Bras de fer entre Greenpeace et Resolu - Il est temps de mettre un terme au dialogue de sourds qui menace les travailleurs, estime la FIM

MONTRÉAL, le 25 mars 2016 /CNW Telbec/ - La FIM-CSN estime que le dialogue de sourds qui dure entre Greenpeace et Resolu doit cesser immédiatement, ce qui serait bénéfique pour les dizaines de travailleurs et travailleuses œuvrant dans les différentes installations de la compagnie.  Depuis plus d'un an, les deux protagonistes se livrent une guerre où chacun campe sur ses positions en ignorant les nuances essentielles pour faire évoluer le débat.

La FIM-CSN a toujours maintenu une position critique dans ce conflit, tant envers Resolu qui refusait de prendre les responsabilités qui lui incombaient qu'envers Greenpeace qui semblait ignorer l'impact de ses actions sur les travailleuses et les travailleurs qui vivent de la forêt boréale. Sensible aux enjeux environnementaux, convaincue qu'il est possible, voire nécessaire, que ces enjeux se conjuguent à ceux du maintien de bons emplois dans les régions concernées, la FIM-CSN juge cependant que ce sont les travailleurs et les travailleuses qui sont les premières victimes de cette crise stérile dans laquelle les deux belligérants nous enfoncent depuis plusieurs mois. « Toute cette énergie pourrait être tellement plus utile si les deux parties acceptaient de s'asseoir sérieusement, de s'écouter et de travailler de façon proactive à la recherche de solutions, plutôt que de continuer à s'invectiver sur la place publique, comme c'est le cas actuellement », déplore Alain Lampron, président de la FIM-CSN.

Malheureusement, depuis plus d'un an, ils agissent à coup d'informations biaisées et d'accusations, et il est difficile de s'y retrouver. Ce débat polarise de plus en plus les différents intervenants et les amalgames sont nombreux. Pour la FIM-CSN, à part créer davantage de divisions, ce débat ne mène plus nulle part et il faut y mettre fin. L'organisation syndicale réitère sa demande d'une démarche de concertation entre Résolu, le gouvernement du Québec et les communautés autochtones pour permettre à l'entreprise de retrouver sa certification dans les plus brefs délais.

La FIM-CSN invite le gouvernement du Québec à prendre les devants et à convoquer, dans les meilleurs délais, les différents intervenants pour une sortie de crise. Resolu, pour sa part, doit impérativement mettre de côté son intransigeance et accepter de participer à ces démarches essentielles pour reprendre la certification FSC qu'il a perdue. Le rapport Bergeron, publié plus tôt cette semaine, confirme que la perte définitive de la norme FSC mettrait en péril les activités des usines de pâtes et papiers, déjà fragilisées par la décroissance du marché des papiers journal et d'impression (annuaire, circulaire, etc.). « Le gouvernement provincial doit imposer la conciliation et proposer des solutions pour assurer la récupération définitive des normes FSC pour les activités de Résolu au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Notre appel, comme celui de l'organisation FSC, n'ont pas trouvé écho parce que Resolu ne veut pas s'y soumettre. Seule une intervention du ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs pourrait mener à une entente entre les parties. Une fois cette norme récupérée, Greenpeace ne pourra que respecter l'engagement de l'ensemble des acteurs pour une foresterie durable et certifiée », a noté Alain Lampron.

La FIM-CSN invite également Resolu à faire preuve de leadership en modernisant ses usines et en innovant, ce qui lui permettrait de consolider les emplois et peut-être même d'en créer davantage, tout en respectant l'environnement. « Le gouvernement provincial vient justement d'annoncer d'importantes sommes d'argent dans l'industrie forestière, notamment pour le soutien à l'innovation. Récupérer les certifications et travailler au développement et à l'innovation dans le secteur, voilà deux éléments essentiels à une sortie de crise favorable aux salarié-es , aux Autochtones et à l'environnement », affirme Alain Lampron.

À propos
La Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN) qui rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. La FIM est présente dans l'ensemble du secteur forestier.

Fondée en 1921, la CSN est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux.

 

SOURCE CSN

Renseignements : Jonathan Aspireault-Massé, Service des communications de la CSN, Cellulaire : 514 378-1753, Bureau : 514 598-2159, Jonathan.aspireault-masse@csn.qc.ca

RELATED LINKS
www.csn.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.