Des conditions de travail exécrables au CSSS de l'Énergie

La FIQ et le SPS du CSSS de l'Énergie dénoncent la gestion improvisée de l'employeur et la dégradation des conditions de travail qui se généralise à l'ensemble des établissements du réseau public de la santé !

MONTRÉAL, le 15 avr. /CNW Telbec/ - Lors de l'Assemblée générale des membres du Syndicat des professionnelles en soins du CSSS de l'Énergie, Carole Grant, vice-présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec - FIQ et Alain Therrien, président du syndicat local, ont dénoncé la gestion arbitraire de l'employeur du CSSS et les conditions de travail exécrables des professionnelles en soins y travaillant.

"Aucune mesure n'est prise par l'employeur pour alléger le fardeau pesant sur le dos des professionnelles en soins. Dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre, la direction du CSSS ne fait preuve d'aucune vision et préfère pratiquer une gestion au jour le jour, plutôt que de s'adonner à un sérieux exercice de planification et de consolidation des postes. Résultat de cette mauvaise gestion? Nous nous retrouvons avec plusieurs postes vacants qui n'ont pas encore été réaffichés ou encore des postes contraignant les professionnelles en soins à travailler sur plusieurs sites et sur différents quarts de travail. Conséquemment, nos professionnelles ne fournissent plus et sont contraintes bien souvent contre leur gré d'effectuer des heures supplémentaires", de déclarer Alain Therrien, président du Syndicat des professionnelles en soins du CSSS de l'Énergie.

Les conditions d'exercice difficiles avec lesquelles doivent composer les professionnelles en soins ont de lourdes conséquences. "Il ne faut pas se leurrer. Dans le CSSS, il y a un roulement de personnel très élevé. Plusieurs professionnelles, à court d'option pour améliorer leur sort, quittent le réseau public et se tournent vers les entreprises privées de placement en soins pour poursuivre leur carrière. J'y vois ici une sérieuse menace à la continuité des soins et même à la pérennité de notre système public de la santé", de s'exclamer M. Therrien.

Pour la Fédération, le ministre de la Santé, M. Bolduc, ne peut plus faire la sourde oreille aux besoins criants du réseau de la santé public et doit intervenir pour rappeler l'employeur à l'ordre. "Le ministre Bolduc doit démontrer sa volonté d'améliorer les conditions de travail des professionnelles. Les infirmières, les infirmières auxiliaires, les inhalothérapeutes et les perfusionnistes membres de la FIQ proposent au gouvernement des solutions permettant d'agir directement sur l'attraction et la rétention du personnel infirmier et cardiorespiratoire en plus d'améliorer la qualité des services offerts à la population québécoise. Les usagers du système de santé public méritent de côtoyer des professionnelles en soins en santé, motivées et en nombre suffisant", de déclarer Carole Grant, vice-présidente de la FIQ.

À propos de la FIQ

La FIQ représente 58 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements de santé publics québécois.

SOURCE Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec - FIQ

Renseignements : Renseignements: Caroline Valiquette, communications FIQ, Cellulaire: (514) 796-5012


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.