La poussée des dépenses d'infrastructures dynamisera le commerce international

- Les ventes de produits pétroliers, de matériel de transport et de machines industrielles vont stimuler les exportations canadiennes 

- Les perspectives de l'économie canadienne s'améliorent grâce à la reprise du commerce international et de la croissance aux États-Unis

VANCOUVER, le 8 oct. 2013 /CNW/ - Selon le plus récent rapport de prévisions de la HSBC sur le commerce international, le commerce lié aux infrastructures devrait tripler d'ici 2030 et accaparer une part nettement plus grande du commerce mondial. La demande pour les biens et les équipements devrait monter en flèche, car bon nombre de pays cherchent à accroître leur capacité manufacturière et à améliorer leurs infrastructures civiles.

Dans une section traitant plus particulièrement des infrastructures, le rapport conclut que, d'ici 2030, le commerce lié aux infrastructures inscrira une croissance annuelle moyenne de 9 % et représentera 54 % des exportations de marchandises, comparé à 45 %, en 2013. Au Canada, on estime que la part des marchandises liées aux infrastructures, telles que le matériel de transport, les machines industrielles et les métaux non ferreux, passera de 22 % à 32 % pendant la même période.

L'indice de confiance dans les échanges commerciaux de la HSBC s'est maintenu à 112 points, les entreprises internationales à l'échelle du globe affichant le même niveau de confiance que l'année dernière quant aux perspectives du commerce international. Par ailleurs, selon le rapport de prévisions sur le commerce international, la croissance sera modérée jusqu'en 2015 et s'accentuera entre 2016 et 2020. Au Canada, l'indice de confiance dans les échanges commerciaux est en ce moment à peu près au même niveau que la moyenne mondiale, soit à 111 points.

Évolution de la demande liée aux infrastructures
Le rapport fait la distinction entre les biens d'infrastructure, soit le matériel nécessaire aux projets d'infrastructures, et les biens d'équipement, soit les machines dont les entreprises ont besoin pour augmenter leur production1. Les États-Unis sont présentement le principal importateur dans les deux catégories. Toutefois, le rapport prédit que l'Inde, qui cherche à développer son réseau d'infrastructures nationales, aura pris la première place pour les importations de biens d'infrastructure en 2030, et la Chine, celle du premier importateur de biens d'équipement vu les efforts qu'elle déploie pour augmenter sa capacité manufacturière.

D'autres économies asiatiques à forte croissance, dont la Malaisie, la Corée et le Vietnam, vont accaparer une part grandissante des importations liées aux infrastructures. Hors les États-Unis, le Mexique est le plus important importateur non asiatique de biens liés aux infrastructures, devant le Brésil.

De manière générale, le rapport laisse entrevoir que le commerce des biens d'équipement croîtra plus rapidement que celui des biens d'infrastructure d'ici 2030, en partie à cause de la réorientation de l'économie chinoise vers les technologies de nouvelle génération et la croissance basée sur la consommation.

Ben Arber, responsable en chef, Commerce international et financement des comptes clients chez Banque HSBC Canada a affirmé : « Les importants investissements en infrastructures engagés par nombre de pays représentent une occasion en or pour les entreprises qui cherchent à croître et à se développer. Le Canada se trouve dans une position avantageuse vu son abondance de ressources naturelles et son bassin de sociétés possédant un savoir-faire en matière d'extraction, de génie et de gestion de projets. La demande croissante de la Chine et d'autres pays émergents pour des biens liés aux infrastructures et des ressources naturelles s'ajoutera à une demande américaine toujours solide pour les mêmes produits. »

Tirer le maximum des occasions qu'offrent les infrastructures
Selon les prévisions, la Chine aura encore étendu sa domination des exportations mondiales liées aux infrastructures en 2030. Parmi les 25 pays répertoriés dans le rapport, la part des exportations chinoises de biens d'infrastructure passerait à 34 % et celles des biens d'équipement, à 39 %. Grâce à la solide croissance de ses exportations, le Canada passera à long terme de la dixième à la neuvième place au classement des pays par volume des échanges commerciaux en biens intermédiaires d'infrastructures, et de la douzième à la dixième place à celui des pays par volume des échanges commerciaux en biens d'équipement.

Les investissements en infrastructures dans leur ensemble
Selon le rapport, la demande pour les produits d'infrastructure reste forte dans les économies développées et prospères. On y souligne comment des pays développés comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne, qui exportent des biens d'équipement au reste du monde, devront continuer d'investir dans leurs infrastructures afin de conserver leur avantage concurrentiel.

Ben Arber a précisé : « Nous nous attendons à ce que les biens liés aux infrastructures occupent une part grandissante d'un commerce international florissant, ce qui offrira de solides occasions, dans les économies développées et émergentes, à ceux qui importent et exportent ces produits et les biens qu'ils permettent de fabriquer. Il s'agit là de bonnes nouvelles pour les entreprises internationales canadiennes qui, de plus, pourraient bénéficier de la somme de un milliard de dollars mise de côté par la Banque HSBC Canada, cette année, pour contribuer au financement de projets de croissance internationale. »

On prévoit que l'Asie enregistrera la croissance la plus rapide au chapitre du commerce de marchandises au cours des dix années qui précéderont 2030, l'Inde, la Chine et le Vietnam arrivant en tête de peloton et affichant des hausses annuelles supérieures à 10 %. Cela dit, les pays européens développés tels que le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne devraient également enregistrer une croissance de leurs exportations de biens, croissance de l'ordre de 4 % à 5 % par année, en moyenne, durant cette période. Aux États-Unis, ce taux de croissance devrait s'approcher de 6 %.

Si vous voulez en connaître davantage sur les occasions d'affaires à l'international dont votre entreprise pourrait profiter, veuillez consulter la page https://globalconnections.hsbc.com/global/en/tools-data. Vous y trouverez un outil interactif sur les prévisions du commerce international qui vous permettra de prendre connaissance des perspectives quant à la dynamique de ce secteur. Examinez les divers corridors commerciaux, basculez entre les importations et les exportations et comparez les échanges commerciaux entre les pays.

Tableaux

Principaux importateurs de biens liés aux infrastructures (par type) - prévisions pour 2013 et 2030

Biens d'infrastructure Biens d'équipement
2013 2030 2013 2030
1. É.-U. 1. Inde 1. É.-U. 1. Chine
2. Inde 2. É.-U. 2. Chine 2. É.-U.
3. Hong Kong 3. Chine  3. Hong Kong 3. Hong Kong
4. Chine 4. Hong Kong  4. Allemagne 4. Inde
5. Allemagne 5. Corée 5. Mexique 5. Malaisie


Principaux exportateurs de biens liés aux infrastructures (par type) - prévisions pour 2013 et 2030

Biens d'infrastructure Biens d'équipement
2013 2030 2013 2030
1. Chine 1. Chine 1. Chine 1. Chine
2. Émirats arabes
unis (EAU)
2. Émirats arabes
unis (EAU)
2. É.-U. 2. É.-U.
3. É.-U. 3. Inde 3. Japon 3. Corée
4. Allemagne 4. É.-U. 4. Allemagne 4. Japon
5. Corée 5. Corée 5. Hong Kong 5. Hong Kong

Pour obtenir un exemplaire du rapport sur les prévisions de la HSBC sur le commerce international ou de plus amples renseignements, ouvrez une session sur le site www.globalconnections.hsbc.com. Vous pouvez aussi obtenir sur demande un document infographique illustrant les faits saillants des plus récentes prévisions sur le commerce international.

Les prévisions de la HSBC sur le commerce international regroupent des statistiques sur les 25 pays et territoires dont les échanges commerciaux sont les plus importants.

1Pour assurer leur croissance, les pays à l'échelle du globe ont besoin de :

  • Biens d'infrastructure, p. ex. des métaux, des minéraux, des bâtiments et du matériel de transport
  • Biens d'équipement, p.ex. des machines spécialisées, des équipements de production d'énergie électrique, des machines pour le travail des métaux, du matériel de bureau, du matériel électrique et des instruments scientifiques

2 Oxford Economics produit un rapport mondial pour la HSBC, ainsi que des rapports régionaux et des rapports sur les 25 pays et territoires suivants : Hong Kong, Chine, Australie, Indonésie, Malaisie, Inde, Singapour, Vietnam, Bangladesh, Canada, États-Unis, Brésil, Mexique, Argentine, Royaume-Uni, France, Turquie, Allemagne, Pologne, Irlande, Émirats arabes unis, Arabie saoudite, Corée, Japon et Égypte.

Pour recevoir les nouvelles les plus récentes du service de presse de la HSBC, suivez-nous sur Twitter : www.twitter.com/HSBC_Press.

Notes aux rédacteurs :

1)     Prévisions de la HSBC sur le commerce international - modélisées par Oxford Economics
Oxford Economics a créé, pour la HSBC, un service personnalisé qui offre des prévisions quant aux échanges commerciaux bilatéraux pour la totalité des importations et des exportations de produits, en fonction des propres analyses et prévisions de la HSBC à l'égard de l'économie mondiale afin de générer un portrait complet des échanges commerciaux bilatéraux pour la totalité des importations et des exportations de produits, ainsi que des balances commerciales entre 180 paires de pays.

2)     Oxford Economics utilise un cadre de modélisation mondial, basé en partie sur les liens commerciaux, qui assure une parfaite cohérence entre tous les pays. Les prévisions tiennent compte de facteurs tels que le taux de croissance de la demande dans le pays destinataire et la compétitivité du pays exportateur. Les exportations, les importations et les balances commerciales sont établies selon les estimations historiques et les prévisions pour les périodes suivantes : 2013-2015, 2016-2020 et 2021-2030. Le modèle examine des classements à deux chiffres provenant de la base de données COMTRADE, regroupés d'après 30 secteurs. Pour obtenir de plus amples informations à propos de la modélisation des secteurs, consultez le http://www.globalconnections.hsbc.com/

3)     L'indice de confiance de la HSBC à l'égard des échanges commerciaux
L'indice de confiance dans les échanges commerciaux de la HSBC, qui couvre 20 marchés, constitue la plus vaste enquête mondiale sur la confiance des entreprises. Les résultats présentés ici regroupent les prévisions de 5 800 exportateurs, importateurs et négociants de PME pour les six prochains mois à l'égard : du volume des échanges; des risques encourus par les acheteurs et les fournisseurs; des besoins de financement du commerce international et de l'accès à ce type de financement; de l'incidence du change.

4)     À propos de la Banque HSBC Canada
La Banque HSBC Canada, filiale de la société HSBC Holdings plc, est le chef de file des banques internationales au Canada. Avec un actif de 2 645 milliards de $US au 30 juin 2013, le Groupe HSBC, qui compte environ 6 600 bureaux répartis dans 80 pays et territoires, se classe parmi les consortiums de services bancaires et financiers les plus importants au monde.

5)     Services aux entreprises de la HSBC
Depuis presque 150 ans, la HSBC est présente là où il y a de la croissance et aide ses clients à saisir les occasions qui se présentent à eux. Aujourd'hui, les Services aux entreprises de la HSBC répondent aux besoins de clients - de la petite entreprise jusqu'à la multinationale - dans plus de 60 marchés développés et émergents aux quatre coins du monde. Ils aident les entreprises à prendre de l'expansion en leur offrant des outils et des conseils, notamment en matière de fonds de roulement, de financement du commerce international et de gestion des paiements et des fonds. Forte d'un réseau couvrant les trois quarts des zones de commerce mondiales, la HSBC est le chef de file mondial dans les services de commerce international et les services bancaires aux entreprises. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le www.hsbc.com/1/2/business-and-commercial

SOURCE : Banque HSBC Canada

Renseignements :

Renseignements supplémentaires :

Sharon Wilks
Vice-présidente adjointe, relations publiques
Banque HSBC Canada
416-868-3878

Aurora Bonin
Première directrice, relations publiques
Banque HSBC Canada
604-641-1905

Profil de l'entreprise

Banque HSBC Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.