Chantier naval de Lévis - Des travailleurs manifestent pour exiger d'Ottawa des contrats de construction navale

MONTRÉAL, le 5 juin 2015 /CNW Telbec/ - Des dizaines de travailleuses et travailleurs du Chantier naval Davie manifestent depuis 11 heures ce matin devant les bureaux de Steven Blaney, député de Lévis-Bellechasse et Les Etchemins et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile. Ils réclament du fédéral qu'une décision favorable et sans délais soit prise concernant l'octroi de contrats de construction de deux ravitailleurs pour l'armée canadienne. D'autres actions de visibilité sont prévues dans les prochains jours pour exiger d'Ottawa qu'il traite équitablement ces travailleurs comparativement à ceux des chantiers d'Halifax et de Vancouver qui ont reçu, en 2011, plus de 30 milliards de dollars en contrats fédéraux.

« Ça fait des mois que nous sonnons l'alarme concernant l'urgence d'assurer la pérennité du chantier Davie, lance Gaétan Sergerie, président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon inc. (CSN). Déjà, environ 200 mises à pied ont eu lieu récemment et si rien n'est fait rapidement, d'autres vont s'ajouter, faute de contrats d'approvisionnement fédéraux. Le ministre Steven Blaney dit depuis des mois que la Davie a fait ses preuves. Alors, il doit être conséquent et agir pour que le gouvernement fédéral nous accorde les contrats de construction des ravitailleurs. C'est l'avenir du chantier qui est en jeu ! »

La réaction syndicale est d'autant plus légitime que le Chantier de Lévis, le plus important au Canada, a reçu en février dernier la mention « Meilleur constructeur naval nord-américain » par Lloyd's List North American Maritime Awards 2015, devant la General Dynamics NASSCO, un important constructeur de navires militaires des États-Unis. Pour Gaétan Sergerie, « le gouvernement fédéral n'a strictement aucune raison pour refuser de considérer notre chantier dans l'attribution des contrats. Il doit rendre rapidement une décision à cet effet.  »

Pour Michel Tétreault, représentant de la Fédération de l'industrie manufacturière (FIM), affiliée à la CSN : « Le gouvernement fédéral, par l'entremise de son ministre Steven Blaney, a lui-même reconnu, au printemps 2014, que le chantier Davie avait la capacité et l'expertise nécessaires pour répondre aux besoins en matière de construction de navires de qualité au pays. Il nous l'a reconfirmé encore lors d'une rencontre privée tenue le 7 avril dernier à Lévis alors qu'il était question du développement de ce dossier névralgique pour les travailleurs, pour la région et pour le Québec. Le Chantier Davie Canada doit enfin être reconnu comme un acteur sérieux et crédible de l'industrie navale canadienne. »

Le syndicat estime que depuis le rachat et la relance du chantier Davie par le groupe Inocea, toutes les conditions gagnantes ont été mises en place pour assurer la bonne conduite des contrats, peu importe le type de navires. Quelque 750 travailleurs s'affairent à la production de cinq navires d'importance, dont trois bateaux de haute technologie voués à l'exploration pétrolière en haute mer et deux traversiers pour le compte du gouvernement du Québec.

Pour Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches : « Ottawa doit cesser de dire que le dossier Davie est toujours à l'étude alors que des centaines de personnes sont sans emploi depuis maintenant trois semaines. Cela est d'autant plus choquant et injuste que les chantiers d'Halifax et de Vancouver, qui sont surchargés de contrats, ne réussissent même pas à respecter les échéanciers établis lors de l'octroi des contrats, ce qui entraîne des coûts supplémentaires importants pour les contribuables. »

Le message livré par les travailleurs est sans équivoque, selon Ann Gingras : « Ce que les travailleurs du chantier naval de Lévis sont venus dire aujourd'hui et qu'ils diront tout au long de la semaine prochaine et le temps qu'il faut, c'est qu'ils ont le droit, eux aussi, d'obtenir des contrats fédéraux. Ce n'est ni de la charité ni des cadeaux, mais un traitement équitable qui est exigé, l'injustice et la discrimination ayant assez perduré ! »

Pour Jean Lortie, secrétaire général du comité exécutif de la CSN : « Il est essentiel que la politique des quatre « E » s'applique dans le dossier du Chantier naval de Lévis. D'abord :

  • l'Équité dans l'octroi des contrats canadiens.
  • l'Efficacité parce qu'on est le meilleur chantier en Amérique du Nord.
  • l'Emploi parce que c'est important pour l'économie régionale.
  • le quatrième « E », si ça ne fonctionne pas, ce sera les Élections au mois d'octobre ! »

À propos de la FIM-CSN
Le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN) représente quelque 750 membres. Il est affilié à Fédération de l'industrie manufacturière de la CSN (FIM-CSN) qui compte plus de 30 000 membres au Québec, ainsi qu'au Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN). Pour sa part, la CSN regroupe plus de 300 000 membres présents dans tous les secteurs d'activité tant privés que publics.

 

SOURCE CSN

Renseignements : François Forget, conseiller au Service des communications de la CSN, 514 212-7383, francois.forget@csn.qc.ca

LIENS CONNEXES
www.csn.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.