Depuis 5 ans, au Québec, 51 travailleurs sont décédés après avoir fait une chute à un niveau inférieur - Un travailleur chute de son camion semi-remorque : la CNESST conclut que les moyens permettant d'accéder à l'intérieur de la semi-remorque exposent le travailleur à un danger de chute

MONTRÉAL, le 2 févr. 2016 /CNW Telbec/ - Le 9 juin 2015, un conducteur de camion semi-remorque au service de Les entreprises Bertrand Graveline, M. Jean-Pierre Dépeault, subit un accident de travail qui entraînera son décès le 11 juillet 2015. Il fait une chute au sol depuis l'arrière de sa semi-remorque. Parmi les causes à l'origine de l'accident, la CNESST conclut que les moyens permettant d'accéder à l'intérieur de la semi-remorque exposent le travailleur à un danger de chute.

La CNESST rend aujourd'hui publiques les conclusions de son enquête et rappelle à tous les employeurs leur obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires. Pour ce faire, il est essentiel de bien repérer les dangers, d'en informer les travailleurs et de mettre en place des moyens pour les éliminer. Rappelons qu'entre 2010 et 2014, au Québec, 51 travailleurs sont décédés après avoir fait une chute à un niveau inférieur.

Le conducteur chute en tentant d'accéder à l'intérieur de son camion semi-remorque par l'arrière

Le jour de l'accident, le conducteur de camion semi-remorque se présente sur les lieux de l'entreprise Fer & Métaux Américains S.E.C. vers 7 h. Il doit y récupérer un chargement de résidus provenant d'activités de recyclage de métaux, qu'il doit ensuite transporter vers un site d'enfouissement de la ville de Sainte-Sophie. Il immobilise son camion en attendant de pouvoir recevoir son chargement. Vers 7 h 05, le conducteur d'un autre camion aperçoit le travailleur étendu au sol à l'arrière de sa semi-remorque. Tout indique que celui-ci a fait une chute au sol en tentant d'accéder à l'intérieur de son camion semi-remorque en enjambant son coin arrière, du côté conducteur. Il est transporté vers un hôpital et décédera des suites de ses blessures environ un mois plus tard.

Mieux reconnaître les dangers

L'enquête a permis à la CNESST d'établir deux causes pour expliquer l'accident. D'une part, les moyens permettant d'accéder à l'intérieur de la semi-remorque exposent le travailleur à un danger de chute. D'autre part, la gestion du risque de chute associé aux moyens d'accès de la semi-remorque est déficiente.

La CNESST exige une méthode de travail sécuritaire

À la suite de cet accident, la CNESST a interdit tout accès à l'intérieur de la semi-remorque en enjambant son coin arrière, du côté conducteur. Une méthode de travail écrite est exigée de l'employeur pour accéder à l'intérieur de chacune de ses semi-remorques, et ce dernier doit en informer ses travailleurs. Enfin, il est demandé à l'employeur d'élaborer un programme de prévention en lien avec les risques propres aux activités de l'entreprise. L'employeur s'est conformé aux exigences.

Mesures de prévention

Afin d'éviter qu'un tel accident ne se reproduise, la CNESST informera des conclusions de l'enquête l'Association du camionnage du Québec, l'Association nationale des camionneurs artisans, l'Association des routiers professionnels du Québec ainsi que le Regroupement des entrepreneurs et des camionneurs indépendants du Québec afin qu'ils avisent leurs membres de leur obligation d'offrir des moyens d'accès sécuritaires aux travailleurs qui doivent accéder à l'intérieur des semi-remorques servant au transport en vrac de divers produits, matériaux et matières.

La CNESST informera aussi les fabricants concernés des conclusions de l'enquête afin de les sensibiliser à l'importance de munir leurs semi-remorques de moyens permettant aux travailleurs d'y accéder de manière sécuritaire.

Les accidents du travail, ça blesse plus de monde qu'on pense!

Chaque jour au Québec, 225 personnes se blessent en travaillant… et c'est sans compter toutes les autres personnes qui sont aussi blessées par ces accidents. Conjoints, enfants, parents, amis, collègues, patrons : tout le monde en souffre! Les accidents du travail et les maladies professionnelles peuvent être évités par une gestion permanente de la santé et de la sécurité.

L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe en vue de déceler les dangers, puis de les éliminer. Parce que le Québec a besoin de tous ses travailleurs.

Le rapport d'enquête de l'accident est accessible dans le site Web de la CNESST, à www.centredoc.csst.qc.ca/pdf/ed004078.pdf.

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail

Créée le 1er janvier 2016, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est issue du regroupement de la Commission des normes du travail (CNT), de la Commission de l'équité salariale (CES) et de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST). La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de travail.

Pour plus d'information sur la santé et la sécurité du travail, visitez notre site Web cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur facebook.com/cnesst, twitter.com/cnesst et linkedin.com/company/cnesst.

 

Source :


Patricia Darilus, responsable des communications
Direction régionale de Montréal-1
Tél. : 514 906-3176  

 

SOURCE Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements : Patricia Darilus, responsable des communications, Direction régionale de Montréal-1, Tél. : 514 906-3176


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.