Bilan 2010 des perspectives du marché du travail pour les jeunes diplômés -
Malgré la crise, 86 programmes affichent le plein emploi - Le bogue de 2012
toujours en vue

MONTRÉAL, le 18 janv. /CNW Telbec/ - Contre toute attente, le placement des finissants de 2008 et de 2009 a relativement peu souffert de la récession. Les diplômés de 86 programmes (48 formations universitaires, 27 formations collégiales techniques et 11 formations professionnelles) se trouvent même en situation de plein emploi, avec un taux de chômage entre 0 et 4 %. C'est même une légère hausse par rapport à l'an dernier, selon l'enquête terrain de Jobboom.com : "Dans certains domaines, comme l'informatique ou l'usinage, le ralentissement économique a simplement diminué un écart important entre le nombre d'offres d'emploi et de diplômés", a expliqué Patricia Richard, directrice générale des contenus - national pour Jobboom.com, à l'occasion du dévoilement de la 13e édition du Bilan des perspectives du marché du travail.

La conférence de presse marquait également le lancement de l'ouvrage Les carrières d'avenir 2010. L'événement s'est tenu à l'École des métiers du meuble de Montréal, en présence de Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec; Gaëtan Boucher, président-directeur général de la Fédération des cégeps; Daniel Duranleau,commissaire et vice-président de la Commission scolaire de Montréal; Monique Laurin, directrice générale, Collège Lionel-Groulx; Josiane Moisan, vice-présidente Dotation, Relève et Carrière Desjardins, Mouvement Desjardins; Gérald Guérin, directeur de l'École des métiers du meuble de Montréal et Patricia Richard, directrice générale des contenus, Jobboom.com. Sam Hamad, ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, était présent par l'entremise d'un message vidéo.

Trois à quatre offres d'emploi par diplômé

"Par exemple, a poursuivi madame Richard, l'École de technologie supérieure a reçu, en 2009, de 3 à 4 offres d'emploi pour chacun de ses 53 finissants en génie des technologies de l'information, comparé à 11 pour chacun en 2008, a poursuivi madame Richard. C'est une diminution de l'écart entre l'offre et la demande qu'on peut attribuer à la récession. L'écart pourrait se creuser à nouveau lors de la reprise, puisque l'industrie des technologies de l'information et des communications compte créer quelque 60 000 postes dans la province d'ici cinq ans."

"Par ailleurs, les inscriptions ont chuté de 65 % depuis sept ans dans le programme de formation professionnelle Techniques d'usinage, ce qui a créé une rareté de cette main-d'œuvre qualifiée ainsi que dans d'autres programmes apparentés, situation que la récession a quelque peu atténuée."

Le bogue de 2012 toujours en vue

"La marche vers ce que nous avons déjà appelé "le bogue de 2012", moment pressenti où la population active des 15 à 64 ans devrait commencer à diminuer de façon marquée au Québec, sera peut-être ralentie par la récession, mais ce que nous observons depuis près d'une décennie, tant d'un point de vue sectoriel que régional, confirme la tendance vers le manque, voire les pénuries de main-d'œuvre, certaines étant déjà bien identifiées. Ce phénomène va évidemment accentuer les difficultés déjà ressenties à former une relève suffisante, surtout dans certains secteurs de la formation professionnelle et technique", a commenté madame Richard.

Ainsi, malgré la diminution enregistrée de l'écart entre l'offre et la demande dans certains secteurs, une quarantaine de programmes de formation professionnelle, technique et universitaire continuent d'afficher plus d'offres que de diplômés disponibles.

Par exemple, le placement des diplômés du DEC Technologie de la mécanique du bâtiment devrait demeurer au beau fixe pour les prochaines années. Avec de très petites cohortes d'étudiants - quatre diplômés en 2009 au Cégep de Trois-Rivières, une dizaine au Cégep de Limoilou -, les établissements d'enseignement voient entrer un nombre disproportionné d'offres d'emploi : il y en a eu 17,8 par étudiant à Trois-Rivières! Les technologues en mécanique du bâtiment entretiennent et réparent les systèmes de ventilation ou de réfrigération, par exemple, évitent à leurs employeurs de coûteux travaux de remplacement. Ils leur permettent aussi de réduire la consommation d'énergie de leurs bâtiments, un atout en temps de crise.

Les sortants du diplôme d'études professionnelles (DEP) Conduite de procédés de traitement de l'eau et du DEC Assainissement de l'eau sont toujours aussi recherchés. Chacun de ces programmes ne se donne que dans un seul établissement d'enseignement, alors que les besoins sont grands dans les municipalités de toute la province. En 2009, le Centre de formation professionnelle Paul-Gérin-Lajoie, en Montérégie, a reçu une centaine d'offres pour ses 38 diplômés du DEP, alors que le Cégep de Saint-Laurent en a affiché au moins 45 pour ses 23 finissants du DEC.

Les diplômés en administration et en comptabilité n'ont pas senti les impacts de la récession, eux non plus. Le DEC Techniques de bureautique attire relativement peu d'élèves en comparaison avec le nombre d'offres d'emploi. Le Cégep de Lévis-Lauzon en reçoit une dizaine par mois, alors qu'il n'avait que sept finissants du profil Coordination de bureau en 2009. Tous les bacheliers en sciences comptables de l'Université du Québec en Outaouais et de l'Université du Québec à Trois-Rivières se sont placés, les entreprises étant à la recherche de comptables pour contrôler les dépenses et assurer un retour à la rentabilité.

D'autres exemples :

    
    Formation professionnelle
    -------------------------
    

Mécanique de machines fixes : environ 70 offres d'emploi pour 35 diplômés au Centre de formation professionnelle de Lachine.

Production laitière : 50 offres d'emploi pour 9 diplômés au Centre Forgescom d'Alma. Les 3 diplômés du Centre Frère-Moffet, en Abitibi-Témiscamingue, se sont tous placés sans problème.

Régulation de vol : une trentaine d'offres d'emploi pour 20 diplômés au Centre de formation en transport de Charlesbourg.

    
    Formation collégiale
    --------------------
    

Paysage et commercialisation en horticulture environnementale : plus de 100 offres d'emploi pour les 13 finissants du Collège Montmorency, à Laval.

Techniques d'éducation spécialisée : 75 offres d'emploi pour 26 diplômés au Cégep de La Pocatière.

Techniques d'hygiène dentaire : une soixantaine de postes affichés pour environ 30 diplômés au Collège Édouard-Montpetit, à Longueuil.

    
    Formation universitaire
    -----------------------
    

Écologie : 70 postes affichés pour 30 diplômés à l'Université de Sherbrooke.

Orthophonie : 118 employeurs ont envoyé des offres d'emploi à l'Université Laval pour les 26 finissants à la maîtrise en orthophonie.

Psychoéducation : 100 offres d'emploi pour 8 diplômés à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Le "cas" de la santé : des déséquilibres inquiétants

Pressée à la fois par les nombreux départs à la retraite et la hausse accélérée des besoins en raison du vieillissement de la population, la demande en santé demeurera très forte, voire préoccupante au cours des prochaines années : "selon les prévisions de la Fédération interprofessionnelle de la santé, il manquera 5 500 infirmières dans le réseau en 2010-2011. Or, le pic des prises de retraites ne sera atteint qu'en 2012, ce qui laisse entrevoir un manque à gagner encore plus important", affirme Patricia Richard.

Les besoins de personnel qualifié s'étendent à d'autres spécialités moins connues, dont plusieurs nécessitent une formation collégiale technique de trois ans. "Le Cégep de Rosemont est le seul à dispenser le diplômé d'études collégiales (DEC) Audioprothèses. Il n'a qu'une dizaine de diplômés par an, ce qui a créé une pression sur les employeurs et fait grimper les salaires de 30 % en dix ans", illustre Patricia Richard.

Un seul cégep, celui d'Ahuntsic, offre le DEC Techniques d'électrophysiologie médicale, dont les élèves commencent presque tous à travailler dans leur domaine dès la fin de leur première année d'études. Les cinq à six offres d'emploi que reçoit le collège chaque semaine pour ces étudiants restent donc lettre morte. "On note un grand déséquilibre entre l'offre et la demande de diplômés en hygiène dentaire et en inhalothérapie, deux formations de niveau collégial. Les diplômés de la formation professionnelle en assistance technique en pharmacie vivent la même demande, tout comme les finissants universitaires en médecine et en orthophonie, entre autres", ajoute Patricia Richard.

Pas sortis du bois

Certains domaines ont tout de même vu une baisse marquée de la demande de main-d'œuvre en 2009. C'est le cas de l'aérospatiale, qui a perdu de 20 à 25 % de sa main-d'oeuvre. "Le placement a diminué dans toutes les spécialités de la formation professionnelle et collégiale. La situation devrait toutefois se redresser avec la reprise économique, le Québec demeurant le cinquième centre en importance dans le monde pour l'industrie aérospatiale. Par ailleurs, de plus en plus d'entreprises se spécialisent en entretien et réparation d'aéronefs, ce qui fournit des emplois aux tôliers, aux monteurs de câbles et de circuits et aux techniciens en avionique, entre autres", dit Patricia Richard.

La foresterie a encore quelques années difficiles devant elle, selon les économistes interrogés par Jobboom.com. La refonte du régime forestier fournira toutefois de l'emploi aux ingénieurs forestiers, qui sont autorisés à déterminer quelle quantité de bois peut être récoltée sur un territoire. Il ne faut pas oublier, aussi, que les manœuvres du secteur vieillissent et qu'ils devront être remplacés au cours des prochaines années.

Les mines du Québec ont dû éliminer quelque 2 500 postes en 2009, alors que les nouveaux projets d'exploitation n'en ont créé que 1 000. Cette situation, causée par la baisse du prix des métaux sur les marchés internationaux pendant le ralentissement économique, n'a épargné que les mines d'or. Le placement des diplômés du DEC Extraction du minerai s'en est ressenti : seuls 80 % des finissants se sont placés, alors que les établissements d'enseignement prévoyaient un score à 90 %. Les bacheliers en génie minier, eux, se placent sans peine puisqu'ils sont très peu nombreux : deux à l'Université Laval, aucun à Polytechnique Montréal en 2009. La reprise économique attendue devrait toutefois redonner de la vigueur à l'industrie, et faire augmenter les offres d'emploi.

Pour en savoir plus

Le guide Les carrières d'avenir 2010 découle d'une importante enquête menée entre juin et novembre 2009 auprès de quelque 400 intervenants des milieux industriel, professionnel et scolaire. L'ouvrage de plus de 300 pages regroupe les statistiques les plus récentes, ainsi que les analyses et l'information essentielles à la compréhension du marché du travail québécois.

    
    - Une sélection de 180 formations gagnantes
    - L'emploi dans les 17 régions du Québec
    - Une tournée de 21 secteurs d'activité importants

    Des dossiers éclairants
    Organiser sa vie d'étudiant
    - Déménager ou pas?
    - Équilibrer son horaire entre les études et le travail
    - Obtenir un stage d'observation et en profiter

    Réorienter sa carrière
    - Toutes les étapes pour une transition réussie
    

Deux bourses d'études à gagner!

Jobboom.com, en collaboration avec Desjardins, offre aux étudiants la possibilité de

gagner l'une des deux bourses de 2 000 $ chacune. Le concours se termine le 26 février 2010. Le tirage aura lieu le 1er mars 2010. Tous les détails dans le guide Les carrières d'avenir 2010.

Les carrières d'avenir 2010, Les éditions Jobboom, 330 pages, 18,95 $

Les éditions Jobboom est une division de Jobboom.com, le site d'emploi de Canoe.ca.

À propos de Canoe.ca

Filiale de Quebecor Media, Canoe.ca est un chef de file du média interactif au Canada, tant sur la scène locale que nationale, en offrant des nouvelles, du divertissement et des services qui contribuent à informer et à faire interagir les Canadiens. Selon les données de novembre 2007 de la firme comScore Media Metrix, Canoe.ca reçoit plus de 8,8 millions de visiteurs uniques par mois au Canada, dont plus de 4,4 millions au Québec. Ce portail comprend Canoe.ca, La Toile du Québec (toile.com), ARGENT (argent.canoe.ca), ainsi que les sites de TVA (tva.canoe.ca) et de LCN (lcn.canoe.ca). Canoe.ca propose également des services en ligne se rapportant à l'emploi et à la formation (jobboom.com), à l'habitation (micasa.ca), à l'automobile (autonet.ca), aux rencontres (reseaucontact.com), aux petites annonces (vitevitevite.ca) et aux solutions publicitaires.

SOURCE Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ)

Renseignements : Renseignements: Andrée Peltier, Relations publiques Andrée Peltier, (514) 846-0003, Cellulaire: (514) 944-8689, apeltier@ca.inter.net; Caroline Lemieux, Attachée de presse, Fédération des commissions scolaires du Québec, (418) 651-3220, Cell.: (418) 570-9716; Source: Jobboom.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.