Bilan de l'année - Les chemins de fer canadiens espèrent obtenir de meilleurs
résultats en 2010

OTTAWA, le 30 déc. /CNW/ - Après avoir connu un parcours difficile tout au long de 2009, attribuable au ralentissement économique mondial qui a fait baisser la demande en matière de transport, les chemins de fer marchandises et voyageurs du Canada envisagent, avec espoir, de meilleurs résultats en 2010.

Cliff Mackay, président-directeur général de l'Association des chemins de fer du Canada, a déclaré : "Tous les signes indiquent que le trafic ferroviaire marchandises a touché le fond pendant l'été, puis a commencé à se redresser. Il faudra peut-être un ou deux ans avant que l'activité puisse revenir aux niveaux de pointe du milieu des années 2000."

En 2009, VIA Rail et les exploitants de services de trains de banlieue du pays ont bénéficié de l'injection de fonds indispensables de la part du gouvernement, qui contribueront à les remettre sur la bonne voie en vue de répondre aux attentes de leur clientèle croissante. On a dénombré 72,3 millions de voyageurs en 2008 pour l'ensemble des services ferroviaires intervilles, de banlieue et touristiques, et ce nombre continue de croître."

Le gouvernement fédéral a affecté une enveloppe de quelque 900 M$ uniquement à VIA Rail Canada pour la revitalisation de ses locomotives et de ses voitures, la construction de gares et l'ajout de voies à des points névralgiques pour les services intervilles partout au Canada.

Il faudra encore une ou deux années à VIA pour réaliser tous ses projets de renouvellement. Mais une fois ceux-ci terminés, la société sera, dit-elle, en excellent état et prête à accroître la fréquence de ses trains dans le corridor Ontario-Québec achalandé et à offrir de meilleurs services dans ses dessertes transcontinentales de l'est et de l'ouest.

Les gouvernements fédéral et provincial ont annoncé un important appui financier aux projets liés aux trains de banlieue, comme une rénovation complète de la gare Union au centre-ville de Toronto afin d'assurer une meilleure correspondance avec les services voyageurs de GO Transit et de la Toronto Transit Commission. Le réseau de voies ferrées et l'immeuble de la gare Union de Toronto sont en cours de reconstruction afin de pouvoir recevoir un trafic voyageurs accru.

Pendant la nouvelle année, on pourrait finalement voir un peu plus clair dans la question de transport public la plus discutée, soit les possibilités de dessertes par trains à grande vitesse entre Québec, Montréal, Ottawa, Toronto et Windsor. Les résultats d'un examen technique de 3 M$ des études sur les services à grande vitesse effectuées sur une vingtaine d'années seront présentés aux gouvernements du Canada, de l'Ontario et du Québec d'ici le printemps, ce qui devrait préparer la voie pour la prise de décisions plus tard dans l'année.

Par ailleurs, les transporteurs de marchandises ont vu leur trafic reculer de plus de 25 % pendant le premier semestre de 2009, la récession ayant fait chuter la demande internationale de charbon, de soufre et d'autres marchandises d'exportation ainsi que le transport des produits conteneurisés en provenance et à destination du Canada.

On peut considérer comme des signes d'amélioration le nombre de locomotives et de wagons qui ont été sortis d'entreposage vers la fin de 2009 en raison de la légère hausse des activités. La vigueur de la demande pour les céréales et les produits de culture spéciale du Canada a constitué l'un des éléments encourageants pour les transporteurs en 2009. Parmi les nouveaux marchés prometteurs pour les chemins de fer, notons celui de l'éthanol et des granules de bois qui sont utilisés dans les centrales électriques.

Il existe toutefois une inconnue pour le secteur ferroviaire, ce sont les engagements que le Canada prendra dans le cadre d'une entente internationale sur la réduction des émissions de carbone. De l'avis de nombreux observateurs, l'empreinte écologique favorable du secteur, découlant notamment de l'entente avec le gouvernement en vue de réduire les émissions des locomotives et de sa capacité de retirer du trafic voyageurs et marchandises du réseau routier encombré, le place en bonne position pour obtenir du trafic en période de reprise économique.

Les chemins de fer devraient aussi en tirer un grand avantage lorsque les programmes du gouvernement fédéral visant l'expansion des infrastructures et la stimulation de l'économie battront leur plein en 2010. Ces programmes pourraient entraîner une hausse du trafic des chemins de fer pour l'acheminement des matériaux destinés aux projets de construction partout au pays.

Les 53 chemins de fer du Canada assurent le transport de 75 % du trafic marchandises au Canada ainsi que de 72,3 millions de voyageurs, mais ils ne produisent que trois pour cent des émissions de gaz à effet de serre. Chaque jour, ils font circuler en moyenne 775 trains au Canada ainsi que 100 trains qui franchissent la frontière entre le Canada et les États-Unis.

SOURCE Association des chemins de fer du Canada

Renseignements : Renseignements: Personne-ressource pour les médias: Roger Cameron, Association des chemins de fer du Canada, (613) 564-8097, rogerc@railcan.ca

Profil de l'entreprise

Association des chemins de fer du Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.