Communiqué de presse de Save the Bays : Une juge met à l'amende le fabricant de vêtements Peter Nygard aux Bahamas

L'homme d'affaires canadien est reconnu coupable d'outrage au tribunal pour dragage illégal

NASSAU, Bahamas, 8 mars 2017 /CNW/ - Le fabricant canadien de vêtements Peter Nygard s'est vu imposer une amende de 50 000 $ aujourd'hui par un juge bahamien pour ne pas avoir respecté une ordonnance de la cour exigeant la cessation du dragage nuisible à l'environnement prenant place devant sa maison de plage des Bahamas.

La juge Rhonda P. Bain de la Cour suprême a trouvé Nygard coupable d'outrage au tribunal pour avoir enfreint son ordonnance de 2013 visant à mettre un terme au dragage du fond marin en périphérie de sa propriété sur la rive ouest de l'île de Nassau. La juge Bain accorde à Nygard jusqu'au 21 mars pour payer l'amende, ou il sera incarcéré à la prison Fox Hill pendant 14 jours.

« C'est une victoire extraordinaire pour la justice environnementale des Bahamas », déclare Fred Smith, qui a défendu la cause au nom de Save the Bays (STB), un groupe local de défense de l'environnement. Au fil des années, selon M. Smith, Nygard a presque doublé la superficie de sa propriété en prélevant du sable au large des côtes pour le répandre sur la plage devant sa maison, au détriment des récifs et des milieux naturels.

« M. Nygard cause du tort à l'environnement depuis des années, mais au lieu d'appliquer la loi, le gouvernement du premier ministre Perry Christie a fermé les yeux », ajoute Smith. « Aujourd'hui, nous devrions tous remercier la Cour suprême des Bahamas pour avoir de nouveau fait observer la règle de droit et avoir tenu Nygard responsable de ses actes. »

La juge Bain a statué que Nygard doit excaver le sable empilé sur la portion de sa plage, car il enfreint l'ordonnance du 7 avril. S'il ne le fait pas, il devra verser un autre 50 000 $ d'amende plus 1 000 $ sur une base quotidienne pour chaque jour qu'il enfreint cette ordonnance. Nygard a aussi reçu l'ordre de payer les honoraires juridiques de Save the Bays.

La controverse entourant le dragage de Nygard a grandement attiré l'attention de la communauté internationale. L'année dernière, alors qu'un ministre du cabinet bahamien a lu lors d'une session du parlement des courriels volés à STB, un juge de la Cour suprême a statué que le ministre avait enfreint le droit constitutionnel du groupe à la vie privée et condamné ce dernier à payer une amende de 150 000 $. Après le verdict, le gouvernement a menacé de condamner le juge et STB pour outrage au parlement, précipitant le pays dans une crise constitutionnelle qui n'a pas encore été résolue.

La semaine dernière, dans son rapport annuel sur les droits de l'homme aux Bahamas, le département d'État des États-Unis a indiqué que « les nuages qui planent sur les groupes de la société civile semblent s'assombrir », citant « l'intimidation gouvernementale envers les organisations non gouvernementales », en référence à la lecture publique des courriers électroniques de Save the Bays.

Contact : Paco Nunez à l'adresse media@savethebays.bs

Lien connexe : http://www.savethebays.bs/

 

SOURCE Save the Bays

Profil de l'entreprise

Save the Bays

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.