Forum sur les CHSLD : Ouvrez les fenêtres et laissez entrer un vent de fraîcheur dans un milieu de vie

MONTRÉAL, le 17 nov. 2016 /CNW Telbec/ - Un CHSLD est un milieu de vie qui devrait être ouvert sur l'extérieur et faire partie intégrante de la communauté environnante. Les familles devraient se sentir accueillies et les proches aidants acceptés. Les jeunes qui reviennent de l'école devraient avoir le goût de s'y arrêter. « Mais, hélas!, ce n'est actuellement pas le cas. La réticence à ouvrir les portes et à faire participer activement nos aînés et les CHSLD à la vie de la cité est encore bien présente », déplore M. Pierre Blain, directeur général du RPCU. « En ouvrant les portes à toute la population, nous nous assurons du respect et de la dignité de nos aînés » ajoute-t-il.

Le Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU), principal porte-parole des usagers du réseau québécois de la santé et des services sociaux, participe aujourd'hui et demain au Forum sur les meilleures pratiques en CHSLD, une démarche mise de l'avant par les ministres Gaétan Barrette et Francine Charbonneau le 19 septembre dernier, visant l'amélioration de l'organisation des soins et des services offerts aux aînés du Québec en CHSLD.

La population québécoise est préoccupée par ce qui se passe dans les CHSLD et par les conditions de vie des personnes en perte d'autonomie qui y résident. « Il existe pourtant de bonnes pratiques dans plusieurs CHSLD, elles sont nombreuses, mais nous ne les connaissons pas. Nous devrions les connaître et nous en inspirer, plus particulièrement dans les CHSLD où la politique Milieu de vie, émise il y a quatorze ans, n'est toujours pas appliquée aujourd'hui » souligne M. Claude Ménard, président du RPCU. « Il faut non seulement connaître quelles sont les bonnes pratiques, mais surtout les implanter, c'est encore plus important » ajoute M. Blain.

Quatre défis

Les usagers ont identifié quatre défis à relever pour de meilleures pratiques en CHSLD et une plus saine gestion :

  • une meilleure communication : il n'est pas normal que les résidents, les proches aidants, la population ait une perception si négative de cette institution et que l'entrée en CHSLD équivaut à une vie de privations et de souffrances;
  • l'engagement de tous et de toutes, fondé sur la reconnaissance et la compétence des employés, ainsi que sur l'organisation du travail en vue d'offrir aux résidents des relations de qualité dans leur environnement et leur milieu, celui-ci étant souvent la famille substitut;
  • l'interdisciplinarité pour mieux adapter les services aux personnes en perte d'autonomie et qui ont des troubles cognitifs, ce qui implique une plus grande reconnaissance des préposés aux bénéficiaires, lesquels sont en étroite relation avec les résidents;
  • une seule norme, répondre aux besoins à combler : du personnel en nombre suffisant et stable tel que souhaité par les comités de résidents, une alimentation de qualité, une bonne hygiène, des soins dentaires, de la vue et de l'ouïe, bref, des besoins à combler pour continuer une vie active dans un milieu de vie.

Culture de la bientraitance

Ces défis ne pourraient être réalisés sans le développement d'une culture de bientraitance. Or les visites d'évaluation en CHLSD démontrent parfois une réalité que nous ne voulons pas nommer : la maltraitance institutionnelle. À ce problème, le RPCU répond plutôt par la bientraitance. La bientraitance, c'est changer le regard qui nous avons sur les personnes âgées. La bienveillance, c'est la sollicitude, la tolérance et le soutien, par des gestes quotidiens faits par tous les intervenants du réseau et qui font en sorte que la personne aînée sera encore importante. C'est aussi une ouverture sur le monde extérieur et une plus grande intégration des CHSLD au sein de leur environnement. « Ouvrez les fenêtres des CHSLD et laissez entrer un vent de fraîcheur dans un milieu de vie! » demande-t-il aux gestionnaires, décideurs et personnel du réseau réunis à l'occasion de ce Forum.

Engagement du RPCU

Rappelons que le RPCU est bien engagé dans l'amélioration des conditions de vie des personnes aînées depuis longtemps. Le Regroupement a initié une campagne intitulée Visitons nos aînés qui est toujours en cours, a déployé un programme de lutte contre la maltraitance envers les personnes aînées, et, en 2012, a publié un état de situation sur l'hébergement pour les personnes en perte d'autonomie au Québec.

À propos du RPCU

Le Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU) défend les droits des usagers et est le porte-parole des 600 comités des usagers et de résidents des établissements de santé et de services sociaux du Québec. La mission des comités des usagers et de résidents est de défendre les droits des usagers et de travailler à améliorer la qualité des services offerts aux usagers du réseau de la santé et des services sociaux. Le RPCU défend également les droits des personnes aînées et des jeunes.

 

SOURCE Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU)

Renseignements : Richard Rancourt, directeur des communications, 514 966-0279; Pierre Blain, directeur général, 514 436-3744

LIENS CONNEXES
www.rpcu.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.