Crise au SPVM - Le député péquiste Stéphane Bergeron doit rendre des comptes, dit la CAQ

QUÉBEC, le 28 févr. 2017 /CNW Telbec/ - « Le cynisme des vieux partis est encore mis en évidence ce matin. Le Parti québécois déchire sa chemise depuis des jours sur les allégations faites par d'ex-policiers du SPVM, mais le gouvernement qu'il formait avait pourtant été avisé de la situation dès février 2014 », a déclaré le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de sécurité publique, André Spénard. Pour la CAQ, il apparait peu probable que le député de Verchères Stéphane Bergeron, ministre de la Sécurité publique à l'époque, n'ait pas été informé d'allégations aussi graves.

Le quotidien La Presse rapporte mardi que les ex-policiers du SPVM Giovanni Di Feo et Jimmy Cacchione, qui ont sonné l'alarme publiquement la semaine dernière quant à des allégations troublantes sur le corps de police montréalais, avaient prévenu le ministère de la Sécurité publique en février 2014, alors que M. Bergeron était ministre. Cette missive de 6 pages a même fait l'objet d'un accusé de réception du ministère. Pour la CAQ, le gouvernement péquiste de l'époque aurait dû déclencher une enquête indépendante sur le champ.

« La crise au SPVM est sérieuse et sans précédent. Elle nécessite une transparence implacable. Il est primordial pour M. Bergeron de nous confirmer, d'abord, qu'il a été mis au courant de la lettre. Ensuite, qu'il nous dise à qui il en a parlé à l'époque, mais également la semaine dernière, lorsque l'affaire a été rendue publique. Est-ce qu'il a informé M. Lisée ? Si c'est le cas, comment se fait-il que M. Lisée ait laissé ses députés accuser les libéraux de ne pas déclencher d'enquête indépendante, alors qu'eux-mêmes n'en avaient pas déclenchée ? Ce serait le comble du cynisme », a déclaré André Spénard.

Rappelons qu'en novembre dernier, le péquiste Stéphane Bergeron a été forcé de quitter son poste de critique de l'opposition officielle en matière de sécurité publique puisqu'il a été révélé publiquement qu'il avait incité la Sûreté du Québec à enquêter sur des sources journalistiques à la demande de l'ex-président de la FTQ, Michel Arsenault.

Concernant les allégations très lourdes de fabrication d'éléments de preuve qui pèsent sur le SPVM, la CAQ persiste et signe : le ministre Martin Coiteux doit déclencher une enquête indépendante du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), en plus de suspendre le directeur du SPVM, Philipe Pichet.

 

SOURCE Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec

Renseignements : Pour toutes demandes d'entrevues : Ewan Sauves, Attaché de presse rédacteur, Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec, 514-585-4451, ewan.sauves@assnat.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.