Intégration réussie des personnes immigrantes - Le temps de l'action est venu

MONTRÉAL, le 6 févr. 2017 /CNW Telbec/ - Le chef de l'opposition officielle, Jean-François Lisée, et la porte-parole du Parti Québécois en matière d'immigration, de communautés culturelles et pour la métropole, Carole Poirier, ont présenté aujourd'hui leurs propositions afin d'assurer la réussite de l'intégration des personnes immigrantes et réfugiées. Vingt mesures concrètes sur quatre axes principaux forment l'essentiel de ce plan d'action.

« Il n'y a pas de meilleure façon d'intégrer que l'emploi. Or, bon an, mal an, le taux de chômage des immigrants stagne autour de 11 % et, parmi ceux qui réussissent à se trouver un emploi, trop sont surqualifiés. Chaque histoire doit être une réussite. Nous croyons donc qu'il faut agir rapidement sur la discrimination à l'embauche, dans le logement et ailleurs, en lançant une vaste campagne de sensibilisation ainsi qu'un plan d'action robuste en quatre axes : mieux reconnaître les acquis, mettre fin aux obstacles structurels à l'embauche, lutter fermement contre le racisme et la discrimination, et prendre les moyens d'inclure. Ces mesures devraient être mises en œuvre immédiatement, mais le dialogue doit se poursuivre avec la société civile, les communautés et les experts, dans un processus continu de bonification et d'ajustement des mesures, d'identification des problèmes et des solutions », a indiqué le chef de l'opposition officielle.

Axe 1 : Intégrer, c'est mieux reconnaître les acquis
Les études révèlent que les immigrants montréalais sont plus diplômés que ceux des autres villes, mais que leur taux de chômage est pire qu'ailleurs. La reconnaissance des acquis est un des facteurs clés qui permettent de se trouver un emploi qualifié. Malheureusement, trop souvent, les gens ne savent plus à quelle porte cogner ou se perdent dans les différentes démarches à suivre. Ainsi, nous proposons :

  • 1. d'instaurer un guichet unique de reconnaissance des acquis et de mieux arrimer les différents systèmes de reconnaissance des acquis;
  • 2. d'étendre le projet pilote de reconnaissance intensive des acquis mené actuellement par Qualification Montréal avec Emploi‑Québec, et d'en assurer le financement adéquat;
  • 3. d'établir un cadre légal commun sur la reconnaissance des acquis et l'obtention de stages professionnels couvrant les universités et les ordres professionnels;
  • 4. d'informer les candidats à l'immigration au moment de leur candidature des exigences qui seront requises pour la reconnaissance de leurs diplômes et de leurs qualifications, afin d'établir clairement les étapes à venir pour prévenir les échecs;
  • 5. de reprendre immédiatement la négociation interrompue il y a trois ans par le gouvernement libéral avec la Tunisie, le Maroc et l'Algérie pour des ententes de reconnaissance réciproque des compétences professionnelles.

Axe 2 : Intégrer, c'est mettre fin aux obstacles structurels à l'embauche
Malgré toutes les compétences requises, plusieurs obstacles structurels restent à franchir pour une personne immigrante qui cherche un emploi. Trop souvent, les entreprises exigent, dans leur offre d'emploi, une première expérience de travail canadienne.

En ce qui concerne le secteur public québécois, les obstacles sont encore présents; il emploie en moyenne 5 % de personnes issues des minorités visibles, alors que la société québécoise en compte 11 %. Il faut donc s'assurer que la fonction publique soit mieux représentative de la population. Nous proposons :

  • 6. d'interdire, comme en Ontario, la condition de première expérience canadienne de travail, qui est un réel obstacle à l'embauche pour les Québécois d'adoption;
  • 7. de bonifier substantiellement le Programme d'aide à l'intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi (PRIIME) et autres programmes de stages ou de première expérience en entreprise;
  • 8. d'établir un régime d'inspection et d'amendes significatives sanctionnant la discrimination à l'embauche;
  • 9. de mettre sur pied des projets pilotes de CV anonymes et d'offrir aux entreprises qui le désirent un service de présélection des candidats à l'embauche, géré par les centres locaux d'emploi, et ouvrant droit à un label « Embauche équitable » pour les entreprises participantes;
  • 10. de revoir en profondeur le programme d'embauche des minorités par l'État québécois, notamment en faisant de l'atteinte des objectifs un critère majeur d'avancement pour les cadres chargés du recrutement.

Axe 3 : Intégrer, c'est lutter fermement contre le racisme et la discrimination
Au Québec, selon l'Institut de la statistique du Québec, 13 % de la population a déclaré être discriminée en raison de facteurs ethnoculturels. Cette discrimination est davantage subie dans le contexte du travail, soit en cours d'emploi, lors d'une demande d'emploi ou d'avancement, ou encore dans les services.

En ce qui concerne le logement, la situation est similaire. « Le tiers des plaintes reçues à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse concernant la discrimination en ce qui a trait au logement sont en lien avec le statut d'immigrant ou de minorité visible. Les immigrants se retrouvent discriminés dans leur recherche de logement, et certaines communautés plus que d'autres. Il faut agir pour mettre fin au racisme et à la discrimination », a indiqué Carole Poirier.

Ainsi, voici ce que nous proposons :

  • 11. Il est urgent de lancer une vaste campagne de sensibilisation afin de vaincre la discrimination à l'embauche, dans le logement et ailleurs;
  • 12. Dans le cadre d'un nouveau cours sur la citoyenneté, au primaire et au secondaire, les valeurs démocratiques québécoises d'égalité entre Québécois de toutes provenances, d'implication démocratique, d'égalité entre hommes et femmes, doivent favoriser une culture qui rejette le racisme et la discrimination;
  • 13. Les échanges d'étudiants entre Montréal et les régions, au secondaire et au cégep, ainsi que la régionalisation de l'immigration doivent être promus pour susciter une meilleure connaissance des uns et des autres sur tout le territoire;
  • 14. Sur les réseaux sociaux, où des propos racistes sont fréquents, il faut encourager les citoyens à diffuser des contrediscours et à marginaliser les voix discriminatoires;
  • 15. Dans le logement, il convient à la fois de renforcer les initiatives existantes de médiation entre les propriétaires et les locataires qui proviennent de la diversité, et de sanctionner, par des amendes, les propriétaires pris en flagrant délit de discrimination.

Axe 4 : Intégrer, c'est prendre les moyens d'inclure
Plusieurs aspects importants de l'intégration doivent également faire partie des actions à exécuter. La francisation, ainsi que les mesures favorisant la participation accrue des Québécois issus de la diversité, notamment, doivent disposer des moyens requis.

Nous proposons :

  • 16. Un chantier national de lutte contre l'analphabétisme qui aurait un impact positif pour l'enrichissement personnel et économique de l'ensemble des Québécois, y compris des Québécois d'adoption;
  • 17. Une réelle politique de francisation :
    • au point d'entrée, pour les futurs immigrants et réfugiés;
    • d'enseignement du français au travail, pour ceux et celles qui sont déjà chez nous;
    • une exigence de connaissance réelle du français pour les finissants des cégeps et des universités anglophones, donc une proportion significative d'allophones;
    • un cran d'arrêt à la pratique de nombreux employeurs réclamant la connaissance de l'anglais pour des tâches où cela n'est pas indiqué - ce qui exclut de nombreux allophones;
    • l'extension de la loi 101 pour assurer le français langue de travail dans les entreprises de 25 à 50 employés et dans celles à charte fédérale.
  • 18. Un engagement conséquent des partis politiques à intégrer un plus grand nombre de membres de la diversité dans leurs équipes de candidats, dans leurs cabinets politiques, dans leurs organisations internes;
  • 19. La promotion de membres de la diversité aux conseils d'administration d'organismes publics et parapublics, et la mise en valeur des entreprises dont les conseils d'administration sont plus représentatifs de la diversité;
  • 20. Une incitation à une plus grande présence des membres de la diversité dans les manifestations culturelles québécoises en tous genres.

« Le Québec doit être à la hauteur de sa réelle volonté d'ouverture et d'accueil. En tant que société, nous ne pouvons plus accepter que des gens qualifiés et compétents se retrouvent sans emploi. Assurer l'accès à un emploi de qualité représente la meilleure façon de réussir l'intégration. Les mesures que nous présentons aujourd'hui garantiront le succès de chaque Québécois d'adoption et permettront à tout un chacun d'atteindre son plein potentiel », a conclu Jean-François Lisée.

 

SOURCE Aile parlementaire du Parti Québécois

Renseignements : Bruno-Pierre Cyr, Attaché de presse, Cabinet du chef de l'opposition officielle, 418 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.