En matière de santé et sécurité au travail, le système de santé de l'Ontario
accuse un énorme retard : les infirmières autorisées font 58 recommandations
pour améliorer la situation

TORONTO, le 28 juin /CNW/ - Des représentants de l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario (AIIO) sont réunis aujourd'hui au Centre for Health and Safety à Mississauga pour présenter 58 recommandations au comité consultatif d'experts qui passe en revue le système de santé et de sécurité au travail de l'Ontario.

Selon la présidente de l'AIIO, Linda Haslam-Stroud, inf. aut., les établissements de soins de santé de l'Ontario ont des décennies de retard comparativement aux autres lieux de travail et ne respectent même pas les normes minimales de santé et sécurité au travail.

"Malgré des enjeux très importants et les répercussions pour les infirmières autorisées et les fournisseurs de soins de santé, nous sommes très loin derrière les chefs de file en matière de santé et sécurité au travail, comme nous en avons eu la preuve durant l'éclosion du SRAS. D'autres secteurs d'activité ont fait de la santé et de la sécurité au travail une valeur fondamentale, mais, ironiquement, les fournisseurs de soins de santé ont des conditions de travail bien plus dangereuses et sont moins bien protégés", a ajouté Mme Haslam-Stroud.

L'AIIO a examiné la situation de la santé et la sécurité au travail et a trouvé de graves manquements afin de protéger les travailleurs de la santé des maladies et des blessures, risques qui touchent également les patients. L'AIIO demande au gouvernement provincial de mettre en œuvre ses 58 recommandations, particulièrement en raison des avantages possibles pour les infirmières autorisées, les patients et le public et faire de la santé et de la sécurité au travail une valeur fondamentale.

Les recommandations de l'AIIO au comité consultatif d'experts se concentrent sur quatre principaux domaines. Parmi les recommandations, notons :

    
    -   Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée, aux plus hauts
        niveaux de la hiérarchie, doit s'engager publiquement à respecter les
        lois et les principes en matière de santé et sécurité au travail et
        doit s'assurer de former le personnel à tous les niveaux et assurer
        l'obligation de rendre des comptes dans l'ensemble du gouvernement et
        du secteur des soins de santé;
    -   La prévention doit être retirée du mandat de la Commission de la
        sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du
        travail (CSPAAT). Le ministère du Travail doit élargir l'application
        de la loi, de même que l'application préventive et réactive en la
        matière. Les inspecteurs doivent avoir plus de pouvoirs afin de mieux
        faire respecter l'obligation de rendre des comptes à tous les
        échelons de la hiérarchie.
    -   Des modifications doivent être apportées à la loi pour élargir les
        pouvoirs des comités mixtes sur la santé et la sécurité au travail et
        s'attaquer aux problèmes des représailles qui surviennent
        actuellement.
    -   Des normes de formation doivent être établies et appliquées pour
        tous.
    

De plus, l'AIIO exhorte le gouvernement à tracer un portrait plus fidèle de la situation en matière de santé et sécurité au travail. Le ministère du Travail devrait mettre au point sa propre base de données de blessures et "d'accidents évités de justesse" conformément aux obligations en matière de communication de renseignements de la Loi sur la santé et la sécurité au travail. À l'heure actuelle, la CSPAAT conserve des données statistiques jugées grandement inexactes par l'AIIO.

Surtout, l'AIIO recommande l'intégration de critères et d'exigences en matière de santé et sécurité au travail dans les ententes sur la responsabilisation, dans les ententes des droits des médecins et dans des normes ou mesures de rendement des employeurs, des agents, des directeurs et des gestionnaires du secteur des soins de santé. Selon l'AIIO, le ministère de la Santé et des Soins de longue durée ne devrait pas allouer des fonds d'urgence pour défendre des personnes accusées d'infractions à la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

La totalité des recommandations peut être consultée sur le site Internet de l'AIIO à l'adresse http://bit.ly/dhin0p.

L'AIIO est le syndicat qui représente 55 000 infirmières et infirmiers autorisés de première ligne et membres des professions paramédicales et plus de 12 000 étudiantes et étudiants en soins infirmiers de tout l'Ontario, qui travaillent en milieu hospitalier, dans les établissements de soins de longue durée, en santé publique, dans les organismes communautaires, dans les cliniques et en entreprise.

SOURCE Association des infirmiers et des infirmières de l'Ontario

Renseignements : Renseignements: Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario, Sheree Bond, 416-964-8833, poste 2430, Cellulaire: 416-986-8240; Melanie Levenson, 416-964-8833, poste 2369

Profil de l'entreprise

Association des infirmiers et des infirmières de l'Ontario

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.