Générosité des régimes de retraite du secteur public: au-delà des chiffres,
le bon sens

MONTRÉAL, le 3 mars /CNW Telbec/ - À un mois de l'échéance des conventions collectives des employés du secteur public, l'Institut économique de Montréal (IEDM) publiait une analyse préparée par Pierre Girardin, actuaire, en collaboration avec Michel Kelly-Gagnon, p.-d.g. de l'IEDM, au sujet des régimes de retraite des employés du secteur public. L'objectif était d'évaluer la générosité de ces régimes de retraite et de les comparer avec ce qui se trouve dans le secteur privé.

La comparaison a été critiquée par des porte-parole syndicaux ainsi que par l'Association des retraités du secteur public et parapublic, tel que rapporté par Le Journal de Montréal. "La réplique de nos détracteurs pourrait être qualifiée d'affront au bon sens du travailleur moyen", a déclaré Michel Kelly-Gagnon. "Je tiens à rappeler nos principaux arguments afin que la population puisse juger."

"Tout d'abord, selon la Régie des rentes du Québec, 99 % des employés du secteur public sont couverts par un régime de retraite, à prestations déterminées dans la quasi-totalité des cas. Les soubresauts du marché boursier n'ont donc pas de conséquence sur leur rente garantie. Dans le secteur privé, seulement 25 % des employés sont couverts par un régime complémentaire de retraite. Avant même de mesurer la générosité des régimes de retraite, ce déséquilibre flagrant détruit toute prétention selon laquelle les employés du secteur public ne seraient pas avantagés à la retraite.

Certains proposent la mise sur pied d'un régime de retraite obligatoire pour tous les employeurs. Cette option augmenterait les taxes sur la masse salariale qui sont déjà trop élevées et qui nuisent à la compétitivité des entreprises québécoises. De plus, cela ne changerait rien au fait que les contribuables qui travaillent dans le secteur privé se retrouvent à payer pour la retraite privilégiée des employés de l'État.

Ensuite, sans vouloir déclencher une guerre de chiffres sur la générosité du régime de retraite des employés de l'État québécois, l'étude comparative citée par nos détracteurs examine uniquement les régimes "Cadillac" d'autres organismes publics (sociétés d'État, fédéral, Ontario, universités, etc.) et de quelques grandes entreprises, uniquement des banques et d'anciens monopoles (Air Canada, Bell, CN)! Sachant que plus de la moitié des travailleurs québécois oeuvrent dans des PME de moins de 300 employés, ne pensez-vous pas qu'il est plus honnête de comparer les avantages des fonctionnaires au travailleur moyen?

Notre analyse montre que le fait d'avoir un seul employeur au cours de sa vie - une situation très inhabituelle, sauf au sein du secteur public - a un impact positif majeur sur le montant des fonds disponibles à la retraite. Il est vrai qu'il existe une minorité d'employés avec un statut précaire dans le secteur public. Toutefois, il importe de souligner que la sécurité d'emploi n'existe pas du tout dans le secteur privé!

Pour terminer, les employés de l'administration publique québécoise ont une rémunération globale par heure travaillée plus élevée de 3,6 % par rapport aux travailleurs du secteur privé, d'après l'Institut de la statistique du Québec. La rémunération globale inclut les contributions patronales aux régimes de retraite.

Les porte-parole du Front commun syndical citent exactement la même étude pour appuyer leurs revendications : ils ne peuvent donc pas prétendre en contester la fiabilité. Cependant, ils se limitent à citer les données sur les différences salariales. Il faut plutôt examiner la rémunération globale par heure travaillée pour obtenir un portrait complet, entre autres pour tenir compte des avantages sociaux ainsi que de la semaine de travail plus courte dans l'administration publique (près d'une heure et demie de moins que celle des autres salariés québécois).

Il peut y avoir des exceptions pour des professions en particulier, mais de façon générale il n'y a aucun écart à combler pour les employés du secteur public par rapport à ceux du secteur privé, bien au contraire. Cette réalité doit être prise en compte lors des négociations avec les syndicats du secteur public, et ce, particulièrement dans un contexte de déficits budgétaires.

Enfin, il est regrettable que certains interlocuteurs syndicaux semblent incapables d'articuler un débat sans systématiquement faire appel à l'insulte et l'anathème. S'ils avaient de bons arguments ils ne sentiraient pas le besoin de "tirer sur le messager" comme ils le font si vigoureusement...", conclut Michel Kelly-Gagnon.

Le texte intégral de la Note économique Les régimes de retraite du secteur public sont-ils trop généreux? peut être consulté sans frais au www.iedm.org

L'Institut économique de Montréal est un organisme de recherche et d'éducation indépendant, non partisan et sans but lucratif. Par ses études et ses conférences, l'IEDM alimente les débats sur les politiques publiques au Québec et au Canada en proposant des réformes créatrices de richesse et fondées sur des mécanismes de marché.

SOURCE Institut économique de Montréal

Renseignements : Renseignements: et demandes d'entrevues: Ariane Gauthier, coordonnatrice des communications, Institut économique de Montréal, (514) 273-0969 p. 2231, Cell.: (514) 603-8746, agauthier@iedm.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.