Entre 2008 et 2012, au Québec, 37 travailleurs sont décédés après avoir été frappés par un objet - Un camionneur perd la vie au travail : la CSST identifie des lacunes dans la méthode de désarrimage

TROIS-RIVIÈRES, QC, le 11 déc. 2013 /CNW Telbec/ - Le 5 mars 2013, Guillaume Gendron perd la vie sur un chantier de construction de Shawinigan. Le camionneur, au service de la compagnie de transport TYT inc., est frappé, puis écrasé par un mur de béton préfabriqué qui bascule de son support installé sur une semi-remorque à plateau. Parmi les causes à l'origine de l'accident, la CSST identifie que la méthode de désarrimage de la semi-remorque à plateau laisse le chargement en équilibre précaire.

La CSST rend aujourd'hui publiques les conclusions de son enquête afin de sensibiliser les entreprises qui effectuent des manœuvres de déchargement à l'importance d'une planification et d'une supervision adéquates afin d'identifier les dangers et de les éliminer. Rappelons qu'entre 2008 et 2012, au Québec, 37 travailleurs sont décédés après avoir été frappés par un objet.

Le mur préfabriqué bascule

Le jour de l'accident, le camionneur se présente sur le chantier. Il place le camion pour le déchargement, puis commence à défaire les sangles retenant les murs. Ceux-ci reposent sur un support ayant un angle d'environ cinq degrés par rapport à la verticale. Cet angle est suffisant pour que les murs soient stables sur un terrain plat. Cependant, à cet endroit, la pente de la rue est d'environ cinq degrés dans le sens inverse. Un autre travailleur est sur la passerelle des supports pour installer les dispositifs d'ancrage au haut des murs qui doivent être attachés aux chaînes de la grue. Avant qu'il ne puisse terminer, il constate que le mur est en mouvement. Il crie alors au camionneur de faire attention, mais celui-ci est frappé par le mur. Il tombe et se fait écraser. Son décès est constaté sur place.

Mieux identifier les dangers

L'enquête a permis à la CSST d'identifier trois causes pour expliquer l'accident. D'abord, la pente du lieu de déchargement annule l'angle du support de chargement et amène le mur à la verticalité. Ensuite, la méthode de désarrimage laisse le chargement en équilibre précaire sur son support et le rend vulnérable à toute poussée latérale, si minime soit-elle. Enfin, la supervision est déficiente lors de l'arrivée du camionneur et de la préparation du déchargement.

La CSST exige une méthode de travail sécuritaire

La CSST a exigé que le maître d'œuvre, R.A.J. Développement, mette en place une procédure de travail sécuritaire pour le déchargement des murs. Par la suite, elle a demandé à la compagnie Geox Manor de mettre en place une procédure de travail devant être fournie aux transporteurs et aux acheteurs des murs préfabriqués en béton.

La CSST considère que l'entreprise R.A.J. Développement, qui était maître d'œuvre du chantier, et l'entreprise de construction SDR, responsable du déchargement sur le chantier, ont agi de manière à compromettre la santé et la sécurité des travailleurs. En conséquence, un constat d'infraction leur a été délivré. Pour ce type d'infraction, le montant de l'amende varie de 15 698 $ à 62 790 $ pour une première offense, et de 31 396 $ à 154 976 $ en cas de récidive.

Les accidents du travail, ça blesse plus de monde qu'on pense!

Chaque jour au Québec, 235 personnes se blessent en travaillant… et c'est sans compter tous les autres qui sont aussi blessés par ces accidents. Conjoints, enfants, parents, amis, collègues, patrons : tout le monde en souffre! Les accidents du travail et les maladies professionnelles peuvent être évités par une gestion permanente de la santé et de la sécurité.

L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe et participer à l'identification des dangers, à leur élimination et à leur contrôle. Parce que le Québec a besoin de tous ses travailleurs.

Le rapport d'enquête de l'accident est disponible dans le site Web de la CSST, au http://www.centredoc.csst.qc.ca/pdf/ed004002.pdf.

Une photo de la scène de l'accident est disponible, libre de droit, en format JPG, à l'adresse suivante :
http://www.csst.qc.ca/salle_de_presse/actualites/2013/PublishingImages/communique_14novembre.jpg.

Pour en savoir plus sur la santé et la sécurité du travail, visitez le www.csst.qc.ca.

Source :
Amélia Larin, responsable des communications et des relations publiques
CSST - Direction régionale de la Mauricie et du Centre-du-Québec
Tél. : 819 372-3400, poste 3276, ou 1 800 668-6210
Cell. : 819 609-0634
amelia.larin@csst.qc.ca

SOURCE : Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements :

Amélia Larin, responsable des communications et des relations publiques
CSST - Direction régionale de la Mauricie et du Centre-du-Québec
Tél. : 819 372-3400, poste 3276, ou 1 800 668-6210
Cell. : 819 609-0634
amelia.larin@csst.qc.ca

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.