Déclaration de Debbie Horrocks, présidente de l'Association des commissions
scolaires anglophones du Québec, de Sylvia Lo Bianco, vice-présidente de la
Commission scolaire English-Montréal et de Marcus Tabachnick, président de la
Commission scolaire Lester-B.-Pearson sur la solution proposée par le
gouvernement du Québec en réponse à la décision rendue par la Cour suprême
sur le projet de loi no 104

MONTRÉAL, le 2 juin /CNW Telbec/ -

    
    Notre système scolaire public anglophone prépare chacun de nos élèves
    pour un avenir valorisant et productif au Québec. Nous pensons que nous
    sommes des partenaires importants pour ériger le Québec et les
    communautés desservies. Il semble que le gouvernement ne partage pas
    cette vision. Au nom de l'Association des commissions scolaires
    anglophones du Québec (ACSAQ) et de ses deux plus importantes commissions
    scolaires membres, English-Montréal and Lester-B.-Pearson, nous sommes
    ici pour vous dire que nous sommes extrêmement déçus de la "solution" qui
    a été présentée ce matin par le gouvernement libéral en réponse à la
    décision rendue par la Cour suprême sur le projet de loi no 104.

    Nous avons porté l'affaire devant la Cour suprême pour faire valoir que
    le gouvernement du Québec a certaines obligations à l'égard de l'accès à
    l'école anglaise et la responsabilité de nous fournir les moyens
    nécessaires qui nous permettent de prospérer et d'étendre nos horizons.
    Nous avons souligné que ces obligations et responsabilités pourraient
    être respectées sans représenter aucune menace pour les protections
    légitimes et nécessaires de la langue française au Québec. La Cour
    suprême était du même avis que nous.

    Malheureusement, il semble que le gouvernement du Québec n'a pas eu le
    courage et le leadership nécessaires pour établir cet équilibre
    honorable. Ce matin, nous nous attendons à ce que de plus en plus de
    Québécois partagent notre colère et déception.

    Le gouvernement a eu l'occasion de répondre au jugement de la Cour d'une
    manière qui aurait permis aux écoles publiques anglophones du Québec
    d'inscrire quelque 500 à 800 élèves additionnels par année.
    Cela représente un réapprovisionnement pour le système scolaire
    anglophone, tandis que pour le système scolaire francophone de près d'un
    million d'élèves, cela ne demande quelques réductions modestes et faciles
    à gérer. Une fois inscrits dans nos écoles, ces diplômés auront la chance
    de maîtriser le français, de faire partie d'une des neuf commissions
    scolaires anglophones où, en moyenne, 80 % des élèves terminent leurs
    études chaque année-une cible que le gouvernement espère atteindre en
    2020. Le gouvernement aurait pu respecter la décision du gouvernement,
    tout en maintenant la protection nécessaire et légitime de la langue
    française.

    Toutefois, le gouvernement a choisi de répondre avec des sentiments
    confus qui ont si souvent affligé les gouvernements du Québec en faisant
    face aux réalités d'un Québec francophone et d'une minorité anglophone de
    plus en plus frustrée.

    Il ne fait aucun doute que notre système scolaire public anglophone,
    avec ou sans l'appui et le leadership qu'il mérite du gouvernement,
    prendra pour le présent et l'avenir la place qui lui revient dans la
    société québécoise. Cela lui permettra de produire des diplômés
    bilingues, prêts et enthousiastes à bâtir leur avenir ici. Ces diplômés
    miseront sur la bonne foi de nos concitoyens francophones pour les
    inclure dans cet avenir et ils continueront à espérer, comme nous,
    que le gouvernement, un jour, se réjouira des occasions que ces diplômés
    des écoles anglophones lui offriront. Aujourd'hui, le gouvernement n'a
    pas réussi à offrir à ces diplômés l'équité, la clarté et la justice
    qu'ils méritent.
    

SOURCE Association des commissions scolaires anglophones du Québec

Renseignements : Renseignements: Kimberley Hamilton, Directrice des communications et des projets spéciaux, (514) 849-5900, poste 225, (514) 919-3894 cell.


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.