En 2012, au Québec, 211 travailleurs sont décédés à la suite de lésions professionnelles - Un homme est frappé mortellement par des palettes de plastique : la CSST identifie une gestion déficiente de l'entreposage des palettes

MONTRÉAL, le 11 oct. 2013 /CNW Telbec/ - Le 20 mars 2013, Antonio Soprano perd la vie au travail. Le travailleur, au service de l'entreprise Metro Richelieu à Pointe-aux-Trembles, est frappé mortellement par une pile de palettes de plastique qui s'est renversée. Parmi les causes à l'origine de l'accident, la CSST identifie une gestion déficiente de l'entreposage des palettes de plastique.

La CSST rend aujourd'hui publiques les conclusions de son enquête afin de rappeler aux employeurs leur obligation de s'assurer que les méthodes d'entreposage et de manutention de palettes sont sécuritaires. Rappelons qu'en 2012, au Québec, 211 travailleurs sont décédés à la suite de lésions professionnelles.

Le travailleur est retrouvé sous des palettes de plastique

Le jour de l'accident, le travailleur occupait le poste de vérificateur aux retours, en remplacement d'un collègue. Sa tâche consistait à dégager le secteur des retours en déplaçant à l'aide d'un chariot élévateur des piles de palettes de plastique vers une autre zone d'entreposage.

Vers 17 h 30, le travailleur transporte une pile d'environ 50 palettes de plastique vers une allée. En utilisant les fourches rétractables du chariot élévateur, il dépose les palettes transportées sur une pile d'environ 30 palettes située derrière une autre pile de même hauteur. Lors de la manœuvre, cette dernière se coince entre les longerons du chariot élévateur. Le travailleur recule le chariot et sort de son habitacle. Au moment où il s'avance dans l'allée, la pile nouvellement formée se renverse dans l'allée, frappant le travailleur.

Un peu avant 18 h, un employé constate que des palettes de plastique sont étendues par terre dans cette allée. Il trouve le travailleur blessé grièvement et en état de choc, allongé sur le plancher, derrière les palettes. Les secouristes sont appelés et le travailleur est transporté à l'hôpital, où son décès est constaté.

Mieux identifier les dangers

L'enquête a permis de retenir deux causes pour expliquer l'accident. D'une part, une pile de palettes de plastique s'est renversée et a frappé le travailleur alors qu'il se trouvait à l'extérieur de l'habitacle du chariot élévateur. D'autre part, la gestion de l'entreposage des piles de palettes de plastique vides dans l'entrepôt était déficiente. En ne contrôlant pas la hauteur des piles de palettes dans la zone d'entreposage de cette allée, l'employeur a exposé son personnel à un danger de renversement de piles.

La CSST exige l'élaboration d'une méthode de travail sécuritaire

À la suite de l'accident, la CSST a demandé que l'employeur élabore une méthode de travail sécuritaire afin de dégager les palettes coincées entre les longerons d'un chariot élévateur. De plus, elle exige que l'employeur assure un entreposage et une manutention des palettes de plastique sécuritaires en contrôlant la hauteur des piles.

La CSST communiquera les conclusions de son rapport d'enquête au Conseil canadien du commerce de détail, au Conseil québécois du commerce de détail, à l'Association des détaillants en alimentation du Québec ainsi qu'à l'Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec, dont les membres sont susceptibles d'utiliser des palettes de plastique dans leurs établissements. Le fabricant des palettes de plastique, Shuert Technologies, sera également informé des conclusions de l'enquête.

La CSST considère que l'employeur, Metro Richelieu inc., a agi de manière à compromettre la santé et la sécurité des travailleurs. En conséquence, un constat d'infraction lui a été délivré. Pour ce type d'infraction, le montant de l'amende varie de 15 698 $ à 62 790 $ pour une première offense, et de 31 395 $ à 156 976 $ en cas de récidive.

Les accidents du travail, ça blesse plus de monde qu'on pense!

Chaque jour au Québec, 235 personnes se blessent en travaillant… et c'est sans compter tous les autres qui sont aussi blessés par ces accidents. Conjoints, enfants, parents, amis, collègues, patrons : tout le monde en souffre! Les accidents du travail et les maladies professionnelles peuvent être évités par une gestion permanente de la santé et de la sécurité. L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe et participer à l'identification des dangers, à leur élimination et à leur contrôle. Parce que le Québec a besoin de tous ses travailleurs.

Le rapport d'enquête de l'accident est disponible sur le site Web de la CSST, au
http://www.centredoc.csst.qc.ca/pdf/ed003992.pdf.

Source :   Dominique David, communicatrice régionale
CSST - Direction régionale de Montréal-2
Tél. : 514 906-3395
dominique.david@csst.qc.ca

 

SOURCE : Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements :

Dominique David, communicatrice régionale
CSST - Direction régionale de Montréal-2
Tél. : 514 906-3395
 dominique.david@csst.qc.ca

Profil de l'entreprise

Commission de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.