Budget électoral de Denis Coderre : l'heure des bilans

MONTRÉAL, le 30 nov. 2016 /CNW Telbec/ - À la lecture du plus récent budget de la Ville de Montréal, l'Opposition officielle constate à quel point Denis Coderre a versé dans un exercice de marketing plutôt que dans un processus de rigueur budgétaire. « Ce qu'on nous a présenté aujourd'hui n'est rien de plus qu'un écran de fumée. Alors que le maire se vante d'une faible augmentation de taxes, on constate que dans les faits, la taxe des résidents est quatre fois plus élevée que l'inflation. Alors que le maire affirme faire preuve d'une gestion responsable, on constate une forte augmentation des dépenses et une création de postes autour de sa personne. Le maire ne s'est pas non plus attaqué aux enjeux qui plombent les finances de la Ville, comme les heures supplémentaires et le coût des travaux », a dénoncé Luc Ferrandez, chef intérimaire de Projet Montréal.

Le quatrième budget du maire est à l'image de son mandat, qui a été marqué par une gestion improvisée et un manque de courage politique. « Denis Coderre a échoué dans tous les dossiers qui nécessitaient du leadership politique afin d'améliorer la situation budgétaire de la Ville et d'offrir un répit aux Montréalais. Il a accepté des coupes de Québec en échange de nouveaux pouvoirs qui ne sont jamais venus. Il n'est pas allé chercher de nouvelles sources de revenus pour diminuer la dépendance de Montréal à la taxe foncière. Il a abandonné les commerçants écrasés par les taxes. Il a coupé dans les services de proximité pendant qu'il multipliait le nombre de hauts fonctionnaires autour de sa personne. Le maire Coderre a fait preuve de lâcheté tout au long de son mandat et c'est ce que les Montréalais retiendront en novembre 2017 », a déclaré Laurence Lavigne Lalonde, vice-présidente de la Commission sur les finances et l'administration.

Une dépendance à la taxe foncière néfaste

En dépit de la promesse du maire Coderre de réduire la dépendance de Montréal à la taxe foncière, la Ville continue de s'appuyer largement sur celle-ci pour équilibrer son budget. « Le maire Coderre n'a jamais posé de geste concret pour développer de nouvelles sources de revenus. Le budget présenté aujourd'hui démontre que ce sont encore les propriétaires montréalais et les petits commerçants qui feront vivre la Ville pendant la prochaine année. La pression sur les contribuables est immense », a dénoncé Sylvain Ouellet, membre de la Commission sur les finances et l'administration.

Aucun répit pour les commerces de proximité

Projet Montréal déplore d'ailleurs que le fardeau fiscal des commerçants montréalais continue de s'accroître avec le nouveau budget de l'administration Coderre. « Le maire Coderre continue d'affamer les commerçants locaux parce qu'il a refusé de revoir le calcul de la taxe d'affaires montréalaise. Ceux-ci font donc les frais de la hausse constante de la valeur de leurs locaux, en plus de n'avoir aucun répit quand des travaux viennent nuire à leurs affaires. Pire, le présent budget donne un répit aux grandes surfaces tout en taxant davantage les commerces indépendants. Par exemple, un Tim Horton's verra son compte de taxes diminuer de 2% tandis qu'un café local devra payer 3% de plus. Il est grand temps de revoir la fiscalité non résidentielle à Montréal afin de corriger ces iniquités et permettre aux commerçants de souffler », a soutenu Sylvain Ouellet.

Des arrondissements affamés pour le bien de la cour du maire

Depuis 2013, le maire Coderre a fait passer le nombre de hauts fonctionnaires qui travaillent autour de lui de 14 à 33. Pendant ce temps, le nombre d'employés qui travaillent dans les arrondissements à offrir les services aux citoyens fond comme neige au soleil. « Plutôt que de faire le ménage à l'hôtel de ville, comme il avait pourtant promis, Denis Coderre a bâti une superstructure autour de lui et coupé dans les finances des arrondissements. C'est comme ça que des arrondissements se sont retrouvés à devoir réduire les heures d'ouverture des bibliothèques et des piscines, faute de budget. Et quand des arrondissements, faute de mieux, se résolvent à imposer une taxe locale, aussi minime soit-elle, ils reçoivent des volées de bois vert. Le maire Coderre gère la Ville comme sa cour arrière », a ajouté Laurence Lavigne Lalonde.

Un budget déconnecté de la réalité

L'administration Coderre est complètement déconnectée de la réalité des Montréalais, dénonce le chef intérimaire de Projet Montréal. « Pendant que des Montréalais sont aux prises avec des problèmes de salubrité dans leur logement, pendant que des bâtiments patrimoniaux tombent sous le pic des démolisseurs, Denis Coderre se paie des projets comme la Formule électrique et se réserve des millions de dollars pour ses lubies passagères. C'est une gestion complètement déconnectée de la réalité des Montréalais », a conclu Luc Ferrandez.

 

SOURCE Ville de Montréal - Opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal

Renseignements : Marie-Eve Gagnon, Attachée de presse, Cabinet de l'opposition officielle, 514 872-0247 / 514 516-3120, marie-eve.gagnon@ville.montreal.qc.ca

RELATED LINKS
ville.montreal.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.