Décès d'une infirmière à London: l'AIIO en appelle des conclusions de
l'enquête du ministère du Travail

TORONTO, le 22 sept. /CNW/ - L'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario (AIIO) en appelle de la décision d'un inspecteur du ministère du Travail de ne pas rendre d'ordonnances contre le London Health Sciences Centre et de ne pas formuler de recommandations visant à améliorer les méthodes et les pratiques à la suite du décès d'une de ses infirmières autorisées, provoqué par un staphylocoque doré résistant à la méthicilline (SARM).

"Notre membre est décédée après avoir contracté le SARM, ce qui, selon l'ONA, est en partie attribuable aux pratiques de formation déficientes dans cet établissement", a déclaré la présidente de l'AIIO, Linda Haslam-Stroud, inf. aut. "Nous croyons également que les politiques, les mesures et les méthodes en matière de gestion de l'assiduité ont, tout comme la dégradation démontrée des méthodes de dépistage à cette installation, contribué à faire en sorte que notre membre se sente obligée de travailler alors qu'elle était manifestement malade."

Dans son appel, l'AIIO soutient que l'inspecteur du ministère à omis d'évaluer adéquatement les pratiques de formation et n'a pas évalué correctement la façon dont l'hôpital conçoit et met en œuvre ses politiques, mesures et méthodes en ce qui a trait à la santé et à la sécurité au travail.

L'infirmière en question est décédée en février dernier au London Health Sciences Centre. Avant son décès, elle avait été chargée, en tant qu'infirmière attitrée, de prendre soin d'un patient hospitalisé au Critical Care Trauma Centre en raison d'une infection par le SARM (une superbactérie) acquis dans la collectivité.

En raison de la politique de gestion de l'assiduité de l'hôpital, les infirmières en sont venues à croire que la direction voit d'un mauvais œil les membres du personnel infirmier qui se déclarent malades. Une infirmière autorisée a parlé à l'inspecteur du ministère d'une règle tacite selon laquelle les infirmières ne doivent pas s'absenter du travail pour cause de maladie avant une période de vacances. En effet, l'infirmière en question avait prévu prendre des vacances dans la semaine suivant les jours pendant lesquels elle avait pris soin du patient infecté par le SARM. L'infirmière autorisée est décédée six jours après.

"On ne peut passer sous silence la gravité de cet incident ni le fait que les hôpitaux doivent faire mieux au chapitre de la prévention des infections" a indiqué Mme Haslam-Stroud. "Nous savons par expérience que les éclosions de maladies infectieuses ont de sérieuses répercussions pour les infirmières pendant qu'elles prennent soin des patients, et il est particulièrement vital que les politiques en matière de santé et de sécurité soient adéquates."

L'AIIO est le syndicat qui représente 54 000 infirmières et infirmiers autorisés et membres des professions paramédicales et plus de 10 000 étudiantes et étudiants en soins infirmiers qui travaillent en milieu hospitalier, dans les établissements de soins de longue durée, en santé publique, dans les organismes communautaires, dans les cliniques et en entreprise. L'AIIO célèbre 35 années à défendre les intérêts du personnel infirmier - un passé fier, un avenir porteur.

SOURCE Association des infirmiers et des infirmières de l'Ontario

Renseignements : Renseignements: Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario, Sheree Bond, (416) 964-8833, poste 2430, Cell.: (416) 986-8240; Melanie Levenson, (416) 964-8833, poste 2369

Profil de l'entreprise

Association des infirmiers et des infirmières de l'Ontario

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.