"Il faut progresser davantage", affirment des groupes aux ministres de la
Santé

OTTAWA, le 17 sept. /CNW Telbec/ - Les principales associations du secteur des soins de santé du Canada demandent aux ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de la Santé de s'attaquer à de nombreux problèmes pressants au cours de l'assemblée annuelle des ministres qui aura lieu à Winnipeg le 17 septembre. Ces groupes, soit l'Association canadienne des soins de santé (ACS), l'Association médicale canadienne (AMC), l'Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) et l'Association des pharmaciens du Canada (APhC), sont prêts à aider les gouvernements.

"Tout comme les ministres de la Santé du Canada, nos organisations veulent assurer que les Canadiens sont en santé et ont accès aux soins de santé de la plus grande qualité, a déclaré Pamela Fralick, présidente et chef de la direction de l'ACS. Même en cette période difficile sur le plan financier, il y a de nombreux problèmes auxquels on peut et on doit s'attaquer pour tenir cette promesse aux Canadiens."

Le problème le plus pressant auquel il faut s'attaquer est peut-être celui de la préparation - et de la réponse - à une aggravation possible de la pandémie de grippe cet automne. Les professionnels de la santé et les établissements de santé dans tout le continuum des soins sont prêts à aider davantage les gouvernements dans leurs préparatifs.

Outre le besoin urgent de se préparer à une pandémie de grippe qui pourrait être plus grave que prévu, les gouvernements doivent se rappeler et tenir leurs promesses d'appliquer des garanties de temps d'attente d'ici à la fin de mars 2010. Le manque d'accès en temps opportun aux soins primaires et aux soins dans les services d'urgence ainsi que les longues périodes d'attente pour des interventions planifiées préoccupent toujours.

De même, la récession en cours a restreint encore plus l'accès aux produits pharmaceutiques pour traiter des maladies aiguës et chroniques. Plus d'un Canadien sur 10 (14 %) signale avoir dû retarder l'achat de médicaments d'ordonnance ou n'avoir pu en acheter à cause de problèmes financiers.

"Cinq ans après l'Accord de 2004, l'accès aux médicaments nécessaires ne s'améliore plus, a déclaré Jeff Poston, directeur général de l'APhC. Le ralentissement de l'économie a exacerbé l'urgence de s'attaquer aux disparités de l'assurance-médicaments."

Le Canada manque toujours lamentablement de médecins, d'infirmières et d'autres professionnels de la santé. L'augmentation de la capacité de formation, l'amélioration de la productivité des effectifs, ainsi que de la planification et de la coordination entre les administrations, et l'attention accordée à l'étendue et à la composition appropriées des effectifs de professionnels de la santé pourraient améliorer l'accès aux soins de santé.

"Les pénuries d'infirmières autorisées et d'autres fournisseurs de soins de santé limitent l'accès aux soins de santé, a déclaré Kaaren Neufels, présidente de l'AIIC. Nous sommes prêts à travailler avec les gouvernements sur cette question urgente. La solution réside dans l'optimisation du rôle des professionnels de santé selon une approche des soins fondée sur le travail d'équipe, dans l'augmentation des capacités de formation et dans l'amélioration de la planification des ressources humaines."

L'investissement insuffisant dans les technologies de l'information en santé contribue aussi à l'allongement des temps d'attente et à la réduction de la qualité des soins, ainsi qu'au double emploi des services et au manque de responsabilisation. Il est urgent que le Canada investisse davantage dans les établissements de santé dans tout le continuum des soins afin de répondre aux besoins en santé de la population qui augmente et vieillit. Le vieillissement de l'infrastructure physique des établissements de santé du Canada menace aussi la sécurité des patients et limite l'accès aux soins de santé en temps opportun.

"Les médecins du Canada souhaitent, comme les gouvernements, que le dossier médical électronique s'implante rapidement et que l'on rende compte de l'utilisation des fonds publics, a déclaré la Dre Anne Doig, présidente de l'AMC. Le gouvernement fédéral doit transférer les 500 millions de dollars promis à Inforoute Santé du Canada afin que les professionnels de la santé de première ligne puissent exploiter leur potentiel pour améliorer le soin des patients et gérer les coûts."

"Les premiers ministres se sont engagés à répondre à un grand nombre de ces besoins critiques lorsqu'ils ont signé l'Accord de 2004 sur la santé, et, à mi-parcours de l'Accord, force est de constater qu'il faut progresser davantage".

En dépit de la situation financière actuelle, il faut maintenir les budgets de la santé. Les ministres provinciaux et territoriaux de la Santé se sont engagés à consulter au sujet de la viabilité à compter de 2009. Nos organisations les félicitent de cette promesse et sont prêtes à les aider à la tenir.

Ensemble, l'ACS, l'AMC, l'AIIC et l'APhC représentent l'éventail du système de santé du Canada, y compris les associations et organisations provinciales et territoriales du secteur de la santé, ainsi que 70 000 médecins, 133 000 infirmières autorisées et 31 000 pharmaciens.

SOURCE Association médicale canadienne

Renseignements : Renseignements: Theresa Neuman, ACS: (613) 241-8005, poste 205; Lucie Boileau, AMC: (613) 731-8610 ou 1-800-663-7336, poste 1266; Paul Watson, AIIC: (613) 237-2159, poste 283; Jenn Hood, APhC: (613) 523-7877, poste 219


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.