produits et de services au moyen de son réseau étendu de services bancaires électroniques, de ses centres bancaires et de ses bureaux dans tout le Canada, aux États-Unis et dans le monde entier. Vous trouverez d'autres communiqués et renseignements au sujet de la Banque CIBC à www.cibc.com/ca/media-centre/index-fr.html ou sur Twitter @CIBC, Facebook (www.facebook.com/CIBC) et Instagram @CIBCNow.

SOURCE Banque CIBC

Bas de vignette : "L'argent ne devrait pas être un sujet tabou, mais la plupart des nouveaux couples évitent d'en discuter, selon un sondage de la Banque CIBC (Groupe CNW/CIBC - Étude des besoins des consommateurs et conseils)". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20160804_C2044_PHOTO_FR_747396.jpg



Renseignements : Caroline Van Hasselt, directrice en chef, Communications externes, 416 784-6699 ou Caroline.VanHasselt@cibc.com.


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.