Deere déclare un bénéfice de 387 millions $ au premier trimestre

- La fragilité du secteur agricole mondial a contribué à la faiblesse des résultats

- Les divisions construction et foresterie et celle des services financiers ont généré les plus importants profits

- La gestion des coûts et des actifs a progressé

MOLINE, Illinois, le 23 février 2015 /PRNewswire/ -- Le bénéfice net imputable à Deere & Company (NYSE : DE) s'est établi à 386,8 millions $, soit 1,12 $ par action, pour le premier trimestre qui s'est terminé le 31 janvier, alors qu'il se chiffrait à 681,1 millions $, ou 1,81 $ par action, à la même période l'an dernier.

Les ventes et les revenus nets à l'échelle mondiale ont diminué de 17 pour cent, pour atteindre 6,383 milliards $, en comparaison à 7,654 milliards $ l'année dernière. Les ventes nettes des activités liées aux équipements ont permis d'encaisser 5,605 milliards $ pour le trimestre comparativement à 6,949 milliards $ il y a un an.

« La performance de Deere au premier trimestre est le reflet de la conjoncture difficile du secteur agricole en général, laquelle a causé une réduction de la demande de machinerie agricole, notamment les gros modèles, ce qui a causé une baisse des ventes et des revenus », a affirmé Samuel R. Allen, président du conseil d'administration et président-directeur général. « Parallèlement, nos divisions construction et foresterie et celle des services financiers font état de profits plus élevés, illustrant les avantages de posséder une gamme de produits professionnels bien équilibrée. Nos résultats sont aussi le reflet du progrès que nous avons réalisé dans la création d'une structure de coûts plus flexible et plus souple. » 

Résumé des activités
Les ventes nettes des activités mondiales liées aux équipements ont chuté de 19 pour cent ce trimestre. Ces ventes incluent une réalisation des prix de 1 pour cent ainsi qu'un effet défavorable de la conversion des devises de 2 pour cent. Les ventes nettes d'équipements aux États-Unis et au Canada ont diminué de 14 pour cent. À l'extérieur de ces deux pays, les ventes nettes ont régressé de 28 pour cent, et un effet défavorable de la conversion des devises a causé un recul de 5 pour cent.

Les activités liées aux équipements de Deere ont généré un bénéfice d'exploitation de 414 millions $ pour le trimestre, comparativement à 891 millions $ l'année dernière. Le recul affiché lors du trimestre est principalement attribuable à la diminution du volume des livraisons et à un portefeuille de produits désavantageux, partiellement contrebalancé par une diminution des ventes et des prix de vente ainsi que la réduction des dépenses administratives et générales. Le bénéfice net des activités liées aux équipements de la société s'est élevé à 241 millions $ pour le trimestre, en comparaison à 543 millions $ en 2014.

Les services financiers ont annoncé un bénéfice net attribuable à Deere & Company de 156,8 millions $ pour le trimestre, comparativement à 142,2 millions $ l'année dernière. Cette amélioration est principalement attribuable à la croissance au sein du portefeuille de crédit et à une augmentation des marges de profit lié aux assurances, qui a été en partie contrebalancée par des écarts de financement moins favorables. L'année dernière, les résultats avaient profité d'un taux d'imposition effectif plus avantageux. 

Perspectives de la société et résumé
Les ventes d'équipements de la société devraient diminuer d'environ 17 pour cent pour l'exercice financier 2015 et chuter de près de 19 pour cent durant le second trimestre par rapport aux mêmes périodes lors de l'exercice précédent. Un effet négatif de conversion de devises d'environ 3 pour cent pour l'année entière et de 4 pour cent au deuxième trimestre a été pris en compte dans ces prévisions. Pour l'exercice financier 2015, le revenu net imputable à Deere & Company devrait s'élever à environ 1,8 milliard $. 

« Même si le secteur agricole continue de subir des reculs importants, John Deere s'attend à demeurer grandement profitable en 2015 », a soutenu Allen. « Nos prévisions reflètent des résultats supérieurs à ce que nous avons connu lors des ralentissements précédents. Elles illustrent notre réussite dans la diversification de nos sources de revenus et dans l'établissement d'un modèle d'affaires plus durable. »

À long terme, l'avenir de la société demeure très prometteur pour la clientèle et les investisseurs, selon Allen. « La croissance démographique mondiale et la hausse du niveau de vie sont de puissantes tendances qui sont largement épargnées par les fluctuations périodiques du secteur agricole. Au même moment, les plans de Deere visant à développer de nouveaux marchés et de nouvelles clientèles vont de l'avant. Pour toutes ces raisons, nous sommes persuadés que notre société obtiendra de solides rendements au cours de son cycle d'affaires et qu'elle tirera profit des besoins futurs de la communauté internationale en matière d'équipements de production. »

Rendement de la division Équipements
Équipement agricole et gazons. Les ventes ont reculé de 27 pour cent durant le trimestre, principalement en raison de la diminution des volumes de livraison, des ventes annoncées antérieurement des divisions Landscapes et Water de John Deere, et des effets défavorables de la conversion des devises. Ces facteurs ont été en partie contrebalancés par les prix de vente.

Le bénéfice d'exploitation pour le trimestre s'est chiffré à 268 millions $ comparativement à 797 millions $ l'année dernière. Ces résultats plus faibles sont principalement attribuables à la réduction du volume des livraisons et à un portefeuille de vente moins favorable, partiellement contrebalancés par une diminution des ventes et des prix de vente ainsi qu'une réduction des dépenses administratives et générales. 

Construction et foresterie. Les ventes de la division construction et foresterie ont augmenté de 13 pour cent pour le trimestre en raison surtout de la hausse des volumes de livraison. Le bénéfice d'exploitation a atteint 146 millions $ pour le trimestre en comparaison à 94 millions $ en 2014. Cette amélioration est attribuable à une hausse des volumes de livraison, partiellement contrebalancés par une hausse des coûts ventes-mesures incitatives et par les effets défavorables de la conversion de devises étrangères. 

Perspectives et conjoncture du marché
Équipement agricole et gazons. Les ventes mondiales de l'équipement agricole et gazons de Deere devraient chuter d'environ 23 pour cent pour l'exercice financier 2015, qui inclut un effet négatif de conversion de devises d'environ 4 pour cent.

Le prix plus bas des matières premières et la chute des revenus agricoles mettent de la pression sur la demande de machinerie agricole, notamment pour les gros modèles. Les conditions sont plus positives pour le secteur de la production de bétail aux États-Unis, lequel a soutenu les ventes d'équipement de plus petite taille. En tenant compte de tous ces facteurs, les ventes de l'industrie de l'équipement agricole aux États-Unis et au Canada devraient diminuer d'environ 25 à 30 pour cent en 2015.

Les ventes annuelles de l'ensemble du secteur pour 2015 dans les 28 pays membres de l'Union européenne devraient diminuer d'environ 10 pour cent en raison de la faiblesse du prix des cultures commerciales et des revenus agricoles, et de la pression mise sur le secteur laitier. En Amérique du Sud, les ventes de l'industrie des tracteurs devraient, selon les projections, diminuer de 10 à 15 pour cent en raison principalement de l'incertitude économique qui affecte le Brésil. Les ventes industrielles dans la Communauté des États indépendants devraient diminuer de façon marquée en raison des pressions économiques et du resserrement des conditions du crédit dans la région. Les ventes en Asie devraient diminuer légèrement et la majorité du déclin devrait se produire en Chine et en Inde.

Les ventes de l'industrie d'équipements d'entretien des gazons et des utilitaires aux États-Unis et au Canada devraient plafonner ou subir une légère hausse de 5 pour cent pour 2015 grâce à la croissance économique générale.

Construction et foresterie. Les ventes mondiales d'équipement de construction et de foresterie de Deere devraient subir une hausse d'environ 5 pour cent pour l'exercice 2015. Ces gains sont le reflet de la croissance économique et de la hausse des mises en chantier aux États-Unis, lesquels ont été contrebalancés en partie par une détérioration des conditions du secteur de l'énergie et des régions produisant de l'énergie. On s'attend à ce que les ventes mondiales de la division foresterie demeurent aux mêmes niveaux satisfaisants de 2014, puisque les gains aux États-Unis et en Europe sont contrebalancés par des déclins ailleurs.

Services financiers. Pour l'exercice 2015, le bénéfice net imputable aux activités des services financiers de Deere & Company devrait s'élever à environ 630 millions $. Ces prévisions traduisent l'impact attendu de l'entente annoncée précédemment visant à vendre les activités liées à l'assurance-récolte, et à la croissance du portefeuille moyen de crédit. Ces facteurs devraient être partiellement contrebalancés par des écarts de financement moins favorables, une augmentation prévue des provisions pour pertes sur créance par rapport au faible niveau de 2014, et un taux d'imposition moins avantageux. 

John Deere Capital Corporation
Les renseignements suivants sont communiqués au nom de la filiale des services financiers de la société, John Deere Capital Corporation (JDCC), conformément aux obligations d'information applicables à l'émission périodique de ses titres de créance sur le marché public.

Le bénéfice net imputable à John Deere Capital Corporation s'élevait à 133,6 millions $ pour le premier trimestre, comparativement à 136,5 millions $ l'an dernier. Les résultats plus faibles de ce trimestre sont dus principalement à un taux d'imposition effectif et à des écarts de financement moins favorables, partiellement contrebalancés par une croissance au sein du portefeuille de crédit.

Les créances et les locations nettes financées par JDCC se chiffraient à 31,508 milliards $ en date du 31 janvier 2015, comparativement à 30,019 milliards $ en date du 31 janvier 2014.

Déclaration concernant la règle refuge
La déclaration de la règle refuge en vertu de la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995 : Les déclarations contenues dans les sections « Perspectives de la société et résumé », « Perspectives et conjoncture du marché », et d'autres déclarations du présent communiqué qui font référence à des événements, attentes, tendances ou périodes d'exploitation futurs sont assujetties à des facteurs susceptibles de changer, ainsi qu'à d'importants risques et incertitudes susceptibles d'entraîner des écarts considérables entre les prévisions et les résultats réels. Certains de ces risques et incertitudes peuvent avoir une incidence sur des secteurs d'activité bien précis, tandis que d'autres peuvent avoir une incidence sur l'ensemble des activités de la société.

Les activités liées à l'équipement agricole de la société sont assujetties à un certain nombre d'incertitudes, y compris de nombreux facteurs interdépendants qui risquent d'avoir une incidence sur la confiance des exploitants agricoles. Ces facteurs comprennent la demande à l'égard des produits agricoles, les stocks mondiaux de grains, les conditions météorologiques (y compris son incidence sur la plantation et la récolte en temps opportun), les conditions des sols (notamment un manque d'humidité souterraine), le rendement des récoltes, les prix des marchandises et du bétail, les dépenses liées aux récoltes et à la production de bétail, la disponibilité du transport des récoltes, l'accroissement de l'utilisation de produits non comestibles pour certaines récoltes (y compris la production d'éthanol et de biodiésel), les valeurs des biens immobiliers, la surface disponible pour l'agriculture, les politiques gouvernementales en matière de propriété foncière, les modifications dans les programmes et politiques agricoles des gouvernements (notamment en Argentine, au Brésil, en Chine, dans l'Union européenne, en Inde, en Russie et aux États-Unis), les réactions à ces programmes à l'échelle internationale, les changements dans les programmes d'assurance du bétail et leurs effets, les accords commerciaux internationaux, les maladies animales et leurs effets sur les prix et la consommation de volaille, de bœuf et de porc, les parasites agricoles et les maladies, et le volume des exportations de produits agricoles (y compris les préoccupations à l'égard des organismes génétiquement modifiés). 

Parmi les facteurs pouvant influer sur les perspectives de la division des équipements utilitaires et gazons, mentionnons la confiance des consommateurs, les conditions météorologiques, la rentabilité des clients, les habitudes d'emprunt des consommateurs et leurs préférences d'achat, les mises en chantier, l'investissement dans l'infrastructure, les dépenses des municipalités et des terrains de golf ainsi que les coûts des intrants consommables.

Les comportements des consommateurs concernant leurs dépenses, les prix de l'immobilier et du logement, le nombre de mises en chantier et les taux d'intérêt sont particulièrement importants pour les ventes d'équipement de construction et forestier de la société. En outre, la construction d'édifices non résidentiels et publics a une incidence sur les résultats de la division de l'équipement de construction et de foresterie. Par ailleurs, les prix de la pâte, du bois d'œuvre et des panneaux de charpente sont importants pour les ventes d'équipement forestier.

L'ensemble des activités de la société et ses résultats déclarés sont touchés par la conjoncture économique générale au sein des industries et des marchés mondiaux dans lesquels la société exerce ses activités, particulièrement en raison des changements importants dans l'activité économique de ces industries et marchés; de la confiance des consommateurs à l'égard de la conjoncture économique générale; des taux de change des devises étrangères et leur volatilité, particulièrement les fluctuations de la valeur du dollar américain; les taux d'intérêt; ainsi que les taux d'inflation et de déflation. L'incertitude au sujet des dépenses et de l'imposition actuelles du gouvernement pourrait avoir une incidence négative sur l'économie, les emplois, les habitudes de dépense des consommateurs et des entreprises ainsi que les résultats de la société.   

Les activités et les résultats des clients et de la société pourraient être influencés par des changements dans les conditions climatiques (y compris les effets de la sécheresse et des conditions plus sèches que la normale sur certains marchés); la stabilité politique et sociale des marchés mondiaux dans lesquels la société exerce ses activités; les effets du terrorisme et des menaces contre la sécurité ou les réactions qu'ils engendrent; les guerres et autres conflits internationaux, et les risques de ceux-ci ou les réactions qu'ils engendrent; les désastres naturels; et la propagation d'épidémies majeures.

D'importants changements dans l'état de la liquidité du marché et le non-respect des obligations financières associées aux accords de crédit pourraient avoir une incidence sur l'accès au financement et sur les coûts de financement associés, ce qui pourrait réduire les bénéfices et les flux de trésorerie de la société. Les conditions du marché financier pourraient aussi avoir une incidence négative sur l'accès des clients au capital leur permettant d'acheter les produits de la société de même que sur la confiance des consommateurs et leurs décisions d'achat; les habitudes d'emprunt et de remboursement; ainsi que le nombre et l'ampleur des défauts de paiement ou des refus de remboursement de la part du client. Une crise d'endettement, en Europe ou ailleurs, pourrait avoir une incidence négative sur les devises, les marchés financiers mondiaux, la stabilité sociale et politique, les sources et les coûts de financement, les valeurs des actifs et des obligations, les clients et les fournisseurs ainsi que les activités et les résultats de l'entreprise. Une crise de la dette des États pourrait aussi influer négativement sur les clients, les fournisseurs, la demande d'équipement, ainsi que sur les opérations et les résultats de l'entreprise. Les activités de gestion des investissements de la société pourraient être entravées par des changements au sein des marchés des actions et des obligations, et d'autres marchés financiers, ce qui aurait une incidence négative sur les bénéfices.

Parmi les autres facteurs qui pourraient affecter de manière considérable les activités, l'accès au capital, les dépenses et les résultats de la société figurent les changements au niveau des politiques commerciales, bancaires, monétaires et fiscales du gouvernement, ainsi que leurs impacts, y compris la réforme de la réglementation financière et ses effets sur l'industrie de la finance des consommateurs, les instruments dérivés, les coûts de financement et autres domaines, ainsi que les programmes, politiques, sanctions et tarifs gouvernementaux dans des juridictions particulières ou au profit de certains secteurs ou industries (incluant les politiques protectionnistes, économiques, punitives et d'expropriation ainsi que les restrictions dans le commerce et la concession de licences qui pourraient perturber le commerce international); les mesures prises par le Federal Reserve Board des États-Unis et d'autres banques centrales; les mesures prises par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, la Commodity Futures Trading Commission des États-Unis et d'autres organismes de réglementation financière; les mesures prises par les organismes de réglementation en matière d'environnement, de santé et de sécurité, y compris celles qui sont liées aux émissions des moteurs, aux émissions de carbone et d'autres gaz à effet de serre, au bruit et au risque de changement climatique; les changements des règlements sur le travail; les changements des normes comptables; les changements dans les taux d'imposition, les devis et les règlements et les mesures prises par la société à cet effet; le respect des lois américaines et étrangères lors de l'expansion vers de nouveaux marchés; et les mesures entreprises par d'autres organismes de réglementation incluant les modifications dans les lois et les règlements qui touchent les secteurs dans lesquels l'entreprise évolue. Les sanctions commerciales, financières et les autres pénalités imposées par les États-Unis, l'Union européenne, la Russie et d'autres pays peuvent avoir des répercussions négatives sur les actifs, les opérations, les ventes, les prévisions et les résultats de la société. Les activités des clients et de la société ainsi que les résultats pourraient être affectés par des modifications dans les bandes de fréquences radioélectriques GPS ou de leurs utilisations permises.

D'autres facteurs qui peuvent avoir une incidence importante sur les résultats comprennent les innovations et les difficultés en ce qui a trait à la production, à la conception et à la technologie, y compris les prix et les contraintes liées à la capacité de production et à l'approvisionnement; la disponibilité et les prix des matériaux, des composantes et des biens entiers; les retards et les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement de la société ou la perte de solvabilité des fournisseurs; l'incapacité des fournisseurs de se conformer aux règlements, aux lois et aux politiques de la société ayant trait à l'emploi, aux droits de la personne, à la santé, à la sécurité, à l'environnement et à d'autres pratiques d'entreprise conformes à la déontologie; les événements qui peuvent entacher la réputation de la société ou de la marque; de sérieuses enquêtes, allégations, poursuites ou toute autre démarche judiciaire; la création de nouvelles usines ou de nouveaux produits; le succès d'initiatives visant à lancer de nouveaux produits et l'acceptation de ces nouveaux produits par la clientèle; les changements dans les préférences des clients à l'égard des produits et le portefeuille des ventes, que ce soit à la suite de changements dans la conception des équipements pour se conformer aux réglementations gouvernementales ou pour toute autre raison; les écarts ou les limitations dans la capacité, la vitesse et la couverture rurale à large bande nécessaires pour soutenir les solutions technologiques; la volatilité, les prix et les niveaux d'approvisionnement du pétrole et de l'énergie; la disponibilité et le coût du transport de marchandises; les mesures prises par les compétiteurs dans les différentes industries où l'entreprise entre en concurrence, particulièrement les rabais sur les prix; les pratiques des marchands surtout en ce qui a trait aux niveaux d'inventaires sur le terrain de marchandises neuves et usagées; les contrats et les relations de travail; les acquisitions et les cessions d'entreprises; l'intégration de nouvelles activités; la mise en œuvre de changements organisationnels; les difficultés liées à la transformation et la mise en place des systèmes de planification des ressources de l'entreprise qui perturbent les activités, ont une incidence négative sur les relations d'approvisionnement ou de distribution ou entraînent des coûts plus élevés que prévu; les atteintes à la sécurité ou autres perturbations de l'infrastructure informatique de la société; et les changements dans les dividendes déclarés de l'entreprise, ainsi que les émissions et les rachats d'actions ordinaires.

Les résultats de la société sont également influencés par les modifications dans le niveau et le financement des prestations de retraite des employés, les changements dans les valeurs marchandes de l'actif d'investissement, le niveau des taux d'intérêt et d'actualisation, ainsi que les taux de compensation, de retraite et de mortalité qui influent sur les frais liés aux prestations de retraite, ainsi que les changements importants des frais liés aux soins de santé, y compris ceux qui pourraient découler de mesures gouvernementales. 

La liquidité et la rentabilité actuelle de John Deere Capital Corporation et d'autres filiales de crédit dépendent en grande partie de l'accès opportun au capital dans le but de répondre aux exigences futures en termes de flux de trésorerie et d'opérations de financement, ainsi que des frais associés à la participation à des activités de financement diversifiées et au financement des achats de produits de la société. Si les conditions économiques générales se détériorent et que les marchés deviennent volatils, le financement risquerait d'être indisponible ou insuffisant. De plus, les niveaux de confiance des consommateurs sont susceptibles d'entraîner des diminutions des demandes de crédit et des augmentations des taux de défauts de paiement, ce qui pourrait avoir une incidence considérable sur les imputations et les provisions pour les pertes sur créances.

Les prévisions de la société sont fondées sur des hypothèses liées aux facteurs décrits précédemment. Ces hypothèses reposent parfois sur des estimations et des données préparées par des organismes gouvernementaux. Ces prévisions et ces données font l'objet de fréquentes mises à jour. La société ne s'engage d'aucune façon à actualiser ni à réviser ses prévisions à la lumière de nouveaux événements ou pour toute autre raison, sauf si la loi l'exige. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la société et ses activités, incluant les facteurs susceptibles d'avoir une incidence considérable sur ses résultats financiers, veuillez consulter les autres documents déposés auprès de la SEC (y compris, mais sans s'y limiter, les facteurs discutés à l'article 1A. Facteurs de risque du plus récent rapport annuel de la société sur le formulaire 10-K et du plus récent rapport trimestriel sur le formulaire 10-Q).

Communiqué de presse -- Premier trimestre 2015
(en millions de dollars)
Non audité




Trois mois se terminant

31 janvier




2015



2014



%
Variation



Total net des ventes et des revenus :










    Équipement agricole et gazons

$

4 081



$

5 596



-27



    Construction et foresterie

1 524



1 353



+13



            Ventes nettes totales

5 605



6 949



-19



    Services financiers

648



587



+10



    Autres revenus

130



118



+10



        Total net des ventes et des revenus

$

6 383



$

7 654



-17

































Bénéfice d'exploitation : *










    Équipement agricole et gazons

$

268



$

797



-66



    Construction et foresterie

146



94



+55



    Services financiers

233



182



+28



        Bénéfice total d'exploitation

647



1 073



-40



Éléments de rapprochement **

(89)



(112)



-21



Impôts sur les bénéfices

(171)



(280)



-39



        Bénéfice net imputable à Deere & Company

$

387



$

681



-43













*

Le bénéfice d'exploitation est le revenu provenant des opérations continues avant les charges du siège social, certaines charges d'intérêts externes, certains gains et pertes de change, et les impôts sur les bénéfices. Le bénéfice d'exploitation du segment des services financiers comprend les effets des charges d'intérêts, et aussi des gains et pertes de change.  



**

Les éléments de rapprochement sont principalement les charges du siège social, certaines charges d'intérêts externes, certains gains et pertes de change, et le bénéfice net attribuable à des participations sans contrôle.  

SOURCE Deere & Company

Renseignements : CONTACT : Ken Golden, directeur, relations publiques mondiales, 309-765-5678, http://www.deere.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.