De la maison au bureau : les employeurs canadiens interviennent en milieu de travail pour protéger leurs employés victimes de violence familiale

OTTAWA, le 25 nov. 2015 /CNW/ - Chaque soir, environ 3 300 femmes au Canada sont forcées de quitter leur foyer pour échapper à la violence familiale, selon la Fondation canadienne des femmes. En cette Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, le Conference Board du Canada publie un rapport sur les conséquences de ce problème dans les milieux de travail canadiens et sur le soutien que les employeurs peuvent apporter aux employés victimes de violence familiale.

Traditionnellement considérée comme un problème personnel ou familial, la violence familiale a aujourd'hui des répercussions croissantes en milieu de travail dans les organisations canadiennes. Cela se traduit notamment par des taux d'absentéisme plus élevés, des pertes de productivité et, dans certains cas, des problèmes de sécurité à la fois pour la victime et ses collègues.

« Malheureusement, la violence familiale est une réalité dans la société et les milieux de travail canadiens », affirme Louise Chénier, gestionnaire, Recherche sur la santé et le mieux-être en milieu de travail au Conference Board du Canada. « Les employeurs peuvent jouer un rôle en fournissant davantage de ressources et de soutien aux victimes de violence familiale. En fait, la plupart des employeurs canadiens se préparent activement à soutenir leurs employés victimes de violence familiale et à prévenir des tragédies en milieu de travail. »

FAITS SAILLANTS

  • 71 % des employeurs canadiens interrogés déclarent avoir vécu une situation où il s'avérait indispensable de protéger une victime de violence familiale.
  • La prévalence du soutien des employeurs victimes de violence familiale est similaire dans les différents secteurs d'activité.
  • La violence familiale se traduit en milieu de travail par des pertes de productivité, un taux d'absentéisme plus élevé; elle peut même, dans certains cas, affecter la sécurité des collègues de travail.
  • La violence familiale peut aussi augmenter le risque de violence physique et psychologique en milieu de travail.
  • Si de nombreux employeurs ont adopté une approche proactive en cette matière, il faudrait davantage de formation et d'éducation sur cet enjeu.

 

Fondé sur une enquête auprès des membres des réseaux de cadres de la division Recherche sur le leadership et les ressources humaines du Conference Board, le rapport conclut que 71 % des employeurs ont vécu une situation où il s'avérait indispensable de protéger une victime de violence familiale. Il n'est donc pas surprenant que 63 % des employeurs aient déclaré avoir mis en œuvre une politique en matière de violence familiale distincte ou faisant partie d'une politique plus générale sur le milieu de travail.

Si la prévalence du soutien apporté aux victimes de violence familiale est similaire dans un grand nombre de secteurs d'activité, les employés travaillant dans les services financiers, des assurances, de l'hébergement et de la restauration ainsi que du commerce de détail sont les plus susceptibles de devoir soutenir une victime de violence familiale (82 %). Ils sont suivis de près par les employés travaillant dans les domaines de la haute technologie, des services professionnels, scientifiques et techniques, des communications et des télécommunications, de même que des services publics (80 %).

Le nouveau rapport intitulé La violence familiale et le rôle de l'employeur traite du rôle déterminant que les organisations peuvent jouer pour soutenir leurs employés pendant ces périodes de crise. Voici des exemples concrets des éléments que peuvent contenir les politiques d'intervention en milieu de travail à l'égard de la violence familiale :

  • Formation à l'intention des gestionnaires et des employés;
  • Aide de suivi pour les victimes;
  • Politiques et lignes directrices en matière de congé;
  • Procédures de planification de la sécurité;
  • Meilleure communication au sujet de la disponibilité et de l'accès aux services et aux ressources telles que les programmes d'aide aux employés et à la famille (PAEF).

 

Le Conference Board organise une série d'ateliers à travers le Canada pour aider les employeurs à mieux soutenir les employés victimes de violence familiale. Pour connaître les dates et les lieux de ces ateliers, veuillez consulter notre site Web.

Suivez le Conference Board du Canada sur Twitter.

Pour les personnes intéressées par des entrevues de qualité professionnelle pour leur station, leur réseau ou leur site Internet, le Conference Board du Canada est maintenant équipé d'un studio qui permet des entrevues en duplex (frais de ligne facturés). Nous pouvons aussi vous envoyer sur demande des séquences préenregistrées.

Si vous souhaitez que votre nom soit retiré de notre liste d'envoi, veuillez adresser un courriel à corpcomm@conferenceboard.ca.

 

SOURCE Le Conference Board du Canada

Renseignements : Yvonne Squire, Relations avec les médias, Le Conference Board du Canada, Tél. : 613-526-3090, poste 221, Courriel : corpcomm@conferenceboard.ca; Juline Ranger, directrice, Communications, Le Conference Board du Canada, Tél. : 613-526-3090, poste 431, Courriel : corpcomm@conferenceboard.ca.


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.