D+H présente ses résultats du quatrième trimestre de 2012

Symbole boursier : DH

Site Web : www.dhltd.com

TORONTO, le 26 févr. 2013 /CNW/ - Société Davis + Henderson (« D+H » ou la « Société ») a présenté des résultats financiers pour le trimestre et l'exercice clos le 31 décembre 2012 qui sont conformes à son programme stratégique, qui font état de sa transformation continue en un important fournisseur de technologies auprès du secteur des services financiers en Amérique du Nord et qui reflètent la croissance, d'un exercice à l'autre, des produits et du BAIIA ajusté1.

« D+H a fait d'importants progrès en 2012, en ajoutant notamment plus de 500 relations clients sur le marché des banques locales et des coopératives de crédit de l'Amérique du Nord grâce aux projets d'accroissement des ventes et aux acquisitions, en élargissant son offre de services technologiques au secteur des services financiers et en façonnant ses activités canadiennes de manière à réaliser des gains d'efficience », a affirmé Gerrard Schmid, chef de la direction. « Par suite de ces mesures, D+H fournit désormais des services à plus de 1 700 clients en Amérique du Nord à titre de société plus solide et plus diversifiée. Notre meilleure position sur le marché nous permettra de relever les défis et de saisir les occasions qui se présentent à cette étape du cycle économique, tout en poursuivant nos stratégies de croissance interne et de croissance par acquisition. »

« Nous avions plusieurs buts à atteindre au chapitre des activités opérationnelles en 2012, y compris l'intégration de nos nouvelles acquisitions américaines, le renouvellement des ententes avec les clients clés, la réduction de nos coûts au Canada, le remboursement de la dette et l'augmentation des dividendes », a affirmé Brian Kyle, chef des finances. « Nous sommes fiers d'avoir atteint chacun de ces objectifs, car ils contribuent à renforcer notre entreprise et à offrir une meilleure valeur à nos clients et nos actionnaires. »

Points saillants du quatrième trimestre

  • Les produits ont atteint 187,2 millions de dollars, en hausse de 3,4 millions de dollars, ou de 1,8 %, par rapport à ceux de 183,8 millions de dollars du trimestre correspondant de 2011. La croissance des produits a surtout été observée dans le secteur américain et est attribuable à la prise en compte d'Avista Solutions, Inc. (« Avista ») à compter de sa date d'acquisition, soit le 3 mai 2012, et à la croissance forte et soutenue de Mortgagebot LLC (« Mortgagebot »).
  • Le bénéfice net s'est chiffré à 13,7 millions de dollars (0,2315 $ par action), comparativement à 15,4 millions de dollars (0,2595 $ par action) pour le trimestre correspondant de l'exercice 2011, principalement en raison du recul du BAIIA, de la hausse de l'amortissement des immobilisations corporelles et de l'amortissement des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions au cours du quatrième trimestre de 2012, facteurs compensés en partie par une baisse de l'impôt sur le résultat.
  • Le BAIIA1 s'est chiffré à 41,3 millions de dollars (marge de 22,0 %) contre 45,6 millions de dollars (marge de 24,8 %) pour le même trimestre de 2011, la croissance solide et soutenue des activités de Mortgagebot, la prise en compte d'Avista et les économies réalisées grâce aux projets d'intégration et de transformation ayant été contrebalancées par des charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts qui se répercuteront de manière positive sur les périodes futures, par des charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, ainsi que par des coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot. Dans une moindre mesure, le BAIIA de 2012 a également été touché par le recul des produits du secteur canadien.
  • Le BAIIA ajusté a atteint 47,8 millions de dollars (marge de 25,6 %), en hausse de 1,6 million de dollars, ou de 3,5 %, par rapport à celui de 46,2 millions de dollars (marge de 25,1 %) de la période correspondante de 2011. Le BAIIA ajusté du quatrième trimestre de 2012 ne tient pas compte des coûts liés aux acquisitions et autres charges de 6,6 millions de dollars. Ces charges ne sont pas considérées comme étant engagées dans le cours normal des activités et étaient constituées de charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts de 1,2 million de dollars dont les effets positifs se répercuteront sur des périodes futures, de charges liées à l'expansion de l'entreprise de 3,0 millions de dollars ayant trait à des acquisitions stratégiques et d'une tranche de 2,4 millions de dollars composée de charges liées à l'intégration des entreprises et de certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement aux acquisitions de Mortgagebot et d'Avista. Au cours du quatrième trimestre de 2011, les coûts liés aux acquisitions et autres charges s'étaient chiffrés à 0,6 million de dollars et avaient trait à l'acquisition de Mortgagebot. Ces éléments ont été exclus du BAIIA ajusté, car la direction ne considère pas qu'ils sont représentatifs de la performance opérationnelle sous-jacente et elle estime qu'en excluant ces ajustements, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants.
  • Le bénéfice net ajusté1 est demeuré stable à 25,6 millions de dollars par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice net ajusté par action a augmenté pour s'établir à 0,4329 $ par action, comparativement à 0,4315 $ par action au même trimestre de 2011.
  • Le 31 décembre 2012, D+H a versé un dividende de 0,32 $ par action à ses actionnaires par suite d'une hausse de son dividende annuel cible, lequel est passé de 1,24 $ par action à 1,28 $ par action sur une base annualisée, pour les actionnaires inscrits en date du 30 novembre 2012. Au cours de la période correspondante de 2011, D+H avait versé un dividende de 0,31 $ par action à ses actionnaires inscrits le 30 novembre 2011.
  • La Société a effectué des remboursements nets de 26,2 millions de dollars au titre de ses facilités de crédit au cours du quatrième trimestre de 2012.
  • Le 29 janvier 2013, D+H a fait l'acquisition de la totalité des actions ordinaires en circulation restantes de Compushare Inc. (« Compushare »), fournisseur de services de gestion technologique et d'infonuagique auprès des institutions financières établi à Santa Ana, en Californie, accroissant ainsi la participation ne donnant pas le contrôle initiale dans cette société achetée le 24 avril 2012.

Points saillants de 2012

  • Les produits ont atteint 757,7 millions de dollars, en hausse de 32,9 millions de dollars, ou de 4,5 %, par rapport à ceux de 724,7 millions de dollars pour l'exercice 2011. La hausse est principalement attribuable à l'annualisation des résultats et à la progression solide et soutenue des activités de Mortgagebot, ainsi qu'à la prise en compte des résultats d'Avista.
  • Le bénéfice net s'est chiffré à 69,1 millions de dollars (1,1672 $ par action), comparativement à 89,9 millions de dollars (1,5620 $ par action) pour l'exercice 2011. Le bénéfice net de l'exercice 2012 a bénéficié d'un BAIIA plus élevé et de profits latents de 2,0 millions de dollars liés aux variations de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt, comparativement à une perte latente sur les swaps de taux d'intérêt liée à l'évaluation à la valeur de marché de 3,4 millions de dollars en 2011. Ces augmentations ont été plus que contrebalancées par la hausse de l'amortissement des immobilisations corporelles et l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions et non liées à des acquisitions. Le bénéfice net de l'exercice 2011 avait également bénéficié de la prise en compte du recouvrement d'impôt hors trésorerie de 20,8 millions de dollars lié à la conversion de D+H en société par actions et d'un recouvrement d'impôt hors trésorerie relativement à des pertes de certaines filiales américaines qui n'avaient pas déjà été comptabilisées dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot.
  • Le BAIIA a atteint 183,2 millions de dollars (marge de 24,2 %), en hausse de 5,8 millions de dollars, ou de 3,3 %, par rapport à celui de 177,4 millions de dollars (marge de 24,5 %) pour l'exercice 2011. La hausse du BAIIA est attribuable à la croissance solide de Mortgagebot, à la prise en compte des résultats d'Avista et aux économies réalisées par suite des mesures de réharmonisation de la structure de coûts. Ces augmentations ont été contrebalancées en partie par des charges relatives aux acquisitions et autres charges de 14,9 millions de dollars au cours de l'exercice considéré décrites ci-après. La marge du BAIIA a également été touchée par les charges hors du cours normal des activités.
  • Le BAIIA ajusté s'est chiffré à 198,1 millions de dollars (marge de 26,2 %) pour l'exercice 2012, en hausse de 17,0 millions de dollars, ou de 9,4 %, par rapport à celui de 181,2 millions de dollars (marge de 25,0 %) pour l'exercice 2011. Le BAIIA ajusté de l'exercice 2012 ne tient pas compte de l'incidence des coûts liés aux acquisitions et autres charges de 14,9 millions de dollars. De ce montant, une tranche de 6,7 millions de dollars a été comptabilisée relativement à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts dont bénéficiera ultérieurement la Société, une tranche de 4,9 millions de dollars a été comptabilisée relativement aux coûts de transaction et à certains coûts liés au maintien en poste relativement à l'acquisition de Mortgagebot et d'Avista, une tranche de 3,0 millions de dollars a été comptabilisée au titre de l'expansion de l'entreprise relativement à des projets d'acquisitions stratégiques et une tranche de 0,3 million de dollars a été comptabilisée relativement aux charges liées à l'intégration des entreprises. Au cours de l'exercice 2011, les coûts liés aux acquisitions et autres charges s'étaient chiffrés à 3,8 millions de dollars et avaient principalement trait à l'acquisition de Mortgagebot.
  • Le bénéfice net ajusté s'est établi à 108,1 millions de dollars (1,8255 $ par action) pour l'exercice 2012, en hausse de 4,5 millions de dollars, ou de 4,3 %, en regard de celui de 103,7 millions de dollars (1,8004 $ par action) pour l'exercice 2011.
  • En 2012, des dividendes de 1,25 $ par action ont été versés aux actionnaires, en hausse par rapport aux dividendes de 1,2233 $ par action versés en 2011.
  • D+H a prélevé un montant de 50,6 millions de dollars pour financer l'acquisition d'Avista et de la participation ne donnant pas le contrôle dans Compushare. Elle a aussi effectué des remboursements nets de 54,0 millions de dollars en 2012.
  • Le 3 mai 2012, D+H a acquis, pour un prix d'achat de 40 millions de dollars américains, une participation exclusive dans Avista, fournisseur de premier plan de logiciels en mode SaaS (« Software as a Service » de montage de prêts hypothécaires.
  • American Banker, Bank Technology News et IDC Financial Insights ont désigné D+H parmi les meilleurs fournisseurs de technologies auprès du secteur financier à l'échelle mondiale au classement FinTech 100, élevant D+H au 35e rang en 2012, ce qui représente une hausse de six positions depuis 2011.
  • Avec prise d'effet le 15 octobre 2012, William W. Neville a démissionné du conseil d'administration de D+H, fonction qu'il occupait depuis 2009, en vue d'occuper un nouveau poste de direction au sein de la Société, soit celui de président de D+H USA, où il aura l'entière responsabilité des activités que la Société mène aux États-Unis ainsi que celle d'accroître le rayonnement de D+H dans ce pays.
  • Mortgagebot a franchi le cap du million de demandes de prêts soumises aux États-Unis en 2012, établissant un nouveau record.
  • Au cours de l'exercice 2012, D+H est parvenue à proroger son plus important contrat de services de gestion de prêts aux étudiants sur plusieurs années, avec possibilité d'autres prorogations.

_________________________

1 Les résultats financiers de D+H sont préparés conformément aux IFRS. D+H présente certaines mesures financières non conformes aux IFRS, notamment le BAIIA, le BAIIA ajusté et le bénéfice net ajusté dont il est question précédemment. Le BAIIA ajusté correspond au BAIIA après ajustements afin d'exclure certains éléments notables dont les coûts liés aux acquisitions et d'autres charges, notamment les coûts de transaction et de maintien en poste relativement aux acquisitions, les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques et les charges liées aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts qui ne sont pas considérés comme étant engagés dans le cours normal des activités. Le bénéfice net ajusté correspond au bénéfice net après ajustements afin d'exclure certains éléments hors trésorerie et certains autres éléments notables décrits ci-dessus, les activités abandonnées et l'incidence fiscale connexe de ces ajustements, y compris l'incidence fiscale des acquisitions et de la conversion en société. Ces éléments sont exclus du calcul du BAIIA ajusté et du bénéfice net ajusté, car ils ne sont pas considérés comme représentatifs de la performance opérationnelle sous-jacente pour la période à l'étude; la direction estime qu'en excluant ces ajustements, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants. Les mesures non conformes aux IFRS doivent être prises en compte à la lumière des états financiers établis conformément aux IFRS; elles ne doivent pas être prises en compte isolément ni perçues comme un substitut au bénéfice net ou aux flux de trésorerie établis conformément aux IFRS. Par ailleurs, il se peut que les mesures de D+H soient calculées différemment des mesures désignées de la même façon par d'autres sociétés. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.

Les états financiers consolidés de D+H pour l'exercice 2012, les notes afférentes aux états financiers et le rapport de gestion, ainsi que les informations financières supplémentaires seront accessibles aujourd'hui sur www.dhltee.com et demain sur www.sedar.com.

Pour obtenir une analyse plus approfondie des résultats et des perspectives de la direction, il y a lieu de se reporter au rapport de gestion ci-après.

MISE EN GARDE AU SUJET DES ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Certains énoncés compris dans le présent communiqué de presse constituent des renseignements prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables (les « énoncés prospectifs »). Les énoncés concernant les objectifs, les cibles, les stratégies, les intentions, les plans, les convictions, les attentes et les estimations de D+H, ainsi que son entreprise, ses activités et sa performance et sa situation financières constituent des énoncés prospectifs. Des termes et expressions comme « croire », « s'attendre à », « prévoir », « estimer » et « avoir l'intention de », aux formes présente, future ou conditionnelle, de même que d'autres mots et locutions similaires ou la forme négative de ces expressions, visent à signaler des énoncés prospectifs, mais ne devraient pas être considérés comme étant le seul moyen de le faire. D'importantes hypothèses sont posées dans le cadre des énoncés prospectifs, dont celles-ci en particulier : la capacité de D+H d'atteindre ses objectifs en matière de produits, de « BAIIA », de « BAIIA ajusté » et de « bénéfice net ajusté » (se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une description complète des termes BAIIA, BAIIA ajusté et bénéfice net ajusté); les conditions générales du secteur et la conjoncture économique; l'évolution des relations que D+H entretient avec ses clients et ses fournisseurs; les pressions exercées sur les prix et d'autres facteurs concurrentiels; les effets prévus des acquisitions sur la performance financière de D+H; et les avantages attendus découlant des acquisitions. D+H a aussi utilisé certaines hypothèses macroéconomiques et générales pour rédiger ces énoncés prospectifs. Bien que D+H soit d'avis que ces facteurs et hypothèses sont raisonnables sur la foi des renseignements disponibles en date des présentes, rien ne garantit que les résultats réels seront conformes à ces énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs sont assujettis à des risques, à des incertitudes et à d'autres facteurs, connus et inconnus, qui pourraient faire en sorte que les résultats, la performance et les accomplissements réels de D+H, ainsi que l'évolution réelle des secteurs d'activité de D+H, diffèrent de manière importante des résultats, de la performance, des accomplissements et de l'évolution prévus qui sont formulés, implicitement ou explicitement, dans ces énoncés prospectifs.

Les risques liés aux énoncés prospectifs comprennent, notamment, les défis liés à la diminution de l'utilisation de chèques par les particuliers et les entreprises, la dépendance de la Société à l'égard d'un nombre limité de grandes institutions financières clientes ainsi qu'à l'accueil que celles-ci réservent à ses nouveaux programmes, les projets stratégiques entrepris par la Société dans le but d'atteindre ses objectifs financiers, la stabilité et la croissance des secteurs de l'immobilier, du financement hypothécaire et du crédit en général, les pressions accrues exercées sur les prix et l'accroissement de la concurrence, ce qui pourrait entraîner la perte de contrats ou une réduction des marges, de même que la conjoncture générale des marchés, y compris la dynamique de l'économie et des taux d'intérêt. Compte tenu de ces incertitudes, le lecteur est avisé de ne pas accorder de confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Les documents intégrés par renvoi aux présentes indiquent également des facteurs pouvant avoir une incidence sur les résultats opérationnels et la performance financière de la Société. Les énoncés prospectifs sont fondés sur les projets, estimations, projections, convictions et opinions actuels de la direction et D+H ne s'engage aucunement à mettre à jour les énoncés prospectifs si les hypothèses qui sous-tendent ces projets, estimations, projections, convictions et opinions venaient à changer, à l'exception de ce qui est prévu par les lois applicables sur les valeurs mobilières.

Tous les énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué de presse et dans les documents intégrés par renvoi aux présentes sont visés par cette mise en garde ainsi que par d'autres mises en garde et facteurs indiqués aux présentes, et il n'existe aucune garantie que les résultats ou événements réels seront conformes à ceux-ci. Même s'ils se révélaient conformes, en totalité ou en partie, il n'existe aucune garantie qu'ils auront les résultats attendus pour la Société.

Téléconférence

Davis + Henderson analysera ses résultats financiers du trimestre et de l'exercice clos le 31 décembre 2012 dans le cadre d'une conférence téléphonique qu'elle tiendra le mercredi 27 février 2013, à 10 h HNE (heure de Toronto). Le numéro à composer pour cette conférence est le 647-427-7450, pour les personnes qui appellent de la région de Toronto et de l'étranger, ou le 1-888-231-8191, pour les personnes qui appellent des États-Unis et du Canada. La conférence sera animée par Gerrard Schmid, chef de la direction, et par Brian Kyle, chef des finances. Elle sera également accessible sur le site Web de Groupe CNW, à l'adresse www.newswire.ca/en/webcast/detail/1104487/1203723. Un enregistrement de la conférence sera offert aux personnes qui ne peuvent pas écouter l'événement à l'heure prévue. Il leur suffira de composer le 416-849-0833, dans la région de Toronto, ou le 1-855-859-2056, à l'extérieur de Toronto, et de saisir le code d'accès 93787489. La rediffusion sera accessible jusqu'au mercredi 13 mars 2013. La téléconférence sera par ailleurs archivée à l'adresse Web susmentionnée pendant un mois, et une transcription de la conférence pourra être consultée sur le site www.dhltd.com.

AUTRES RENSEIGNEMENTS

D'autres renseignements relatifs à la Société, y compris la plus récente notice annuelle qu'elle a déposée, peuvent être consultés sur le site SEDAR, à l'adresse www.sedar.com.

RAPPORT DE GESTION

Le présent rapport de gestion a été préparé en date du 26 février 2013 et doit être lu à la lumière des états financiers consolidés audités de Société Davis + Henderson (« D+H », la « Société », « Davis + Henderson », l'« Entreprise », « nous » ou « notre »), pour l'exercice clos le 31 décembre 2012. Le présent rapport de gestion porte sur les activités, la performance et la situation financière de D+H pour les trimestre clos les 31 décembre 2012 et 2011 et exercices clos les 31 décembre 2012, 2011 et 2010.

MESURES FINANCIÈRES NON CONFORMES AUX IFRS

Les données fournies dans les tableaux du présent rapport de gestion incluent certaines mesures financières ajustées comme le « BAIIA » (bénéfice avant les intérêts, l'impôt, les amortissements et les ajustements de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt qui sont directement liés aux charges d'intérêts), ainsi que des mesures ajustées comme le « BAIIA ajusté » (BAIIA après ajustements afin d'exclure les charges liées aux acquisitions et autres charges, notamment les charges liées aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts, les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques et certaines charges liées au maintien en poste et aux incitatifs ou liées à l'intégration des entreprises se rapportant aux acquisitions, qui ne sont pas considérées comme étant engagées dans le cours normal des activités et qui ne sont pas représentatives de la performance opérationnelle sous-jacente), le « bénéfice net ajusté » (bénéfice net avant certaines charges hors trésorerie comme l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions et les ajustements de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt et certains autres éléments notables, notamment les coûts liés aux acquisitions et autres charges, les activités abandonnées, y compris l'incidence fiscale de ces éléments, et l'incidence fiscale des acquisitions et de la conversion en société par actions) et le « bénéfice net ajusté par action ». Ces notions ne sont pas définies selon les Normes internationales d'information financière (« IFRS »).

Les mesures financières non conformes aux IFRS présentées ci-après doivent être lues à la lumière des comptes consolidés de résultat. Il y a lieu de se reporter au rapprochement du BAIIA, du BAIIA ajusté et du bénéfice net ajusté avec la mesure IFRS la plus directement comparable, soit le bénéfice net, à la rubrique « Résultats opérationnels » du présent rapport de gestion.

La direction est d'avis que ces mesures supplémentaires fournissent des renseignements additionnels utiles sur les résultats opérationnels de la Société. Ces totaux partiels sont utilisés par la direction à titre de mesures de la performance financière ainsi que comme complément aux comptes consolidés de résultat. Les investisseurs sont priés de noter que ces mesures ne devraient pas être interprétées comme un substitut au bénéfice net en tant que mesure de la rentabilité, aux comptes consolidés de résultat préparés aux termes des IFRS ou à tout autre état préparé aux termes des IFRS.

Par ailleurs, ces mesures n'ont pas de signification normalisée et la méthode de calcul dont D+H se sert pour établir chaque solde pourrait ne pas être comparable à celle qu'utilisent d'autres sociétés pour calculer des éléments dont l'appellation est identique.

BAIIA

En plus d'être utilisé par la direction comme indicateur interne de la performance financière, le BAIIA (avec ajustements) sert à mesurer la conformité à certaines clauses restrictives de nature financière prévues aux termes de la facilité de crédit et des obligations de la Société. Le BAIIA est aussi utilisé par D+H afin d'évaluer la performance et la valeur d'une entreprise. Le BAIIA comporte des limites à titre d'outil d'analyse et il ne doit pas être considéré isolément par le lecteur ni perçu par ce dernier comme un substitut à une analyse des résultats aux termes des IFRS.

BAIIA ajusté

Le BAIIA ajusté est aussi utilisé par D+H afin d'évaluer la performance de ses activités. Le BAIIA ajusté ne tient pas compte de ce qui suit : i) les coûts liés aux acquisitions comme les coûts de transaction et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs se rapportant aux acquisitions; et ii) les autres charges telles que les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, les charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts et les charges liées à l'intégration des entreprises, ces coûts et charges n'étant pas considérés comme faisant partie du cours normal des activités. Ces éléments sont exclus du calcul du BAIIA ajusté car ils ne sont pas considérés comme étant représentatifs de la performance opérationnelle sous-jacente pour la période à l'étude; la direction estime qu'en excluant ces ajustements, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants.

Tout comme le BAIIA, le BAIIA ajusté comporte des limites à titre d'outil d'analyse et il ne doit pas être considéré isolément par le lecteur ni perçu par ce dernier comme un substitut à une analyse des résultats aux termes des IFRS.

Bénéfice net ajusté et bénéfice net ajusté par action

Avec prise d'effet le 1er janvier 2011, par suite de la conversion de la structure de fiducie de revenu en celle d'une société par actions, D+H a commencé à utiliser le bénéfice net ajusté et le bénéfice net ajusté par action comme mesures d'évaluation de ses résultats financiers. Pour les périodes antérieures au 1er janvier 2011, il n'existait pas de mesures comparables.

Tout comme le bénéfice net, le bénéfice net ajusté sert de mesure interne de la performance, mais il est calculé déduction faite des incidences de certains éléments notables, notamment les coûts d'acquisition et autres charges comme les coûts de transaction et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs ou liées à l'intégration des entreprises se rapportant aux acquisitions; les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques et les charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, ces coûts et charges n'étant pas considérés comme faisant partie du cours normal des activités; les activités abandonnées et certains éléments hors trésorerie comme l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions et les ajustements à la juste valeur des swaps de taux d'intérêt. Les incidences fiscales de la conversion en société et des acquisitions sont également exclues du bénéfice net ajusté. Ces éléments sont exclus du calcul du bénéfice net ajusté, car ils ne sont pas considérés comme représentatifs de la performance financière de l'Entreprise pour les périodes à l'étude.

ACQUISITIONS

Avista

Le 3 mai 2012, la Société a annoncé l'acquisition d'Avista Solutions, Inc (« Avista »), important fournisseur de logiciels en mode Software as a Service (SaaS) de montage de prêts hypothécaires auprès de banques locales et de coopératives de crédit aux États-Unis, pour une contrepartie de 40 millions de dollars américains. Cette transaction a été financée à même les facilités de crédit existantes de D+H, puis par l'émission d'obligations. Pour un complément d'information sur cette transaction, il y a lieu de se reporter à la note 5 afférente aux états financiers consolidés de la Société pour l'exercice clos le 31 décembre 2012.

De manière à consolider les activités de D+H aux États-Unis, nous avons procédé au regroupement, avec prise d'effet le 31 décembre 2012, d'Avista avec Mortgagebot LLC (« Mortgagebot »). Mortgagebot est l'entité issue de l'opération.

Compushare

Le 24 avril 2012, la Société a annoncé qu'elle avait procédé à un investissement stratégique dans Compushare Inc. (« Compushare »), fournisseur établi en Californie de services en mode Infrastructure-as-a-Service (« IaaS») aux banques et coopératives de crédit des États-Unis. Compushare se spécialise dans la prestation de services pour aider ses clients à répondre à des normes de conformité rigoureuses grâce à ses solutions de gestion de systèmes et de sécurité de réseau et à ses applications conçues expressément pour les institutions financières.

Dans le cadre de cette transaction, Compushare et D+H ont conclu une convention portant sur les droits des investisseurs datée du 24 avril 2012 conférant à la Société une option d'achat visant l'acquisition des actions émises et en circulation restantes de Compushare qu'elle ne détenait pas déjà (l'« option d'achat »). Le 29 janvier 2013, D+H a exercé cette option d'achat et ainsi acquis la totalité des actions ordinaires en circulation restantes de Compushare. Les modalités financières de cette transaction n'ont pas été présentées, car elles n'étaient pas significatives en regard de la situation financière de D+H.

STRATÉGIE

D+H aspire à devenir un important fournisseur de technologies auprès du secteur des services financiers en Amérique du Nord. Les fournisseurs de technologies auprès du secteur des services financiers mettent au point et fournissent des technologies ainsi que des produits et services technologiques aux banques, aux coopératives de crédit et à d'autres clients du secteur des services financiers qui utilisent ces solutions pour stimuler la croissance, accroître la convivialité pour leurs propres clients, simplifier les activités, réduire les coûts d'infrastructures et accroître la conformité.

La stratégie de D+H consiste à se positionner comme chef de file dans des créneaux bien définis et en croissance du secteur des services financiers, ainsi qu'à consolider ces positions de chef de file au moyen de solutions technologiques qui accroissent la valeur dans l'intérêt de sa clientèle et de ses actionnaires. La Société prévoit mettre en œuvre sa stratégie au moyen de projets internes, d'associations avec des tiers et d'acquisitions ciblées. L'objectif financier à long terme de D+H consiste à dégager des résultats durables et en progression au moyen de la croissance interne soutenue des produits et d'acquisitions stratégiques.

Au cours des derniers exercices, D+H a mis en œuvre cette stratégie en améliorant les solutions de paiement, en réalisant plusieurs acquisitions, notamment celles d'ASSET et de Mortgagebot en 2011, d'Avista en 2012 et de Compushare au début de 2013, ainsi qu'en améliorant davantage ses services et ses diverses capacités dans tous les domaines.

Conformément à l'annonce faite récemment, D+H a obtenu un meilleur rang au classement FinTech 100, ce qui témoigne des capacités accrues de la Société en matière de technologies. FinTech 100 classe les entreprises selon leurs produits globaux dans le domaine des services technologiques offerts au secteur financier. Grâce à une série d'acquisitions stratégiques, y compris les plus récentes, soit celles de Mortgagebot, d'Avista et de Compushare, D+H a augmenté sa portée et ses capacités en tant que société offrant une gamme de solutions technologiques au secteur des services financiers. Cette reconnaissance rend compte des mesures qu'a prises D+H dans le but de fournir un large éventail de produits et services technologiques à ses clients et de continuer d'innover et de prendre de l'expansion afin de mieux répondre aux besoins du secteur des services financiers.

Au sein du secteur américain, notre stratégie consiste à établir un éventail de services technologiques en mettant l'accent sur les solutions infonuagiques et sur les services en mode SaaS, en vue de mieux servir les banques régionales et locales ainsi que les coopératives de crédit. La Société prévoit promouvoir cette stratégie au moyen de projets internes en offrant des services connexes, comme l'illustre sa récente progression dans le secteur du montage de prêts aux particuliers, ainsi qu'au moyen de nouvelles acquisitions aux États-Unis qui lui permettront d'élargir ses capacités technologiques auprès des banques et coopératives de crédit.

Conformément à la stratégie de la Société, la direction s'emploie dorénavant i) à poursuivre ses projets de croissance interne aux États-Unis, ii) à assurer l'évolution de ses programmes de solutions de paiement, iii) à accroître la valeur dans l'intérêt des clients de la Société et à élargir ses services de soutien technologique relatifs aux prêts hypothécaires, aux prêts automobiles, aux prêts aux particuliers, aux prêts aux étudiants, ainsi qu'aux marchés du crédit commercial et de la location, et iv) à repérer des cibles d'acquisition pertinentes afin d'appuyer l'orientation stratégique de D+H.

Pour obtenir une analyse plus approfondie des résultats du trimestre et de l'exercice clos le 31 décembre 2012 et pour connaître les perspectives établies par la direction, il y a lieu de se reporter aux rubriques s'y rapportant.

PRINCIPES COMPTABLES ET PRÉSENTATION DE L'INFORMATION FINANCIÈRE

Les états financiers consolidés de la Société pour l'exercice à l'étude ont été dressés selon les IFRS, publiées par l'International Accounting Standards Board (l'« IASB »).

Les résultats des activités poursuivies comprennent la performance des entreprises acquises à compter de la date de leur acquisition et excluent les résultats des entreprises classées dans les activités abandonnées.

Les informations comparatives des périodes antérieures au 1er janvier 2011 se rapportent au Fonds de revenu Davis+Henderson (le « Fonds ») et les résultats des périodes postérieures au 1er janvier 2011 correspondent à ceux de la Société. Par conséquent, dans le présent rapport de gestion, toute mention des distributions, des porteurs de parts et des montants par part se rapporte aux périodes antérieures au 1er janvier 2011, et toute mention des dividendes, des actionnaires et des montants par action fait référence aux périodes postérieures au 1er janvier 2011.

Tous les montants sont présentés en dollars canadiens, à moins d'indication contraire.

Information sectorielle

Depuis le premier trimestre de 2012, D+H présente ses résultats par secteurs à présenter en fonction de ses deux unités opérationnelles stratégiques, à savoir le « secteur canadien » et le « secteur américain ». Ces unités opérationnelles sont des composantes de l'entité dont les dirigeants de la Société tiennent compte lorsqu'ils prennent des décisions relatives à l'affectation des différentes ressources aux secteurs et à l'évaluation de la performance.

Le secteur canadien comprend les résultats tirés des services de solutions de paiement (présentés à titre de « Programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques » au cours des exercices antérieurs), de prêts, d'enregistrement et de recouvrement de prêts, de solutions technologiques de crédit commercial, de prêt et de location aux petites entreprises, de solutions technologiques pour le marché hypothécaire canadien et d'autres solutions aux entreprises. Le secteur américain comprend les services technologiques de crédit au marché hypothécaire américain, y compris les résultats tirés des activités de Mortgagebot LLC (« Mortgagebot ») et d'Avista Solutions, Inc. (« Avista »). Les charges engagées relativement à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, les coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs ainsi que les coûts de transaction et coûts liés à l'intégration des entreprises relativement aux acquisitions sont comptabilisées au titre du secteur siège social, car ces éléments sont hors du cours normal des activités et ne sont pas représentatifs de la performance sous-jacente des secteurs et des activités.

La performance de ces secteurs est évaluée en fonction des produits et du BAIIA du secteur.

Les chiffres comparatifs ont été présentés de manière à ce qu'ils soient conformes à la présentation des périodes à l'étude.

RÉSULTATS OPÉRATIONNELS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2012

(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
         
Produits 187 175 $ 183 777 $
Charges 145 904   138 202  
BAIIA1 41 271   45 575  
Amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations
incorporelles non liées à des acquisitions
7 956   6 749  
Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions 11 519   11 009  
Charges d'intérêts 4 629   4 909  
Bénéfice provenant de la participation dans une entreprise associée, après
impôt2
23   -  
Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés3 (542)   (145)  
Charge (recouvrement) d'impôt sur le résultat 3 975   7 684  
Bénéfice net 13 711 $ 15 369 $
         
Bénéfice découlant des activités poursuivies par action, de base et dilué4, 5 0,2315 $ 0,2595 $
Bénéfice net par action, de base et dilué4, 5 0,2315 $ 0,2595 $

1  Le BAIIA est une mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.
2  La quote-part revenant à D+H du bénéfice de Compushare, dont la Société a acquis une participation ne donnant pas le contrôle le 24 avril 2012.
3   Rend compte des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui n'étaient pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, dont toute variation de la juste valeur est comptabilisée aux comptes consolidés de résultat.
4   Le bénéfice net dilué par action rend compte de l'incidence des options en circulation. Si le cours moyen pendant la période est inférieur au prix de l'option additionné à la juste valeur marchande de l'option, les options ne sont pas prises en considération dans le calcul du montant dilué.
5  Le nombre moyen pondéré d'actions en circulation s'est élevé à 59 233 373 actions pour le quatrième trimestre de l'exercice 2012 (59 233 373 actions pour le quatrième trimestre de 2011).

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

    Trimestres clos les 31 décembre  
    Secteur
canadien
    Secteur
américain
    Secteur
siège social
    Résultats
consolidés
 
    2012   2011     2012   2011     2012   2011     2012   2011  
Produits   171 788 $ 173 189 $   15 387 $ 10 588 $   - $ - $   187 175 $ 183 777 $
Charges   130 647   131 837     8 699   5 728     6 558   637     145 904   138 202  
BAIIA1   41 141   41 352     6 688   4 860     (6 558)   (637)     41 271   45 575  
Marge du BAIIA   23,9 % 23,9 %   43,5 % 45,9 %   -   -     22,0 % 24,8 %
Ajustements :                                        
  Charges liées aux acquisitions et autres
charges2
  -   -     -   -     6 558   637     6 558   637  
BAIIA ajusté1   41 141 $ 41 352 $   6 688 $ 4 860 $   - $ - $   47 829 $ 46 212 $
Marge du BAIIA ajusté   23,9 % 23,9 %   43,5 % 45,9 %   -   -     25,6 % 25,1 %

1  Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.
2  Pour le quatrième trimestre de 2012, les coûts liés aux acquisitions et autres charges comprennent des charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, des charges relatives à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts ainsi que certains coûts liés à l'intégration des entreprises et au maintien et aux incitatifs relativement à l'acquisition de Mortgagebot et d'Avista. Les coûts liés aux acquisitions et autres charges pour la période correspondante de 2011 comprenaient certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs associés à l'acquisition de Mortgagebot.

    Trimestres clos les 31 décembre  
    Secteur
canadien
    Secteur
américain
  Résultats
consolidés
 
    2012 c. 2011
Variation
(%)
    2012 c. 2011
Variation
(%)
  2012 c. 2011
Variation
(%)
 
Produits   (0,8) %   45,3 % 1,8 %
BAIIA1   (0,5) %   37,6 % (9,4) %
BAIIA ajusté1   (0,5) %   37,6 % 3,5 %
                 

1  Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.

(en milliers de dollars canadiens, non audité) Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
Bénéfice net 13 711 $ 15 369 $
Ajustements :        
  Éléments hors trésorerie :        
    Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions 11 519   11 009  
    Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés2 (542)   (145)  
  Autres éléments notables :        
    Éléments liés aux acquisitions et autres charges3 6 558   637  
  Incidence fiscale des ajustements ci-dessus (compte non tenu des activités
abandonnées)4
(5 603)   (3 391)  
  Incidence fiscale de la conversion en société et des acquisitions5 -   2 080  
Bénéfice net ajusté1 25 643 $ 25 559 $
         
Bénéfice net ajusté par action, de base et dilué1, 6, 7 0,4329 $ 0,4315 $
             
  Trimestres clos les 31 décembre  
      2012 c. 2011  
      Variation
(%)
 
Bénéfice net ajusté par action1, 6, 7     0,3 %

1   Le bénéfice net ajusté et le bénéfice net ajusté par action sont des mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.
2   Rend compte des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui n'étaient pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, dont toute variation de la juste valeur est comptabilisée au compte consolidé de résultat.
3 Pour le quatrième trimestre de 2012, les coûts liés aux acquisitions et autres charges comprennent des charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, des charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, ainsi que certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs et liés à l'intégration des entreprises relativement à l'acquisition de Mortgagebot et d'Avista. Les coûts liés aux acquisitions et autres charges pour la période correspondante de 2011 comprenaient certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs associés à l'acquisition de Mortgagebot.
4  Les ajustements suivants au bénéfice net ont été imposés à leur taux d'impôt respectif : i) l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions; ii) l'amortissement et les ajustements à la juste valeur des instruments dérivés; et iii) les coûts liés aux acquisitions et autres charges.
5  Les ajustements du quatrième trimestre de 2011 étaient liés à la décomptabilisation d'attributs fiscaux enregistrés antérieurement.
6  Le bénéfice net dilué par action et le bénéfice net ajusté dilué par action (mesure non conforme aux IFRS) rendent compte de l'incidence des options en circulation. Si le cours moyen pendant la période est inférieur au prix de l'option additionné à la juste valeur marchande de l'option, les options ne sont pas prises en considération dans le calcul du montant dilué.
7  Le nombre moyen pondéré d'actions en circulation s'est élevé à 59 233 373 actions pour le quatrième trimestre de l'exercice 2012 (59 233 373 actions pour le quatrième trimestre de 2011).

Aperçu - Données consolidées

La croissance des produits consolidés au quatrième trimestre de 2012, en comparaison avec ceux de la période correspondante de 2011, est attribuable à la croissance du secteur américain, elle-même attribuable à l'acquisition d'Avista et à la croissance interne solide et soutenue de Mortgagebot.

Le recul du BAIIA consolidé au quatrième trimestre de 2012 par rapport à celui du quatrième trimestre de 2011 est imputable à l'incidence défavorable de certaines charges hors du cours normal des activités et de charges liées aux acquisitions. Au quatrième trimestre de 2012, le BAIIA ajusté consolidé, qui ne tient pas compte de ces charges, a été supérieur à celui de la période correspondante de 2011.

Pour le trimestre clos le 31 décembre 2012, le bénéfice net consolidé a été inférieur à celui de la période correspondante de 2011. Le bénéfice net pour le quatrième trimestre de 2012 a été touché par des coûts liés aux acquisitions et autres charges au titre du secteur siège social. Cette incidence défavorable a été contrebalancée en partie par la croissance du BAIIA dans le secteur américain.

Au quatrième trimestre de 2012, le bénéfice net ajusté consolidé a été supérieur à celui de la période correspondante de 2011. Le bénéfice net ajusté consolidé ne tient pas compte i) des incidences hors trésorerie d'éléments comme l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions et les profits et pertes liés à l'ajustement à la juste valeur des instruments dérivés; ii) d'autres éléments notables, notamment les coûts liés aux acquisitions et autres charges décrits précédemment ainsi que les activités abandonnées; et iii) les recouvrements d'impôt sur le résultat attribuables au changement de statut fiscal de D+H par suite de sa conversion d'une fiducie de revenu en société par actions, ainsi que les charges/recouvrements d'impôt hors trésorerie liés aux acquisitions. Le bénéfice net a également été ajusté pour rendre compte de l'incidence fiscale de ces éléments de manière à établir le bénéfice net ajusté.

PRODUITS

Le tableau qui suit présente la taille relative de chacun des principaux secteurs d'activité en pourcentage des produits consolidés pour des périodes de 12 mois :

     
  Exercices clos les 31 décembre  
  2012   2011   2010  
Produits            
  Solutions de paiement1 40 % 41 %  45 %
  Services d'enregistrement et de recouvrement de prêts 22 % 22 %  17 %
  Services de gestion de prêts 17 % 18 %  20 %
  Services technologiques de crédit2 17 % 14 % 12 %
  Solutions aux entreprises3 4 % 5 %  6  %
  100 % 100 %  100 %

1 Présentées à titre de « Programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques » au cours des exercices antérieurs.
2 Comprend les produits présentés dans le secteur américain.
3 Présentés en tant qu'« Autres » au cours des exercices antérieurs.

Les solutions de paiement comprennent i) le programme d'approvisionnement en chèques à l'intention des particuliers et des petites entreprises titulaires de comptes auprès des clients du secteur des services financiers de la Société; et ii) divers services de protection avec abonnement et services destinés aux programmes liés aux comptes de chèques et de cartes de crédit. Ces offres de services (compte non tenu des services de protection et des services contre l'usurpation d'identité qui sont intégrés aux commandes de chèques) constituent à l'heure actuelle une petite part des produits de cette catégorie de produits. Les volumes de commandes de chèques diminuent avec le temps, car les particuliers et les petites entreprises choisissent d'autres méthodes de paiement. Ce repli des volumes a été atténué par l'augmentation de la valeur moyenne des commandes de chèques et par l'accroissement des services de protection offerts dans le cadre des programmes proposés aux titulaires de comptes de chèques et de cartes de crédit. Les produits tirés des solutions de paiement sont présentés dans le secteur canadien.

Les services d'enregistrement et de recouvrement de prêts soutiennent les activités de crédit commercial et de prêts aux particuliers des clients du secteur des services financiers de la Société. Les services comprennent notamment des services d'enregistrement et de gestion de données liés aux prêts garantis pour les activités de crédit immobilier et les prêts aux particuliers ainsi que des services de recouvrement pour les activités de crédit garanti et non garanti. Les services contribuant le plus à cette catégorie de produits sont les services de recherche et d'enregistrement, secteur qui compte actuellement pour environ 50 % à 60 % des produits, et les services de recouvrement, secteur qui représente environ 25 % à 35 % des produits. Pour ces deux secteurs, les prêts destinés à l'achat d'automobiles représentent un facteur important d'activités; par conséquent, les produits peuvent varier. En règle générale, la cyclicité économique et les fluctuations saisonnières ont une incidence sur les services d'enregistrement, tandis que les services de recouvrement sont en général à l'inverse du cycle économique. Les autres services de cette catégorie de produits comprennent les services de mainlevée d'hypothèques et divers services de recherche, qui sont dans les deux cas destinés aux institutions financières clientes. Les produits tirés des services d'enregistrement et de recouvrement de prêts sont présentés dans le secteur canadien.

Les programmes de services de gestion de prêts comprennent les services d'administration de prêts aux étudiants offerts aux institutions financières et aux gouvernements ainsi que les services de gestion de cartes de crédit offerts aux émetteurs de cartes. Les services d'administration de prêts aux étudiants comptent actuellement pour environ 70 % à 80 % des produits de cette catégorie. Les volumes des services d'administration de prêts aux étudiants ont été généralement stables, connaissant une modeste croissance en raison des soldes plus élevés des prêts aux étudiants et des échéances plus longues de ces prêts. La récente fusion de deux portefeuilles de prêts en un seul portefeuille géré a réduit le montant net des commissions que la Société touche et cette effet devrait se maintenir au cours du premier semestre de 2013. Les volumes liés aux services de gestion de cartes de crédit peuvent varier davantage et sont principalement touchés par les projets des clients. Les produits tirés des programmes de services de gestion de prêts sont présentés dans le secteur canadien.

Les services technologiques de crédit comprennent les services destinés aux marchés des prêts hypothécaires au Canada et, par suite de l'acquisition d'Avista en mai 2012 et de Mortgagebot en avril 2011, aux États-Unis. En outre, la Société offre dans ces deux pays des produits et des services technologiques destinés aux secteurs de la location, du crédit commercial et des prêts aux petites entreprises. Les produits liés aux marchés des prêts hypothécaires représentent à l'heure actuelle environ 85 % à 95 % des produits de cette catégorie, dont environ 50 % à 60 % proviennent des commissions gagnées sur les transactions liées au montage de prêts hypothécaires au Canada et 40 % à 50 % correspondent aux commissions gagnées sur les transactions associées aux services de montage de prêts en mode SaaS aux États-Unis, dont une tranche de 20 % à 30 % a trait à des activités fondées sur des transactions. Les commissions gagnées dans le cadre des services liés au montage de prêts hypothécaires sont variables et de nombreux facteurs peuvent avoir une incidence sur celles-ci, notamment la conjoncture économique, le marché de l'habitation et les taux d'intérêt. Aux fins de la présentation de l'information sectorielle, les produits tirés des services technologiques de crédit destinés aux marchés des prêts hypothécaires au Canada ainsi que les produits et solutions technologiques de location, de crédit commercial et de prêts aux petites entreprises offerts au Canada et aux États-Unis sont présentés dans le secteur canadien. Les produits tirés des services de montage de prêts en mode SaaS aux États-Unis attribuables à Mortgagebot et à Avista sont présentés dans le secteur américain. Avec prise d'effet à la date d'acquisition du 30 janvier 2013, les produits tirés de Compushare sont présentés dans le secteur américain.

Les solutions aux entreprises comprennent des offres de service de plus petite envergure qui sont principalement des activités données en externalisation à D+H par divers clients, notamment des clients de secteurs de services autres que les services financiers. Les produits tirés de ces activités sont présentés dans le secteur canadien.

 

Produits consolidés

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011
  Solutions de paiement1 76 113 $ 73 758 $
  Services d'enregistrement et de recouvrement de prêts 40 542   39 260  
  Services de gestion de prêts 30 018   33 372  
  Services technologiques de crédit2 32 661   28 571  
  Solutions aux entreprises3 7 841   8 816  
  187 175 $ 183 777 $

1  Présentées à titre de « Programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques » au cours des exercices antérieurs.
2  Comprend les produits présentés dans le secteur américain.
3  Présentées en tant qu'« Autres » au cours des exercices antérieurs.

Les produits consolidés ont atteint 187,2 millions de dollars au quatrième trimestre de 2012, en hausse de 3,4 millions de dollars, ou de 1,8 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2011. Cette augmentation s'explique essentiellement par la croissance du secteur américain par suite de la prise en compte des résultats d'Avista, acquise le 3 mai 2012, et de la croissance interne solide et soutenue de Mortgagebot. Les services fournis par D+H sont assujettis aux fluctuations saisonnières, notamment en ce qui a trait aux commissions gagnées dans le cadre des services liés au montage de prêts hypothécaires et des services d'enregistrement de prêts automobiles, qui sont habituellement plus marquées aux deuxième et troisième trimestres qu'aux premier et quatrième trimestres.

Produits - secteur canadien

Le total des produits du secteur canadien pour le quatrième trimestre de 2012 s'est chiffré à 171,8 millions de dollars, en baisse de 1,4 million de dollars, ou de 0,8 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de 2011.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
Produits - secteur canadien        
  Solutions de paiement1 76 113 $ 73 758 $
  Services d'enregistrement et de recouvrement de prêts 40 542   39 260  
  Services de gestion de prêts 30 018   33 372  
  Services technologiques de crédit2 17 274   17 983  
  Solutions aux entreprises3 7 841   8 816  
  171 788 $ 173 189 $

1  Présentées à titre de « Programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques » au cours des exercices antérieurs.
2  Ne tient pas compte des produits tirés de Mortgagebot et d'Avista.
3  Présentées en tant qu' « Autres » au cours des exercices antérieurs.

Les produits tirés des solutions de paiement ont atteint 76,1 millions de dollars au quatrième trimestre de 2012, en hausse de 2,4 millions de dollars, ou de 3,2 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2011. Les produits du quatrième trimestre de 2012 ont bénéficié des retombées favorables de l'augmentation de la valeur moyenne des commandes et de l'amélioration des produits et services offerts dans le cadre des programmes liés aux comptes de chèques et aux cartes de crédit, facteurs contrebalancés en partie par la diminution des volumes de commandes de chèques. La direction estime que la tendance à la baisse des commandes de chèques se chiffre à moins de 5 points de pourcentage annuellement et que les volumes de commandes de chèques de particuliers ont été plus volatils au cours des récentes périodes. La direction s'attend à ce que cette volatilité persiste en 2013. D+H continue de faire progresser la mise en valeur des produits et services offerts afin de neutraliser cette tendance et de stimuler la croissance future dans cette catégorie de produits.

Pour le quatrième trimestre de 2012, les produits tirés des services d'enregistrement et de recouvrement de prêts se sont établis à 40,5 millions de dollars, en hausse de 1,3 million de dollars, ou de 3,3 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2011. Cette hausse est principalement le fait de l'augmentation du volume des transactions liées aux services d'enregistrement, laquelle découle d'une reprise soutenue sur les marchés de l'automobile et des prêts automobiles. Les volumes de ce secteur peuvent varier en raison de l'évolution du contexte économique, de perturbations des marchés de l'automobile et des prêts automobiles et de fluctuations saisonnières. Ce secteur enregistre généralement des volumes plus importants aux deuxième et troisième trimestres qu'aux premier et quatrième trimestres, les consommateurs ayant davantage l'habitude d'acheter des voitures et de contracter des prêts à ce titre au printemps et en été. La hausse des produits provenant d'une augmentation des volumes dans les services d'enregistrement a été en partie neutralisée par un déclin attendu des services de recouvrement de prêts automobiles en raison de la contra-cyclicité et de la reprise en charge de certains programmes.

Pour le quatrième trimestre de 2012, les produits tirés des services de gestion de prêts se sont établis à 30,0 millions de dollars, en baisse de 3,4 millions de dollars, ou de 10,1 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2011. Les volumes légèrement accrus au cours du quatrième trimestre de 2012 ont été annulés par la baisse des honoraires imputable au calendrier et par une réduction attendue des commissions découlant d'une annonce ayant été faite antérieurement à propos de la consolidation et de l'intégration de services entre deux clients dans le cadre du programme de prêts aux étudiants. Les volumes liés aux services d'administration de prêts aux étudiants devraient demeurer relativement stables et enregistrer une faible hausse à court terme. Nous nous attendons à ce que l'incidence sur les produits de la consolidation et de l'intégration de ces deux clients se maintenir au cours du premier semestre de 2013. Des mesures de gestion des coûts et d'amélioration de l'efficience de la prestation de services sont mises en œuvre dans le but d'atténuer l'incidence de la réduction des prix et des commissions liée à la récente consolidation de clients. Les avantages découlant de ces projets de gestion des coûts, qui ont commencé à se matérialiser en 2012, perdureront en 2013.

Une réduction des produits tirés des services de gestion de cartes de crédit, qui font partie des programmes de services de gestion de prêts, a été observée par rapport à l'exercice précédent; elle s'explique par le fait qu'au cours de certaines périodes antérieures, certains projets de clients ont contribué à faire augmenter les produits.

Les produits tirés des services technologiques de crédit dans le secteur canadien se sont situés à 17,3 millions de dollars pour le quatrième trimestre de 2012, ce qui représente une baisse de 0,7 million de dollars, ou de 3,9 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2011. Les produits du quatrième trimestre de 2012 ont été touchés par la baisse des commissions liées aux activités de montage de prêts hypothécaires en raison du ralentissement du secteur de l'habitation et du financement hypothécaire au Canada, comparativement au trimestre correspondant de 2011. De façon générale, en raison du resserrement des règles hypothécaires annoncé par le ministère des Finances en 2012, les analystes du secteur prévoient que la baisse des prix et le ralentissement des ventes récemment observés sur le marché canadien de l'habitation se poursuivront dans les principaux centres urbains en 2013. Les produits des périodes futures pourraient également subir l'incidence de modifications de prix, qui devraient être contrebalancées par d'éventuelles hausses des produits par suite du lancement de nouveaux produits sur le marché canadien du crédit, dont l'expansion de nos solutions technologiques à divers secteurs de la chaîne de valeur en matière de crédit.

Les produits tirés des solutions aux entreprises se sont établis à 7,8 millions de dollars au quatrième trimestre de 2012, comparativement à 8,8 millions de dollars pour la période correspondante de 2011, en raison de la reprise en charge d'activités par certains clients au cours de périodes antérieures.

Produits - secteur américain

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
         
Services technologiques de crédit 15 387 $ 10 588 $
         
  15 387 $ 10 588 $

Les produits du secteur américain tirés du montage de prêts hypothécaires en ligne de Mortgagebot et d'Avista pour le quatrième trimestre de 2012 se sont établis à 15,4 millions de dollars, en hausse de 4,8 millions de dollars, ou de 45,3 %, par rapport à ceux de 10,6 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2011. Cette hausse rend compte de la prise en compte des résultats d'Avista depuis son acquisition en mai 2012 et de la forte croissance interne de Mortgagebot attribuable à l'augmentation des volumes stimulée par la faiblesse persistante des taux d'intérêt aux États-Unis.

CHARGES

Charges consolidées 

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
Rémunération et avantages du personnel1 55 886 $ 54 920 $
Charges directes autres que de rémunération2 58 989   56 613  
Autres charges opérationnelles3 31 029   26 669  
  145 904 $ 138 202 $

1  Sur une base consolidée, les crédits d'impôt pour apprentissage et les montants inscrits à l'actif en lien avec le développement de logiciels sont déduits des charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel, qui incluent des coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à des acquisitions d'entreprises. Pour le quatrième trimestre de 2012, les charges au titre de la rémunération du personnel comprennent 1,2 million de dollars de charges relatives à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts.
2  Les charges directes autres que de rémunération comprennent le coût des matières, de même que les frais de livraison et de vente et les débours directs en faveur de tiers.
3 Les autres charges opérationnelles comprennent les frais d'occupation, les frais liés aux communications, les droits de permis, les honoraires, la rémunération des entrepreneurs, les coûts de transaction liés aux acquisitions d'entreprises et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories. Les autres charges du quatrième trimestre de 2012 comprennent des charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques.

Au quatrième trimestre de 2012, les charges consolidées se sont accrues de 7,7 millions de dollars, ou de 5,6 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de l'exercice 2011 pour atteindre 145,9 millions de dollars, dont une tranche de 6,6 millions de dollars au titre de charges liées aux acquisitions n'étant pas considérées comme faisant partie du cours normal des activités et, par conséquent, ayant été comptabilisées au titre du secteur siège social. L'augmentation enregistrée au quatrième trimestre de 2012 s'explique également par la prise en compte des charges d'Avista.

Charges - secteur canadien

Les charges du secteur canadien ont totalisé 130,6 millions de dollars pour le quatrième trimestre de 2012, en baisse de 1,2 million de dollars, ou de 0,9 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2011.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
Rémunération et avantages du personnel1 47 905 $ 51 245 $
Charges directes autres que de rémunération2 58 720   56 213  
Autres charges opérationnelles3 24 022   24 379  
  130 647 $ 131 837 $

1  Les crédits d'impôt pour apprentissage et les montants inscrits à l'actif en lien avec le développement de logiciels sont déduits des charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel.
2  Les charges directes autres que de rémunération comprennent le coût des matières, de même que les frais de livraison et de vente et les débours directs en faveur de tiers.
3  Les autres charges opérationnelles comprennent les frais d'occupation, les frais liés aux communications, les droits de permis, les honoraires, la rémunération des entrepreneurs, les coûts de transaction liés aux acquisitions d'entreprises et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories. Les frais de gestion intersectoriels reçus du secteur américain sont déduits des autres charges opérationnelles.

Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel se sont élevées à 47,9 millions de dollars au quatrième trimestre de 2012 pour le secteur canadien, ce qui représente une diminution de 3,3 millions de dollars, ou de 6,5 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2011. Les charges du quatrième trimestre de 2012 ont été réduites grâce à des économies générées par les mesures de réharmonisation de la structure de coûts appliquées au cours de périodes antérieures et par les crédits d'impôt pour apprentissage.

Les charges directes autres que de rémunération du secteur canadien se sont établies à 58,7 millions de dollars pour le quatrième trimestre de 2012, en hausse de 2,5 millions de dollars, ou de 4,5 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2011. De façon générale, ces charges fluctuent dans le même sens que les produits. Une augmentation des charges directes liées aux solutions de paiement et aux services d'enregistrement de prêts, conforme à l'accroissement des produits dans ces secteurs de services, a été atténuée par une baisse des charges directes des services de recouvrement et d'autres secteurs de services.

Les autres charges opérationnelles, de 24,0 millions de dollars au quatrième trimestre de 2012, ont affiché un recul de 0,4 million de dollars, ou de 1,5 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2011, principalement en raison d'une augmentation des frais de développement inscrits à l'actif et des économies réalisées grâce aux activités de transformation et d'intégration.

Charges - secteur américain

Le total des charges du secteur américain s'est élevé à 8,7 millions de dollars pour le quatrième trimestre de 2012, en hausse de 3,0 millions de dollars, ou de 51,9 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de 2011. L'augmentation découle principalement de la prise en compte des coûts d'Avista et de la croissance des charges de Mortgagebot conforme à celle des produits.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
Rémunération et avantages du personnel 4 697 $ 3 038 $
Charges directes autres que de rémunération 269   400  
Autres charges opérationnelles1 3 733   2 290  
  8 699 $ 5 728 $

1  Les autres charges opérationnelles comprennent les frais de gestion intersectoriels, les frais d'occupation et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories.

Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel pour le secteur américain se sont élevées à 4,7 millions de dollars au quatrième trimestre de 2012, en hausse de 1,7 million de dollars, ou de 54,6 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2011. L'augmentation au quatrième trimestre de 2012 a découlé principalement de la prise en compte des coûts d'Avista et des coûts accrus nécessaires à l'intégration de Mortgagebot et d'Avista.

Les charges directes autres que de rémunération du secteur américain de 0,3 million de dollars pour le quatrième trimestre de 2012 sont demeurées relativement stables par rapport à celles de la même période de 2011.

Les autres charges opérationnelles, de 3,7 millions de dollars au quatrième trimestre de 2012, ont augmenté de 1,4 million de dollars, ou de 63,0 %, par rapport à celles du trimestre correspondant de 2011, principalement en raison des charges liées aux projets de croissance infonuagiques et de la prise en compte d'Avista. Les frais de gestion intersectoriels facturés par le secteur canadien pour des services partagés sont aussi compris dans les autres charges pour les périodes présentées.

Charges - secteur siège social

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
         
Rémunération et avantages du personnel 3 284 $ 637 $
Charges directes autres que de rémunération -   -  
Autres charges opérationnelles 3 274   -  
         
  6 558 $ 637 $

Rémunération et avantages du personnel

Les charges de 313 millions de dollars au titre de la rémunération et des avantages du personnel du secteur siège social pour le quatrième trimestre de 2012 sont constituées de charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts de 1,2 million de dollars et de coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs de 2,1 millions de dollars relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot. On s'attend à ce que les charges engagées relativement aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts bénéficient à la Société au cours de la période considérée et des périodes à venir.

Autres charges

Les autres charges du secteur siège social pour l'exercice 2012 tiennent compte de charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques de 3,0 millions de dollars et de coûts liés à l'intégration des entreprises de 0,3 million de dollars. À la période correspondante de 2011, un montant de 0,6 million de dollars avait été comptabilisé en tant que coûts liés aux acquisitions et autres charges relativement à l'acquisition de Mortgagebot.

BAIIA ET MARGE DU BAIIA

BAIIA et marge du BAIIA consolidés

Le BAIIA consolidé pour le quatrième trimestre de 2012 s'est élevé à 41,3 millions de dollars, en baisse de 4,3 millions de dollars, ou de 9,4 %, contre 45,6 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2011. Sur une base consolidée, la marge du BAIIA s'est établie à 22,0 % pour le quatrième trimestre de 2012, en baisse par rapport à celle de 24,8 % enregistrée au trimestre correspondant de 2011. La croissance du BAIIA dans le secteur américain a été contrebalancée par des charges hors du cours normal des activités inscrites au titre du secteur siège social, telles que les charges liées aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts, les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, les coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs, ainsi que les coûts de transaction engagés dans le cadre d'acquisitions.

Secteur canadien

Le BAIIA du secteur canadien pour le quatrième trimestre s'est chiffré à 41,1 millions de dollars, soit un recul de 0,2 million de dollars, ou de 0,5 %, comparativement à celui du trimestre correspondant de l'exercice 2011, principalement en raison d'une baisse des produits dans les secteurs des services aux prêts et des solutions aux entreprises. Ces baisses des produits ont été partiellement neutralisées par des volumes élevés dans les secteurs des services d'enregistrement de prêts ainsi que par des économies réalisées grâce aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts et aux activités de transformation et d'intégration. Des mesures de gestion des coûts sont mises en œuvre dans le but d'atténuer l'effet de la réduction des prix et des commissions faisant suite à l'intégration et à la reprise en charge de programmes par des clients dans le secteur des services de gestion de prêts.

La marge du BAIIA du quatrième trimestre de 2012, se chiffrant à 23,9 %, est demeurée stable par rapport à celle du quatrième trimestre de 2011.

Secteur américain

Dans le secteur américain, le BAIIA du quatrième trimestre de 2012 s'est établi à 6,7 millions de dollars, soit une augmentation de 1,8 million de dollars en comparaison de celui du même trimestre de 2011. Cette hausse tient à une forte croissance des activités de Mortgagebot et à la prise en compte des résultats d'Avista à compter de la date d'acquisition, soit le 3 mai 2012.

BAIIA AJUSTÉ ET MARGE DU BAIIA AJUSTÉ

BAIIA ajusté et marge du BAIIA ajusté consolidés

Le BAIIA ajusté consolidé ne tient pas compte des éléments suivants, lesquels sont présentés au titre du secteur siège social : i) les coûts liés aux acquisitions comme les coûts de transaction, les coûts liés à l'intégration des entreprises et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement aux acquisitions; et ii) les autres charges engagées dans le cadre des mesures de réharmonisation de la structure de coûts et les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, qui ne sont pas considérées comme faisant partie du cours normal des activités. Ces éléments sont exclus du calcul du BAIIA ajusté, car ils ne sont pas considérés comme représentatifs de la performance opérationnelle sous-jacente pour la période à l'étude; la direction estime qu'en excluant ces ajustements, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants.

Le BAIIA ajusté consolidé pour le quatrième trimestre de 2012 s'est établi à 47,8 millions de dollars, en hausse de 1,6 million de dollars, ou de 3,5 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de 2011. Le BAIIA ajusté consolidé ne tient pas compte de l'incidence des coûts liés aux acquisitions et autres charges de 6,6 millions de dollars pour le quatrième trimestre de 2012. De ce montant, une tranche de 1,2 million de dollars a été comptabilisée relativement à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, une tranche de 3,0 millions de dollars a trait aux charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, et une autre tranche, de 2,1 millions de dollars, a été comptabilisée au titre des coûts de transaction et de certains coûts liés au maintien en poste relativement aux acquisitions de Mortgagebot et d'Avista et coûts liés à l'intégration des entreprises de 0,3 million de dollars. Sur une base consolidée, la marge du BAIIA ajusté est passée de 25,1 % au trimestre correspondant de l'exercice précédent à 25,6 % au quatrième trimestre de 2012.

AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES NON LIÉES À DES ACQUISITIONS

L'amortissement consolidé des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions s'est chiffré à 8,0 millions de dollars pour le quatrième trimestre de 2012, en hausse de 1,2 million de dollars, ou de 17,9 %, par rapport à celui de la période correspondante de 2011. L'augmentation observée est attribuable au commencement de l'amortissement des projets achevés en 2012.

AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES PROVENANT DES ACQUISITIONS

Pour le quatrième trimestre de 2012, l'amortissement consolidé des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions s'est établi à 11,5 millions de dollars, en hausse de 0,5 million de dollars par rapport à celui du trimestre correspondant de 2011. Cette hausse est attribuable à l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant de l'acquisition d'Avista.

CHARGES D'INTÉRÊTS

Pour le quatrième trimestre de 2012, les charges d'intérêts ont reculé de 0,3 million de dollars par rapport à celles du trimestre correspondant de 2011 en raison d'un taux avantageux visant la facilité de crédit renouvelée après renégociation des modalités.

BÉNÉFICE PROVENANT DE LA PARTICIPATION DANS UNE ENTREPRISE ASSOCIÉE

Pour le quatrième trimestre de 2012, le bénéfice net consolidé comprend la quote-part revenant à D+H du bénéfice provenant de la participation dans une entreprise associée, Compushare, à compter du 24 avril 2012.

La participation dans Compushare est comptabilisée à l'aide de la méthode de la mise en équivalence et est initialement enregistrée au coût. Le coût de la participation inclut les coûts de transaction connexes.

Après le 31 décembre 2012, D+H a fait l'acquisition de la participation restante de 67 % dans Compushare.

AMORTISSEMENT ET AJUSTEMENTS À LA JUSTE VALEUR DES INSTRUMENTS DÉRIVÉS

Swaps de taux d'intérêt

Comparativement à un profit latent net de 0,1 million de dollars au quatrième trimestre de 2011, un profit latent net de 0,5 million de dollars sur les swaps de taux d'intérêt a été comptabilisé au quatrième trimestre de 2012, ce qui traduit les ajustements à la juste valeur liés aux fluctuations des taux d'intérêt du marché au 31 décembre 2012 par rapport à ceux au 30 septembre 2012.

Ces profits et pertes latents sont comptabilisés en résultat, puisque ces swaps de taux d'intérêt ne sont pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité. En général, une perte sur les swaps de taux d'intérêt est comptabilisée lorsque les taux ont baissé d'une période à l'autre et un profit est enregistré dans le cas contraire. Tant que la Société n'annule pas ses swaps de taux d'intérêt, les montants latents représenteront un profit latent ou une perte latente hors trésorerie qui sera par la suite viré au compte de résultat à l'échéance des swaps en question. Par le passé, D+H a conservé ses contrats dérivés jusqu'à leur échéance.

CHARGE (RECOUVREMENT) D'IMPÔT SUR LE RÉSULTAT

Comparativement à une charge d'impôt sur le résultat de 7,7 millions de dollars au quatrième trimestre de 2011, une charge d'impôt sur le résultat de 4,0 millions de dollars a été comptabilisée au quatrième trimestre de 2012. La charge d'impôt a été réduite grâce à un recouvrement d'impôt découlant de l'écart entre le taux d'impôt s'appliquant aux pertes subies aux États-Unis au quatrième trimestre, en grande partie en raison des charges déductibles liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisition stratégique aux États-Unis. La charge d'impôt sur le résultat du quatrième trimestre de 2011 avait été accrue par la décomptabilisation de certains attributs fiscaux enregistrés auparavant.

BÉNÉFICE NET

Le bénéfice net consolidé du quatrième trimestre de 2012 s'est chiffré à 13,7 millions de dollars, en baisse de 1,7 million de dollars, ou de 10,8 %, par rapport au bénéfice net consolidé de 15,4 millions de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice 2011. Le bénéfice net consolidé pour le quatrième trimestre de 2012 a été touché par des coûts liés aux acquisitions et autres charges d'un montant de 6,6 millions de dollars comptabilisés dans le secteur siège social qui comprenaient des charges relatives à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts engagées en vue d'accroître l'efficacité opérationnelle, des charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, ainsi que des coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs et des coûts liés à l'intégration des entreprises relativement aux acquisitions.

BÉNÉFICE NET AJUSTÉ

Pour le quatrième trimestre de 2012, le bénéfice net ajusté consolidé s'est établi à 25,6 millions de dollars (0,4329 $ par action), demeurant relativement stable par rapport à celui du trimestre correspondant de 2011 (0,4315 par action).

FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉS ET LIQUIDITÉS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Les données du tableau qui suit sont tirées des tableaux consolidés des flux de trésorerie, et elles doivent être lues à la lumière de ceux-ci. La direction est d'avis que ce supplément d'informations fournit des renseignements supplémentaires utiles sur les flux de trésorerie de la Société, les remboursements sur la dette et les autres activités d'investissement.

Sommaire consolidé des flux de trésorerie

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
Trésorerie et équivalents de trésorerie liés aux activités suivantes :        
ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES        
Bénéfice découlant des activités poursuivies 13 711 $ 15 369 $
Amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles 19 475   17 758  
Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés (542)   (145)  
Quote-part du bénéfice provenant de la participation dans une entreprise associée, après impôt 23   -  
Différence entre les charges d'intérêts et les intérêts payés en trésorerie 381   552  
Charges hors trésorerie liées à l'impôt et aux options 4 091   7 840  
  37 139   41 374  
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement 24 740   6 746  
Variation des autres actifs et passifs opérationnels et des activités abandonnées (2 743)   (1 080)  
Entrées nettes de trésorerie liées aux activités opérationnelles 59 136   47 040  
         
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT        
Variation nette de la dette à long terme (26 187)   (20 000)  
Frais d'émission - titres de capitaux propres et titres de créance -   (28)  
Distributions et dividendes payés au cours de la période (18 956)   (18 362)  
Entrées nettes (sorties nettes) de trésorerie liées aux activités de financement (45 143)   (38 390)  
         
ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT        
Dépenses d'investissement (9 717)   (10 632)  
Sorties nettes de trésorerie liées aux activités d'investissement (9 717)   (10 632)  
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie pour la période 4 276   (1 982)  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture de la période 1 443   4 195  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de la période 5 719 $ 2 213 $

Au 31 décembre 2012, la trésorerie et les équivalents de trésorerie totalisaient 5,7 millions de dollars, contre 2,2 millions de dollars au 31 décembre 2011.

Activités opérationnelles

Les activités opérationnelles ont généré 59,1 millions de dollars au cours du trimestre clos le 31 décembre 2012, comparativement aux 47,0 millions de dollars générés au cours de la même période de l'exercice 2011. Les variations des entrées nettes de trésorerie liées aux activités opérationnelles pour le trimestre clos le 31 décembre 2012 par rapport au même trimestre de 2011 sont principalement attribuables aux variations du fonds de roulement ayant découlé de la diminution des débiteurs et de l'augmentation des créditeurs, comme il est décrit ci-après.

Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et d'autres éléments

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestres clos les 31 décembre  
  2012   2011  
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement 24 740 $ 6 746 $
Variations des autres actifs et passifs opérationnels et des activités abandonnées (2 743)   (1 080)  
Diminution des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et d'autres éléments 21 997 $ 5 666 $

La baisse nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement au quatrième trimestre de 2012 est essentiellement attribuable à la diminution des créances clients suivant la baisse des produits au quatrième trimestre de 2012 par rapport au troisième trimestre de 2012. La baisse des soldes à recevoir au titre des crédits d'impôt pour apprentissage et l'accroissement des fournisseurs liés aux ententes de rémunération ont également contribué au recul du fonds de roulement hors trésorerie.

Activités de financement

Les sorties nettes de trésorerie liées aux activités de financement se sont chiffrées à 45,1 millions de dollars au cours du trimestre clos le 31 décembre 2012, comparativement à celles de 38,4 millions de dollars pour la même période de l'exercice 2011. La variation nette au cours du trimestre découle principalement des remboursements sur la dette au sein de nos facilités de crédit et de l'augmentation du dividende au quatrième trimestre de 2012. D+H a effectué des remboursements nets de 26,2 millions de dollars au cours du quatrième trimestre de 2012.

Dividendes

Au quatrième trimestre de 2012, D+H a versé un dividende de 0,32 $ par action à ses actionnaires par suite d'une augmentation du dividende annuel cible, lequel est passé de 1,24 $ par action à 1,28 $ par action sur une base annualisée, pour les actionnaires inscrits en date du 30 novembre 2012. Ce dividende a été versé le 31 décembre 2012. Au trimestre correspondant de 2011, elle avait versé un montant de 0,31 $ par action aux actionnaires.

Activités d'investissement

Au cours du quatrième trimestre de 2012, un montant de 9,7 millions de dollars a été affecté aux activités d'investissement, par le truchement de dépenses d'investissement, comparativement à 10,6 millions de dollars au cours de la même période de 2011.

Dépenses d'investissement

Pour le quatrième trimestre de 2012, les dépenses d'investissement consolidées se sont établies à 9,7 millions de dollars, en baisse de 0,9 million de dollars par rapport à celles de la période correspondante de 2011. Les dépenses d'investissement plus élevées en 2011 s'expliquaient par le calendrier des dépenses et les activités d'intégration et de mise à niveau, ainsi que par les investissements dans le développement de produits technologiques et de capacités.

RÉSULTATS OPÉRATIONNELS - 2012

Les données des tableaux présentés ci-après doivent être lues à la lumière des comptes consolidés de résultat pour l'exercice clos le 31 décembre 2012. Certaines de ces données ont été établies au moyen de mesures non conformes aux IFRS. La direction est d'avis que ce supplément d'informations fournit des renseignements additionnels utiles. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux IFRS » pour obtenir une description des termes non conformes aux IFRS qui ont été utilisés.

Les résultats consolidés comprennent ceux d'ASSET, de Mortgagebot et d'Avista à compter de leurs dates d'acquisition respectives, soit le 18 janvier 2011, le 12 avril 2011 et le 3 mai 2012. Les produits et charges d'ASSET sont présentés dans le secteur canadien et les produits et charges de Mortgagebot et d'Avista sont présentés dans le secteur américain.

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012   2011   2010  
             
Produits 757 663 $ 724 720 $ 649 715 $
Charges1 574 457   547 320   502 604  
BAIIA1, 2 183 206   177 400   147 111  
             
Amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations
incorporelles non liées à des acquisitions 
29 183   23 900   20 304  
Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions 44 638   40 731   28 288  
Charges d'intérêts 19 214   18 962   13 988  
Bénéfice provenant de la participation dans une entreprise associée, après
impôt
(68)   -   -  
Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés3 (2 016)   3 386   (803)  
Charge d'impôt sur le résultat 23 118   633   3 300  
Bénéfice découlant des activités poursuivies 69 137   89 788   82 034  
Bénéfice (perte) découlant des activités abandonnées, après impôt4 -   140   (3 247)  
Bénéfice net 69 137   89 928   78 787  
             
Ajustements :            
  Éléments hors trésorerie :            
    Amortissement des immobilisations incorporelles provenant des
acquisitions
44 638   40 731      
    Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés3 (2 016)   3 386      
  Autres éléments notables :            
    Éléments liés aux acquisitions et autres charges1 14 938   3 753      
    Activités abandonnées, après impôt4 -   (140)      
  Incidence fiscale des ajustements ci-dessus (compte non tenu des activités
abandonnées)6
(17 410)   (13 245)      
  Incidence fiscale de la conversion en société par actions et des
acquisitions5
(1 156)   (20 757)      
             
Bénéfice net ajusté2 108 131 $ 103 656 $    
             
Bénéfice net ajusté par action, de base et dilué2, 6, 7 1,8255 $ 1,8004 $ n.m.  
Bénéfice découlant des activités poursuivies par action, de base et dilué6, 7 1,1672 $ 1,5595 $ 1,5410 $
Bénéfice net par action, de base et dilué6, 7 1,1672 $ 1,5620 $ 1,4800 $
             
  Exercises clos les 31 décembre  
          2012 c. 2011  
          Variation
(%)
 
Bénéfice net ajusté par action2, 6, 7         1,4 %

n.m. = non mesurable
1  Les charges comprennent les coûts liés aux acquisitions et autres charges se rapportant aux coûts de transaction et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot, les charges liées aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts, les charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques et les charges liées à l'intégration des entreprises.
2  Le BAIIA et le bénéfice net ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.
3  Rend compte i) des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui ne sont pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, dont toute variation de la juste valeur est comptabilisée au compte consolidé de résultat et ii) de l'amortissement des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt lié au montant net cumulatif des profits et des pertes qui étaient différés avant le 1er janvier 2007, au moment où la comptabilité de couverture a été abandonnée pour ces swaps.
4  D+H a vendu la partie non stratégique de ses activités de centres d'appels en octobre 2010 et elle a conclu une convention de transition avec l'acheteur qui est venue à échéance le 1er avril 2011. Les résultats de ces activités sont présentés à titre d'activités abandonnées.
5  Les ajustements pour 2012 comprennent un recouvrement d'impôt hors trésorerie relativement à des passifs inscrits dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot. Les ajustements pour 2011 comprennent des recouvrements d'impôt hors trésorerie comptabilisés relativement à la conversion en société par actions et aux acquisitions ainsi qu'à la décomptabilisation d'attributs fiscaux enregistrés antérieurement.
6  Les ajustements suivants au bénéfice net ont été imposés à leur taux d'impôt respectif : i) l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions; ii) l'amortissement et les ajustements à la juste valeur des instruments dérivés; et iii) les coûts liés aux acquisitions et autres charges.
7  Le bénéfice net provenant des activités poursuivies dilué par action, le bénéfice net dilué par action et le bénéfice net ajusté dilué par action (mesure non conforme aux IFRS) rendent compte de l'incidence des options en circulation. Si le cours moyen pendant la période est inférieur au prix de l'option additionné à la juste valeur marchande de l'option, les options ne sont pas prises en considération dans le calcul de l'effet dilutif.

Aperçu

D+H a enregistré au cours de l'exercice 2012 de solides résultats opérationnels qui ont été conformes à ses projets stratégiques.

  Exercices clos les 31 décembre  
  Secteur
canadien
    Secteur
américain
    Secteur
siège social
    Résultats
consolidés
 
  2012   2011   2010     2012   2011   2010     2012   2011   2010     2012   2011   2010  
Produits 701 018 $ 659 921 $ 649 715 $   56 645 $ 28 799 $ - $   - $ - $ - $   757 663 $ 724 720 $ 649 715 $
Charges 531 417   528 528   494 176     28 102   15 039   -     14 938   3 753   8 428     574 457   547 320   502 604  
BAIIA1 169 601   167 393   155 539     28 543   13 760   -     (14 938)   (3 753)   (8 428)     183 206   177 400   147 111  
Marge du BAIIA 24,2 % 24,1 % 23,9 %   50,4 % 47,8 % -     -   -   -     24,2 % 24,5 % 22,6 %
Ajustements :                                                      
  Charges liées
aux
acquisitions
et autres
charges2
-   -   -     -   -   -     14 938   3 753   8 428     14 938   3 753   8 428  
BAIIA ajusté1 169 601 $ 167 393 $ 155 539 $   28 543 $ 13 760 $ - $   - $ - $ - $   198 144 $ 181 153 $ 155 539 $
Marge du BAIIA
ajusté
24,2 % 24,1 % 23,9 %   50,4 % 47,8 % -     -   -   -     26,2 % 25,0 % 23,9 %

1  Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.
2  Les coûts liés aux acquisitions et autres charges pour 2012 comprennent des coûts de transaction et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot, des charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, des charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques et des charges liées à l'intégration des entreprises. Les montants pour 2011 se composent des coûts de transaction et de certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à l'acquisition de Mortgagebot. Les montants pour 2010 ont trait à des charges de restructuration liées aux activités d'intégration et de transformation.

  Exercices clos les 31 décembre  
    Secteur
canadien
    Secteur
américain
  Résultats
consolidés
 
    2012 c. 2011
Variation
(%)
    2012 c. 2011
Variation
(%)
  2012 c. 2011
Variation
(%)
 
Produits   0,7 %   96,7 % 4,5 %
BAIIA1   1,3 %   107,4 % 3,3 %
BAIIA ajusté1   1,3 %   107,4 % 9,4 %
                 
1  Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.

  Exercices clos les 31 décembre  
    Secteur canadien     Secteur américain   Résultats consolidés  
    2011 c. 2010
Variation
(%)
    2011 c. 2010
Variation
(%)
  2011 c. 2010
Variation
(%)
 
Produits   7,1 %   s.o.   11,5 %
BAIIA1   7,6 %   s.o.   20,6 %
BAIIA ajusté1   7,6 %   s.o.   16,5 %
                 

1  Le BAIIA et le BAIIA ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.

La croissance des produits et du BAIIA consolidés d'un exercice à l'autre est attribuable tant au secteur canadien qu'au secteur américain.

La croissance des produits d'un exercice à l'autre est principalement attribuable à la solide croissance de Mortgagebot et à la prise en compte d'Avista. Le BAIIA consolidé de 2012 a également bénéficié de la croissance solide de Mortgagebot, de la prise en compte des résultats d'Avista et des économies réalisées grâce aux projets de réharmonisation de la structure de coûts, de transformation et d'intégration. Ces avantages ont été atténués par les charges liées aux acquisitions et autres charges engagées relativement aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts et aux projets d'acquisitions stratégiques, ainsi que par les coûts liés aux acquisitions de Mortgagebot et d'Avista et les coûts liés à l'intégration des entreprises. Pour l'exercice 2012, le BAIIA ajusté consolidé, qui ne tient pas compte de ces charges, a été supérieur à celui de l'exercice 2011.

Pour l'exercice 2011, la progression des produits et du BAIIA par rapport à ceux de 2010 était principalement attribuable à l'inclusion des résultats d'ASSET et de Mortgagebot, respectivement acquises le 18 janvier 2011 et le 12 avril 2011. Le BAIIA pour l'exercice 2010 comprenait des coûts de restructuration enregistrés relativement aux projets d'intégration et de transformation. Ces projets visaient à permettre à l'Entreprise de mieux servir ses clients et d'améliorer l'efficacité, l'efficience et l'évolutivité de ses activités à l'avenir et se sont soldés par des gains d'efficience et une amélioration de l'efficacité de la prestation. Durant les derniers mois de l'exercice 2011, l'Entreprise avait commencé à réaliser des économies de coûts grâce aux gains d'efficience et d'efficacité de la prestation en lien avec ces projets d'intégration et de transformation. Ces facteurs favorables ont également continué d'être favorables pour le BAIIA consolidé de 2012.

Le bénéfice net consolidé pour l'exercice 2012 a été inférieur alors que le bénéfice net ajusté consolidé a été supérieur à celui de 2011. La hausse du bénéfice net ajusté est conforme à la croissance globale de l'Entreprise. Le bénéfice net ajusté consolidé ne tient pas compte i) de l'incidence d'éléments hors trésorerie comme l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions et les profits et pertes liés à l'ajustement à la juste valeur des instruments dérivés; ii) d'autres éléments notables, notamment les coûts liés aux acquisitions et autres charges décrits précédemment ainsi que les activités abandonnées; et iii) des recouvrements d'impôt sur le résultat relativement au changement de statut fiscal de D+H par suite de sa conversion d'une fiducie de revenu en société par actions, ainsi que des recouvrements d'impôt hors trésorerie liés aux acquisitions. Le bénéfice net a également été ajusté pour rendre compte de l'incidence fiscale de ces éléments de manière à établir le bénéfice net ajusté.

PRODUITS DE L'EXERCICE

Produits consolidés

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012     2011     2010  
Solutions de paiement1 301 432 $   296 322 $   293 838 $
Services d'enregistrement et de recouvrement de prêts 167 344     160 677     111 683  
Services de gestion de prêts 128 925     131 143     125 698  
Services technologiques de crédit2 128 139     99 454     77 281  
Solutions aux entreprises3 31 823     37 124     41 215  
  757 663 $   724 720 $   649 715 $

1  Présentées à titre de « Programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques » au cours des exercices antérieurs.
2  Comprend les produits présentés dans le secteur américain.
3  Présentés en tant qu'« Autres » au cours des exercices antérieurs.

Les produits consolidés ont atteint 757,7 millions de dollars en 2012, en hausse de 32,9 millions de dollars, ou de 4,5 %, par rapport à ceux de 2011. Cette augmentation s'explique essentiellement par la croissance de Mortgagebot et par la prise en compte des résultats d'Avista, acquise le 3 mai 2012, dans le secteur américain. Dans une moindre mesure, les solutions de paiement et les services d'enregistrement de prêts du secteur canadien ont également contribué à la croissance des produits.

Les produits consolidés avaient atteint 724,7 millions de dollars en 2011, en hausse de 11,5 % par rapport à ceux de 2010. Cette hausse découlait surtout de la prise en compte des résultats d'ASSET, acquise le 18 janvier 2011, et de Mortgagebot, acquise le 12 avril 2011.

Produits - secteur canadien

Le total des produits du secteur canadien pour l'exercice 2012 s'est chiffré à 701,0 millions de dollars, en hausse de 5,1 millions de dollars, ou de 0,7 %, par rapport à celui de l'exercice 2011.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012     2011     2010  
Solutions de paiement1 301 432 $   296 322 $   293 838 $
Services d'enregistrement et de recouvrement de prêts 167 344     160 677     111 683  
Services de gestion de prêts 128 925     131 143     125 698  
Services technologiques de crédit2 71 494     70 655     77 281  
Solutions aux entreprises3 31 823     37 124     41 215  
  701 018 $   695 921 $   649 715 $

1  Présentées à titre de « Programmes destinés aux titulaires de comptes de chèques » au cours des exercices antérieurs.
2  Ne tient pas compte des produits tirés de Mortgagebot et d'Avista.
3  Présentés en tant qu'« Autres » au cours des exercices antérieurs.

Solutions de paiement

Pour l'exercice 2012, les produits tirés des solutions de paiement se sont établis à 301,4 millions de dollars, en hausse de 5,1 millions de dollars, ou de 1,7 %, par rapport à ceux de l'exercice 2011. En 2011, les produits tirés des solutions de paiement avaient connu une hausse de 2,5 millions de dollars, ou de 0,8 %, par rapport à ceux de l'exercice 2010. Les augmentations d'un exercice à l'autre sont attribuables à l'incidence favorable de l'augmentation de la valeur moyenne des commandes et de l'amélioration des produits et services offerts dans le cadre des programmes liés aux comptes de chèques et aux cartes de crédit, partiellement contrebalancée par le recul des volumes de commandes de chèques. La direction estime que la tendance à la baisse des commandes de chèques se chiffre à moins de 5 points de pourcentage annuellement et que les volumes de commandes de chèques de particuliers ont été plus volatils au cours des récentes périodes. La direction s'attend à ce que cette volatilité persiste en 2013. D+H continue de faire progresser la mise en valeur des produits et services offerts afin de neutraliser cette tendance et de stimuler la croissance future dans cette catégorie de produits.

Services d'enregistrement et de recouvrement de prêts

Pour l'exercice 2012, les produits tirés des services d'enregistrement et de recouvrement de prêts se sont établis à 167,3 millions de dollars, en hausse de 6,7 millions de dollars, ou de 4,1 %, par rapport à ceux de l'exercice 2011. Cette hausse est principalement le fait de l'augmentation du volume des transactions liées aux services d'enregistrement, laquelle découle d'une reprise soutenue en 2012 sur les marchés de l'automobile et des prêts automobiles. Les volumes de ce secteur peuvent varier en raison de l'évolution du contexte économique et de perturbations des marchés de l'automobile et des prêts automobiles. Les produits tirés des services d'enregistrement en 2011 avaient bénéficié de certains projets de clients qui avaient contribué à l'accroissement des produits pour cet exercice. La hausse des produits provenant d'une augmentation des volumes dans les services d'enregistrement a été en partie neutralisée par un déclin attendu des services de recouvrement de prêts automobiles, en raison des clients reprenant en charge ces services et du fait que ces activités vont à l'inverse du cycle économique.

Pour l'exercice 2011, les produits tirés des services d'enregistrement et de recouvrement de prêts s'étaient établis à 160,7 millions de dollars, en hausse de 49,0 millions de dollars, ou de 43,9 %, par rapport à ceux de l'exercice 2010. La hausse s'expliquait essentiellement par la prise en compte d'ASSET, acquise le 18 janvier 2011.

Services de gestion de prêts

Les produits tirés des services de gestion de prêts se sont situés à 128,9 millions de dollars pour l'exercice 2012, en baisse de 2,2 millions de dollars, ou de 1,7 %, par rapport à ceux de l'exercice 2011. Les programmes de services de gestion de prêts incluent les services d'administration de prêts aux étudiants, soit la majeure partie des produits tirés de ce secteur de services, ainsi que les services de gestion de cartes de crédit. Les volumes légèrement plus élevés et les honoraires en hausse de l'exercice 2012 ont été annulés par la baisse des prix contractuels et par une réduction attendue des commissions découlant d'une annonce ayant été faite antérieurement à propos de la consolidation et de l'intégration de services entre deux clients dans le cadre du programme de prêts aux étudiants. Nous nous attendons à ce que l'incidence sur les produits de la consolidation et de l'intégration de ces deux clients se maintienne pendant le premier semestre de 2013. Des mesures de gestion des coûts et d'amélioration de l'efficience de la prestation de services sont mises en œuvre dans le but d'atténuer l'incidence de la réduction des prix et des honoraires liée à la récente consolidation de clients. Les avantages découlant de ces projets de gestion des coûts, qui ont commencé à se matérialiser en 2012, perdureront en 2013. Les volumes liés aux services d'administration de prêts aux étudiants devraient demeurer relativement stables et enregistrer une faible hausse à court terme. Au cours de l'exercice 2012, D+H est parvenue à proroger son plus important contrat de services d'administration de prêts aux étudiants sur plusieurs années, avec des possibilités d'autres prorogations. D+H offre ses services de gestion de portefeuilles de prêts aux étudiants aux termes de contrats à long terme avec les gouvernements et les institutions financières. Il était primordial que la Société réussisse à prolonger ce contrat afin d'accroître la certitude entourant les rentrées de produits tirés des services d'administration de prêts aux étudiants.

Une légère hausse des produits tirés des services d'administration de prêts aux étudiants a été contrebalancée par le recul des produits tirés des services de gestion de cartes de crédit, qui font partie des programmes de services de gestion de prêts. La réduction en 2012 des produits tirés des services de gestion de cartes de crédit par rapport à ceux de l'exercice précédent s'explique par le fait qu'au cours de certaines périodes antérieures, certains projets de clients ont contribué à faire augmenter les produits.

Les produits tirés des services de gestion de prêts s'étaient situés à 131,1 millions de dollars à l'exercice 2011, en hausse de 4,3 % par rapport à ceux de l'exercice 2010. Les produits de transactions tirés des services d'administration de prêts aux étudiants étaient demeurés relativement stables pour l'exercice 2011 par rapport à ceux de l'exercice 2010, l'augmentation des volumes de services ayant compensé le repli des prix contractuels. L'accroissement des produits annuels est, dans une large mesure, attribuable au secteur des services de gestion de cartes de crédit, en raison essentiellement de projets propres à des clients qui accroissent à la fois les produits et les charges.

Services technologiques de crédit

Les produits tirés des services technologiques de crédit dans le secteur canadien se sont situés à 71,5 millions de dollars pour l'exercice 2012, un accroissement de 0,8 million de dollars, ou de 1,2 %, par rapport à ceux de l'exercice 2011. Un léger accroissement des activités sur le marché a été en partie contrebalancé par la réduction attendue des commissions gagnées dans le cadre des services liés au montage de prêts découlant de la reprise en charge par des clients de certains services. De façon générale, en raison du resserrement soutenu des règles hypothécaires annoncé par le ministère des Finances le 21 juin 2012 et entré en vigueur en juillet 2012, les analystes du secteur prévoient que la baisse des prix et le ralentissement des ventes récemment observés sur le marché canadien de l'habitation se poursuivront dans les principaux centres urbains en 2013. Les produits des périodes futures pourraient également subir l'incidence de modifications de prix, qui devraient être contrebalancées par d'éventuelles hausses des produits par suite du lancement de nouveaux produits sur le marché canadien du crédit, dont l'expansion de nos solutions technologiques à divers secteurs de la chaîne de valeur en matière de crédit.

Les produits tirés des services technologiques de crédit avaient atteint 70,7 millions de dollars en 2011, en baisse de 6,6 millions de dollars, ou de 8,5 %, par rapport à ceux de l'exercice 2010. Cette diminution s'expliquait par la baisse des commissions gagnées sur les transactions liées aux volumes de montages, lesquelles ont été touchées par la reprise en charge de services par des clients.

Solutions aux entreprises

Les produits tirés des solutions aux entreprises se sont établis à 31,8 millions de dollars pour l'exercice 2012, comparativement à 37,1 millions de dollars pour l'exercice 2011 et à 41,2 millions de dollars pour l'exercice 2010 en raison de la reprise en charge d'activités par certains clients au cours de périodes antérieures. La Société s'attend à ce que les répercussions découlant de ces reprises en charge se stabilisent dans les périodes à venir. Le 7 octobre 2010, l'Entreprise a vendu la partie non stratégique de ses activités de centres d'appels et elle a conclu avec l'acheteur une convention de transition qui est venue à échéance le 1er avril 2011. Les résultats de ces activités, qui étaient précédemment comptabilisés dans cette catégorie de produits, sont comptabilisés à titre d'activités abandonnées pour les périodes comparatives présentées.

Produits - secteur américain

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012   2011   2010  
             
Services technologiques de crédit  56 645 $  28 799 $  -  $

Les produits du secteur américain tirés du montage de prêts hypothécaires en ligne se sont établis à 56,6 millions de dollars, en hausse de 96,5 % par rapport à ceux de 28,8 millions de dollars pour l'exercice 2011. La hausse en 2012 rend compte de la prise en compte d'Avista depuis son acquisition en mai 2012, de l'annualisation des produits de Mortgagebot et de la croissance interne forte et soutenue au sein de celle-ci, laquelle est attribuable à l'augmentation des volumes stimulée par la faiblesse constante des taux d'intérêt aux États-Unis et à la croissance de la clientèle. Dans le secteur américain, les produits tirés des services en mode SaaS par abonnement ont représenté environ 68 % du total des produits de 2012, comparativement à 78 % en 2011. Les produits tirés des transactions pourraient être touchés dans les périodes futures, le marché de l'habitation américain continuant de présenter des améliorations modestes et les volumes de refinancement se contractant en raison de la remontée des taux d'intérêt aux États-Unis.

CHARGES

Charges consolidées

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012     2011     2010  
                 
Rémunération et avantages du personnel1 226 030 $   214 127 $   192 069 $
Charges directes autres que de rémunération2 238 618     231 418     204 663  
Autres charges opérationnelles3 109 809     101 775     105 872  
                 
  574 457 $   547 320 $   502 604 $

1 Les crédits d'impôt pour apprentissage et les montants inscrits à l'actif en lien avec le développement de logiciels sont déduits des charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel.
2 Les charges directes autres que de rémunération comprennent le coût des matières, de même que les frais de livraison et de vente et les débours directs en faveur de tiers.
3 Les autres charges opérationnelles comprennent les frais d'occupation, les frais liés aux communications, les droits de permis, les honoraires, la rémunération des entrepreneurs et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories.

Pour l'exercice 2012, les charges consolidées se sont établies à 574,5 millions de dollars, en hausse de 27,1 millions de dollars, ou de 5,0 %, par rapport à celles de l'exercice 2011. Cette augmentation tient compte des coûts d'Avista, de l'annualisation des charges de Mortgagebot et d'une augmentation des charges hors du cours normal des activités, qui en 2012 ont compris des charges liées aux acquisitions et autres charges de 14,9 millions de dollars au titre du secteur siège social, lesquelles sont constituées de charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, de charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques, de coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement aux acquisitions et de coûts relatifs aux transactions. En 2011, des charges de 3,8 millions de dollars hors du cours normal des activités avaient été engagées relativement à l'acquisition d'ASSET et de Mortgagebot et avaient été inscrites dans le secteur siège social.

Pour l'exercice 2011, les charges consolidées s'étaient chiffrées à 547,3 millions de dollars, en hausse de 44,7 millions de dollars, ou 8,9 %, par rapport à celles de 2010. Cette hausse rendait surtout compte de l'inclusion des charges d'ASSET et de Mortgagebot, ainsi que des coûts permanents liés aux activités de transformation et d'intégration. Cette hausse avait été atténuée par les mesures de gestion des coûts et d'autres économies nettes en 2011, ainsi que par l'incidence en 2010 des coûts de restructuration.

Charges - secteur canadien

Les charges du secteur canadien ont totalisé 531,4 millions de dollars pour l'exercice 2012, en hausse de 2,9 millions de dollars, ou de 0,5 %, par rapport à celles de l'exercice 2011. En 2011, les charges du secteur canadien, qui s'étaient élevées à 528,5 millions de dollars, en hausse de 34,3 millions de dollars ou de 7,0 % par rapport aux charges de 2010, rendaient surtout compte de l'inclusion des charges d'ASSET ainsi que des coûts permanents liés aux activités de transformation et d'intégration.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012     2011     2010  
Rémunération et avantages du personnel1 199 078 $   203 880 $   183 641 $
Charges directes autres que de rémunération2 237 556     230 503     204 663  
Autres charges opérationnelles3 94 783     94 145     105 872  
  531 417 $   528 528 $   494 176 $

1   Les crédits d'impôt pour apprentissage et les montants inscrits à l'actif en lien avec le développement de logiciels sont déduits des charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel.
2   Les charges directes autres que de rémunération comprennent le coût des matières, de même que les frais de livraison et de vente et les débours directs en faveur de tiers.
3  Les autres charges opérationnelles comprennent les frais d'occupation, les frais liés aux communications, les droits de permis, les honoraires, la rémunération des entrepreneurs et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories. Les frais de gestion intersectoriels reçus du secteur américain sont déduits des autres charges opérationnelles.

Rémunération et avantages du personnel

Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel se sont élevées à 199,1 millions de dollars à l'exercice 2012, en baisse de 4,8 millions de dollars, ou de 2,4 %, par rapport à celles de l'exercice 2011. Les charges pour l'exercice 2012 ont été réduites grâce à des économies générées par les mesures de réharmonisation de la structure de coûts appliquées en 2012 et à des crédits d'impôt pour apprentissage. Ces réductions de coûts ont été contrebalancées en partie par le remplacement du personnel contractuel (comptabilisé dans les autres charges opérationnelles) par du personnel à plein temps et par une augmentation des charges au titre de la rémunération fondée sur des actions.

Pour l'exercice 2011, les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel s'étaient chiffrées à 203,9 millions de dollars, en hausse de 20,2 millions de dollars, ou de 11,0 %, comparativement à celles de l'exercice 2010. La hausse était essentiellement attribuable à l'inclusion des charges d'ASSET et à l'augmentation générale de la rémunération, atténuées par les crédits d'impôt liés au programme d'apprentissage. Le remplacement du personnel contractuel par du personnel à plein temps avait également contribué à l'accroissement des charges en 2011 par rapport à celles de 2010.

Charges directes autres que de rémunération

Pour le secteur canadien, les charges directes autres que de rémunération se sont chiffrées à 237,6 millions de dollars, une hausse de 7,1 millions de dollars, ou de 3,1 %, par rapport à celles de l'exercice 2011. De façon générale, ces charges fluctuent dans le même sens que les produits. L'augmentation des charges directes liées aux services d'enregistrement de prêts, lesquelles représentent la plus grande partie de la hausse, a été conforme à l'accroissement des produits dans ce secteur de services. Cette augmentation a été partiellement atténuée par une baisse des charges directes dans d'autres secteurs de services.

Pour l'exercice 2011, les charges directes autres que de rémunération s'étaient chiffrées à 230,5 millions de dollars, en hausse de 25,8 millions de dollars, ou de 12,6 %, par rapport à celles de l'exercice 2010. La hausse des charges était essentiellement attribuable aux débours directs en faveur de tiers liés aux activités de recouvrement.

Autres charges opérationnelles

Au cours de l'exercice considéré, les autres charges opérationnelles de 94,8 millions de dollars ont augmenté de 0,6 million de dollars, ou de 0,7 %, par rapport à celles de l'exercice 2011, principalement en raison des coûts liés aux activités de transformation et d'intégration des technologies et aux projets d'atténuation des risques. Ces hausses ont été en partie atténuées par le remplacement susmentionné du personnel contractuel par du personnel à plein temps et par les frais de gestion intersectoriels facturés au secteur américain pour des services partagés.

Les autres charges opérationnelles s'étaient établies à 94,1 millions de dollars pour l'exercice 2011, en baisse de 11,7 millions de dollars, ou de 11,1 %, en regard de celles de l'exercice 2010. La baisse des autres charges opérationnelles traduisait les diminutions survenues dans plusieurs secteurs, notamment celles découlant des économies réalisées grâce aux projets de transformation et d'intégration, ainsi que l'incidence de certains coûts de restructuration comptabilisés en 2010.

Charges - secteur américain

Le total des charges du secteur américain s'est élevé à 28,1 millions de dollars pour l'exercice 2012, en hausse de 13,1 millions de dollars par rapport à celui de l'exercice 2011. L'augmentation des charges est attribuable à la prise en compte des coûts d'Avista avec prise d'effet le 3 mai 2012 et à l'annualisation des charges de Mortgagebot.

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012     2011     2010  
Rémunération et avantages du personnel 15 946 $   8 493 $   - $
Charges directes autres que de rémunération 1 062     915     -  
Autres charges opérationnelles1 11 094     5 631     -  
  28 102 $   15 039 $   - $

1  Les autres charges opérationnelles comprennent les frais de gestion intersectoriels, les frais d'occupation et les charges qui ne sont pas incluses dans d'autres catégories.

Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel pour le secteur américain se sont élevées à 15,9 millions de dollars pour l'exercice 2012, en hausse de 7,5 millions de dollars, ou de 87,8 %, par rapport à celles de l'exercice 2011. L'augmentation découle principalement de la prise en compte des coûts d'Avista, de l'accroissement de l'effectif nécessaire à la croissance des activités de Mortgagebot et de l'annualisation des charges de Mortgagebot.

Pour l'exercice 2012, les charges directes autres que de rémunération pour le secteur américain se sont chiffrées à 1,1 million de dollars, en hausse de 0,1 million de dollars, ou de 16,1 %, comparativement à celles de l'exercice 2011, en raison de la prise en compte d'Avista et du calendrier de l'acquisition de Mortgagebot. De façon générale, ces charges fluctuent dans le même sens que les produits.

Les autres charges opérationnelles, de 11,1 millions de dollars pour l'exercice 2012, ont augmenté de 5,5 millions de dollars, ou de 97,0 %, par rapport à celles de l'exercice 2011, principalement en raison des charges liées aux projets de croissance infonuagiques, de l'annualisation des charges de Mortgagebot et de la prise en compte d'Avista. Les frais de gestion intersectoriels facturés par le secteur canadien pour des services partagés sont aussi compris dans les autres charges pour les périodes présentées.

Charges - secteur siège social

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012     2011     2010  
                 
Rémunération et avantages du personnel 11 006 $   1 754 $   8 428 $
Charges directes autres que de rémunération -     -     -  
Autres charges opérationnelles 3 932     1 999     -  
                 
  14 938 $   3 753 $   8 428 $

Rémunération et avantages du personnel

Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel du secteur siège social de 11,0 millions de dollars pour l'exercice 2012 sont constituées de charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts de 6,7 millions de dollars et de coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs de 4,3 millions de dollars relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot. On s'attend à ce que les charges engagées relativement aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts bénéficient à la Société au cours de la période en cours et des périodes à venir. Des économies annualisées sont prévues; celles-ci serviront à compenser l'augmentation des charges liées à la croissance future. Les mesures de réharmonisation de la structure de coûts ont été rendues possibles grâce à l'achèvement récent d'un projet de regroupement d'entreprises fructueux amorcé à la fin de 2010.

Les charges au titre de la rémunération et des avantages du personnel du secteur siège social de 1,8 million de dollars pour l'exercice 2011 étaient constituées de coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à l'acquisition de Mortgagebot, alors que les charges de 2010 avaient trait à une charge de restructuration liée aux projets de transformation et d'intégration.

Autres charges

Les autres charges du secteur siège social pour l'exercice 2012 tiennent compte de charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques de 3,0 millions de dollars, des coûts de transaction de 0,6 million de dollars engagés dans le cadre de l'acquisition d'Avista et des charges liées à l'intégration des entreprises de 0,3 million de dollars. Les autres charges de l'exercice 2011 étaient constituées de coûts de transaction engagés dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot et d'ASSET.

BAIIA ET MARGE DU BAIIA

BAIIA et marge du BAIIA consolidés

Au cours de l'exercice 2012, le BAIIA consolidé s'est chiffré à 183,2 millions de dollars, soit un accroissement de 5,8 millions de dollars, ou de 3,3 % par rapport à 177,4 millions de dollars pour l'exercice 2011. La croissance du BAIIA en 2012 est essentiellement attribuable à la croissance du secteur américain, contrebalancée en partie par l'incidence des charges hors du cours normal des activités prises en compte dans le secteur siège social.

Le BAIIA de 2011 avait augmenté de 30,3 millions de dollars, ou de 20,6 %, comparativement à celui de 2010. L'augmentation était essentiellement attribuable à la prise en compte d'ASSET et de Mortgagebot et à l'incidence de la charge de restructuration de 2010 sur le BAIIA. Le BAIIA de 2011 avait été réduit par des coûts liés aux acquisitions de 3,8 millions de dollars relatifs à l'acquisition d'ASSET et de Mortgagebot. En 2010, le BAIIA avait été touché par des coûts de restructuration de 8,4 millions de dollars.

La marge du BAIIA consolidé, de 24,2 %, a reculé par rapport à celle de 2011, s'étant chiffrée à 24,5 %, en raison d'une augmentation en 2012 des charges hors du cours normal des activités du secteur siège social par rapport à celles de 2011, tel qu'il est décrit ci-après.

Secteur canadien

Le BAIIA du secteur canadien de 169,6 millions de dollars pour l'exercice 2012 a augmenté de 1,3% comparativement au BAIIA de 167,4 millions de dollars pour l'exercice 2011 et a augmenté par rapport au BAIIA de 155,5 millions de dollars pour l'exercice 2010 en raison des avantages tirés des projets de transformation et d'intégration et des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, contrebalancés en partie par l'incidence de l'intégration et de la reprise en charge de programmes par des clients, comme il est mentionné précédemment. Des mesures de gestion des coûts sont mises en œuvre dans le but d'atténuer l'effet de la réduction des prix et des commissions faisant suite à l'intégration et à la reprise en charge de programmes par des clients, comme il en a été fait mention ci-dessus. Le BAIIA du secteur canadien pour 2011 en regard de celui de 2010 avait également tiré profit de l'inclusion d'ASSET, acquise au début de 2011.

La marge du BAIIA du secteur canadien pour l'exercice 2012, se chiffrant à 24,2 %, a été supérieure à la marge du BAIIA de 24,1% de l'exercice 2011 et de 23,9 % de l'exercice 2010 en raison des avantages tirés des projets de transformation et d'intégration.

Secteur américain

Dans le secteur américain, le BAIIA de l'exercice 2012 s'est établi à 28,5 millions de dollars, comparativement à 13,8 millions de dollars pour l'exercice 2011. Cette hausse tient à une forte croissance et à l'annualisation des activités de Mortgagebot, ainsi qu'à la prise en compte des résultats d'Avista à compter de la date d'acquisition, soit le 3 mai 2012.

Secteur siège social

Le BAIIA de 2012 pour le secteur siège social comprend l'incidence de charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts de 6,7 millions de dollars décrites plus haut, des charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques de 3,0 millions de dollars, des coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs de 4,3 millions de dollars engagés relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot, des coûts de transaction de 0,6 million de dollars engagés dans le cadre de l'acquisition d'Avista et des charges liées à l'intégration des entreprises de 0,3 million de dollars.

Le BAIIA du secteur siège social pour l'exercice 2011 avait été touché par des charges liées à l'acquisition de Mortgagebot et d'ASSET, alors que le BAIIA du secteur siège social pour l'exercice 2010 tenait compte d'une charge de restructuration.

BAIIA AJUSTÉ ET MARGE DU BAIIA AJUSTÉ

BAIIA ajusté et marge du BAIA ajusté consolidés

Le BAIIA ajusté consolidé ne tient pas compte de ce qui suit : i) les coûts liés aux acquisitions comme les coûts de transaction et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement aux acquisitions; et ii) les autres charges engagées relativement à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, à l'expansion de l'entreprise relativement aux projets d'acquisitions stratégiques et à l'intégration des entreprises, lesquelles ne sont pas considérées comme faisant partie du cours normal des activités. Ces éléments sont exclus du calcul du BAIIA ajusté, car ils ne sont pas considérés comme étant représentatifs de la performance opérationnelle sous-jacente pour la période à l'étude et, car la direction estime qu'en excluant ces ajustements, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants.

Pour l'exercice 2012, le BAIIA ajusté consolidé a atteint 198,1 millions de dollars, soit une augmentation de 17,0 millions de dollars, ou de 9,4 %, en comparaison avec celui de l'exercice 2011. Le BAIIA ajusté consolidé pour l'exercice 2012 ne tenait pas compte des charges liées aux acquisitions et autres charges totalisant 14,9 millions de dollars relatives à des charges hors du cours normal des activités, à des coûts de transaction et des coûts liés aux incitatifs relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot, ainsi qu'à des coûts liés à l'intégration des entreprises.

Pour l'exercice 2011, le BAIIA ajusté consolidé avait atteint 181,2 millions de dollars, soit une augmentation de 25,6 millions de dollars, ou de 16,5 %, en comparaison avec celui de l'exercice 2010, principalement en raison de la prise en compte des résultats d'ASSET et de Mortgagebot.

La marge du BAIIA ajusté consolidé pour l'exercice 2012 a atteint 26,2 %, comparativement à 25,0 % pour l'exercice 2011 et à 23,9 % pour l'exercice 2010, la croissance d'un exercice à l'autre pour les deux exercices étant attribuable à la croissance du BAIIA du secteur américain et aux avantages tirés des projets de transformation et d'intégration dans le secteur canadien.

AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES ET DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES NON LIÉES À DES ACQUISITIONS

L'amortissement consolidé des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions a augmenté de 5,3 millions de dollars, ou de 22,1 %, d'un exercice à l'autre, pour atteindre 29,2 millions de dollars en 2012. L'augmentation est surtout attribuable au commencement de l'amortissement des projets achevés en 2012.

L'amortissement des immobilisations corporelles et des immobilisations incorporelles non liées à des acquisitions comptabilisé en 2011 s'était accru de 3,6 millions de dollars, ou de 17,7 %, par rapport à celui de l'exercice 2010. Cet accroissement avait principalement trait à l'entrée d'immobilisations en 2010 et en 2011 et à la prise en compte des activités d'ASSET et de Mortgagebot.

AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES PROVENANT DES ACQUISITIONS

Pour l'exercice 2012, l'amortissement consolidé des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions s'est établi à 44,6 millions de dollars, en hausse de 3,9 millions de dollars, ou de 9,6 %, par rapport à celui de 2011. Cette hausse est principalement attribuable aux immobilisations incorporelles provenant des acquisitions de Mortgagebot et d'Avista.

L'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions avait augmenté de 12,4 millions de dollars en 2011 en regard de celui de 2010, par suite de l'entrée d'immobilisations incorporelles liées à l'acquisition d'ASSET et de Mortgagebot.

CHARGES D'INTÉRÊTS

Les charges d'intérêts pour l'exercice 2012 ont augmenté de 0,3 million de dollars par rapport à celles de l'exercice 2011 en raison de l'augmentation des emprunts à long terme à taux fixe se rapportant à l'acquisition d'Avista et d'une participation ne donnant pas le contrôle dans Compushare. L'augmentation de la charge d'intérêts en 2012 a été partiellement atténuée par les taux avantageux s'étant appliqués à la facilité de crédit renouvelée après renégociation des modalités.

Les charges d'intérêts pour l'exercice 2011 avaient augmenté de 5,0 millions de dollars par rapport à celles de l'exercice 2010, en raison de l'augmentation des emprunts dans le cadre de l'acquisition d'ASSET et de Mortgagebot.

BÉNÉFICE PROVENANT DE LA PARTICIPATION DANS UNE ENTREPRISE ASSOCIÉE

Pour l'exercice 2012, le bénéfice net consolidé comprend la quote-part revenant à D+H du bénéfice provenant de la participation dans une entreprise associée, Compushare, à compter du 24 avril 2012. La participation dans Compushare est comptabilisée à l'aide de la méthode de la mise en équivalence et a été initialement inscrite au coût. Le coût d'une participation inclut les coûts de transaction.

Après la clôture de l'exercice le 31 décembre 2012, D+H a exercé son option d'achat visant la totalité des actions en circulation de Compushare, ce qui a donné lieu à une participation exclusive dans Compushare à compter de la date d'acquisition du 29 janvier 2013.

AMORTISSEMENT ET AJUSTEMENTS À LA JUSTE VALEUR DES INSTRUMENTS DÉRIVÉS

Swaps de taux d'intérêt

Pour l'exercice 2012, un profit latent net de 2,0 millions de dollars sur les swaps de taux d'intérêt a été comptabilisé, comparativement à une perte latente nette de 3,4 millions de dollars pour l'exercice 2011, ce qui traduit les ajustements de la juste valeur attribuables aux fluctuations des taux d'intérêt du marché au 31 décembre 2012 par rapport au 31 décembre 2011. Pour l'exercice 2010, un profit latent d'un montant net de 0,8 million de dollars avait été enregistré.

CHARGE (RECOUVREMENT) D'IMPÔT SUR LE RÉSULTAT

En 2012, la Société a comptabilisé une charge d'impôt sur le résultat de 23,1 millions de dollars (charge de 0,6 million de dollars pour l'exercice 2011). La Société a continué de réaliser les avantages liés aux pertes fiscales d'exercices antérieurs et à certains soldes d'impôt non amortis, avec résultat que seulement un faible montant d'impôt en trésorerie est à payer en 2012. En raison de sa structure de société par actions et de certaines pertes fiscales disponibles, la Société ne prévoit payer un montant considérable d'impôt en trésorerie qu'après 2013.

La charge d'impôt sur le résultat comptabilisée pour l'exercice 2012 a été atténuée par un recouvrement d'impôt lié aux passifs inscrits dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot.

Pour l'exercice 2011, la charge d'impôt sur le résultat avait été réduite par un recouvrement d'impôt lié à la comptabilisation d'un actif d'impôt différé attribuable aux pertes de certaines filiales américaines qui devraient maintenant être réalisées par suite de l'acquisition de Mortgagebot, ainsi que la comptabilisation d'un actif d'impôt différé attribuable aux immobilisations incorporelles qui devrait maintenant être réalisé par suite de la conversion en société par actions et d'une réorganisation interne, le tout en partie contrebalancé par la décomptabilisation de certains attributs fiscaux enregistrés auparavant. La charge d'impôt différé avait aussi été contrebalancée en partie par un recouvrement attribuable à des changements relatifs au calendrier et aux différences permanentes entre les soldes fiscaux et les soldes comptables.

BÉNÉFICE NET

Le bénéfice net consolidé a reculé de 20,8 millions de dollars, ou de 23,1 %, passant de 89,9 millions de dollars pour l'exercice 2011 à 69,1 millions de dollars pour l'exercice 2012. Le bénéfice net de l'exercice 2012 a bénéficié d'un BAIIA en hausse et de gains latents de 2,0 millions de dollars liés aux variations de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt, comparativement à une perte latente liée à l'évaluation à la valeur de marché de 3,4 millions de dollars comptabilisée en 2011. Les augmentations de 2012 ont été plus que contrebalancées par la hausse de l'amortissement des immobilisations corporelles et de l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions et non liées aux acquisitions décrites plus haut. Le bénéfice net de l'exercice 2011 avait bénéficié de la prise en compte du recouvrement d'impôt hors trésorerie de 20,8 millions de dollars lié à la conversion de D+H en société par actions et d'un recouvrement d'impôt hors trésorerie relativement à des pertes de certaines filiales américaines qui n'avaient pas déjà été comptabilisées dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot.

Pour l'exercice 2011, le bénéfice net consolidé s'était élevé à 89,9 millions de dollars, en progression de 11,1 millions de dollars, ou de 14,1 %, par rapport à celui de l'exercice 2010. L'augmentation était essentiellement attribuable à l'incidence des acquisitions d'ASSET et de Mortgagebot, au changement de statut fiscal de l'Entreprise à la suite de la conversion de fiducie de revenu en société par actions, à la perte hors trésorerie latente sur les swaps de taux d'intérêt et aux différentes incidences des éléments liés aux acquisitions et des recouvrements d'impôt, tel qu'il est décrit plus haut.

BÉNÉFICE NET AJUSTÉ

Avec prise d'effet le 1er janvier 2011, par suite de la conversion de la structure de fiducie de revenu en celle d'une société par actions, l'Entreprise a commencé à utiliser le bénéfice net ajusté comme mesure d'évaluation de ses résultats. Le bénéfice net ajusté est une mesure financière non conforme aux IFRS. Il y a lieu de se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS ». Pour les périodes antérieures au 1er janvier 2011, il n'existe pas de mesure comparable au bénéfice net ajusté.

Pour l'exercice 2012, le bénéfice net ajusté consolidé a été de 108,1 millions de dollars, soit une hausse de 4,5 millions de dollars, ou de 4,3 %, en comparaison avec les 103,7 millions de dollars enregistrés pour l'exercice 2011. Le bénéfice net ajusté consolidé de l'exercice 2012 ne tient pas compte d'un recouvrement d'impôt hors trésorerie de 1,2 million de dollars relativement à des passifs inscrits dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot. Pour l'exercice 2011, le bénéfice net ajusté consolidé ne comprenait pas les recouvrements d'impôt hors trésorerie de 20,8 millions de dollars se rapportant i) au changement de statut fiscal de D+H par suite de sa conversion de fiducie de revenu en société par actions et ii) à l'acquisition de Mortgagebot relativement aux pertes de certaines filiales américaines qui n'avaient pas été comptabilisées antérieurement.

FLUX DE TRÉSORERIE CONSOLIDÉS ET LIQUIDITÉS DE L'EXERCICE

Les données du tableau qui suit sont tirées des tableaux consolidés des flux de trésorerie, et elles doivent être lues à la lumière de ceux-ci. La direction est d'avis que ce supplément d'informations fournit des renseignements supplémentaires utiles sur les flux de trésorerie de la Société, les remboursements sur la dette et les autres activités d'investissement.

Sommaire consolidé des flux de trésorerie

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012   2011   2010  
             
Trésorerie et équivalents de trésorerie liés aux activités suivantes            
             
ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES            
Bénéfice découlant des activités poursuivies 69 137 $ 89 788 $ 82 034 $
Amortissement des immobilisations corporelles et incorporelles 73 821   64 631   48 592  
Amortissement et ajustements à la juste valeur des instruments dérivés (2 016)   3 386   (803)  
Quote-part du bénéfice provenant de la participation dans l'entreprise
associée, après impôt
(68)   -   -  
Ajustements au titre du regroupement d'entreprises -   -   2 257  
Différence entre les charges d'intérêts et les intérêts payés en trésorerie 2 096   1 567   993  
Charges hors trésorerie liées à l'impôt et aux options 23 992   943   3 300  
             
  166 962   160 315   136 373  
             
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de
roulement
(3 881)   (23 021)   423  
Variations des autres actifs et passifs opérationnels et des activités
abandonnées
105   1 387   457  
             
Entrées nettes de trésorerie liées aux activités opérationnelles 163 186   138 681   137 253  
             
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT            
Variation nette de la dette à long terme (3 415)   149 505   (11 000)  
Frais d'émission - titres de capitaux propres et titres de créance (902)   (9 928)   (2 564)  
Produit de l'émission d'actions -   121 800   -  
Distributions et dividendes payés au cours de l'exercice (74 042)   (70 640)   (97 928)  
Entrées (sorties) nettes de trésorerie liées aux activités de financement (78 359)   190 737   (111 492)  
             
ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT            
Dépenses d'investissement (33 317)   (35 356)   (30 264)  
Acquisition d'une participation dans une entreprise associée (10 058)   -   -  
Acquisition de filiales (37 946)   (292 993)   167  
Vente d'activités abandonnées -   -   1 602  
Sorties nettes de trésorerie liées aux activités d'investissement (81 321)   (328 349)   (28 495)  
             
Augmentation (diminution) de la trésorerie et des équivalents de trésorerie
pour l'exercice
3 506   1 069   (2 734)  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture de l'exercice 2 213   1 144   3 878  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de l'exercice 5 719 $ 2 213 $ 1 144 $

Au 31 décembre 2012, la trésorerie et les équivalents de trésorerie totalisaient 5,7 millions de dollars, comparativement à 2,2 millions de dollars au 31 décembre 2011.

Activités opérationnelles

Les activités opérationnelles ont généré 163,2 millions de dollars au cours de l'exercice 2012, comparativement à 138,7 millions de dollars pour l'exercice 2011, ce qui représente une hausse de 24,5 millions de dollars ou de 17,7 %. La variation des entrées nettes de trésorerie liées aux activités opérationnelles au cours de l'exercice 2012 est attribuable à la forte croissance du BAIIA par rapport à celui de l'exercice 2011 découlant de l'annualisation des résultats de Mortgagebot et de la prise en compte des résultats d'Avista.

Pour l'exercice 2011, les entrées nettes de trésorerie liées aux activités opérationnelles avaient connu une hausse de 1,4 million de dollars, ou de 1,0 % par rapport à celles de l'exercice 2010.

Variations des éléments hors trésorerie du fonds de roulement et d'autres éléments

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Exercices clos les 31 décembre  
  2012   2011   2010  
Variations des éléments hors trésorerie du fonds de
roulement
(3 881) $ (23 021) $ 423 $
Variations des autres actifs et passifs opérationnels et des activités
abandonnées
105   1 387   457  
Diminution (augmentation) des éléments hors trésorerie du fonds de
roulement et d'autres éléments
(3 776) $ (21 634) $ 880 $

La hausse nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement pour l'exercice 2012 a découlé essentiellement de l'augmentation des créances clients relative à une croissance des produits d'un exercice à l'autre, en partie contrebalancée par l'accroissement des produits différés attribuable à la croissance des services de protection faisant partie des solutions de paiement.

La hausse nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement pour l'exercice 2011 était attribuable à plusieurs éléments, dont l'augmentation des créances clients et des charges payées d'avance relativement aux services de protection. La hausse nette du fonds de roulement était également attribuable au montant à recevoir au titre du programme de crédits d'impôt pour apprentissage en 2011. Les créditeurs étaient demeurés relativement stables par rapport à ceux de 2010.

La Société s'attend à connaître une variabilité persistante des éléments hors trésorerie du fonds de roulement en raison de la nature et du calendrier des services qu'elle rend relativement aux entreprises acquises.

Activités de financement

Pour l'exercice 2012, les sorties nettes de trésorerie liées aux activités de financement se sont chiffrées à 78,4 millions de dollars, comparativement à des entrées nettes de 190,7 millions de dollars pour l'exercice 2011. Pour l'exercice 2012, les sorties nettes tiennent compte des prélèvements sur les facilités de crédit pour assurer le financement de la participation dans Compushare et l'acquisition d'Avista, respectivement, en avril et en mai 2012, de l'augmentation des dividendes versés et des remboursements sur la dette effectués au cours de l'exercice. En 2012, D+H a prélevé un montant de 50,6 millions de dollars pour financer l'acquisition d'Avista et la participation ne donnant pas le contrôle dans Compushare, et elle a également procédé à des remboursements sur la dette de 54,0 millions de dollars. L'augmentation des versements de dividendes au cours de l'exercice considéré découle du rehaussement par D+H de son dividende annuel cible, lequel est passé de 1,24 $ par action à 1,28 $ par action sur une base annualisée. Un dividende trimestriel au taux plus élevé de 0,32 $ a été versé le 31 décembre 2012 aux actionnaires inscrits le 30 novembre 2012.

Les entrées nettes de trésorerie liées aux activités de financement au cours de l'exercice 2011 rendaient compte du produit net de l'émission de titres de capitaux propres et de titres de créance ayant servi à assurer le financement des acquisitions de Mortgagebot et d'ASSET en 2011.

Dividendes

Au cours de l'exercice 2012, D+H a versé 1,25 $ par action à ses actionnaires (0,31 $ pour les trois premiers trimestres et 0,32 $ au quatrième trimestre). Au cours de l'exercice 2011, elle avait versé un montant de 1,2233 $ par action. Les dividendes versés au cours de l'exercice 2011 incluaient une distribution de 0,1533 $ par part versée le 31 janvier 2011 (déclarée le 31 décembre 2010 alors que D+H était une fiducie de revenu), un dividende supplémentaire de 0,15 $ par action payé le 31 mars 2011, un dividende de 0,30 $ par action payé le 30 juin 2011 et un dividende de 0,31 $ par action payé le 30 septembre 2011 et le 31 décembre 2011.

En 2010, les distributions en trésorerie payées s'étaient établies à 1,8396 $ par part.

Activités d'investissement

Pour l'exercice 2012, les sorties nettes de trésorerie liées aux activités d'investissement se sont chiffrées à 81,3 millions de dollars, comparativement à 328,3 millions de dollars pour l'exercice 2011.

Les chiffres pour l'exercice 2012 rendent compte de l'acquisition d'Avista en mai 2012 et de l'acquisition d'une participation ne donnant pas le contrôle dans Compushare en avril 2012, tandis que les chiffres pour l'exercice 2011 reflètent l'acquisition d'ASSET et de Mortgagebot, respectivement, en janvier et en avril 2011.

Dépenses d'investissement

Pour l'exercice 2012, les dépenses d'investissement consolidées se sont chiffrées à 33,3 millions de dollars, en baisse de 2,0 millions de dollars par rapport à celles de l'exercice 2011 en raison du calendrier des dépenses. Les dépenses en 2012 et en 2011 ont compris des investissements dans les activités d'intégration et de mise à niveau ainsi que dans le développement de produits technologiques et de capacités.

La hausse de 5,1 millions de dollars des dépenses d'investissement pour l'exercice 2011 par rapport à celles de l'exercice 2010 tenait principalement de l'intensification des activités d'intégration et de mise à niveau, cette hausse s'étant amorcée dans les derniers mois de l'exercice 2010, et des investissements dans l'élaboration de produits technologiques et l'acquisition de capacités.

SOMMAIRE DES COMPTES CONSOLIDÉS DE RÉSULTAT DES HUIT DERNIERS TRIMESTRES1

(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)

                                               
  2012   2011  
  T4     T3     T2     T1     T4     T3     T2     T1  
Produits 187 175 $   191 807 $   197 068 $   181 613 $   183 777 $   186 275 $   185 120 $   169 548 $
Charges2 145 904     143 811     143 962     140 780     138 202     140 050     137 023     132 045  
BAIIA2, 3 41 271     47 996     53 106     40 833     45 575     46 225     48 097     37 503  
Ajustements :                                              
  Coûts liés aux acquisitions et autres charges2 6 558     3 265     4 378     737     637     610     707     1 799  
BAIIA ajusté3 47 829 $   51 261 $   57 484 $   41 570 $   46 212 $   46 835 $   48 804 $   39 302 $
                                               
BAIIA2, 3 41 271 $   47 996 $   53 106 $   40 833 $   45 575 $   46 225 $   48 097 $   37 503 $
Amortissement des immobilisations corporelles et des
immobilisations incorporelles non liées à des
acquisitions
7 956     7 030     7 360     6 837     6 749     5 820     5 827     5 504  
Amortissement des immobilisations incorporelles
provenant des acquisitions
11 519     10 930     11 250     10 939     11 009     11 040     10 590     8 092  
Charges d'intérêts 4 629     4 943     4 821     4 821     4 909     4 792     5 272     3 989  
Bénéfice découlant de la participation dans une
entreprise associée, après impôt
23     (53)     (38)     -     -     -     -     -  
Amortissement et ajustements à la juste valeur des
instruments dérivés4
(542)     (445)     616     (1 645)     (145)     3 991     1 227     (1 687)  
Charge (recouvrement) d'impôt sur le résultat 3 975     5 986     8 210     4 947     7 684     5 522     1 717     (14 290)  
Bénéfice découlant des activités poursuivies 13 711     19 605     20 887     14 934     15 369     15 060     23 464     35 895  
Bénéfice (perte) découlant des activités
abandonnées, après impôt5
-     -     -     -     -     -     -     140  
Bénéfice net 13 711 $   19 605 $   20 887 $   14 934 $   15 369 $   15 060 $   23 464 $   36 035 $
Ajustements                                              
  Éléments hors trésorerie :                                              
    Amortissement des immobilisations incorporelles
provenant des acquisitions
11 519 $   10 930 $   11 250 $   10 939 $   11 009 $   11 040 $   10 590 $   8 092 $
    Amortissement et ajustements à la juste valeur
des instruments dérivés4
(542)     (445)     616     (1 645)     (145)     3 991     1 227     (1 687)  
  Autres éléments notables :                                              
    Coûts liés aux acquisitions et autres charges 2 6 558     3 265     4 378     737     637     610     707     1 799  
    Activiétés abandonnées, après impôt 5 -     -     -     -     -     -     -     (140)  
  Incidence fiscale des ajustements ci-dessus
(compte non tenu des activités abandonnées)6
(5 603)     (4 051)     (4 758)     (2 998)     (3 391)     (4 465)     (3 256)     (2 133)  
  Incidence fiscale de la conversion en société
par actions et des acquisitions7
-     (1 156)     -     -     2 080     -     (3 628)     (19 209)  
Bénéfice net ajusté3 25 643 $   28 148 $   32 373 $   21 967 $   25 559 $   26 236 $   29 104 $   22 757 $
                                               
Bénéfice net ajusté par action, de base et dilué3, 8 0,4329 $   0,4752 $   0,5465 $   0,3709 $   0,4315 $   0,4429 $   0,4974 $   0,4275 $
Bénéfice par action découlant des activités
poursuivies, de base et dilué8
0,2315 $   0,3310 $   0,3526 $   0,2521 $   0,2595 $   0,2542 $   0,4010 $   0,6743 $
Bénéfice net par action, de base et dilué8 0,2315 $   0,3310 $   0,3526 $   0,2521 $   0,2595 $   0,2542 $   0,4010 $   0,6769 $

1   Les résultats comprennent ceux d'Avista depuis son acquisition, soit le 3 mai 2012, ceux de Mortgagebot depuis son acquisition, soit le 12 avril 2011, et ceux d'ASSET depuis son acquisition, soit le 18 janvier 2011.
2   Les charges comprennent les coûts liés aux acquisitions et autres charges se rapportant aux coûts de transaction engagés dans le cadre d'acquisitions d'entreprises et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot, des charges liées à des mesures de réharmonisation de la structure de coûts, des charges liées à l'expansion de l'entreprise relatives aux projets d'acquisitions stratégiques et des charges liées à l'intégration des entreprises.
3   Le BAIIA, le BAIIA ajusté et le bénéfice net ajusté sont des mesures non conformes aux IFRS. Se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une définition complète de ces termes.
4   Rend compte i) des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt qui ne sont pas désignés comme couvertures aux fins de la comptabilité de couverture, dont toute variation de la juste valeur est comptabilisée au compte consolidé de résultat et ii) de l'amortissement des ajustements à la valeur de marché des swaps de taux d'intérêt lié au montant net cumulatif des profits et des pertes qui étaient différés avant le 1er janvier 2007, au moment où la comptabilité de couverture a été abandonnée pour ces swaps.
5   D+H a vendu la partie non stratégique de ses activités de centres d'appels en octobre 2010 et elle a conclu une convention de transition avec l'acheteur qui est venue à échéance le 1er avril 2011. Les résultats de ces activités sont présentés à titre d'activités abandonnées.
6   Les ajustements suivants au bénéfice net ont été imposés à leur taux d'impôt respectif : i) l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions; ii) l'amortissement et les ajustements à la juste valeur des instruments dérivés; et iii) les coûts liés aux acquisitions et autres charges.
7   Les ajustements pour le troisième trimestre de 2012 comprennent un recouvrement d'impôt hors trésorerie relativement à des passifs inscrits dans le cadre de l'acquisition de Mortgagebot. Les ajustements pour les premier et deuxième trimestres de 2011 comprennent des recouvrements d'impôt hors trésorerie comptabilisés relativement à la conversion en société par actions et aux acquisitions. Les ajustements du quatrième trimestre de 2011 sont liés à la décomptabilisation d'attributs fiscaux enregistrés antérieurement.
8   Le bénéfice net provenant des activités poursuivies dilué par action, le bénéfice net dilué par action et le bénéfice net ajusté dilué par action (mesure non conforme aux IFRS) rendent compte de l'incidence des options en circulation. Si le cours moyen pendant la période est inférieur au prix de l'option additionné à la juste valeur marchande de l'option, les options ne sont pas prises en considération dans le calcul de l'effet dilutif.

Les produits trimestriels de D+H ont été généralement stables, mais croissants, d'un exercice à l'autre. Toutefois, les changements survenus récemment au sein du climat économique, plus particulièrement au sein des marchés de l'habitation et des prêts hypothécaires et prêts automobiles, ont entraîné une plus grande volatilité. Une volatilité accrue a également été observée dans les volumes de commandes de chèques de particuliers. Les produits peuvent varier d'un trimestre à l'autre, puisqu'ils sont également assujettis aux fluctuations saisonnières et sont habituellement plus élevés aux deuxième et troisième trimestres. L'acquisition d'ASSET, le 18 janvier 2011, celle de Mortgagebot, le 12 avril 2011, et celle d'Avista, le 3 mai 2012, ont accru les produits et les charges. Le BAIIA a été touché par les coûts liés aux acquisitions et autres charges engagés au cours des trimestres, y compris les coûts de transaction, les coûts d'intégration des entreprises et certains coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs découlant des acquisitions ainsi que d'autres charges liées aux mesures de réharmonisation de la structure de coûts et aux projets d'acquisitions stratégiques qui ne sont pas considérées comme étant engagées dans le cours normal des activités. Le BAIIA ajusté ne tient pas compte des effets de ces charges, car elles ne sont pas considérées comme étant représentatives de la performance opérationnelle sous-jacente; la direction estime qu'en excluant ces ajustements, elle obtient une mesure reflétant davantage les résultats opérationnels courants.

Les montants par action ont aussi été touchés par l'émission de 6 000 000 d'actions supplémentaires de Société Davis + Henderson en avril 2011, laquelle a servi à financer en partie l'acquisition de Mortgagebot.

Le bénéfice net a fluctué sous l'effet de divers éléments hors trésorerie comme les ajustements de la juste valeur des swaps de taux d'intérêt, l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions, les coûts liés aux acquisitions et autres charges et les variations d'autres éléments fiscaux hors trésorerie.

Actions ordinaires en circulation

Au 31 décembre 2012 et au 26 février 2013, il y avait 59 233 373 actions ordinaires en circulation, soit le même nombre qu'au 31 décembre 2011.

Offre publique de rachat dans le cours normal des activités

Le 10 septembre 2012, D+H a annoncé qu'elle avait obtenu l'autorisation réglementaire de la Bourse de Toronto (la « TSX ») de procéder à une offre publique de rachat dans le cours normal des activités aux termes de laquelle la Société serait autorisée, du 12 septembre 2012 au 11 septembre 2013, à racheter jusqu'à 1 777 000 actions ordinaires, ce qui correspond à environ 3 % des actions ordinaires émises et en circulation de la Société au 4 septembre 2012. La Société ne pourra racheter plus de 37 491 actions ordinaires par jour, exception faite des exemptions relatives aux rachats en bloc.

La Société procédera au rachat conformément aux exigences de la TSX. Le prix qu'elle paiera pour chacune des actions ordinaires ainsi rachetées correspondra au cours de ces actions ordinaires au moment de l'acquisition ou à tout autre prix autorisé par la TSX. Toute action remise pour rachat aux termes de l'offre et dont la Société prendra livraison et réglera le rachat sera annulée.

La Société a l'intention de financer ces rachats au moyen de la trésorerie dont elle dispose. D+H estime que le cours de ses actions ordinaires pourrait, à l'occasion, ne pas refléter justement leur valeur sous-jacente compte tenu de ses activités et de la solidité de sa situation financière. Par conséquent, elle est d'avis qu'investir dans ses actions ordinaires en circulation constitue une occasion d'investissement attrayante et un emploi judicieux de ses fonds.

Régime de rachat automatique d'actions

D+H a aussi annoncé qu'elle avait conclu un régime de rachat automatique d'actions avec une maison de courtage de valeurs afin de faciliter le rachat de ses actions ordinaires aux termes de l'offre publique de rachat dans le cours normal des activités. Selon ce régime et aux termes des paramètres prescrits par la TSX et des modalités de l'entente intervenue entre les parties, la maison de courtage de valeurs peut racheter des actions ordinaires aux termes de l'offre publique de rachat dans le cours normal des activités, et ce, en tout temps et sans limitation du nombre d'actions pouvant être rachetées, contrairement à D+H qui ne serait pas normalement autorisée à en faire autant en raison de restrictions réglementaires ou de périodes d'interdiction qu'elle s'impose elle-même. Le régime de rachat automatique d'actions a été examiné et approuvé par la TSX.

En date du 26 février 2013, aucune action n'avait été acquise aux termes de l'offre publique de rachat dans le cours normal des activités.

Instruments financiers

La Société a recours à des swaps de taux d'intérêt pour couvrir les risques liés aux taux d'intérêt et à des contrats de change à terme afin de couvrir les risques liés aux monnaies étrangères.

Swaps de taux d'intérêt

En ce qui a trait aux contrats sous forme de swaps de taux d'intérêt conclus avec les prêteurs de la Société aux termes de la septième convention de crédit modifiée et reformulée (la « convention de crédit »), au 31 décembre 2012, les taux d'intérêt applicables à 55,1 % de l'encours de la dette à long terme pour les périodes se terminant aux dates indiquées dans le tableau qui suit étaient de fait fixés aux taux suivants :

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

      Juste valeur des swaps de
taux d'intérêt
     
Date d'échéance Montant
notionnel
  Actif   Passif   Taux
d'intérêt1
 
18 décembre 2014 25 000 $ - $ 648 $ 2,720 %
18 mars 2015 25 000   -   836   2,940 %
18 mars 2017 25 000   -   1 772   3,350 %
20 mars 2017 20 000   -   1 430   3,366 %
  95 000 $ - $ 4 686 $    

1   Les taux d'intérêt présentés excluent les commissions relatives aux acceptations bancaires et les écarts de taux préférentiels en vigueur. Ces commissions et écarts pourraient augmenter ou diminuer en fonction du niveau d'endettement de la Société par rapport à certains niveaux établis dans la convention de crédit. Sur la base du niveau d'endettement au 31 décembre 2012, la dette bancaire à long terme de la Société sera assujettie à des commissions relatives aux acceptations bancaires s'établissant au taux des acceptations bancaires en vigueur majoré de 1,50 % ainsi qu'à des écarts de taux préférentiels s'établissant au taux préférentiel majoré de 0,50 %.

Au 31 décembre 2012, la Société aurait eu à payer la juste valeur de 4,7 millions de dollars si elle avait mis fin à la totalité de ses swaps de taux d'intérêt inscrits à l'état consolidé de la situation financière. À l'heure actuelle, la direction n'a pas l'intention de mettre fin à ces contrats. Par le passé, la Société a conservé ses contrats d'instruments dérivés jusqu'à leur échéance.

Contrats de change à terme

À l'occasion, la Société conclut des contrats de change pour fixer les cours de change à l'égard de ses transactions en monnaies étrangères. Aux termes de ces contrats, la Société est tenue de verser le montant en dollars américains convenu en contrepartie du montant en dollars canadiens prévu dans chacun des contrats. Par le passé, la Société a conservé ses contrats dérivés jusqu'à leur échéance.

Aux fins de la comptabilité de couverture, ces contrats de change sont désignés comme des couvertures de l'investissement net de la Société dans un établissement à l'étranger dont la monnaie fonctionnelle est le dollar américain, conformément aux IFRS. La Société comptabilise ces couvertures comme des couvertures d'investissement net aux termes de l'IAS 39. Les profits et pertes latents découlant de la comptabilisation de contrats de change à la juste valeur chaque date de clôture, dans la mesure où la relation de couverture est efficace, sont portés aux autres éléments du résultat global et présentés au titre de l'écart de conversion dans les capitaux propres et sont limités aux écarts de change sur l'investissement net. Lors de la cession de l'investissement net couvert, les montants pertinents au titre de l'écart de conversion sont comptabilisés à titre de profit ou perte à la cession.

La Société n'avait aucun contrat de change à terme en vigueur au 31 décembre 2012.

PRINCIPAUX RENSEIGNEMENTS TIRÉS DU BILAN

  Exercices clos les 31 décembre  
(en milliers de dollars canadiens, non audité) 2012     2011     2010  
Total des actifs 1 289 390   $ 1 283 325 $   933 037 $
Total des passifs à long terme 474 089   $ 466 800 $   271 461 $

Au 31 décembre 2012, le total des actifs s'établissait à 1,3 milliard de dollars, en hausse de 6,1 millions de dollars par rapport à celui au 31 décembre 2011. Cette augmentation a essentiellement trait à une augmentation de la trésorerie et des créances clients au 31 décembre 2012 par rapport à celles au 31 décembre 2011. L'augmentation au titre de la trésorerie est attribuable au calendrier des paiements et à l'augmentation du solde des créances clients au 31 décembre 2012 découlant de la hausse des produits en 2012 par rapport à ceux de 2011.

Au 31 décembre 2011, le total des actifs s'établissait à 1,3 milliard de dollars, en hausse de 350,3 millions de dollars par rapport à celui au 31 décembre 2010, essentiellement du fait du goodwill et des immobilisations incorporelles provenant des acquisitions d'ASSET et de Mortgagebot.

Au 31 décembre 2012, les passifs à long terme étaient en hausse de 7,3 millions de dollars par rapport à ceux de l'exercice précédent, principalement en raison d'une augmentation des passifs d'impôt différé découlant des immobilisations incorporelles liées aux acquisitions, des différences temporelles liées aux charges inscrites à l'actif au titre du développement de logiciels et de l'augmentation des produits différés de la société en commandite. Cette augmentation a été partiellement contrebalancée par une diminution de la dette à long terme attribuable aux remboursements substantiels effectués sur la dette en 2012 et par une diminution des passifs dérivés liés aux swaps de taux d'intérêt découlant de la baisse des taux d'intérêt. Au 31 décembre 2011, les passifs à long terme avaient augmenté de 195,3 millions de dollars comparativement à ceux du 31 décembre 2010. Cette progression était principalement attribuable à l'augmentation des emprunts à long terme liés aux acquisitions d'ASSET et de Mortgagebot et aux ajustements aux passifs d'impôt différé associés aux acquisitions.

OBLIGATIONS CONTRACTUELLES

Le tableau suivant présente les obligations contractuelles de l'Entreprise au 31 décembre 2012 ainsi que le calendrier des paiements prévus.

                     
(en milliers de dollars canadiens, non audité) Total   Moins de
1 an
  De 1 an
à 3 ans
  De 4 ans
à 5 ans
  Plus de
5 ans
 
                     
Dette à long terme 346 324 $ - $ - $ 252 306 $ 94 018 $
Contrats de location simple 32 257   8 440   11 853   6 007   5 957  
Avantages du personnel futurs 2 938   184   367   367   2 020  
Obligations liées au programme de
rémunération différée
4 691   2 154   2 537   -   -  
Autres obligations 5 666   5 024   642   -   -  
  391 876 $ 15 802 $ 15 399 $ 258 680 $ 101 995 $

Dette à long terme

Au 31 décembre 2012, des fonds totalisant 529,0 millions de dollars avaient été consentis à la Société. Celle-ci disposait également de facilités de crédit non engagées supplémentaires de 279,8 millions de dollars qu'elle pouvait utiliser sous réserve de l'approbation des prêteurs, les frais, écarts et autres modalités devant être négociés à ce moment. Le total des fonds consentis se détaillait comme suit : 355,0 millions de dollars aux termes de la facilité de crédit et 174,0 millions de dollars prélevés aux termes d'obligations, comme il est expliqué ci-après. Le total des fonds non engagés correspondait à 150,0 millions de dollars aux termes de la facilité de crédit et à 129,8 millions de dollars issus des obligations, comme il est également décrit ci-après.

La dette à long terme est inscrite à l'état consolidé de la situation financière, après déduction des charges financières différées non amorties. Au 31 décembre 2012, la dette à long terme, avant la déduction des charges financières différées non amorties de 5,7 millions de dollars, se chiffrait à 346,3 millions de dollars, contre 352,1 millions de dollars au 31 décembre 2011.

Facilité de crédit

La dette à long terme au 31 décembre 2012 tenait compte des prélèvements de 172,3 millions de dollars aux termes de la septième convention de crédit modifiée et reformulée (la « convention de crédit ») datée du 12 avril 2011. Les facilités de crédit garanties de premier rang consenties aux termes de la convention de crédit totalisaient 355,0 millions de dollars au 31 décembre 2012 et consistaient en une facilité de crédit renouvelable. En date du 5 juillet 2012, la convention de crédit a été modifiée conformément à la première entente de modification de la septième convention de crédit modifiée et reformulée (« la modification de la convention de crédit ») afin de reporter la date d'échéance de un an, soit jusqu'au 12 avril 2017 et d'instaurer des prix plus favorables, de même que de modifier certaines clauses restrictives de nature financière. L'Entreprise est autorisée à faire des prélèvements sur le solde disponible de 182,7 millions de dollars de sa facilité renouvelable afin de financer ses dépenses d'investissement ou ses autres besoins généraux.  La convention de crédit renferme un certain nombre de clauses restrictives et de restrictions, dont une qui oblige la Société à maintenir certains ratios financiers et à atteindre certains objectifs pour ce qui est de sa situation financière. Les clauses restrictives de nature financière comprennent l'atteinte d'objectifs en matière d'endettement et de ratio de couverture des charges fixes et prévoient une limite en ce qui a trait aux distributions maximales que peut verser D+H à ses actionnaires au cours de chaque période de quatre trimestres consécutifs. À la clôture de son plus récent trimestre, la Société respectait la totalité des clauses restrictives de nature financière et sa situation financière était conforme aux objectifs.

Au 31 décembre 2012, la convention de crédit prévoyait une facilité de crédit non engagée supplémentaire d'un montant maximal de 150,0 millions de dollars dont l'utilisation est conditionnelle à l'approbation préalable des prêteurs concernés, les frais, écarts et autres modalités devant être négociés à ce moment.

Obligations

Au 31 décembre 2012, des fonds consentis totalisant 174,0 millions de dollars et des fonds non engagés totalisant 129,8 millions de dollars étaient disponibles aux termes des obligations.

Les obligations se composaient de ce qui suit : i) des obligations à taux fixe émises aux termes d'une deuxième convention préalable privée d'achat de billets modifiée et reformulée (la « convention d'achat de billets ») datée du 12 avril 2011 et totalisant 80,0 millions de dollars, soit une obligation de 50,0 millions de dollars émise aux termes de la convention d'achat de billets garantis de premier rang à un taux d'intérêt fixe de 5,99 % et une obligation de 30,0 millions de dollars à un taux d'intérêt de 5,17 %, jusqu'à leur échéance, soit le 30 juin 2017; et ii) une convention préalable privée d'achat de billets (la « convention d'achat de billets avec Prudential ») aux termes de laquelle la Société a émis des billets garantis de premier rang d'un montant de 63,0 millions de dollars américains au taux de 5,59 % et échéant le 12 avril 2021 pour financer une partie de l'acquisition de Mortgagebot. En date du 5 juillet 2012, cette convention d'achat de billets a été modifiée conformément à la première modification de la deuxième convention préalable privée d'achat de billets modifiée et reformulée (la « modification de la convention d'achat de billets ») afin d'apporter des modifications conséquentes à certaines clauses restrictives. De même, avec prise d'effet le 5 juillet 2012, la convention d'achat de billets avec Prudential a été modifiée conformément à la première modification de la convention préalable privée d'achat de billets (la « modification de la convention d'achat de billets avec Prudential ») afin d'augmenter de 50,0 millions de dollars américains la facilité de crédit de soutien non engagée en vertu de la convention d'achat de billets avec Prudential (de 37,0 millions de dollars américains à 87,0 millions de dollars américains) et certaines clauses restrictives de nature financière ont aussi été modifiées. En outre, D+H a émis des billets garantis de premier rang d'un montant de 16,5 millions de dollars américains au taux de 3,94 % et échéant le 30 juin 2022, réduisant ainsi le montant disponible à 70,5 millions de dollars américains.

En date du 5 juillet 2012, la Société a par ailleurs conclu une nouvelle convention préalable privée d'achat de billets (la « convention d'achat de billets avec NY Life ») comportant un rang égal à la convention de crédit et à la convention d'achat de billets avec Prudential dans tous ses aspects significatifs, en vertu de laquelle la Société a émis des billets garantis de premier rang d'un montant de 15,0 millions de dollars américains au taux de 3,94 % et échéant le 30 juin 2022, laissant ainsi une facilité de crédit de soutien non engagée supplémentaire d'un maximum de 60,0 millions de dollars américains, l'utilisation du montant étant assujettie à l'approbation préalable des prêteurs concernés, les frais, écarts et autres modalités devant être négociés à ce moment.

Également en 2012, le produit global tiré des billets garantis de premier rang de 31,5 millions de dollars américains émis en vertu de la modification de la convention d'achat de billets avec Prudential et de la convention d'achat de billets avec NY Life a été affecté au refinancement de montants prélevés en vertu de la convention de crédit, au financement de l'acquisition d'Avista et à la participation dans Compushare.

La convention de crédit, la modification de la convention de crédit, la convention d'achat de billets, la modification de la convention d'achat de billets, la convention d'achat de billets avec Prudential, la modification de la convention d'achat de billets avec Prudential et la convention d'achat de billets avec NY Life peuvent être consultées à l'adresse www.sedar.com.

Par le passé, la Société s'est couverte contre les hausses des taux d'intérêt du marché s'appliquant à certains de ses titres de créance en ayant recours à des swaps de taux d'intérêt et en émettant des obligations à long terme à taux fixe, comme il a été mentionné plus haut. Au 31 décembre 2012, le taux d'intérêt effectif moyen sur la dette totale de la Société était d'environ 4,5 %, comparativement à 4,9 % au 31 décembre 2011.

Contrats de location simple

L'Entreprise loue des installations, du matériel et des véhicules aux termes de divers contrats de location simple, à l'égard desquels les paiements minimaux exigibles au 31 décembre 2012 totalisaient 32,3 millions de dollars.

Avantages du personnel futurs

Les obligations au titre des avantages du personnel futurs sont liées aux régimes d'avantages complémentaires de retraite de la Société. La plus récente évaluation actuarielle des régimes d'avantages complémentaires de retraite a été effectuée en date du 31 décembre 2012.

Autres obligations

Les autres obligations comprennent des coûts liés au maintien en poste et aux incitatifs relativement à l'acquisition d'Avista et de Mortgagebot.

Programme de rémunération différée

Le programme de rémunération différée est constitué d'obligations aux termes des régimes incitatifs à moyen terme de la Société, qui comptent deux composantes : i) un régime d'unités d'actions incessibles (les « UAI ») et ii) un régime d'unités d'actions attribuées en fonction du rendement (les « UAR »), Ces deux composantes sont assorties d'une période d'acquisition des droits de trois ans et constituent une rémunération fondée sur des actions réglée en trésorerie. Les UAI deviennent acquis par tranches de un tiers le premier, le deuxième et le troisième anniversaires du 1er janvier de l'année civile au cours de laquelle l'attribution des UAI a été faite, tandis que les UAR deviennent acquis au troisième anniversaire du 1er janvier de l'année civile au cours de laquelle l'attribution des UAR a été faite. Les UAR ont aussi un objectif de rendement fondé sur les variations annuelles pendant trois ans du résultat par action au cours de la période d'acquisition des droits en fonction de grilles de rendement établies pour une période déterminée. Le bénéfice par action est obtenu au moyen d'un calcul établi à partir du bénéfice net avant les mesures incitatives, l'impôt, l'amortissement des immobilisations incorporelles provenant d'acquisitions, les profits ou les pertes sur les swaps de taux d'intérêt et certains autres ajustements effectués de temps à autre avec l'approbation du comité des ressources humaines et de gouvernance. La juste valeur des montants à payer est constatée à titre de charge avec inscription d'un passif équivalent sur la durée de la période d'acquisition des droits de trois ans. Le passif est réévalué chaque date de clôture et à la date de règlement. Toute variation de la juste valeur du passif est comptabilisée en résultat net.

ÉVÉNEMENT POSTÉRIEUR À LA DATE DE CLÔTURE

Le 29 janvier 2013, D+H a annoncé qu'elle avait exercé son option d'acquisition visant la totalité des actions en circulation de Compushare, fournisseur de services de gestion technologiques et d'infonuagique auprès des institutions financières établi à Santa Ana, en Californie. Cette acquisition s'ajoute à la participation ne donnant pas le contrôle initiale annoncée le 24 avril 2012 et D+H devient, au moyen de cette transaction, le propriétaire exclusif de Compushare. Compushare offre un éventail complet de solutions technologiques aux banques locales, aux coopératives de crédit et à d'autres fournisseurs de services financiers permettant de contrôler les coûts, de gagner en efficience et de se préparer au resserrement des exigences en matière de conformité. L'acquisition a été financée au moyen de prélèvements tirés sur les facilités de crédit existantes de D+H.

CHANGEMENTS DE MÉTHODES COMPTABLES

La Société surveille de près l'évolution des normes publiées par l'IASB et le Conseil des normes comptables du Canada (le « CNC »), ainsi que les changements de réglementation publiés par les ACVM.

AUTRES

Veuillez consulter le rapport annuel pour obtenir une analyse approfondie du rapport annuel de la direction sur les contrôles de communication de l'information et le contrôle interne à l'égard de l'information financière, des principales estimations comptables, des changements futurs visant la comptabilité et la présentation de l'information ainsi que des risques commerciaux.

PERSPECTIVES

L'objectif financier à long terme de D+H consiste à dégager des résultats durables et en progression au moyen de la croissance interne soutenue des produits et d'acquisitions stratégiques. L'acquisition d'ASSET et de Mortgagebot en 2011, l'acquisition d'Avista en 2012 et l'acquisition de Compushare en 2013 continueront i) de renforcer la capacité de la Société à réaliser son objectif d'être un fournisseur de premier plan de technologies destinées au secteur des services financiers en Amérique du Nord; ii) d'assurer une diversification des produits; iii) de fournir des flux de trésorerie solides et soutenables pour financer la croissance future; et iv) de soutenir la stratégie à long terme.

Dans les années à venir, la Société mettra l'accent sur la mise en œuvre de ses projets de croissance interne et continuera de travailler avec diligence pour repérer les occasions qui lui permettront de mieux répondre aux besoins de ses clients à mesure qu'évolueront ses activités. Les mesures de réharmonisation de la structure de coûts mises en œuvre en 2012 devraient permettre de réaliser des économies annualisées aussi bien au cours de la période considérée que des périodes futures, et ce montant servira à contrebalancer l'augmentation des charges afin de soutenir la croissance future. Par la suite, sa position de chef de file sur le marché et ses capacités combinées devraient permettre à D+H de consolider sa position sur les marchés qu'elle sert et de prospérer conformément à ses objectifs à long terme.

Tel qu'il est établi dans son énoncé de stratégie, D+H veut accroître ses activités grâce à une combinaison de projets internes, d'associations avec des tiers et d'acquisitions ciblées. Ses projets internes comprennent i) la poursuite de ses efforts en vue d'élargir la clientèle ayant recours à ses solutions infonuagiques et en mode SaaS de financement hypothécaire au point de vente et de montage de prêts aux États-Unis; ii) la promotion constante des solutions de paiement grâce à l'ajout de services à valeur ajoutée pour les consommateurs et les entreprises offerts aux clients des institutions financières; iii) l'élargissement de sa gamme de services reposant sur la technologie offerts actuellement aux secteurs du financement hypothécaire, du crédit automobile, des prêts aux particuliers, des prêts aux étudiants, du crédit commercial et de la location; et iv) la vente et la prestation de solutions technologiques de crédit à de nouveaux clients.

Sa stratégie en matière d'acquisition consiste à acquérir des entreprises qui lui permettent soit d'ajouter de nouveaux services, soit d'élargir la gamme de ceux qu'elle offre déjà au secteur des services financiers, et ce, tout en privilégiant des entreprises qui possèdent de bonnes capacités d'infonuagique en mode SaaS, des modèles d'affaires soutenables, des produits en progression, des dirigeants compétents et qui s'inscrivent dans le prolongement de ses activités actuelles.

Par suite de l'ajout de plusieurs nouveaux secteurs de services au cours des dernières années, D+H s'attend à connaître une certaine augmentation de la variabilité des produits, des résultats et des flux de trésorerie trimestriels d'un exercice à l'autre en raison des facteurs suivants : i) la baisse des volumes de commandes de chèques de particuliers; ii) la concurrence sur le marché du crédit canadien; iii) la fluctuation des volumes au sein des marchés d'enregistrement de privilèges et de montage de prêts hypothécaires; iv) les différences temporaires et la variation du travail au sein du secteur des services professionnels; et v) les commissions et les frais liés aux acquisitions et aux activités connexes d'intégration. Pour ce qui est du secteur canadien, D+H est d'avis que les produits tirés des solutions technologiques de prêts au cours de l'exercice 2013 pourraient être touchés par des ajustements éventuels des prix, des prix plus modérés dans le secteur de l'habitation et un ralentissement des activités dans le secteur de l'immobilier comparativement aux exercices précédents. Ces facteurs devraient être contrebalancés par l'augmentation des produits qui découlera du lancement de nouveaux produits sur le marché canadien, y compris des ajouts à nos solutions technologiques à divers secteurs de la chaîne de valeur en matière de crédit. En ce qui a trait au secteur américain, le marché de l'habitation aux États-Unis devrait enregistrer une légère reprise qui devrait compenser en partie la diminution des activités de refinancement durant l'exercice 2013.

Pour 2013, des dépenses d'investissement d'environ 35 millions de dollars sont prévues à l'heure actuelle, ce montant pouvant varier en fonction des dépenses supplémentaires qui seront engagées à l'appui des nouvelles possibilités de croissance, au moment où elles se présenteront, le cas échéant.

Comme cela a déjà été mentionné, la Société ne prévoit payer un montant considérable d'impôt en trésorerie qu'après 2013.

MISE EN GARDE AU SUJET DES ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Certains énoncés compris dans le présent rapport de gestion constituent des renseignements prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables (les « énoncés prospectifs »). Les énoncés concernant les objectifs, les cibles, les stratégies, les intentions, les plans, les convictions, les attentes et les estimations de D+H, ainsi que son entreprise, ses activités et sa performance et sa situation financières constituent des énoncés prospectifs. Des termes et expressions comme « croire », « s'attendre à », « prévoir », « estimer » et « avoir l'intention de », aux formes présente, future ou conditionnelle, de même que d'autres mots et locutions similaires ou la forme négative de ces expressions, visent à signaler des énoncés prospectifs, mais ne devraient pas être considérés comme étant le seul moyen de le faire. D'importantes hypothèses sont posées dans le cadre des énoncés prospectifs, dont celles-ci en particulier : la capacité de D+H d'atteindre ses objectifs en matière de produits, de « BAIIA », de « BAIIA ajusté » et de « bénéfice net ajusté » (se reporter à la rubrique Mesures financières non conformes aux IFRS pour obtenir une description complète des termes BAIIA, BAIIA ajusté et bénéfice net ajusté); les conditions générales du secteur et la conjoncture économique; l'évolution des relations que D+H entretient avec ses clients et ses fournisseurs; les pressions exercées sur les prix et d'autres facteurs concurrentiels; les effets prévus des acquisitions sur la performance financière de D+H; et les avantages attendus découlant des acquisitions. D+H a aussi utilisé certaines hypothèses macroéconomiques et générales pour rédiger ces énoncés prospectifs. Bien que D+H soit d'avis que ces facteurs et hypothèses sont raisonnables sur la foi des renseignements disponibles en date des présentes, rien ne garantit que les résultats réels seront conformes à ces énoncés prospectifs.

Les énoncés prospectifs sont assujettis à des risques, à des incertitudes et à d'autres facteurs, connus et inconnus, qui pourraient faire en sorte que les résultats, la performance et les accomplissements réels de D+H, ainsi que l'évolution réelle des secteurs d'activité de D+H, diffèrent de manière importante des résultats, de la performance, des accomplissements et de l'évolution prévus qui sont formulés, implicitement ou explicitement, dans ces énoncés prospectifs.

Les risques liés aux énoncés prospectifs comprennent, notamment, les défis liés à la diminution de l'utilisation de chèques par les particuliers et les entreprises, la dépendance de la Société à l'égard d'un nombre limité de grandes institutions financières clientes ainsi qu'à l'accueil que celles-ci réservent à ses nouveaux programmes, les projets stratégiques entrepris par la Société dans le but d'atteindre ses objectifs financiers, la stabilité et la croissance des secteurs de l'immobilier, du financement hypothécaire et du crédit en général, les pressions accrues exercées sur les prix et l'accroissement de la concurrence, ce qui pourrait entraîner la perte de contrats ou une réduction des marges, de même que la conjoncture générale des marchés, y compris la dynamique de l'économie et des taux d'intérêt. Compte tenu de ces incertitudes, le lecteur est avisé de ne pas accorder de confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Les documents intégrés par renvoi aux présentes indiquent également des facteurs pouvant avoir une incidence sur les résultats opérationnels et la performance financière de la Société. Les énoncés prospectifs sont fondés sur les projets, estimations, projections, convictions et opinions actuels de la direction et D+H ne s'engage aucunement à mettre à jour les énoncés prospectifs si les hypothèses qui sous-tendent ces projets, estimations, projections, convictions et opinions venaient à changer, à l'exception de ce qui est prévu par les lois applicables sur les valeurs mobilières.

Tous les énoncés prospectifs formulés dans le présent rapport de gestion et dans les documents intégrés par renvoi aux présentes sont visés par cette mise en garde ainsi que par d'autres mises en garde et facteurs indiqués aux présentes, et il n'existe aucune garantie que les résultats ou événements réels seront conformes à ceux-ci. Même s'ils se révélaient conformes, en totalité ou en partie, il n'existe aucune garantie qu'ils auront les résultats attendus pour la Société.

AUTRES RENSEIGNEMENTS

D'autres renseignements relatifs à la Société, y compris ceux paraissant dans la plus récente notice annuelle qu'elle a déposée, peuvent être consultés sur le site SEDAR, à l'adresse www.sedar.com.

États consolidés de la situation financière

(en milliers de dollars canadiens)

  31 décembre 2012   31 décembre 2011  
ACTIFS        
Trésorerie et équivalents de trésorerie 5 719 $ 2 213 $
Clients et autres débiteurs 84 996   79 753  
Charges payées d'avance 14 104   12 821  
Stocks 4 181   4 946  
Actifs dérivés détenus aux fins de la gestion des risques -   126  
Total des actifs courants 109 000   99 859  
Actifs d'impôt différé 28 095   39 987  
Immobilisations corporelles 30 201   32 169  
Participation dans une entreprise associée 10 145   -  
Immobilisations incorporelles 421 366   444 575  
Goodwill 690 583   666 735  
Total des actifs non courants 1 180 390   1 183 466  
Total des actifs 1 289 390 $ 1 283 325 $
PASSIFS        
Fournisseurs, charges à payer et autres passifs 100 226 $ 93 131 $
Produits différés 12 586   10 216  
Provisions 381   3 480  
Total des passifs courants 113 193   106 827  
Produits différés 9 419   9 492  
Passifs dérivés détenus aux fins de la gestion des risques 4 686   6 703  
Prêts et emprunts 340 577   345 921  
Passifs d'impôt différé 113 291   97 350  
Autres passifs à long terme 6 116   7 334  
Total des passifs non courants 474 089   466 800  
Total des passifs 587 282   573 627  
CAPITAUX PROPRES        
Capital 673 680   673 163  
Résultats non distribués 22 544   27 449  
Cumul des autres éléments du résultat global 5 884   9 086  
Total des capitaux propres 702 108   709 698  
Total des passifs et des capitaux propres 1 289 390 $ 1 283 325 $

Comptes consolidés de résultat

(en milliers de dollars canadiens, sauf les montants par action, non audité)

  31 décembre
2012
  Trimestres
clos les
31 décembre
2011
  31 décembre
2012
  Exercices
clos les
31 décembre
2011
 
Produits 187 175 $ 183 777 $ 757 663 $ 724 720 $
Rémunération et avantages du personnel 55 886   54 920   226 030   214 127  
Autres charges 90 018   83 282   348 427   333 193  
Bénéfice découlant des activités opérationnelles avant
amortissements
41 271   45 575   183 206   177 400  
Amortissement des immobilisations corporelles 2 586   2 799   10 070   10 303  
Amortissement des immobilisations incorporelles 16 889   14 959   63 751   54 328  
Bénéfice découlant des activités opérationnelles 21 796   27 817   109 385   112 769  
Charges financières                
  Amortissement et ajustements à la juste valeur des
instruments dérivés
(542)   (145)   (2 016)   3 386  
  Charges d'intérêts 4 629   4 909   19 214   18 962  
Bénéfice provenant de la participation dans une entreprise
associée après impôt sur le résultat
23   -   (68)   -  
Bénéfice découlant des activités poursuivies avant impôt sur
le résultat
17 686   23 053   92 255   90 421  
Charge d'impôt sur le résultat 3 975   7 684   23 118   633  
Bénéfice découlant des activités poursuivies 13 711   15 369   69 137   89 788  
                 
Bénéfice découlant des activités abandonnées après impôt
sur le résultat
-   -   -   140  
Bénéfice net 13 711 $ 15 369 $ 69 137 $ 89 928 $
Bénéfice net par action découlant des activités poursuivies,
de base et dilué
0,2315 $ 0,2595 $ 1,1672 $ 1,5595 $
Bénéfice net par action découlant des activités abandonnées,
de base et dilué
- $ - $ - $ 0,0025 $
Bénéfice net par action, de base et dilué 0,2315 $ 0,2595 $ 1,1672 $ 1,5620 $

États consolidés du résultat global

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  31 décembre
2012
  Trimestres
clos les
31 décembre
2011
  31 décembre
2012
  Exercices
clos les
31 décembre
2011
 
Bénéfice net 13 711 $ 15 369 $ 69 137 $ 89 928 $
Couvertures de flux de trésorerie                
  Amortissement de l'ajustement à la valeur de marché des
instruments dérivés
-   -   -   86  
  Partie efficace des variations de la juste valeur -   295   (126)   126  
  Montant net viré au résultat net 533   (366)   366   (366)  
Conversion des monnaies étrangères 1 819   (5 003)   (3 442)   9 326  
Résultat global total 16 063 $ 10 295 $ 65 935 $ 99 100 $

États consolidés des variations des capitaux propres

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  Trimestre clos le 31 décembre 2012  
      Cumul des autres éléments
du résultat global
     
  Capital
social
  Écarts de
conversion
  Réserve de
couverture
  Résultats
non
distribués
(déficit)
  Total des
capitaux
propres
 
Solde au 30 septembre 2012 673 691 $ 4 065 $ (533) $ 27 789 $ 705 012 $
Bénéfice net de la période -   -   -   13 711   13 711  
Couvertures de flux de trésorerie -   -   533   -   533  
Conversion des monnaies étrangères -   1 819   -   -   1 819  
Dividendes -   -   -   (18 956)   (18 956)  
Options (11)   -   -   -   (11)  
Solde au 31 décembre 2012 673 680 $ 5 884 $ - $ 22 544 $ 702 108 $
                     
                     
  Trimestre clos le 31 décembre 2011  
      Cumul des autres éléments
du résultat global
     
  Capital
social
  Écarts
de conversion
  Réserve
de couverture
  Résultats
non
distribués
(déficit)
  Total des
capitaux
propres
 
Solde au 30 septembre 2011 673 007 $ 14 329 $ (169) $ 30 442 $ 717 609 $
Bénéfice net de la période -   -   -   15 369   15 369  
Couvertures de flux de trésorerie -   -   (71)   -   (71)  
Conversion des monnaies étrangères -   (5 003)   -   -   (5 003)  
Dividendes -   -   -   (18 362)   (18 362)  
Options 156   -   -   -   156  
Solde au 31 décembre 2011 673 163 $ 9 326 $ (240) $ 27 449 $ 709 698 $
                     
                     
  Trimestre clos le 31 décembre 2012  
      Cumul des autres éléments
du résultat global
     
  Capital
social
  Écarts de
conversion
  Réserve de
couverture
  Résultats
non
distribués
  Total des
capitaux
propres
 
Solde au 1er janvier 2012 673 163 $ 9 326 $ (240) $ 27 449 $ 709 698 $
Bénéfice net de la période -   -   -   69 137   69 137  
Couvertures de flux de trésorerie -   -   240   -   240  
Conversion des monnaies étrangères -   (3 442)   -   -   (3 442)  
Dividendes -   -   -   (74 042)   (74 042)  
Options 517   -   -   -   517  
Solde au 31 décembre 2012 673 680 $ 5 884 $ - $ 22 544 $ 702 108 $
                     
                     
  Exercice clos le 31 décembre 2011  
      Cumul des autres éléments
du résultat global
     
  Capital
social
  Écarts de
conversion
  Réserve de
couverture
  Résultats
non
distribués
  Total des
capitaux
propres
 
Solde au 1er janvier 2011 595 859 $ - $ (86) $ (40 623) $ 555 150 $
Bénéfice net de la période -   -   -   89 928   89 928  
Couvertures de flux de trésorerie -   -   (154)   -   (154)  
Conversion des monnaies étrangères -   9 326   -   -   9 326  
Réduction du capital dans le cadre de
l'arrangement
(40 623)   -   -   40 623   -  
Émission d'actions 117 617   -   -   -   117 617  
Dividendes -   -   -   (62 479)   (62 479)  
Options 310   -   -   -   310  
Solde au 31 décembre 2011 673 163 $ 9 326 $ (240) $ 27 449 $ 709 698 $

Tableaux consolidés des flux de trésorerie

(en milliers de dollars canadiens, non audité)

  31 décembre
2012
  Trimestres
clos les
31 décembre
2011
  31 décembre
2012
  Exercices
clos les
31 décembre
2011
 
Trésorerie et équivalents de trésorerie liés aux activités
suivantes :
               
ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES                
Bénéfice découlant des activités poursuivies 13 711 $ 15 369 $ 69 137 $ 89 788 $
Ajustements                
  Amortissement des immobilisations corporelles 2 586   2 799   10 070   10 303  
  Amortissement des immobilisations incorporelles 16 889   14 959   63 751   54 328  
  Amortissement de l'ajustement à la valeur de marché des
instruments dérivés
-   -   -   86  
  Ajustements à la juste valeur des instruments dérivés (542)   (145)   (2 016)   3 300  
  Charges d'intérêts 4 629   4 909   19 214   18 962  
  Impôt différé 4 102   7 684   23 475   633  
  Charge au titre des options (11)   156   517   310  
  Variation des éléments hors trésorerie du fonds de
roulement
24 740   6 746   (3 881)   (23 021)  
  Variation des autres actifs et passifs opérationnels (2 743)   (1 080)   105   1 198  
  Quote-part du bénéfice provenant de la participation dans
une entreprise associée après impôt sur le résultat
23   -   (68)   -  
Entrées de trésorerie liées aux activités opérationnelles 63 384   51 397   180 304   155 887  
  Intérêts payés (4 248)   (4 357)   (17 118)   (17 395)  
  Flux de trésorerie liés aux activités abandonnées -   -   -   189  
Entrées nettes de trésorerie liées aux activités
opérationnelles
59 136   47 040   163 186   138 681  
ACTIVITÉS DE FINANCEMENT                
Remboursement sur la dette à long terme (26 187)   (20 000)   (106 467)   (252 000)  
Produit de la dette à long terme -   -   103 052   401 505  
Paiement de frais d'émission de la dette à long terme -   (28)   (902)   (4 467)  
Produit de l'émission d'actions -   -   -   121 800  
Paiement de frais d'émission d'actions -   -   -   (5 461)  
Dividendes versés (18 956)   (18 362)   (74 042)   (70 640)  
Entrées (sorties) nettes de trésorerie liées aux activités de
financement
(45 143)   (38 390)   (78 359)   190 737  
ACTIVITÉS D'INVESTISSEMENT                
Acquisition d'immobilisations corporelles (2 124)   (2 148)   (7 676)   (8 007)  
Acquisition d'immobilisations incorporelles (7 593)   (8 484)   (25 641)   (27 349)  
Acquisition de filiales -   -   (37 946)   (292 993)  
Acquisition d'une participation dans une entreprise associée -   -   (10 058)   -  
Sorties nettes de trésorerie liées aux activités
d'investissement
(9 717)   (10 632)   (81 321)   (328 349)  
Augmentation de la trésorerie et des équivalents
de trésorerie pour la période
4 276   (1 982)   3 506   1 069  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture de
la période
1 443   4 195   2 213   1 144  
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture de la
période
5 719 $ 2 213 $ 5 719 $ 2 213 $

À propos de D+H

D+H est un important fournisseur de solutions au secteur des services financiers en Amérique du Nord, offrant des programmes novateurs à base de technologie et des produits et services commerciaux adaptés aux besoins de ses clients. Sa capacité profondément ancrée à tisser et à cultiver des liens précieux avec ses clients et sa vaste gamme de solutions intégrées exclusives placent D+H dans une position favorable pour assurer une croissance soutenue au sein des marchés qu'elle a ciblés. En 2012, D+H a été élevée au 35rang du classement FinTech 100, classement des meilleurs fournisseurs de solutions technologiques auprès du secteur mondial des services financiers.

Société Davis + Henderson est inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole DH. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les documents d'information déposés par Société Davis + Henderson auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières, veuillez consulter le site Web de SEDAR, à l'adresse www.sedar.com

SOURCE : Société Davis + Henderson

Renseignements :

veuillez communiquer avec Brian Kyle, vice-président directeur et chef des finances, Société Davis + Henderson, au 416-696-7700, envoyer un courriel à l'adresse investorrelations@dhltd.com ou visiter notre site Web, à l'adresse www.dhltd.com.

Profil de l'entreprise

Société Davis + Henderson

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.