La Société canadienne de la douleur appuie la recommandation du CCNI pour un
vaccin contre le zona

Quiconque a déjà eu la varicelle risque de faire face à la douloureuse réalité du zona

OSHAWA, ON, le 2 févr. /CNW Telbec/ - La Société canadienne de la douleur (SCD) donne son appui à la recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) en ce qui concerne l'utilisation d'un vaccin pour réduire considérablement le risque de contracter le zona et la névralgie postzostérienne chez les adultes de plus de 60 ans sans contre-indications.

Le 18 août 2008, Santé Canada a homologué le ZOSTAVAX(MC) pour la prévention du zona chez les personnes âgées de 60 ans et plus. Dans l'étude SPS (Shingles Prevention Study) sur 38 546 sujets de 60 ans et plus, le nouveau vaccin contre le zona a réduit le risque de contracter le zona de 51 pour cent par rapport au placebo pour tous les groupes d'âge(1). Le vaccin a aussi diminué de 73 pour cent l'incidence plus sévère et persistante associée au zona comparativement au placebo(2).

"Les recommandations du CCNI établissent clairement que ce nouveau vaccin est une mesure efficace permettant une réduction d'environ 60 % du risque de zona et de ses complications chez les gens de 60 ans et plus. Bien que le vaccin puisse être administré chez les patients de plus de 50 ans, son efficacité pour ce groupe d'âge n'a pas encore été déterminée", a déclaré Dr Roman Jovey, expert en douleurs chroniques et ex-président de la Société canadienne de la douleur. "La Société canadienne de la douleur entend faire mieux connaître cette maladie commune, imprévisible et très affligeante qui peut mener certaines personnes à développer une douleur chronique et débilitante des nerfs qu'il est difficile de traiter avec efficacité. On évalue à six millions les Canadiens qui souffrent déjà de divers types de douleur chronique et les programmes actuels de gestion de la douleur ne peuvent suffire à la demande. Les experts en douleur appuient donc toute intervention scientifique crédible susceptible de réellement prévenir la douleur chronique."

"La SCD invite les gouvernements fédéral et provinciaux à comparer les coûts d'un programme public d'immunisation couvrant tous les Canadiens âgés aux coûts élevés associés à la cause évitable de cette douleur sérieuse", a souligné Dre Aline Boulanger, directrice des cliniques de douleur de l'Hôtel-Dieu (CHUM) et de l'Hôpital du Sacré-Cœur à Montréal et membre de la Société canadienne de la douleur.

"La Société canadienne de la douleur est le porte-parole national sur la gestion de la douleur et assume un rôle de leader dans la promotion de la recherche, de l'éducation et de ressources traitantes suffisantes pour les patients souffrant de la douleur", a indiqué pour sa part Dre Pam Squire, médecin de famille dans la région de Vancouver, experte de la douleur et membre de la Société canadienne de la douleur. "L'accès à la vaccination contre le zona, comme le recommande le CCNI, est un important instrument de prévention de la douleur."

L'éprouvante réalité du zona

Le zona provient de la réactivation du virus du zona-varicelle(3), le même virus que celui qui cause la varicelle(4). Quand les gens souffrent du zona, ils peuvent au début ressentir des démangeaisons, des picotements, une sensation de brûlure ou une douleur(5) dans une zone cutanée délimitée, puis en l'espace de quelques jours, apparaît une éruption cutanée sous forme de vésicules remplies de liquide.

La douleur est ressentie par 90 pour cent des personnes âgées de 60 ans et plus(6) qui souffrent du zona. Pour la plupart des gens, la douleur associée à une éruption de zona diminue habituellement avec la guérison. Chez certains, le zona peut être la cause d'une douleur invalidante, appelée névralgie postzostérienne (NPZ) qui peut durer des mois, et même des années(7). Chez plus de 50 pour cent de ceux de plus de 60 ans qui souffrent du zona, cette maladie peut évoluer vers la forme NPZ(8).

En plus de douleur sévères, le zona peut causer la fatigue, des perturbations du sommeil, un retrait de la vie sociale et la dépression(9), et de 50 à 72 pour cent des personnes atteintes de zona ophtalmique présentent une maladie oculaire récurrente et une perte de la vue(10). Jusqu'à 10 pour cent des patients âgés de 65 ans et plus doivent être hospitalisés(11) sur une durée moyenne de 20 jours(12). La névralgie postzostérienne, et sa douleur débilitante, est la complication grave la plus fréquente du zona(13).

Au Canada, on évalue que près d'une personne sur trois va contracter le zona au cours de sa vie(14). La fréquence et la sévérité du zona et de ses complications augmentent avec l'âge(15), alors que jusqu'à deux cas de zona sur trois surviennent chez des personnes âgées de plus de 50 ans(16). On évalue qu'une personne sur deux ayant atteint l'âge de 85 ans souffrira de la maladie(17).

À propos de la Société canadienne de la douleur

La Société canadienne de la douleur est un organisme bénévole d'environ 850 membres répartis partout au Canada. On y retrouve entre autres : des médecins et d'autres cliniciens de la douleur actifs dans le traitement de la douleur; des scientifiques œuvrant pour l'amélioration des méthodes utilisées pour le traitement de la douleur et l'identification des mécanismes fondamentaux de la douleur et de l'analgésie; des professionnels engagés dans l'éducation et la formation, ainsi que dans la publication de nouvelles données dans le domaine de la douleur; et des membres du public qui s'intéressent au domaine de la douleur. La SCD est convaincue que toutes les douleurs aiguës et celles liées au cancer peuvent être atténuées et que de nombreux patients atteints de douleur chronique bénigne peuvent être aidés. Pour en savoir plus sur la Société canadienne de la douleur, veuillez visiter le site Web : www.canadianpainsociety.ca/francais.

    
    --------------------------
    (1) Product Monograph for Health Canada datée du 11 août 2009. Page 15.
    (2) IBID. Page 17.
    (3) Stankus SJ, Dlugopolski M and Packer D. Management of Herpes Zoster
    (Shingles) and Postherpetic Neuralgia. American Family Physician, 15
    avril 2000. (Site Web consulté :
    http://www.aafp.org/afp/20000415/2437.html)
    (4) Centers for Disease Control and Prevention Web site. (Site Web
    consulté: http://www.cdc.gov/vaccines/vpd-vac/shingles/dis-faqs.htm)
    (5) Oxman MN. Clinical manifestations of herpes zoster. In: Arvin AM,
    Gershon AA, editors. Varicella-zoster virus virology and clinical
    management. Cambridge Press 2000:246-75.
    (6) Oxman MN. Clinical manifestations of herpes zoster. In: Arvin AM,
    Gershon AA, eds. Varicella-Zoster Virus Virology and Clinical Management.
    2000; Cambridge Press: pp.246-75.
    (7) Oxman MN. Clinical manifestations of herpes zoster. In: Arvin AM,
    Gershon AA, eds. Varicella-Zoster Virus Virology and Clinical Management.
    2000; Cambridge Press: pp.246-75.
    (8) Oxman MN. Clinical manifestations of herpes zoster. In: Arvin AM,
    Gershon AA, editors. Varicella-zoster virus virology and clinical
    management. Cambridge Press 2000:246-75.
    (9) Schmader K. Postherpetic neuralgia in immunocompetent elderly people.
    Vaccine 1998;16:1768-70.
    (10) Pavan-Langston D. Ophthalmic zoster. In: Arvin AM, Gershon AA,
    editors. Varicella-zoster virus virology and clinical management.
    Cambridge Press 2000:276-98.
    (11) Product Monograph for Health Canada datée du 11 août 2009. Page 10.
    (12) Weir, E. Vaccination boosts adult immunity to varicella zoster
    virus. CMAJ, August 2, 2005; 173(3).
    (Site Web consulté :
http://www.cmaj.ca/cgi/content/full/173/3/249?maxtoshow=&HITS=10&hits=10&RESULTFORMAT=&fulltext=shingles+vaccine&andorexactfulltext=and&searchid=1&FIRSTINDEX=0&sortspec=relevance&resourcetype=HWCIT
)
    (13) Product Monograph for Health Canada datée du 11 août 2009. Page 10.
    (14) Brisson M et al. Epidemiology of varicella zoster virus infection in
    Canada and the United Kingdom. Epidemiol Infect 2001;127:305-14.
    (15) Gnann JW Jr. et al. Herpes zoster. N Engl J Med 2002;347:340-6.
    (16) Straus SE, Oxman MN. Varicella and herpes zoster.  In: Freedberg IM,
    Eisen AZ, Wolff K et al, editors. Fitzpatrick's dermatology in general
    medicine. 5th ed. Vol 2. New York, NY: McGraw-Hill 1999;2427-50.
    (17) Katz J, et al. Acute pain in herpes zoster and its impact on health-
    related quality of life. Clin Infect Dis 2004;39:342-8.
    

SOURCE SOCIETE CANADIENNE DE LA DOULEUR

Renseignements : Renseignements: ou pour parler avec un porte-parole: Montréal: Stephanie Lyttle, NATIONAL, (514) 843-2365, slyttle@national.ca; Toronto: Lynn Bessoudo, NATIONAL, (416) 848-1426, lbessoudo@national.ca; Vancouver: Kate Best, NATIONAL, (604) 691-7386, kbest@national.ca

Profil de l'entreprise

SOCIETE CANADIENNE DE LA DOULEUR

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.