Faits troublants concernant les contrats informatiques - Une enquête publique dans les plus brefs délais, réclame le SFPQ

QUÉBEC, le 29 oct. 2013 /CNW Telbec/ - Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) réitère sa demande au président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, d'ouvrir une enquête publique sur l'attribution des contrats gouvernementaux en informatique, et ce, dans les plus brefs délais. En janvier dernier, monsieur Bédard avait indiqué que s'il y avait des révélations similaires au secteur de la construction, il n'hésiterait pas une seconde pour recommander à Mme Marois de procéder avec un mandat particulier à la Commission Charbonneau. Or, les révélations concernant le refus de la Sûreté du Québec d'attribuer un important contrat informatique à la firme CGI ayant pourtant remporté l'appel d'offres, viennent appuyer la nécessité d'une enquête publique. Plus récemment l'Unité permanente anticollision (UPAC) a ouvert une enquête sur des contrats accordés de gré à gré entre 2011 et 2013 à l'hôpital Santa Cabrini de Montréal.

« Plus que jamais, le gouvernement a les motifs nécessaires pour entreprendre une enquête publique. Tous les ingrédients, identiques à la construction, justifiant une telle investigation sont présents : contrats offerts de gré à gré, dépassements de coûts et main mise de certaines entreprises sur la majorité des contrats en informatique. Nous sommes d'avis que les citoyennes et les citoyens sont en droit d'obtenir des explications sur les motifs obscurs qui se cachent derrière l'obsession du gouvernement de laisser à quelques entreprises privées, très souvent les mêmes, lui dicter ses dépenses dans les technologies de l'information », indique Lucie Martineau, présidente générale du SFPQ.

Rappelons que le Vérificateur général du Québec et la Commission de la fonction publique du Québec ont formulé des préoccupations quant à l'utilisation judicieuse des fonds publics dans le domaine des technologies de l'information. Le recours aux sous-traitants pour des travaux récurrents en informatique, comme le soutien aux usagers par exemple, coûte deux fois plus cher en moyenne que le personnel de la fonction publique.

Élections municipales 2013

Par ailleurs, le SFPQ rappelle que l'organisme FACIL, pour l'appropriation collective de l'informatique libre (FACIL), a soumis cinq questions aux candidates et aux candidats à la mairie de Montréal en lien avec les pratiques de corruption, de collusion et de malversation ayant entaché l'octroi et la gestion des contrats accordés par la Ville de Montréal.

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) est un syndicat indépendant qui regroupe environ 42 000 membres à travers le Québec. Quelque 31 000 d'entre eux sont issus de la fonction publique québécoise et répartis comme suit : près de 27 000 employés de bureau et techniciens et environ 4 000 ouvriers travaillant au sein de divers ministères et organismes. Les 11 000 autres membres proviennent du secteur parapublic.

SOURCE : Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

Renseignements :

Éric Lévesque
Responsable des relations avec les médias
Tél. : 418 623-2424, poste 338
Cell. : 418 564-4150
eric.levesque@sfpq.qc.ca

Profil de l'entreprise

Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.