La manifestation contre l'exploitation des sables bitumineux prend fin dans
le calme

FORT MCMURRAY, AB, le 16 sept. /CNW/ - La manifestation de Greenpeace à la mine de la rivière Muskeg de Shell a pris fin dans le calme avec le départ des militants vers 15 h 00 (heure des Rocheuses). La mine continue de fonctionner à pleine capacité et les opérations ne sont pas perturbées.

Une vérification complète des consignes et mesures de sécurité est en cours, et le niveau d'alerte a été relevé considérablement.

"Shell a négocié le départ des manifestants dans le calme et la sécurité, a déclaré John Abbott, vice-président directeur, pétrole lourd, de Shell. Nous espérons qu'à l'avenir Greenpeace cherchera des occasions d'ouvrir le dialogue et de manifester dans des endroits publics plutôt que de choisir des actes illégaux comme celui-ci.

"Shell a convenu de ne pas entreprendre d'action en justice pour cette intrusion parce que cela n'apporterait rien au débat sur le changement climatique. Nous comptons sur le processus démocratique pour l'établissement de la politique canadienne sur le CO(2) et d'autres sujets importants, a-t-il ajouté.

"Nous avons invité Greenpeace à discuter directement avec nous de ses points de vue sur le climat et l'énergie, mais Greenpeace n'a pas choisi cette voie, ce qui est décevant."

Shell milite en faveur d'un système de plafonnement et d'échange des émissions au Canada et dans le monde entier.

"Les réglementations actuelles et à venir nous inciteront à abaisser les émissions de GES dues à l'exploitation des sables bitumineux au niveau de celles de l'exploitation de sources de pétrole brut concurrentes, ou à les compenser pour arriver aux mêmes fins, a ajouté John Abbott. Et c'est notre objectif."

Des études indépendantes récentes révèlent que la consommation de carburant tiré des sables bitumineux n'entraîne aujourd'hui que de 5 à 15 % plus d'émissions de CO(2) que celle de carburant provenant de sources classiques - quand on considère le cycle complet "du puits à la roue".(1) Et personne ne travaille plus fort que Shell pour combler cet écart.

Le projet Quest avancé par Shell à Scotford pourrait permettre de capter jusqu'à 1,1 million de tonnes de CO(2) par année, ce qui correspond à mettre au rancart 175 000 véhicules en Amérique du Nord.(2)

"Je remercie le personnel de Shell Albian Sands pour assurer un milieu de travail productif et sûr", a conclu John Abbott.

Pour de plus amples renseignements sur le secteur des sables bitumineux de Shell, consultez le site suivant : www.shell.ca/sablesbitumineux.

    
    ----------------------------
    (1) Voir : Council on Foreign Relations, Center for Geoeconomic studies,
        Michael A. Levi, The Canadian Oil Sands, Energy Security vs. Climate
        Change, Council Special Report, No. 47, mai 2009; TIAX LLC et MathPro
        Inc. pour l'Alberta Energy Research Institute, Comparison of North
        American and Imported Crude Oil Lifecycle GHG emissions, 6 juillet
        2009; Jacobs Consultancy pour l'Alberta Energy Research Institute,
        Life Cycle Assessment Comparison of North American and Imported
        Crudes, juillet 2009.
    (2) Selon la US Environmental Protection Agency, émissions annuelles par
        véhicule aux États-Unis (voitures + camionnettes) égale 6,305 kg
        (13,9 lb). 1,1 million de tonnes/6,305 kg égale 174 464 véhicules.
    

SOURCE Shell Canada Limitée

Renseignements : Renseignements: (403) 691-3198

Profil de l'entreprise

Shell Canada Limitée

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.