La rentrée des coupures à l'UQAM

MONTRÉAL, le 8 sept. 2015 /CNW Telbec/ - Les coupures du gouvernement Couillard se font ressentir, notamment par les étudiant.e.s, travailleurs et travailleuses de l'UQAM. Austérité, coupures, restructurations. La dernière session (Hiver 2015) a été grandement perturbée par des grèves en opposition aux mesures d'austérité et par la répression drastique du mouvement par l'administration uqamienne.

Des coupures gardées secrètes

Alors que certaines mesures ont nécessairement dû être mises de l'avant, comme la fin des paiements des frais de scolarité par carte de crédit et la fermeture des bibliothèques le dimanche, l'UQAM s'évertue à cacher les plus graves conséquences de l'austérité qu'elle met en place. Par exemple, alors qu'elle prévoyait couper au minimum 150 cours dès cette session, l'administration se refuse à commenter combien de cours seront coupés. Alors que les rumeurs se répandent dans les départements, voulant que les contrats de correction soient grandement amputés, encore une fois, silence radio de l'administration. Alors que des membres du SÉTUE (Syndicat des employé-es étudiant-e-s de l'UQAM) tentaient d'aller chercher par elles et eux-mêmes l'information, l'administration a donné la consigne aux adjoint-e-s administratives qui gèrent ces dossiers, de ne pas communiquer avec elles et eux.

Des demi-vérités pour faire peur

Dans les derniers jours, une nouvelle a fait les manchettes sur l'UQAM. Il semble que l'administration de l'UQAM ait laissé savoir aux journalistes qu'il y avait eu une baisse de 5,3% des demandes d'admission à l'UQAM, que cela laissait présager une baisse du financement de l'institution et que la faute incomberait aux grèves du printemps. Notons qu'il existe une différence marquée entre demandes d'admission et inscriptions. Dans le premier cas il s'agit de gens qui font la demande d'étudier à l'UQAM (et probablement dans d'autres universités) alors que dans le second cas il s'agit de gens qui sont devenus étudiant-e-s à l'UQAM. C'est en fonction du nombre d'inscrit-e-s et non des demandes d'admission que l'université reçoit son financement. D'où l'arnaque.

Il semble que l'administration ait, volontairement ou non, entretenu une confusion entre ces deux termes. Lorsque Robert Proulx, recteur de l'université, avance que les baisses de demandes d'admission pourraient entraîner des pertes de 5 millions pour l'UQAM, c'est plus qu'une demi-vérité. En effet, il semble, selon les listes de membres qui leur ont été remises par l'UQAM, que les effectifs de la majorité des facultés de l'UQAM sont semblables aux moyennes des sessions d'automne passées. Il semble donc qu'il s'agisse d'une campagne de peur pour légitimer les coupures et mettre le blâme sur les grèves qui les contestent.

Les membres du SÉTUE ne sont pas les seul.e.s à subir les conséquences de ces coupures. Le syndicat des professeur-e-s, des chargé-e-s de cours et des employé-e-s étudiant-e-s sont aussi actuellement en négociations de leur convention collective et confrontent donc directement l'administration sur sa politique d'austérité.

Manifestation interne À nous l'UQAM!
1er octobre 2015, 12h30

 

SOURCE Alliance de la Fonction publique du Canada, région du Québec

Renseignements : Contact média : Annabelle Sirois, Responsable aux communications et à la mobilisation, Syndicats des étudiant-e-s employé-e-s de l'UQAM (SÉTUE), Cellulaire :514-629-0750, Courriel : setue.comm@gmail.com

RELATED LINKS
afpcquebec.com

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.