Eaux usées de Montréal: Le rapport des experts ne répond pas aux attentes de la Fondation Rivières

MONTRÉAL, le 9 nov. 2015 /CNW Telbec/ - Le rapport des experts mandatés par Environnement Canada concernant le déversement d'eaux usées projeté par la Ville de Montréal, indique que les conséquences seraient suffisamment importantes pour recommander l'usage d'un bateau-citerne et l'installation d'unités mobiles de traitement, en plus de faire la cueillette des déchets sur le parcours du panache pendant le déversement.

L'idée d'utiliser des bateaux-citernes est accueillie positivement par la Fondation Rivières, d'autant plus que le Groupe Desgagnés, qui possède une flotte de huit navires pour le transport de vracs liquides, a confirmé que cette option est plausible sous certaines conditions de faisabilité.  Des navires sont disponibles à un prix raisonnable.  Cette information n'était pas documentée au rapport, notamment à cause du court délai imposé.

Il faut souligner que les experts ont eu un mandat limité, notamment de comparer les impacts entre un déversement planifié ou un déversement non-planifié.

Le questionnement est ailleurs, insiste la Fondation Rivières :

  • Quels sont précisément les travaux qui nécessitent de vider l'intercepteur Sud-Est ?
  • Quels travaux peuvent être réalisés sans vider l'intercepteur ?
  • Quels dommages, exactement, peuvent survenir à la station d'épuration ou ailleurs sur le réseau d'interception ?
  • Quels sont les équipements vulnérables ?
  • Combien d'équipes de travail sont prévues par l'Entrepreneur et la Ville ?
  • Quel est la séquence de travail et son échéancier ?
  • Quels moyens techniques ont été prescrits pour accélérer les travaux ?
  • Quelles autres méthodes sont utilisées dans le monde dans des situations similaires ?

Les experts ont indiqué que « l'information actuellement disponible limite l'évaluation du niveau de risque de bris » et mentionne que l'état des cintres « tel que décrit dans les documents fournis » « laisse présager » une dégradation des infrastructures. Le détachement de pièces « de grande taille » … « pourrait engendrer diverses problématiques » et créer des « bouchons ».  

Les experts, faute d'information, ont inévitablement dû conclure qu'il « semble » urgent d'effectuer des travaux dans l'intercepteur Sud-Est, mais ne les décrivent pas, se fiant à la Ville. Ils auraient dû analyser le fait que les travaux d'entretien qui occasionneraient le plus important nombre de déversements (15 des 24 lieux), entre les rues Joliette et la station d'épuration, ne sont pas dûment documentés. Il s'agit notamment de travaux d'entretien de remplacement d'une rainure d'acier en amont du puits de vannes-sud de l'intercepteur. Considérant que ces travaux occasionneraient une part très importante du déversement, la Fondation Rivières demande également pourquoi ces travaux n'ont pas été identifiés dans le rapport d'analyse du MDDELCC.

En somme, le rapport aurait dû être en mesure d'assurer à la population que l'urgence et la quantité d'eaux usées déversées soient pleinement justifiées. Rien n'a été qualifié ni quantifié autrement qu'avec des généralités.

On se rappellera que la Fondation Rivières a divulgué que la construction de la chute à neige ne nécessitait pas de vider l'intercepteur. Pourquoi les experts n'ont-ils pas souligné cette clause du devis et recommandé que les travaux de la chute à neige aillent de l'avant maintenant, avec des mesures de mitigation, si requises, pour les deux seuls points de débordements touchés par les travaux au lieu des 24 ?

Catherine Huard, directrice générale, se dit déçue de l'absence de conclusion du rapport : « Le rapport est essentiellement une comparaison de risques théoriques, alors qu'il aurait été primordial d'obtenir l'avis d'experts qui ont déjà eu à régler de tels problèmes, y compris  d'entrepreneurs spécialisés ».  Elle réitère également que les gouvernements doivent forcer le paiement de compensations sur les débordements d'eaux usées non traitées. Une mesure incitative permettrait de réduire le temps et les volumes de déversement. « Les municipalités doivent payer pour leur pollution, et non uniquement l'envoyer chez leurs voisins en aval ! » conclut-elle.

Cliquer ici pour voir le rapport des experts. 

 

SOURCE Fondation Rivières

Renseignements : Catherine Huard, directrice générale, 514 924-2013


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.