Fermeture de la Maison Tanguay - Dans un contexte de surpopulation, un choix incompréhensible aux yeux du syndicat

MONTRÉAL, 24 sept. 2015 /CNW Telbec/ - C'est avec étonnement que le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec a appris la décision du Ministère de la Sécurité publique de fermer l'établissement de détention Maison Tanguay (EDMT) et de transférer les détenues à l'établissement de détention Leclerc de Laval (EDLL), surtout dans le contexte de surpopulation carcérale qui existe depuis plusieurs années et ne cesse de s'amplifier.

Le syndicat s'explique mal cette décision, surtout considérant qu'il y a un an jour pour jour la ministre Thériault déclarait « (…) L'Établissement de détention Leclerc de Laval représentait une occasion unique d'améliorer l'état du réseau correctionnel à moindre coût et de mieux gérer l'augmentation de la population carcérale. L'ouverture de cet établissement s'inscrit d'ailleurs dans une série de mesures adoptées par notre gouvernement afin d'apporter des solutions à long terme à cette problématique » (communiqué du ministère de la Sécurité publique, 26 septembre 2014). Le Président du syndicat, Mathieu Lavoie, s'interroge : « À pareil date l'année dernière, la ministre nous disait apporter des solutions à long terme au problème récurrent de surpopulation. L'EDLL faisait partie de ces solutions, aujourd'hui, avec cette étrange volte-face, nous nous demandons s'il ne s'agissait pas que de poudre aux yeux.»

Le SAPSCQ refuse l'explication donnée par le ministère à l'effet que l'ouverture prochaine des établissements de détention d'Amos, de Roberval, de Sept-Îles et de Sorel pourrait compenser la fermeture de la Maison Tanguay.  « Lorsqu'on a annoncé leur construction en 2007, ces projets devaient servir à régler les problèmes de surpopulation vécus à ce moment-là, or le phénomène s'est amplifié notamment en raison des modifications apportées par le Fédéral.»

Le problème de surpopulation carcérale est dénoncé depuis longtemps par le syndicat et plusieurs autres intervenants. Aux yeux du syndicat, il s'agit de questions importantes de sécurité. Encore la semaine dernière, le 17 septembre, la Protectrice du citoyen disait « constater à nouveau cette année » le problème ainsi que les conséquences connexes qui en découlent. « La solution du gouvernement ? Fermer un établissement et augmenter la pression sur l'ensemble du réseau », se désole Mathieu Lavoie.

Le ministère a beau prétendre qu'il s'agit d'une fermeture temporaire en raison de la désuétude, le président reste sceptique. « Ça ressemble davantage à une déclaration pour calmer l'irritation causée par cette annonce qu'à une volonté réelle de réouverture et ce d'autant plus qu'il n'y a encore aucun projet précis sur la table.»

À propos
Le SAPSCQ est le syndicat de tous les agentes et agents de la paix en services correctionnels du Québec et regroupe près de 2800 membres. Il est membre de la Fédération des employées et employés de services publics qui compte plus de 425 syndicats affiliés représentant environ 60 000 membres œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics.

La CSN est une organisation syndicale qui regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

 

SOURCE CSN

Renseignements : Jonathan Aspireault-Massé, Service des communications de la CSN, Cellulaire : 514 378-1753; bureau : 514 598-2159, Jonathan.aspireault-masse@csn.qc.ca

RELATED LINKS
www.csn.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.