La coopération pancanadienne à l'égard des priorités des affaires
autochtones, la clé de l'obtention de résultats concrets

TORONTO, le 29 oct. /CNW/ - Les ministres des Affaires autochtones et les dirigeants des cinq organismes autochtones nationaux ont convenu aujourd'hui de travailler ensemble, en tant que Groupe de travail sur les affaires autochtones, pour améliorer la qualité de vie des peuples autochtones au Canada. C'est la première fois en quatre ans que des représentants de tous les niveaux supérieurs des gouvernements, et des organisations autochtones nationales se réunissent pour se pencher sur un large éventail de questions, notamment sur les défis auxquels font actuellement face les Premières nations, les Métis et les Inuits.

"Notre génération a aujourd'hui l'occasion de faire en sorte que des changements importants et tangibles soient apportés à la qualité de vie de la prochaine génération d'Autochtones. Cela ne pourra se réaliser qu'en refermant l'écart socioéconomique qui sépare les Autochtones des non-Autochtones du Canada. Dans le cadre d'un processus historique revitalisé, nous nous attaquerons ensemble aux défis les plus cruciaux des peuples autochtones : l'éducation et le développement économique. J'ai bon espoir que le travail que nous effectuerons grâce à ce nouveau processus national débouchera sur une réunion des premiers ministres", a déclaré le ministre des Affaires autochtones de l'Ontario, Brad Duguid.

La mise sur pied du groupe de travail, composé de membres de toutes les provinces et de tous les territoires, ainsi que des organisations autochtones nationales, découle d'une directive donnée par l'ensemble des premiers ministres provinciaux et territoriaux à l'occasion des discussions qui ont eu lieu avec les dirigeants des cinq organismes autochtones nationaux, à Regina (Saskatchewan), l'été dernier.

Les ministres et les dirigeants autochtones ont confirmé que le lancement d'un processus solide et durable pour le groupe de travail est essentiel à l'amélioration de la situation socioéconomique de tous les Autochtones.

Ils ont également constaté que les membres du Groupe de travail et le gouvernement fédéral ont plusieurs priorités en commun. Dans les domaines prioritaires communs où des politiques et des programmes existent déjà ou sont envisagés, la participation du gouvernement fédéral est essentielle à l'obtention de résultats concrets et mesurables pour tous les peuples autochtones du Canada.

Le ministre Strahl a remercié le groupe de travail provincial-territorial-autochtone de l'avoir invité à sa réunion. Au nom du gouvernement fédéral, il examinera les recommandations du groupe de travail et travaillera en étroite collaboration avec les provinces, les territoires et les organisations autochtones dans le cadre de l'approche de partenariat établie au cours des dernières années et qui a déjà donné des résultats. Le ministre a également ajouté que ses fonctionnaires seraient disponibles pour appuyer ceux du groupe de travail.

Le Groupe de travail demande, à l'instar des premiers ministres provinciaux et territoriaux, la tenue d'une réunion des premiers ministres provinciaux, territoriaux et fédéral sur les questions autochtones, et il s'engage à leur présenter ses recommandations tout juste avant la prochaine réunion du Conseil de la fédération qui doit avoir lieu en août 2010 au Manitoba.

Les ministres et les dirigeants autochtones ont choisi de confier deux grands domaines prioritaires au Groupe de travail :

    
     - l'éducation et la formation professionnelle
     - le développement économique
    

Éducation et formation professionnelle

Les ministres et les dirigeants autochtones ont convenu de travailler en collaboration avec les ministres de l'Éducation à l'égard des domaines prioritaires spécifiques cernés par le Conseil des ministres de l'éducation (Canada), en sus des ententes et des processus déjà en place. L'accent sera tout d'abord mis sur l'éducation de la maternelle à la fin du secondaire, ainsi que sur certains éléments de l'apprentissage permanent à moyen et à long termes, selon les possibilités qui se présenteront.

Les sujets de discussion iront du développement de la petite enfance jusqu'à l'amélioration des possibilités du postsecondaire pour tous les Autochtones.

Développement économique

L'accroissement des possibilités économiques pour les Autochtones est une grande priorité. Le Groupe de travail mettra surtout l'accent sur la recherche de moyens d'étudier, d'améliorer et de faire progresser le développement économique dans le respect des besoins et des intérêts de toutes les parties en cause.

Les sujets pourraient porter sur les obstacles au développement de l'économie et des entreprises, le soutien aux entrepreneurs, et l'amélioration des débouchés commerciaux et des sources d'énergie pour les collectivités autochtones.

Santé et bien-être

Outre les deux domaines prioritaires précités, les participants reconnaissent que le domaine de la santé et du bien-être est indispensable pour réaliser des progrès dans ces deux domaines identifiés. Fait partie intégrante de ce domaine la nécessité de s'attaquer au problème de la violence faite aux femmes autochtones et à celui des femmes autochtones disparues et assassinées, enjeu qui exige le déploiement d'efforts coordonnés à l'échelle nationale. Les participants ont convenu de discuter de santé et de bien-être de façon plus élargie lors d'une réunion du groupe de travail en avril 2010.

    

            Recommandations adoptées par le Groupe de travail sur
                           les affaires autochtones

    1.  Les ministres fédéral-provinciaux-territoriaux responsables des
        affaires autochtones et les cinq dirigeants des organismes(1)
        autochtones nationaux doivent s'engager à nouer un dialogue continu
        en participant au Groupe de travail sur les affaires autochtones,
        dans l'idée de cerner et de mettre en œuvre des mesures concrètes et
        tangibles visant à améliorer la situation des peuples Inuit, Métis et
        des Premières nations dans les domaines prioritaires abordés à la
        réunion du 29 octobre 2009.

    2.  L'éducation et le développement économique doivent être qualifiés de
        sujets à examiner plus en profondeur, à la réunion des ministres
        fédéral-provinciaux-territoriaux responsables des affaires
        autochtones et des dirigeants des organismes autochtones nationaux du
        29 octobre 2009, dans l'objectif de choisir conjointement des
        domaines précis qui feront l'objet d'un examen approfondi et des
        premiers efforts du groupe.

    3.  Les représentants provinciaux, territoriaux et autochtones doivent
        avoir pour instruction de s'atteler immédiatement au travail précisé,
        avec leurs homologues fédéraux, et de présenter au Groupe de travail
        sur les affaires autochtones des recommandations d'activités
        concrètes et tangibles que les gouvernements et organismes
        autochtones nationaux pourraient mettre en œuvre. Ce travail
        prendrait la forme d'un ou de plusieurs documents de discussion ou de
        plans d'action recommandant des domaines d'action, qui seraient
        exposés à la prochaine réunion du groupe de travail proposée pour
        avril 2010.

    4.  Les ministres provinciaux et territoriaux et les dirigeants des
        organismes autochtones nationaux devraient lier le travail du groupe
        de travail à d'autres forums et processus, dans les cas appropriés
        (p. ex., lien entre les ministres provinciaux et territoriaux et les
        dirigeants autochtones, et le Conseil de la fédération; liens entre
        le groupe de travail et le Conseil des ministres de l'Éducation
        (Canada) sur des questions d'éducation; pour le gouvernement fédéral
        et les provinces de l'Ouest de l'Ontario, la table ronde
        ministérielle sur le développement économique des Métis); et préparer
        une réunion des premiers ministres sur les affaires autochtones en
        2010. La réunion des premiers ministres servirait de tremplin pour
        lancer un plan assorti de résultats concrets et tangibles pour les
        peuples Inuit, Métis et des Premières nations, conformes aux
        objectifs de chaque partie.

    5.  Une attention particulière doit être accordée au besoin d'élaborer
        une approche fondée sur les différences pour les peuples Inuit, Métis
        et des Premières nations, si les circonstances le justifient. Cette
        approche devrait intégrer entièrement les besoins et les perspectives
        des femmes, des populations urbaines, des jeunes et d'autres aspects.

    ----------------------------
    (1) Assemblée des Premières Nations, Ralliement national des Métis, Inuit
        Tapiriit Kanatami, Congrès des Peuples Autochtones et Association des
        femmes autochtones du Canada.



       Ministres provinciaux et territoriaux responsables des affaires
     autochtones et des dirigeants des organismes autochtones nationaux

                           Document d'information
                             Le 20 octobre 2009

     LES MINISTRES ET LES DIRIGEANTS DES ORGANISMES AUTOCHTONES NATIONAUX
       RECONNAISSENT L'IMPORTANCE DE LA COLLABORATION SUR LES
                             AFFAIRES AUTOCHTONES
    

M. Pierre Corbeil, ministre responsable des Affaires autochtones du Qubec :

"Le gouvernement du Québec a, lui aussi, à cœur le bien-être des populations autochtones. Celui-ci passe par l'éducation qui, pour moi, constitue une priorité. Il est essentiel de favoriser la réussite éducative des Autochtones, afin que les collectivités continuent de progresser dans le respect des valeurs et des traditions qui leur sont propres."

L'honorable Darrell Dexter, premier ministre et ministre des Affaires autochtones de la Nouvelle-Écosse :

"En tant que premier ministre, je m'engage à travailler de concert avec les leaders, tant au niveau national que régional, pour améliorer la qualité de vie des Autochtones, a déclaré le premier ministre Dexter. En tant que province axée sur l'apprentissage, la Nouvelle-Écosse travaillera pour faire en sorte que les jeunes Autochtones aient les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour participer au marché du travail. Ensemble, nous nous attaquerons aux obstacles de notre système d'éducation et aux obstacles à l'emploi que doivent surmonter les jeunes Mi'kmaq."

L'honorable Rick Brewer, ministre responsable du Secrétariat des Affaires autochtones du Nouveau-Brunswick :

"Je suis heureux de prendre part à cette rencontre historique où, en tant que ministres responsables des affaires autochtones et dirigeants d'organismes autochtones nationaux, nous tenterons de nous entendre sur le parcours à suivre pour améliorer la qualité de vie de tous les Autochtones au Canada. La province du Nouveau-Brunswick s'est fixée comme objectif d'être "autosuffisante" d'ici 2026 et ce plan comprend toutes les collectivités des Premières Nations et les peuples autochtones du Nouveau-Brunswick. Nous y parviendrons en faisant de l'éducation et de l'apprentissage continu, ainsi que du développement économique - tous fondés sur des modes de vie sains et sécuritaires - les principaux piliers sur lesquels nous nous appuierons pour apporter des changements à la vie et à la prospérité de tous les peuples autochtones du Nouveau-Brunswick et du Canada. Je suis fier de faire partie de cette nouvelle orientation."

Mary Simon, leader national des Inuits, présidente d'Inuit Tapiriit Kanatami :

"L'amélioration des conditions de vie des Inuits, des Premières nations et des Métis est primordial et urgent. Nous avons fait un excellent premier pas. J'espère ardemment que cette rencontre et les suivantes conduiront à une réunion bien éclairée des premiers ministres sur les questions autochtones en 2010."

Betty Ann Lavallée, CD, MJR (retraitée), chef nationale, Congrès des Peuples Autochtones :

"Ce n'est que lorsque les peuples autochtones offrent leurs opinions et des solutions qui encouragent et permettent l'estime de soi, le mérite, la capacité et la dignité humaine de tous les Autochtones, peu importe où ils vivent dans leurs terres d'origine au sein du Canada, que des progrès réels sont réalisés."

L'honorable George Abbott, ministre des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation de la Colombie-Britannique :

"La province de la Colombie-Britannique s'engage à réduire les écarts socio-économiques qui existent entre les peuples autochtones et les autres résidents de la province. Depuis 2005, notre collaboration avec les Premières Nations, les dirigeants métis et le gouvernement fédéral nous a permis d'accomplir des progrès réels. Je suis heureux de continuer de travailler avec vous dans le cadre de cette nouvelle approche nationale en matière d'éducation et de développement économique autochtones."

L'honorable Carolyn Bertram, ministre responsable des Affaires autochtones de l'Île-du-Prince-Édouard :

"À l'Île-du-Prince-Édouard, nous sommes fiers des rapports étroits que nous avons tissés avec les Mi'kmaq et d'autres peuples autochtones et nous sommes fiers de participer au processus FPTA. Nous croyons que de bons rapports forment une base solide pour s'attaquer à des problèmes communs et nous avons hâte de travailler avec nos organismes autochtones et d'autres ordres de gouvernement pour permettre à la population autochtone de creuser l'écart socio-économique et de disposer de meilleures possibilités éducatives."

L'honorable Bill Hutchinson, ministre des Relations avec les Premières nations et les Métis de la Saskatchewan :

"Les gouvernements provinciaux et fédéral doivent faire preuve d'uniformité dans la manière d'attribuer leurs ressources alors que nous nous efforçons d'atteindre nos objectifs et d'éliminer les écarts liés à l'éducation, à l'emploi et à l'entrepreneuriat qui existent entre les Autochtones et les non-autochtones. Nous croyons que la solution passe par un renforcement des liens. Dans notre province, la Saskatchewan, la compréhension et les partenariats avec les Premières Nations et les Métis ont une importance cruciale dans l'atteinte de nos objectifs réciproques."

Clément Chartier, président, Ralliement national des Métis :

"Le bien-être et la prospérité futurs des citoyens de la nation métis sont étroitement liés à la création de possibilités de développement économique durables dans les collectivités métis. La collaboration entre les gouvernements métis et les cinq provinces de l'ouest, comme celle émanant de ce groupe de travail, aidera à encourager ce développement économique, ce qui aura des retombées non seulement pour le peuple Métis, mais pour tous les Canadiens."

Jeannette Corbiere Lavell, présidente, Association des femmes autochtones du Canada :

"Plus de 520 cas de disparitions et de meurtres de femmes autochtones ont été confirmés; il est terriblement urgent qu'on prenne des mesures pour rectifier la situation au Canada. On ne peut pas ignorer plus longtemps cette tragédie. Nous devons immédiatement prendre des mesures pour lutter contre les causes de la violence contre les femmes autochtones. Pour qu'elle soit efficace, toute stratégie mise sur pied pour améliorer la situation économique, les conditions de vie et le niveau d'éducation des peuples autochtones du Canada doit commencer par la santé et le bien-être de nos communautés. Garantir la sécurité de nos femmes et de nos enfants est la première étape sur le chemin d'un avenir meilleur. En fait, il s'agit du premier pas à faire si nous, les peuples autochtones, voulons avoir quelque avenir que ce soit. Dans notre tradition, les femmes sont le centre de la famille et de la communauté, et doivent donc être protégées si nous voulons survivre en tant que nation."

L'honorable Gene Zwozdesky, ministre des Relations avec les Autochtones en Alberta :

"J'anticipe avec intérêt la poursuite des discussions au niveau national. Elles aident à créer des liens importants et à fournir différentes perspectives et du soutien dans le cadre de notre collaboration continue avec les organisations des Premières Nations et des Métis en Alberta."

L'honorable Patty Pottle, ministre des Affaires autochtones de Terre-Neuve-et-Labrador :

"J'ai grand plaisir à me joindre à mes homologues et aux chefs Autochtones de tout le Canada alors que nous nous réunissons pour explorer des solutions concrètes qui amélioreront le bien-être des peuples autochtones dans l'ensemble de notre pays. Il est important que le dialogue entre les provinces, les territoires, le gouvernement fédéral et les organismes autochtones nationaux avancent, afin de poursuivre le processus commencé à Toronto, alors que nous mettons sur pied des stratégies nationales en vue de remédier aux besoins de développement économique et d'éducation des peuples et des communautés autochtones. Ces stratégies nationales nous guideront alors que nous cherchons une solution au chapitre de la santé et du bien-être des peuples autochtones et des communautés dans nos compétences respectives."

L'honorable Floyd Roland, premier ministre et ministre responsable des Affaires autochtones des Territoires du Nord-Ouest :

"Les Territoires du Nord-Ouest tirent une richesse immense des peuples Dénés, Métis et Inuvialuits, qui constituent une grande partie de la population de notre territoire. Leur succès est crucial pour l'avenir des Territoires du Nord-Ouest, et j'ai hâte de travailler avec mes collègues pour établir des partenariats qui nous permettront d'accroître les possibilités et les choix pour tous les peuples autochtones du Canada."

L'honorable Louis Tapardjuk, ministre des Affaires autochtones du Nunavut :

"La signature de l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut fut une étape importante pour l'amélioration de la situation socio-économique des Inuits du Nunavut. Toutefois, l'Accord ne change rien au passé récent, et il ne rend pas équitables les règles du jeu du jour au lendemain. Nous sommes prêts à travailler avec tous les Canadiens pour faire avancer le travail au chapitre des stratégies et des plans d'action visant à améliorer la vie des Autochtones canadiens, dans le but d'arriver à une pleine participation au Canada."

Shawn Atleo, chef national de l'Assemblée des Premières Nations :

"L'Assemblée des Premières Nations est heureuse que cette réunion ait été organisée si peu de temps après que nous en ayons fait la demande lors de la réunion du Conseil de la Fédération en août. L'importance accordée à l'éducation et au développement économique est un important point de départ pour les discussions qui peuvent mener à des résultats concrets pour les femmes et les jeunes des Premières Nations, ainsi que pour les Autochtones qui vivent dans des réserves et en milieu urbain. Pour réaliser des progrès réels, il faut forger des partenariats réels permettant l'établissement d'objectifs précis et l'élaboration de mécanismes de reddition de compte solides. Nous voulons que ces travaux culminent par une réunion des premiers ministres en 2010 afin que les questions touchant les Premières nations soient abordées de manière prioritaire et reçoivent le niveau d'investissement nécessaire. Nous ne devons pas nous laisser intimider par l'immensité des travaux à accomplir. Chaque jour passé à attendre ne sert qu'à nous faire prendre du retard. En prenant des mesures dès maintenant, nous créerons un meilleur avenir pour tous les Canadiens. C'est à nous tous qu'appartient de relever ces défis et de tirer parti de ces occasions. Aussi, nous avons hâte de réaliser de véritables progrès avec les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux."

L'honorable Eric Robinson, ministre par intérim du ministère des Affaires autochtones et du Nord du Manitoba :

"S'attaquer aux défis auxquels sont confrontés les peuples autochtones en ce qui a trait à l'éducation et au développement et économique est essentiel pour rétablir santé et bien-être dans nos communautés."

L'honorable Dennis Fentie, premier ministre du Yukon :

"Bien que notre relation primaire soit avec les gouvernements des Premières nations du Yukon, il est important pour nous d'avoir des rencontres avec des chefs autochtones nationaux, le gouvernement du Canada et d'autres ordres de gouvernement, et que nous travaillions avec eux, afin que les questions communes soient discutées et portées au niveau national. Le gouvernement du Yukon se réjouit du travail que ce groupe entreprendra en vue d'améliorer la qualité de vie des Autochtones canadiens.

/AVIS AUX RESPONSABLES DE LA SECTION PHOTOGRAPHIQUE : Une photo accompagnant ce communiqué est disponible à l'adresse http://photos.newswire.ca. Ces images sont gratuites pour les représentants accrédités des médias/

SOURCE Ministère des Affaires autochtones de l'Ontario

Renseignements : Renseignements: Ministère des Affaires autochtones de l'Ontario: Scott Cavan, Cabinet du ministre, (416) 314-7395, scott.cavan@ontario.ca; Greg Flood, Direction des communications, (416) 314-9455, greg.flood@ontario.ca

Profil de l'entreprise

Ministère des Affaires autochtones de l'Ontario

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.