La Loi pour assurer la vitalité et l'occupation des territoires a été bafouée à 51 reprises depuis 18 mois - Le gouvernement du Québec doit démontrer sa volonté d'agir autrement

QUÉBEC, le 2 juin 2015 /CNW Telbec/ - La coalition « Touche pas à mes régions ! » rend publique une étude* réalisée par la chercheure Marie-Joelle Brassard qui recense 51 manquements à la Loi pour assurer la vitalité et l'occupation des territoires et la Stratégie 2011-2016 découlant de cette loi. Cette étude confirme ainsi les appréhensions de la coalition à l'effet que le gouvernement du Québec se préoccupe peu des conséquences de ses décisions sur l'occupation et la vitalité des territoires de l'ensemble du Québec, alors que les impacts sont néfastes et importants.

La chercheure Marie-Joelle Brassard explique que « le gouvernement se prive de la contribution de ses partenaires, tels que les acteurs locaux et régionaux, de même que ceux qui évoluent dans la sphère sociale, culturelle, économique et politique. Par ailleurs, les décisions prises par le gouvernement depuis son arrivée au pouvoir vont à contresens de la loi et de la Stratégie pour assurer l'occupation et la vitalité des territoires ».

L'étude identifie 51 manquements à la loi sur 71 engagements mesurables concrètement. Ces manquements concernent des enjeux extrêmement variés, tels que le patrimoine, l'immigration, la jeunesse, les infrastructures, l'éducation, la santé, la pauvreté et l'exclusion sociale, le logement, le loisir et le sport, la culture, l'entrepreneuriat, la ruralité et les ressources naturelles et fauniques.

« Abolitions, fermetures, compressions, voilà les mots-clés qui ressortent clairement de cette étude et qui illustrent le clivage actuel entre le discours et l'action du gouvernement du Québec en matière de développement régional. Les régions sont privées des outils dont elles ont besoin pour se développer. L'étude met en lumière toute l'incompréhension que la coalition dénonce depuis plusieurs mois. Également, l'absence de dialogue soutenu et constructif n'a rien d'encourageant. Le gouvernement doit donc prendre acte de ces constats troublants et identifier dès maintenant des moyens pour rectifier la situation », a souligné le porte-parole de la coalition, Gérald Lemoyne.

À cet égard, M. Lemoyne n'est guère surpris de la conclusion de l'étude :

« La décentralisation des pouvoirs au sein des instances régionales est à l'ordre du jour depuis quarante ans. Ce projet sera mobilisateur et aura un sens et une cohérence dans la mesure où les multiples acteurs régionaux et locaux sont en mesure de situer leur rôle et de s'y engager. Autrement, il y a un risque que les énergies déployées par les différents acteurs s'annulent pour donner place à une concurrence entre différents territoires et entre différents acteurs, faisant en sorte d'en fragiliser plusieurs ».

DES CHANTIERS QUÉBEC-RÉGIONS : UNE NÉCESSITE
Pour sa part, le maire de Gaspé et porte-parole de la coalition, Daniel Côté, rappelle que depuis janvier dernier, la coalition répète la nécessité que les régions du Québec disposent d'outils pour assurer leur cohésion. Il a rappelé que lors d'une rencontre qui a eu lieu le 1er avril entre la coalition et le premier ministre Philippe Couillard, ce dernier a proposé la tenue de sommets régionaux similaires à celui qui aura lieu le 18 juin prochain au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Nous souhaitons le respect de l'engagement du premier ministre. Beaucoup trop de décisions du gouvernement actuel ont mis à mal nos outils de développement et entraîné une centralisation sans précédent. Nous sommes inquiets pour l'avenir si le gouvernement ne tient pas compte de cette étude », a déclaré M. Côté.

LES RÉGIONS DOIVENT CONTRIBUER À L'ÉLABORATION DE LA PROCHAINE STRATÉGIE 2016-2021
En vigueur depuis 2011, la Stratégie pour assurer l'occupation et la vitalité des territoires vient à échéance en mars 2016. Si le gouvernement du Québec croit aux régions, à leur vitalité et à l'importance d'occuper notre territoire, il associera les différents acteurs des milieux régionaux aux réflexions qui permettront de renouveler cette Stratégie. La balle est dans le camp du gouvernement »,  a conclu Micheline Anctil, mairesse de Forestville et porte-parole de la coalition.

À propos de la coalition
La coalition est un regroupement non partisan qui représente des élus, des organisations et des municipalités de régions du Québec. Elle invite le gouvernement à bâtir et à partager une vision commune avec les régions du Québec en matière de développement régional. De plus, la coalition souhaite que le gouvernement entame rapidement un dialogue sérieux et durable avec des représentants des régions en vue de trouver des solutions qui permettront d'atteindre l'équilibre budgétaire tout en contribuant à la vitalité et au développement des régions du Québec. Pour appui et renseignements : www.touchepasamesregions.ca.

* L'étude peut être consultée à l'adresse suivante : http://touchepasamesregions.ca/2-juin-2015.

 

SOURCE Touche pas à mes régions

Renseignements : Source : Sarah Charbonneau, (819) 732-5952

Profil de l'entreprise

Touche pas à mes régions

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.