Conclusions de l'enquête de la CNESST - Décès d'un travailleur à Lac-Supérieur : un ajustement inadéquat du coulisseau sur la corde d'assurance verticale est en cause

SAINT-JÉRÔME, QC, le 14 avril 2016 /CNW Telbec/ - Le 7 décembre 2015, M. Alexis Pelletier, charpentier-menuisier au service de l'entreprise Constructions Brodeur et Brault inc., perdait la vie des suites d'un accident du travail à Lac-Supérieur. Il a fait une chute mortelle alors qu'il s'apprêtait à effectuer la pose de bardeaux d'asphalte sur la toiture d'un porche d'entrée. À la suite de son enquête, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient comme l'une des causes le fait que l'ajustement inadéquat du coulisseau sur la corde d'assurance verticale du travailleur lui a permis d'atteindre le sol au moment de sa chute.

Au Québec, depuis 5 ans, 51 travailleurs sont décédés après avoir fait une chute à un niveau inférieur. Dans la région des Laurentides, ce sont 7 travailleurs qui ont perdu la vie dans de tels accidents.

Une chute fatale

Le jour de l'accident, le travailleur s'affairait, en compagnie de collègues, à la pose de bardeaux d'asphalte sur la toiture du porche d'entrée d'un bâtiment résidentiel unifamilial situé sur le chemin des Hirondelles. Pour ce faire, le contremaître a accédé à la toiture pour installer sa corde d'assurance verticale de même que celle du travailleur. Par la suite, il a installé une échelle en bordure du toit afin que le travailleur puisse y monter les paquets de bardeaux. Des taquets ont été installés sur le versant gauche de la toiture pour maintenir les paquets et s'assurer d'un point d'appui. Le contremaître a demandé au travailleur de préparer l'autre versant de la toiture selon la même méthode. Le travailleur a procédé à l'installation de son échelle et monté les paquets de bardeaux. Il s'est ensuite rendu près du faîte du toit pour y déposer sa cloueuse pneumatique de même qu'un boyau de rechange. C'est à ce moment que le travailleur a glissé vers la bordure du toit, qu'il a tenté de se retenir avec la corde d'assurance verticale et qu'il a chuté jusqu'au sol. Les services d'urgence ont été appelés sur les lieux de l'accident. Le décès du travailleur a été constaté au centre hospitalier.

Deux causes expliquent l'accident

L'enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l'accident. D'abord, la méthode de travail pour effectuer des travaux sur une toiture en pente et glissante n'a pas permis de prévenir la glissade du travailleur et sa chute de la toiture.

Ensuite, l'ajustement inadéquat du coulisseau sur la corde d'assurance verticale du travailleur a permis à ce dernier d'atteindre le sol au moment de sa chute.

La CNESST exige une formation et une procédure de travail sécuritaire

À la suite de l'accident, la CNESST a exigé que l'employeur forme tous ses travailleurs sur les pratiques sécuritaires lors de travaux en hauteur en plus d'élaborer une procédure de travail quant aux moyens de positionnement devant être mis en place lors de travaux sur une toiture. L'employeur s'est conformé à ces exigences.

Comment éviter un tel accident

La CNESST rappelle que tous travaux en hauteur sur un chantier de construction, notamment les travaux de réfection d'une toiture, doivent s'effectuer en respect des dispositions du Code de Sécurité pour les Travaux de Construction.

Pour en savoir plus sur la prévention des accidents liés aux chutes de hauteur : http://www.cnesst.gouv.qc.ca/nepastomber.

Rappelons que, de par la loi, tout employeur a l'obligation de s'assurer que l'organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l'accomplir sont sécuritaires. L'employeur et les travailleurs doivent faire équipe pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer et les contrôler.

Suivis de l'enquête

Afin de sensibiliser les milieux de travail, la CNESST transmettra les conclusions de ce rapport à l'Association des constructeurs de routes et de grands travaux du Québec, à l'Association de la construction du Québec, à l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec, à l'Association québécoise des entrepreneurs en infrastructures, à l'Association patronale des entreprises en construction du Québec et à l'Association des entrepreneurs en construction du Québec afin que leurs membres en soient informés.

Pour en savoir plus

Rapport d'enquête : http://www.centredoc.csst.qc.ca/pdf/ed004090.pdf.

Photo (libre de droits) : cnesst.gouv.qc.ca/salle-de-presse/communiques/PublishingImages/brodeur.jpg.

La CNESST, votre porte d'entrée en matière de travail

Créée le 1er janvier 2016, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est issue du regroupement de la Commission des normes du travail (CNT), de la Commission de l'équité salariale (CES) et de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST). La CNESST offre aux employeurs et aux travailleurs une porte d'entrée unique et une expertise intégrée en matière de travail.

Pour plus d'informations, visitez notre site Web cnesst.gouv.qc.ca et suivez-nous sur facebook.com/cnesst, twitter.com/cnesst et linkedin.com/company/cnesst.

 

Source :

Caroline Ducharme, communicatrice
CNESST - Direction régionale des Laurentides
Tél. : 450 431-4000, poste 4077

 

SOURCE Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail

Renseignements : Caroline Ducharme, communicatrice, CNESST - Direction régionale des Laurentides, Tél. : 450 431-4000, poste 4077


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.