En attendant des seringues propres en prison

Des témoignages personnels donnent un visage humain à la dépendance et à l'usage de drogue dans les prisons du Canada

Also available in English

TORONTO, le 2 févr. /CNW/ - Dans un rapport qui documente les expériences d'un groupe parmi les plus affectés, des personnes qui ont été incarcérées ajoutent leurs voix à celles des experts de plus en plus nombreux qui exhortent le gouvernement à mettre en œuvre des programmes d'échange de seringues dans les prisons du Canada.

Lecture souvent percutante (voir les extraits ci-dessous), la plus récente publication du Réseau juridique canadien VIH/sida, intitulée Sous la peau, présente des déclarations sous serment et des témoignages de personnes qui ont connu l'usage de drogue ou le partage de seringues dans des prisons fédérales, aux quatre coins du Canada, et donne un visage humain à ces statistiques saisissantes, longuement connues des administrateurs de systèmes carcéraux :

    
    -   la prévalence du VIH et du virus de l'hépatite C (VHC) parmi les
        personnes incarcérées est de 10 à 20 fois plus élevée que parmi la
        population générale;
    -   l'usage de drogue, y compris par injection, est fréquent parmi au
        moins 11 % des personnes incarcérées, selon le Service correctionnel
        du Canada (SCC);
    -   les efforts coûteux du SCC pour prévenir l'usage de drogue ne
        réduisent pas la propagation d'infections à transmission hématogène
        comme le VIH et le VHC; et
    -   la vaste majorité (plus de 90 %) des personnes incarcérées
        réintègrent éventuellement la communauté, donc les infections
        contractées et exacerbées en prison peuvent se propager dans la
        collectivité.
    

"Les voix de ces femmes et hommes courageux brossent un portrait de la souffrance évitable et d'une discrimination systémique qui sont en contradiction avec les lignes directrices internationales pertinentes ainsi qu'avec la Charte canadienne des droits et libertés", affirme Sandra Ka Hon Chu, avocate, analyste principale des politiques au Réseau juridique et auteure du rapport. "Les preuves scientifiques et justifications légales à l'appui de la mise en œuvre des programmes d'échange de seringues en prison sont depuis longtemps établies - notamment dans notre rapport de l'an dernier, Pour changer net - mais le gouvernement canadien se refuse encore à mettre en œuvre ce service de santé dont l'efficacité est démontrée", ajoute-t-elle. "Nos législateurs doivent entendre ces témoignages troublants et répondre à l'urgent appel en faveur de la dignité, de la santé et des droits humains."

"Sous la peau illustre, par des récits personnels, à quel point la prohibition de la drogue est contre-productive", signale Craig Jones, directeur général de la Société John Howard du Canada. "Il prévient les Canadiens que la prohibition de la drogue a des répercussions indues sur la santé publique, qui sont loin d'être confinées aux murs des prisons."

"Depuis 2006, l'Association médicale canadienne (AMC) recommande au SCC d'élaborer, de mettre en œuvre et d'évaluer au moins un programme pilote d'échange de seringues dans une de ses prisons", note la Dre Anne Doig, présidente de l'AMC. La position de l'AMC fait écho au consensus de nombreux organismes clés du domaine de la santé et des droits humains, comme l'Association médicale de l'Ontario, l'Organisation mondiale de la santé, l'ONUSIDA, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, l'Enquêteur correctionnel du Canada et la Commission canadienne des droits de la personne. De plus, en 2006, un examen des données scientifiques mené par l'Agence de la santé publique du Canada a conclu que les programmes de seringues en prison ont des effets largement positifs sur la santé des personnes incarcérées.

Avant la prorogation du Parlement, le Comité permanent de la sécurité publique et nationale de la Chambre des communes étudiait l'approche du SCC à la santé mentale et aux toxicomanies dans les prisons fédérales. Le Réseau juridique allait y témoigner en février pour faire valoir que la provision de matériel d'injection stérile en prison réduirait les risques de préjudices associés à l'injection de drogue, comme la transmission du VIH et du VHC. Dans son nouveau rapport, le Réseau juridique exhorte également le Comité permanent de la santé à examiner cet important enjeu de santé publique et à faire en sorte que ce service de santé éprouvé ne soit plus refusé aux personnes reconnues comme ayant un risque fortement accru d'infection par le VIH et le VHC, en prison.

Les rapports Sous la peau et Pour changer net sont accessibles via www.aidslaw.ca/lespublications.

Au sujet du Réseau juridique canadien VIH/sida

Le Réseau juridique canadien VIH/sida (www.aidslaw.ca) œuvre à la promotion des droits humains des personnes vivant avec le VIH/sida ou vulnérables au VIH, au Canada et dans le monde, par ses travaux de recherche, d'analyse juridique et des politiques, d'éducation et de mobilisation communautaire. Le Réseau juridique est l'organisme chef de file au Canada sur les enjeux juridiques et de droits de la personne liés au VIH/sida.

    
    Sélection d'extraits de Sous la peau :

    -   "J'ai vu des prisonniers s'injecter de l'héroïne, de la cocaïne et du
        speed avec des seringues fabriquées à partir de stylos ou d'autres
        objets. La plupart des personnes (qui s'injectaient) partageaient des
        seringues, en prison."

    -   "Dans le système carcéral, il y a tellement de drogues aux alentours
        et tellement de personnes qui en consomment, qu'il est très difficile
        d'échapper à l'usage de drogue."

    -   "Je dirais qu'environ un tiers de la population de la prison en
        prenait par injection. C'était facile d'obtenir de la drogue. Une
        fois la drogue entrée dans la prison, les gardiens ne s'en
        préoccupaient pas vraiment, parce qu'on était déjà dans la pire
        situation possible dans notre vie."

    -   "J'ai fait des dépressions et, en plus, j'ai eu une blessure à
        l'épaule pendant ma vingtaine; alors la drogue était une évasion
        facile."

    -   "J'ai commencé à prendre de la drogue pour éviter de réfléchir à la
        vie."

    -   "J'ai vu le prix à payer pour une dépendance. J'ai vu un autre gars
        perdre son bras gauche à cause d'une seringue malpropre."

    -   "J'ai déjà vu une seringue tellement usée que quand je m'injectais
        avec, ça me déchirait la peau."

    -   "J'ai déjà vu six gars partager une seringue sans la nettoyer."

    -   "Les maladies ne resteront pas en prison. Nous rentrons tous à la
        maison."
    

SOURCE RESEAU JURIDIQUE CANADIEN VIH/SIDA

Renseignements : Renseignements: ou pour une entrevue (avec des experts et des personnes citées dans le rapport): Gilles Marchildon, Réseau juridique canadien VIH/sida, (416) 595-1666 (poste 228), Cellulaire: (647) 248-2400, gmarchildon@aidslaw.ca; Lucie Boileau, Association médicale canadienne, (613) 731-8610 (poste 1266), 1-800-663-7336 (poste 1266), lucie.boileau@cma.ca; Craig Jones, Société John Howard du Canada, cjones@johnhoward.ca, (613) 384-6272 (poste 104), Cellulaire: (613) 331-1712

Profil de l'entreprise

RESEAU JURIDIQUE CANADIEN VIH/SIDA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.