La FTQ-Construction réclame des mesures contre le travail au noir

MONTRÉAL, le 22 janv. /CNW Telbec/ - La FTQ-Construction souhaite la mise en place de mesures sérieuses pour lutter contre le fléau du travail au noir dans l'industrie de la construction. Plus de 900 millions de dollars sont perdus en contributions sociales chaque année. Pour la FTQ-Construction, il est également grand temps de mettre fin au vol de salaire des travailleurs et des travailleuses de l'industrie de la construction.

Lors de notre passage à la commission parlementaire sur le projet de loi 73 en décembre dernier, nous avions vivement dénoncé la pratique étendue du travail au noir dans l'industrie. La FTQ-Construction avait déposé des documents permettant au gouvernement d'agir immédiatement afin de contrer ce phénomène. La FTQ-Construction souhaite que cette problématique soit prise au sérieux et que des mesures efficaces soient mises en place le plus rapidement possible. Selon Richard Goyette, directeur général à la FTQ-Construction, "la lutte contre le travail au noir est la pierre angulaire d'un assainissement des mœurs dans l'industrie de la construction".

L'ensemble de l'industrie, par l'entremise de la Commission de la construction et du gouvernement du Québec, doit se mobiliser afin de mettre en place des mesures efficaces, et ce, au plus vite. Des ressources supplémentaires devront être allouées afin d'augmenter le nombre d'enquêteurs se consacrant à cette problématique. Au milieu des années 2000, la FTQ-Construction a été à l'origine de l'offensive contre le travail au noir dans l'industrie de la pose des panneaux de Placoplatre. Cette offensive a permis de récupérer plus de 150 000 heures par année de travail dans le secteur de la pose de système intérieur. Pour chaque dollar consacré à cette offensive, vingt-cinq furent recouvrés. Se donner les moyens de lutter contre le travail au noir est donc rentable.

Le travail au noir représente un véritable vol de salaire. Ce vol de salaire et le vol des contributions sociales qui en découlent (l'impôt sur le revenu, les cotisations au régime de retraire, les cotisations à la régie des rentes du Québec, la contribution au régime d'assurances collectives, l'assurance-emploi et les cotisations à la CSST) constituent un crime qui devrait être considéré comme tel.

"Rappelons que ce sont principalement les travailleurs et les travailleuses de la construction qui font les frais de cette pratique. La précarité incessante des travailleurs et travailleuses de la construction ouvre la porte à ces abus. Mentionnons qu'à chaque fois que la FTQ-Construction a voulu introduire des mesures permettant d'atteindre une modeste sécurité d'emploi dans l'industrie, les conditions de travail ont été imposées par décret!", affirme Richard Goyette.

La FTQ-Construction dénonce depuis trente ans le travail au noir menant inévitablement à l'appauvrissement des travailleurs et travailleuses de la construction et privant annuellement l'État québécois de centaines de millions de dollars. Les estimations conservatrices du ministère du Revenu parlent de plus de 900 millions de dollars par année. Maintenant que nous ne sommes plus seuls à voir l'éléphant au milieu du salon, il nous est peut-être permis d'espérer une véritable mobilisation afin de couper court à cette pratique.

La FTQ-Construction est la plus importante association syndicale de l'industrie de la construction, représentant plus de 70 000 membres.

SOURCE FTQ-Construction

Renseignements : Renseignements: Éric Demers, responsable des communications, (514) 792-6962, ericdemers@ftqconstruction.org; Source: FTQ-Construction


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.