Internet haute vitesse en région: la FQM demande aux pouvoirs politiques de
se brancher

QUÉBEC, le 18 janv. /CNW Telbec/ - Grandement préoccupée par l'éventualité que le Québec n'obtienne pas sa juste part des investissements pourtant promis par le fédéral pour le branchement des communautés locales à Internet haute vitesse, de même que par une décision prochaine du CRTC qui risque de se traduire par un accroissement de la fracture numérique entre les milieux rural et urbain, la Fédération Québécoise des Municipalités (FQM) interpelle le gouvernement canadien et lui demande d'agir immédiatement afin de rassurer les communautés et de régler une fois pour toutes ce dossier primordial pour l'avenir des régions et de l'ensemble du Québec.

La FQM rappelle qu'elle avait reçu positivement, en juillet 2009, l'annonce faite par le premier ministre Stephen Harper d'un investissement de 225 millions de dollars pour l'implantation d'une stratégie visant à améliorer l'accès à Internet haute vitesse au Canada. À ce moment, elle avait cependant aussi exprimé le souhait que le nouveau programme s'arrime au programme Communautés rurales branchées déjà mis en place au Québec.

Aujourd'hui, la FQM constate que le programme fédéral n'a pas été adapté, de sorte que le Québec risque de ne pas avoir sa juste part des investissements fédéraux. Le manque d'arrimage entre les deux programmes est tel que les projets de branchement déjà réalisés nuisent aux chances du Québec de profiter de l'aide fédérale. Contrairement au reste du Canada, le branchement du cœur des villages est déjà bien avancé au Québec où il reste cependant à offrir le service aux citoyens ruraux vivant en périphérie de la municipalité. Le programme fédéral ne permet pas de prendre en compte cette réalité, car il est ouvert aux grandes entreprises qui voient peu d'intérêt à s'activer pour desservir des portions de territoire disséminées et peu populeuses.

"À mesure que le temps passe, on s'aperçoit que des investissements importants sont annoncés ailleurs au Canada, alors qu'au Québec les investissements tardent à se matérialiser. C'est inquiétant d'autant plus qu'aucun montant n'est réservé par province. Va-t-on punir le Québec d'avoir pris les devants dans ce dossier? Dans les circonstances, la solution passe par le transfert au Québec d'une somme correspondant à sa population. À l'heure où l'on s'apprête à engager une discussion avec le premier ministre du Québec sur les conditions devant permettre une relance de l'économie, nous invitons M. Charest à prendre l'engagement de demander le transfert d'argent du fédéral afin de brancher tous les Québécois sur le monde", déclare le président de la FQM, M. Bernard Généreux.

CRTC et hausse de tarifs

La FQM est aussi très préoccupée par la demande de révision des tarifs liés aux services de soutènement tels que les poteaux et autres structures de branchement, effectuée par les grandes entreprises de services locaux titulaires. L'augmentation radicale des tarifs réclamée par ces entreprises, qui regroupent les anciens monopoles des services des télécommunications, se traduirait par un impact financier annuel d'au moins 30 millions de dollars, devant être assumé principalement par les milieux ruraux.

Pour la FQM, une telle augmentation irait à contresens de tous les efforts consentis en vue de compléter le branchement à Internet haute vitesse sur l'ensemble du territoire québécois. Pire encore, elle pourrait même faire en sorte de débrancher certaines régions qui n'auraient plus les moyens de s'offrir ces services.

"Au cours des dernières années, c'est plus de 1,3 million de dollars que la MRC d'Arthabaska a dû investir pour brancher ses 24 municipalités, les bibliothèques et les locaux de la commission scolaire. Au moment de faire ces investissements, jamais on ne nous a dit que le montant qu'il nous faut débourser uniquement pour continuer d'avoir accès au service pourrait presque quintupler et passer de 30 000 $ à 125 000 $!", s'exclame Lionel Fréchette, administrateur de la FQM, maire de Sainte-Hélène-de-Chester et préfet de la MRC d'Arthabaska. Pour M. Fréchette, il n'est pas question que la MRC assume une telle facture. "Une hausse de tarifs de cet ordre pourrait même avoir pour conséquence le débranchement d'un grand nombre de citoyens qui, eux aussi, en feraient inévitablement les frais", ajoute-t-il.

À défaut de pouvoir se faire entendre dans le cadre de l'appel d'observation lancé par le CRTC, la FQM a déjà fait parvenir une lettre au président de l'organisme, M. Konrad von Finckenstein. Compte tenu de l'intérêt public en jeu et du fait que la décision doit être rendue prochainement dans ce dossier, la FQM demande au fédéral d'intervenir auprès du CRTC afin de s'assurer que les communautés ne paient la note. Consultez la lettre au http://www.fqm.ca/medias-et-publications/memoires-rapports-etudes-et-avis/cat_view/211-lettres

"Dans un contexte où Internet haute vitesse est devenu un service pratiquement aussi essentiel que l'électricité, il est primordial de s'assurer que tous travaillent dans la même direction afin de régler cette question une fois pour toutes et de permettre enfin à l'ensemble des citoyens d'être desservis", conclut M. Généreux.

La FQM, voix des municipalités et des régions du Québec

Fondée en 1944, la Fédération Québécoise des Municipalités (FQM) s'est établie comme un acteur crédible qui, par ses actions, vise constamment à défendre l'autonomie du milieu municipal et à favoriser le développement de l'ensemble des régions du Québec. Comptant plus de 1000 municipalités locales et MRC membres, elle s'appuie sur une force de 7000 élus. Ses structures décisionnelles et consultatives, dont son conseil d'administration, ses cinq commissions permanentes et son assemblée des MRC, lui permettent de prendre des positions visant le développement durable du territoire québécois. La FQM, c'est la voix des municipalités et des régions du Québec!

SOURCE Fédération Québécoise des Municipalités

Renseignements : Renseignements: Dany Rousseau, Directeur des communications, Fédération Québécoise des Municipalités, (418) 651-3343, Sans frais: 1-866-951-3343, Cell.: (418) 955-7001

Profil de l'entreprise

Fédération Québécoise des Municipalités

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.