Fermeture de classes de difficultés graves d'apprentissage et de cheminement particulier de formation - La CSDM coupe l'accès à des classes spécialisées pour ses élèves en difficulté

MONTRÉAL, le 26 avril 2017 /CNW Telbec/ - Les membres de l'Alliance des professeures et professeurs de Montréal ont manifesté aujourd'hui devant le centre administratif de leur employeur pour dénoncer le projet de la CSDM de fermer des classes spécialisées pour les élèves avec des difficultés graves d'apprentissage au primaire et au secondaire afin de les intégrer dans des classes dites ordinaires.

« Soyons clairs ! Les enseignantes et enseignants ne sont pas contre l'inclusion de tous les élèves dans les écoles de la CSDM. C'est d'ailleurs la mission de l'école publique d'accueillir tous les élèves, peu importe leurs caractéristiques, leurs capacités, leurs forces et leurs faiblesses. À notre commission scolaire, nous avons toujours su être un exemple d'inclusion. Mais attention, le vocabulaire utilisé par notre employeur est trompeur. Sous le couvert de changement de paradigme, le projet « d'inclusion » de la CSDM n'est en fait que de nouvelles intégrations d'élèves HDAA en classes ordinaires alors qu'il y a un manque cruel de services d'adaptation scolaire pour ces élèves. C'est inacceptable qu'on en soit rendu là. », de commenter madame Catherine Renaud, présidente de l'Alliance.

Après la manifestation, des enseignantes et enseignants se sont rendus à la séance du Conseil des commissaires et plusieurs d'entre eux ont participé à la période de questions du public pour convaincre les commissaires de faire marche arrière avec cette nouvelle compression budgétaire. Ils ont notamment souligné aux commissaires que les besoins pour soutenir les élèves en difficulté étaient loin d'être comblés et qu'il ne faudrait pas dans ces conditions intégrer davantage d'élèves en difficulté sans les services suffisants.

« Pour l'ensemble de nos écoles primaires et secondaires, il manque 270 postes équivalents temps plein pour soutenir nos élèves handicapés et en difficulté dans les quelque 175 écoles primaires et secondaires, car ce décompte ne se fait pas dans les centres de formation professionnelle et d'éducation des adultes qui n'ont pas de services pour leurs élèves à besoins particuliers même s'ils en ont vraiment besoin. Il y a donc actuellement des milliers d'élèves HDAA qui ne reçoivent pas tous les services qu'ils auraient besoin pour vivre une intégration réussie en classe ordinaire. Sans ces services, ce sont des échecs répétés qui attendent ces élèves sans compter l'abandon de l'objectif d'égalité des chances. Dans ces conditions, comment la CSDM peut-elle concevoir l'ajout d'autres élèves HDAA dans les classes ordinaires, sans compromettre les conditions d'apprentissage de l'ensemble des élèves qui composent ces classes ? De plus, il est impensable de demander aux parents de se tourner vers les cabinets privés pour obtenir les services d'enseignants-orthopédagogues, d'orthophonistes, de psychoéducateurs et d'autres professionnels qui ne sont plus disponibles pour répondre adéquatement aux besoins des élèves. », de poursuivre la présidente de l'Alliance.

La CSDM répète sur toutes les tribunes depuis l'an dernier qu'elle ajoute 27 millions de dollars, à même son budget local, dans l'enveloppe EHDAA pour pallier les compressions du gouvernement. Même les firmes comptables ont corroboré la prétention de la CSDM que les budgets du ministère pour financer les services aux EHDAA étaient insuffisants. « Devant des faits aussi clairs, comment la CSDM peut-elle virer à 180 degrés et ne plus réclamer le financement supplémentaire pour équilibrer son budget, notamment pour pouvoir former des classes spécialisées ? Ce financement supplémentaire est d'autant plus important puisque nos classes spécialisées à la CSDM sont plus nombreuses que dans les autres commissions scolaires, et aussi plus dispendieuses à créer qu'une classe ordinaire. Dans ces circonstances, les directions d'école et de services à la CSDM, quoi qu'ils en disent, n'ont d'autres solutions que de demander au personnel d'en faire toujours plus avec moins. C'est beaucoup plus pour cette raison, que pour les nombreux chantiers routiers, que la pénurie d'enseignants à la CSDM est pire que partout ailleurs. Il faut stopper ce projet de fermetures de classes spécialisées. C'est inacceptable ! », de conclure madame Renaud.

L'Alliance des professeures et professeurs de Montréal représente les enseignantes et enseignants dans les écoles primaires et secondaires ainsi que dans les centres de formation professionnelle et d'éducation des adultes de la CSDM, de même que le personnel du Centre Académique Fournier et des écoles Peter Hall.

 

SOURCE Alliance des professeures et professeurs de Montréal

Renseignements : Yves Parenteau, 514-910-3195


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.