Conclusions de l'enquête de la CNESST - Travailleur de la Ferme Sigi inc. coincé mortellement sous un tronc d'arbre : la formation et la supervision relatives à la sécurité des activités d'abattage en cause

LÉVIS, QC, le 23 juin 2016 /CNW Telbec/ - Le 30 juillet 2015, un travailleur au service de la Ferme Sigi inc., à Saint-Victor, perdait la vie des suites d'un accident du travail. Il s'est retrouvé coincé au sol sous un tronc d'arbre lors de travaux d'abattage manuel. À la suite de son enquête, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient entre autres causes une déficience dans la formation et la supervision relatives à la sécurité des activités d'abattage.

Au Québec, depuis 5 ans, 46 travailleurs ont perdu la vie, frappés par un objet. Seulement dans la région de Chaudière-Appalaches, trois travailleurs ont perdu la vie dans de tels accidents.

Le tronc se casse et frappe le travailleur

Au moment de l'accident, le travailleur s'affairait à l'abattage manuel d'un hêtre à l'aide d'une scie à chaîne. Après que l'arbre a été abattu, celui-ci s'est encroué dans des arbres voisins. Le travailleur a alors entrepris de tronçonner l'arbre pour le dégager. Soudainement, le tronc s'est cassé et a frappé le travailleur, le coinçant au sol. Lorsque l'employeur est arrivé sur place un peu plus tard, il a interpellé le travailleur, mais n'a obtenu aucune réponse. Il s'est dirigé vers un arbre abattu et a découvert le travailleur inanimé sous celui-ci. Les services d'urgence ont été alors appelés. Le décès du travailleur a été constaté sur place.

Trois causes expliquent l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir trois causes pour expliquer l'accident. D'abord, la technique d'abattage manuel appliquée par le travailleur a provoqué l'enchevêtrement de l'arbre lors de sa chute. Ensuite, le travailleur a été frappé par une section de l'arbre encroué lors de manœuvres de tronçonnage visant à le dégager. Enfin, la formation et la supervision relatives à la sécurité des activités d'abattage étaient déficientes.

La CNESST exige une procédure de travail sécuritaire

À la suite de l'accident, la CNESST a interdit à l'employeur Ferme Sigi inc. tous travaux d'abattage manuel. Afin que les travaux puissent reprendre, l'employeur devait, entre autres, s'assurer que la personne soit formée, qu'elle porte les équipements de protection individuelle tels que casque, lunettes de sécurité ou écran facial ou les deux, gants, pantalon certifié et bottes de sécurité, et qu'un plan d'abattage sécuritaire soit élaboré. L'employeur s'est conformé à ces exigences.

Comment éviter un tel accident

La CNESST rappelle que l'employeur doit s'assurer que tout travailleur qui effectue l'abattage manuel d'un arbre à l'aide d'une scie à chaîne doit avoir reçu et réussi une formation théorique et pratique en matière d'abattage manuel, comme le prévoit le Règlement sur la santé et la sécurité dans les travaux d'aménagement forestier (RSSSTAF) et, lors de travaux d'aménagement forestier, être titulaire d'une attestation délivrée par un organisme désigné par la CNESST. L'employeur doit également appliquer des mesures de prévention, comme le port d'équipement de protection individuelle.

Rappelons que, conformément à la Loi, tout employeur a l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires. L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer et les contrôler.

Suivis de l'enquête

Afin de sensibiliser les milieux de travail aux dangers liés aux opérations d'abattage manuel d'arbres, la CNESST transmettra son rapport au Comité paritaire de prévention du secteur forestier ainsi qu'à l'Union des producteurs agricoles du Québec (UPA) afin que leurs membres en soient informés.

De plus, le rapport d'enquête sera diffusé dans les établissements de formation offrant les programmes d'études Abattage manuel et débardage forestier, Aménagement de la forêt, Travail sylvicole, Arboriculture-élagage et Production acéricole, afin de sensibiliser les futurs travailleurs.

Pour en savoir plus
Rapport d'enquête : www.centredoc.csst.qc.ca/pdf/ed004100.pdf 
Photo (libre de droits) :
cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/communiques/PublishingImages/ferme-sigi.jpg

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail

La CNESST est issue du regroupement, le 1er janvier 2016, de la Commission des normes du travail (CNT), de la Commission de l'équité salariale (CES) et de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST). La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de normes, d'équité salariale et de santé et de sécurité du travail au bénéfice des employeurs et des travailleurs. Sa structure de gouvernance est paritaire.

Pour plus d'information, visitez notre site Web à cnesst.gouv.qc.ca. Vous pouvez également nous suivre sur facebook.com/cnesst, twitter.com/cnesst et linkedin.com/company/cnesst.

 

Source :


André S. Résendes, responsable des communications
CNESST - Direction régionale de la Chaudière-Appalaches
Tél. : 418 839-2500, poste 2577

 

 

SOURCE Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements : André S. Résendes, responsable des communications, CNESST - Direction régionale de la Chaudière-Appalaches, Tél. : 418 839-2500, poste 2577


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.