Gel d'embauche dans la fonction publique - Le gouvernement doit revoir ses stratégies comptables, déplore le SFPQ

QUÉBEC, le 12 déc. 2013 /CNW Telbec/ - Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) dénonce l'attitude du gouvernement péquiste qui, pour la seconde fois en moins d'un an, décrète un gel de l'embauche jusqu'au 31 mars prochain. Cette décision touche les emplois réguliers et occasionnels à pourvoir dans les ministères et les organismes. Déjà, estime le SFPQ, la politique de non-remplacement d'une personne sur deux quittant son emploi pour prendre sa retraite a grandement hypothéqué le renouvellement des effectifs dans la fonction publique ces dernières années. En 2010, le gouvernement dirigé par les libéraux affirmait que le plan de réduction des effectifs avait atteint ses limites, rappelle le Syndicat.

« Afin de pallier le manque de personnel, les ministères et organismes ont recours à la sous-traitance, ce qui entraîne une augmentation des coûts de main-d'œuvre et crée une dépendance de l'État envers les ressources provenant du secteur privé, déplore la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau. De plus, les ministres rencontrés dans les derniers mois pour leur expliquer les manquements dans leurs ministères imputables à une diminution du personnel nous ont donné raison. Ceux-ci ont affirmé vouloir cesser le gel de l'embauche et ont confirmé que les régions éloignées souffrent particulièrement du non-renouvellement des effectifs dans la fonction publique. Aujourd'hui, c'est une gifle que nous recevons après tous ces beaux discours », s'insurge madame Martineau qui fait aussi remarquer que le dernier rapport de la Protectrice du citoyen est particulièrement accablant sur la qualité et l'accessibilité des services directs à la population.

En décrétant un gel de l'embauche, le gouvernement continuera de perdre l'expertise nécessaire au bon fonctionnement de ses institutions et à la livraison de services publics. « Chaque fois qu'une organisation perd une agente de bureau, un préposé aux renseignements ou une agente d'indemnisation, c'est le service aux citoyens qui s'en ressent. Quand le gouvernement limite ses effectifs, il limite également son pouvoir d'action. Les politiciens doivent y mettre un terme une fois pour toutes, car ce sont les citoyens et les travailleurs de l'État qui en font les frais. Le gouvernement veut équilibrer son budget? Dossier après dossier, on lui démontre depuis des années que c'est du côté de la diminution de la sous-traitance qu'il y a des économies substantielles à faire. Mais le gouvernement continue de faire la sourde oreille », poursuit Lucie Martineau.

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) est un syndicat indépendant qui regroupe environ 42 000 membres à travers le Québec. Quelque 31 000 d'entre eux sont issus de la fonction publique québécoise et répartis comme suit : près de 27 000 employés de bureau et techniciens et environ 4 000 ouvriers travaillant au sein de divers ministères et organismes. Les 11 000 autres membres proviennent du secteur parapublic.

SOURCE : Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

Renseignements :

Éric Lévesque
Responsable des relations avec les médias
Tél. : 418 623-2424, poste 338
Cell. : 418 564-4150
eric.levesque@sfpq.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.