Exchange Income Corporation annonce des résultats records pour le quatrième trimestre et l'exercice de 2016

- Résultat net annuel par action record de 2,18 $, en hausse de 34 % -
- Flux de trésorerie disponibles annuels par action records diminués des dépenses d'investissement de maintien de 3,25 $, en hausse de 8 % -

WINNIPEG, le 22 févr. 2017 /CNW/ - Exchange Income Corporation (TSX : EIF) (la « société » ou « EIC »), une société diversifiée axée sur les acquisitions qui cible les occasions dans les secteurs de l'aérospatiale, de l'aviation et de la fabrication, a déclaré ses résultats financiers pour les périodes de 3 mois et de 12 mois closes le 31 décembre 2016. Sauf indication contraire, tous les montants sont présentés en dollar canadien.

Remarques du chef de la direction
« L'année 2016 a été exceptionnelle pour EIC. Nous avons appliqué notre modèle d'affaires établi de longue date, généré des résultats records et jeté les bases de notre expansion future en effectuant des acquisitions stratégiques complémentaires, en investissant des capitaux dans nos filiales et en portant une attention particulière à la réduction des coûts dans l'ensemble de nos activités, a déclaré le chef de la direction Mike Pyle. Les effets de cette stratégie sont faciles à constater dans nos résultats. Alors que les produits des activités ordinaires ont fait un bond de 10 % pour s'établir à 891 M$, le résultat par action a grimpé de 34 % pour atteindre 2,18 $. Surtout, cette progression nous a permis d'augmenter deux fois notre dividende durant l'année pour le porter à un taux annualisé de 2,10 $, ce qui représente une hausse de 9,4 %. »

M. Pyle a ajouté que « 2016 ne se limitait pas aux résultats d'exploitation records enregistrés par EIC. C'est aussi l'année où nous avons jeté les bases de la prochaine étape d'expansion, tout en restant fidèles au modèle d'affaires qui a bien servi nos actionnaires depuis la création de la société. En août, notre capitalisation boursière a atteint pour la première fois le milliard de dollars. Nous avons eu la possibilité d'investir de façon importante dans la croissance interne et d'effectuer deux acquisitions complémentaires, Regional One et Provincial, en vue d'accroître leurs plateformes et de renforcer leurs gammes de produits. En décembre, nous avons participé au consortium qui a été choisi pour fournir au Canada une flotte d'aéronefs de recherche et de sauvetage dans le Nord et en assurer l'entretien. Ce contrat devrait considérablement accroître notre produit des activités ordinaires et notre rentabilité pour notre filiale Provincial au cours des deux prochaines décennies au minimum. Nous avons également annoncé la conclusion d'une entente avec Bombardier pour les aider à remettre en marché sa flotte de CRJ à l'échelle mondiale. L'année s'est conclue par l'annonce, en décembre, de notre inscription à l'indice composé TSX. »

Faits saillants des résultats financiers et opérationnels pour l'exercice 2016

  • Les produits des activités ordinaires consolidés se sont élevés à 891,0 M$, en hausse de 10 %.
  • Le BAIIA consolidé a progressé de 19 % pour atteindre le chiffre sans précédent de 212,6 M$.
  • Les flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien se sont établis à 91,6 M$ ou 3,25 $ par action, deux records annuels correspondant à des hausses respectives de 23 % et de 8 %.
  • Le résultat net a été de 61,5 M$ ou 2,18 $ par action, encore une fois deux records annuels pour la société, qui correspondent à des hausses respectives de 53 % et de 34 %.
  • Le résultat net ajusté a atteint 72,1 M$ ou 2,56 $ par action; ces chiffres, qui constituent de nouvelles marques pour EIC, représentent des augmentations de 38 % et de 21 % respectivement.
  • La société a annoncé deux hausses distinctes de dividende, qui correspondent ensemble à une croissance de 9,4 % des distributions aux actionnaires. Les distributions de dividendes sont actuellement de 0,175 $ par action par mois ou de 2,10 $ par action en chiffres annualisés.
  • Le ratio de distribution1 s'est établi à 61 %, même si le dividende a été augmenté deux fois et que le nombre moyen d'actions a progressé de 14 % pour atteindre 28,2 millions.
  • L'équipe C295, formée de Provincial et d'Airbus Defence and Space, a remporté le contrat du Projet de remplacement d'aéronefs de recherche et sauvetage à voilure fixe.
  • La société a conclu l'acquisition stratégique de CarteNav, un développeur de logiciels de premier plan qui fournit des solutions logicielles de renseignement, de surveillance, de reconnaissance et de connaissance de la situation, pour un prix allant jusqu'à 17 M$. CarteNav sera intégrée dans les activités de Provincial Aerospace.
  • La société a conclu l'acquisition de Team J.A.S., un fournisseur de pièces de rechange et de services de réparation et d'entretien spécialisé depuis 30 ans dans l'aéronef Twin Otter, pour un prix d'achat d'environ 10 M$ US. Team J.A.S., dont le siège social est situé à Jacksonville, en Floride, apporte à EIC une expertise dans un nouveau type d'avion et constituera une source interne de pièces de rechange pour la flotte actuelle de Twin Otter de Provincial. Team J.A.S. sera intégrée dans les activités de Regional One.
  • La société a annoncé l'expansion de sa division de location en Irlande, ce qui lui permettra de faire croître cet important secteur d'activité.
  • La société a conclu la prise ferme, pour 69 M$, de débentures subordonnées convertibles non garanties à 7 ans, au taux de 5,25 % et au prix de 44,75 $ par part, échéant le 30 juin 2023.
  • EIC a été inscrit à l'indice composé S&P/TSX le 16 décembre 2016.

Faits saillants postérieurs à la date de clôture de l'exercice

  • La société a conclu la prise ferme d'une offre publique d'actions, l'émission de 2 303 450 actions ayant généré un produit brut de 98 M$ (42,45 $ par action).
  • Regional One a signé une entente de remise en marché de 13 avions CRJ900 d'occasion avec le groupe de Gestion des actifs de Bombardier Avions commerciaux. Onze de ces avions ont déjà été livrés et la livraison des deux autres est prévue plus tard en 2017.
  • La société a augmenté de 200 M$ sa facilité de crédit syndiquée, qui passe à 750 M$.

Faits saillants de nature financière
(Tous les montants sont exprimés en milliers, sauf les données en pourcentage et par action)









Exercice
2016
Cumul

Exercice
2015

Cumul

Variation

T4
2016

T4
2015

Variation

Produits des activités ordinaires

891 026 $

807 403 $

+10 %

221 657 $

224 504 $

-1 %

BAIIA2

212 575 $

179 240 $

+19 %

51 304 $

46 055 $

+11 %

Résultat net

61 490 $

40 234 $

+53 %

13 822 $

9 923 $

+39 %


Par action3 (de base)

2,18 $

1,63 $

+34 %

0,48 $

0,36 $

+33 %

Résultat net ajusté4

72 094 $

52 262 $

+38 %

16 571 $

12 636 $

+31 %


Par action (de base)

2,56 $

2,12 $

+21 %

0,58 $

0,46 $

+26 %

Flux de trésorerie disponibles

164 211 $

139 772 $

+17 %

40 765 $

36 025 $

+13 %


Par action (de base)

5,83 $

5,67 $

+3 %

1,42 $

1,31 $

+8 %

Dépenses d'investissement totales pour le maintien des activités5

72 627 $

65 367 $

+11 %

17 942 $

15 565 $

+15 %

Flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien6

91 584 $

74 405 $

+23 %

22 823 $

20 460 $

+12 %


Par action (de base)

3,25 $

3,02 $

+8 %

0,80 $

0,74 $

+8 %


Ratio de distribution

61 %

60 %


65 %

65 %


Dividendes déclarés

56 331 $

45 227 $

+25 %

14 868 $

13 252 $

+12 %

 

Examen des résultats financiers de l'exercice 2016
Les produits des activités ordinaires consolidés de l'exercice 2016 se sont élevés à 891,0 M$, en hausse de 83,6 M$ ou de 10 % comparativement à l'exercice 2015. Le BAIIA consolidé de l'exercice 2016 a atteint 212,6 M$, ce qui représente une hausse de 19 % par rapport à l'exercice 2015. L'augmentation des produits des activités ordinaires et du BAIIA consolidés est attribuable à la croissance interne de Regional One, à la division aérospatiale de Provincial et aux améliorations apportées à nos compagnies aériennes existantes. Ces bons résultats ont été annulés en partie par les répercussions de la conjoncture économique sur le secteur Fabrication et les services aux passagers de Provincial à Terre-Neuve-et-Labrador.

Du point de vue des secteurs pour l'exercice 2016, le secteur Aérospatiale et aviation, qui regroupe les compagnies aériennes existantes d'EIC, Regional One et Provincial, a généré des produits des activités ordinaires de 703,3 M$, en hausse de 14 %, et un BAIIA de 204,2 M$, en hausse de 19 %. Le secteur Fabrication a généré des produits des activités ordinaires de 187,7 M$, en baisse de 3 %, et un BAIIA de 23,8 M$, en hausse de 4 %.

Dans le secteur Aérospatiale et aviation, la croissance est attribuable en grande partie à Regional One, qui a profité d'investissements de 140 M$ afin d'élargir sa flotte d'aéronefs à revendre ou à louer. L'expansion de la division aérospatiale de Provincial résulte surtout d'un contrat signé au Moyen-Orient à la fin de 2015. Les compagnies aériennes existantes ont fait des gains grâce à leur croissance interne, mais le temps pluvieux qui a réduit substantiellement les services d'extinction d'incendie au Manitoba, la conjoncture économique à Terre-Neuve-et-Labrador et un quatrième trimestre difficile pour Perimeter ont joué en sens contraire.

Le secteur Fabrication a été confronté à une conjoncture défavorable tout au long de l'année, particulièrement dans les activités en Alberta. Le recul est imputable en grande partie aux bas prix des produits de base et à l'incidence des feux de forêt dans la région de Fort McMurray, qui a fait fléchir la demande pour les produits de ce secteur. Stainless a également fait moins bien en 2016. Le secteur d'activité a ralenti, car les entreprises ont reporté leurs dépenses en immobilisations en raison de l'élection. Les résultats obtenus par Ben Machine sur une année complète ont compensé partiellement ces reculs.

La progression des produits des activités ordinaires et du BAIIA consolidés a engendré un résultat net de 61,5 M$, ou 2,18 $ par action, pour l'exercice 2016; dans les deux cas, il s'agit d'un record pour la société. À titre de comparaison, le résultat net s'élevait à 40,2 M$, ou 1,63 $ par action, pour l'exercice 2015. Si l'on exclut l'effet net des coûts d'acquisition, la dotation aux amortissements des immobilisations incorporelles et l'incidence fiscale connexe ainsi que les charges de désactualisation hors trésorerie accélérées et non récurrentes attribuables au remboursement de débentures convertibles, EIC a également établi de nouvelles marques pour le résultat net ajusté et le résultat net ajusté par action, qui ont atteint 72,1 M$ et 2,56 $ respectivement pour l'exercice 2016. Ils s'établissaient à 52,3 M$ et à 2,12 $ lors de l'exercice 2015.

Examen des principaux indicateurs de rendement pour l'exercice 2016
Les flux de trésorerie disponibles pour l'exercice 2016 ont été de 164,2 M$, soit une hausse de 17 % par rapport à son niveau antérieur de 139,8 M$. Les flux de trésorerie disponibles par action de 5,83 $ pour l'exercice 2016, qui constitue un record, sont supérieurs de 3 % au chiffre de 5,67 $ enregistré pour l'exercice 2015.

Les flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien se sont établis à 91,6 M$, ou 3,25 $ par action, un sommet de tous les temps pour la société. À titre de comparaison, cet élément avait atteint 74,4 M$, ou 3,02 $ par action, lors de l'exercice 2015.

Le ratio de distribution par action d'EIC selon les flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien a été de 61 % pour l'exercice 2016, ce qui est comparable au ratio de 60 % pour l'exercice 2015. Grâce à ses résultats records, EIC a été en mesure de maintenir son ratio de distribution à un bas niveau du point de vue historique, en dépit de deux hausses de dividende qui ont augmenté de 9,4 % les distributions aux actionnaires et d'une augmentation de 14 % du nombre moyen d'actions en circulation.

Fonds de roulement
Au 31 décembre 2016, EIC présentait une position de trésorerie nette de 26,5 M$ et un fonds de roulement net de 170,6 M$, soit un ratio de liquidité générale de 1,96 pour 1. À titre de comparaison, au 31 décembre 2015, la position de trésorerie nette d'EIC était de 15,5 M$ et son fonds de roulement net, de 135,3 M$, ce qui donnait un ratio de liquidité générale de 1,74 pour 1.

Faits saillants du quatrième trimestre de 2016

  • Les produits des activités ordinaires consolidés se sont établis à 221,7 M$, soit un peu moins que les 224,5 M$ enregistrés antérieurement.
  • Le BAIIA consolidé a augmenté de 11 % pour atteindre 51,3 M$.
  • Le résultat net a été de 13,8 M$ ou 0,48 $ par action, ce qui représente des augmentations respectives de 39 % et de 33 %.
  • Le résultat net ajusté et le résultat net ajusté par action ont progressé de 31 % et de 26 % respectivement pour s'établir à 16,6 M$ et à 0,58 $ par action.
  • Les flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien ont été de 22,8 M$ ou 0,80 $ par action, ce qui correspond à des hausses respectives de 12 % et de 8 %.
  • Le ratio de distribution a été de 65 %, le même pourcentage qu'au T4 2015.

Examen des résultats financiers du quatrième trimestre
Les produits des activités ordinaires consolidés se sont élevés à 221,7 M$ pour le T4 2016, en baisse de 1 % par rapport au T4 2015. Le BAIIA consolidé pour le T4 2016 a atteint 51,3 M$, soit 11 % de plus qu'au T4 2015.

Du point de vue des secteurs pour le T4 2016, le secteur Aérospatiale et aviation a généré des produits des activités ordinaires de 173,9 M$ comparables à ceux du T4 2015 et un BAIIA de 48,6 M$, en hausse de 10 %. Le secteur Fabrication a engendré des produits des activités ordinaires de 47,7 M$, en baisse de 5 %, et un BAIIA de 6,2 M$, en baisse de 8 %.

Dans le secteur Aérospatiale et aviation, la hausse des produits des activités ordinaires est attribuable aux services relatifs au fret et aux passagers dans la région de Kivilliq. L'augmentation du BAIIA résulte du rendement supérieur de la majorité des compagnies aériennes existantes et de Regional One. Perimeter a éprouvé des problèmes liés à la météo et à l'équipement de bord qui ont causé des pertes de revenu et une hausse temporaire des frais d'affrètement, ce qui a annulé en partie les bons résultats.

La conjoncture défavorable dans le secteur Fabrication depuis le début de l'année a persisté, entraînant une baisse des produits des activités ordinaires et du BAIIA. Ces reculs ont cependant été moins prononcés qu'en début d'année. Ainsi, les produits des activités ordinaires ont diminué de seulement 2,6 M$ ou 5 % au quatrième trimestre de 2016 par rapport à la période comparable, tandis que le recul enregistré au troisième trimestre de 2016 atteignait 9,6 M$ ou 17 % par rapport à la période comparable. Ce resserrement de l'écart par rapport à la période comparable s'explique par le fait que les conditions ont commencé à s'améliorer à la fin de 2016 à Stainless et à se stabiliser dans les activités en Alberta.

La progression du BAIIA consolidé au T4 2016 est la principale raison qui explique les changements positifs survenus dans les résultats de la société présentés, notamment le résultat net, le résultat net ajusté et les flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien.

Le ratio de distribution par action de base d'EIC selon les flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien, a atteint 65 % pour le T4 2016 comparativement à 65 % pour le T4 2015. Comme mentionné plus haut, la société a été en mesure de maintenir ce ratio de distribution malgré l'effet des deux hausses de dividende et de l'augmentation du nombre d'actions.

Perspectives
La présidente d'EIC, Carmele Peter, a déclaré que « les résultats obtenus en 2016, particulièrement dans le secteur Aérospatiale et aviation, ont créé une assise pour prendre de l'expansion et saisir les occasions en 2017 et au-delà. Notre association avec Airbus pour fournir un service de soutien aux nouveaux aéronefs du programme de recherche et sauvetage du gouvernement canadien aura non seulement pour effet de générer un flux de rentrées régulier à long terme, une fois que la flotte sera mise en service, mais aussi de renforcer notre relation avec une des plus importantes sociétés aérospatiales. De même, le contrat que nous avons récemment conclu avec Bombardier pour acheter des CRJ900 et qui offre la possibilité d'acquérir d'autres avions met en place un canal d'approvisionnement en aéronefs et permet de tisser des liens plus étroits avec une autre société aérospatiale de premier plan. Ces contrats contribuent à rehausser notre présence dans le monde de l'aérospatiale à l'échelle internationale et nous cherchons à tirer parti de ces relations pour établir de nouveaux partenariats. »

Mme Peter a ajouté ceci : « nous prévoyons donc que notre secteur Aérospatiale et aviation poursuivra sa forte croissance, grâce à Regional One et à sa plus grande flotte d'avions CRJ ainsi qu'à l'expansion de nos compagnies aériennes existantes sur d'autres marchés du nord-ouest de l'Ontario. Nous croyons que la situation s'améliore sur les marchés extérieurs et que notre secteur Fabrication devrait, en conséquence, renouer avec la croissance en 2017.

Grâce à une réserve spéciale renflouée permettant de financer des acquisitions, à de nouveaux contrats dans le secteur aérospatial, à la hausse des prix des produits de base et aux meilleures perspectives de l'économie albertaine, EIC est, selon nous, très bien placée pour poursuivre son expansion en 2017 et au-delà. »

On trouvera les états financiers complets et le rapport de gestion d'EIC pour les périodes de 3 mois et de 12 mois closes le 31 décembre 2016 à www.ExchangeIncomeCorp.ca ou à www.sedar.com.

Avis de conférence téléphonique
Le 23 février 2017 à 10 h HE, la société tiendra une conférence téléphonique avec Mike Pyle, chef de la direction, Mme Carmele Peter, présidente, et Mme Tamara Schock, directrice financière, afin de discuter de ses résultats financiers pour le quatrième trimestre et l'exercice de 2016.

Les parties intéressées peuvent se joindre à la conférence téléphonique en composant le 1 888 231-8191 ou le 647 427-7450. Veuillez composer le numéro 15 minutes à l'avance pour vous assurer d'obtenir la communication. La conférence téléphonique sera archivée et pourra être réécoutée jusqu'au jeudi 2 mars 2017 à minuit. Pour écouter la conférence téléphonique archivée, composez le 1 855 859-2056, puis entrez le code de réécoute 56320107.

La conférence téléphonique sera diffusée en direct, en mode audio, sur le Web, à www.ExchangeIncomeCorp.ca et à www.newswire.ca/fr/. Veuillez vous connecter au moins 15 minutes avant la conférence téléphonique afin d'avoir le temps, le cas échéant, de télécharger le logiciel nécessaire à l'écoute de la webdiffusion. La webdiffusion sera archivée et disponible pendant 365 jours.

Exchange Income Corporation
Exchange Income Corporation est une société diversifiée axée sur les acquisitions qui cible les occasions dans les secteurs de l'aérospatiale, de l'aviation et de la fabrication. La société applique une stratégie d'acquisition rigoureuse afin de découvrir des entreprises rentables et bien établies qui possèdent une équipe de direction compétente, génèrent des flux de trésorerie réguliers et qui exercent leurs activités dans des marchés spécialisés.

Actuellement, la société est active dans deux secteurs : Aérospatiale et aviation ainsi que Fabrication. Le secteur Aérospatiale et aviation regroupe Perimeter Aviation, Keewatin Air, Calm Air International, Bearskin Lake Air Service, Custom Helicopters, Regional One et Provincial Aerospace. Le secteur Fabrication comprend Jasper Tank, Overlanders Manufacturing, Water Blast Manufacturing, Stainless Fabrication, WesTower Communications et Ben Machine Products. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la société, visitez le site www.ExchangeIncomeCorp.ca. D'autres renseignements concernant la société, notamment les documents publics déposés, sont disponibles sur le site de SEDAR (www.sedar.com).

________________________
1 Calculé à l'aide des flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien d'EIC, selon le résultat par action de base.
2 Le BAIIA correspond au résultat avant les intérêts, l'impôt, la dotation aux amortissements et d'autres charges hors trésorerie telles que les profits ou pertes comptabilisés sur la juste valeur des contreparties éventuelles, la dépréciation d'actifs et les coûts de restructuration et tout élément hors exploitation inhabituel et non récurrent tel que les coûts d'acquisition. Le BAIIA n'est pas une mesure du rendement reconnue dans les Normes internationales d'information financière (IFRS), mais la direction l'utilise pour évaluer le rendement de la société et de ses segments.
3 Le nombre moyen pondéré d'actions ordinaires en circulation de la société était de 28,2 millions en 2016, comparativement à 24,7 millions en 2015. Cette croissance est principalement attribuable à l'offre publique d'actions de 75 M$ de septembre 2015 et aux actions émises pour convertir des débentures convertibles. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les changements touchant les actions ordinaires en circulation, veuillez consulter la rubrique 7 - « Situation de trésorerie et sources de financement ».
4 Le résultat net ajusté correspond au résultat net ajusté pour exclure les coûts d'acquisition passés en charges, la dépréciation d'actifs et les coûts de restructuration, les profits ou les pertes comptabilisés sur la juste valeur des contreparties conditionnelles, la dotation à l'amortissement des immobilisations incorporelles achetées au moment de l'acquisition, les charges de désactualisation hors trésorerie accélérées et non récurrentes attribuables au remboursement de débentures convertibles et la charge hors trésorerie d'impôt différé engagée par suite du règlement intervenu entre la société et l'Agence de revenu du Canada au sujet de certaines pertes fiscales reportées en avant liées à la conversion de la société d'une fiducie de revenu en une société par actions.
5 Les dépenses d'investissement pour le maintien des activités ne constituent pas une mesure IFRS. Les dépenses d'investissement correspondent aux dépenses de maintien ou de croissance. Elles sont engagées par la société pour maintenir son exploitation à son niveau actuel et elles comprennent les versements de capital effectués par la société sur ses contrats de location-financement.
6 Les flux de trésorerie disponibles diminués des dépenses d'investissement de maintien ne constituent pas une mesure IFRS.

SOURCE Exchange Income Corporation

Renseignements : Mike Pyle, Chef de la direction, Exchange Income Corporation, 204 982-1850, MPyle@eig.ca; Joe Racanelli, Relations avec les investisseurs, NATIONAL Equicom, 416 586-1943, JRacanelli@national.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.