Déclaration aux médias de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes de l'Ontario sur le début de l'enquête sur la mort de Katelynn Sampson

TORONTO, le 9 nov. 2015 /CNW/ - L'enquête sur la mort de Katelynn Sampson qui était âgée de sept ans débute aujourd'hui après une attente de plus de sept ans. Le 3 août 2008, Katelynn a été trouvée assassinée dans des circonstances horribles dans l'appartement de sa tutrice légale.

J'ai été informé du meurtre de Katelynn par un journaliste une semaine après avoir pris mes fonctions d'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes de l'Ontario. J'ai ressenti de l'horreur et de la colère en apprenant la façon brutale dont Katelynn est morte et en me demandant comment tant de paliers du système de protection semblaient avoir échoué à la protéger.

La Cour de justice de l'Ontario a approuvé le transfert de la garde de Katelynn à une amie de sa mère biologique. À cette époque, la loi n'exigeait pas que le casier judiciaire des gardiens éventuels et leur dossier dans les sociétés d'aide à l'enfance soient remis à la cour. Pourquoi? Ce n'est pas une, mais deux sociétés d'aide à l'enfance qui étaient impliquées auprès des personnes qui avaient la garde de Katelynn. Auraient-elles pu agir différemment? Le personnel de l'école avait constaté des ecchymoses à plusieurs reprises. De plus, Katelynn a été absente de l'école 60 jours entre les mois de janvier et juin.  Le Conseil scolaire du district de Toronto aurait-il pu agir autrement? Sept ans plus tard, nous voilà encore avec l'image déchirante d'une belle petite fille dont la vie s'est éteinte brutalement et la question que la plupart d'entre nous avons posée à l'époque demeure sans réponse : comment cela a-t-il pu arriver?

J'ai demandé l'ouverture d'une enquête, car nous devons cela à Katelynn et à d'autres enfants vulnérables afin de comprendre ce qui s'est passé. Les enfants comme Katelynn - qui, sans qu'ils n'y soient pour rien, se retrouvent victimes d'abus ou de négligence - méritent notre protection. Selon moi, nous - la province - n'avons pas réussi à protéger la sécurité de Katelynn et je crains que d'autres, comme Jeffrey Baldwin, soient morts et que d'autres meurent dans le futur. La mort même d'un seul enfant recevant des services de protection de l'enfance est inacceptable. Une copie encadrée du programme des funérailles de Katelynn est accrochée au-dessus de mon bureau comme un rappel quotidien que nous devons faire mieux pour les enfants vulnérables.

Pendant cette enquête, mon Bureau veillera à ce que la voix de Katelynn soit à l'avant-plan - et non reléguée aux oubliettes. Nous travaillerons avec un groupe de jeunes qui savent tous très bien, en raison des expériences qu'ils ont vécues, le genre de choses que Katelynn peut avoir vécues et les « services » qu'elle a ou n'a pas reçus. Ces jeunes courageux nous donneront leur avis sur ce que mon Bureau devrait dire et faire dans le cadre de notre participation. Nous poserons les questions difficiles. Je crois, et j'ai vu, que lorsqu'il s'agit d'enfants, nos meilleurs anges peuvent apparaître et l'occasion de changer les choses peut arriver.

Il ne fait aucun doute que l'enquête sur la mort de Katelynn sera pénible à supporter. Nous devons penser à Katelynn et exhorter le gouvernement, les prestataires de services et le public à faire en sorte que les choses changent une fois pour toutes afin que nous puissions mieux épauler nos enfants. Nous devons avoir une discussion franche et ouverte dans cette province sur la façon dont nous protégeons les enfants et dont nous soutenons les familles. D'autres, en dehors des organismes de protection de la jeunesse, doivent y participer. Faisons en sorte que l'enquête sur la mort de Katelynn marque le début de cette importante discussion. Nous pouvons mieux faire.

Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes

Le Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes relève directement de l'Assemblée législative et assure une représentation indépendante aux enfants et aux jeunes, y compris les enfants ayant des besoins particuliers et les enfants des Premières Nations. L'intervenant provincial répond aux préoccupations des enfants, des jeunes et des familles qui cherchent à obtenir ou qui reçoivent des services visés par la Loi sur les services à l'enfance et à la famille et la Loi sur l'éducation (écoles provinciales et d'application). L'intervenant provincial peut cerner les problèmes systémiques touchant les enfants, mener des examens et fournir des programmes d'éducation et des conseils sur la défense des droits des enfants. Le Bureau est guidé par les principes de la Convention relative aux droits de l'enfant des Nations Unies et croit fermement à l'engagement des jeunes.

Suivez-nous sur Twitter ou Facebook.

SOURCE Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes

Renseignements : Relations avec les médias : Bureau de l'intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes, tél. : 416-325-5669 ou 1-800-263-2841 (sans frais).

RELATED LINKS
http://provincialadvocate.on.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.