Bannissement des sacs de plastique : Brossard ferme les yeux sur les faits - La ville devra faire face à une augmentation de 700 % des sacs à déchets et des GES

SAINT-HUBERT, QC, le 4 févr. 2016 /CNW Telbec/ - Non seulement la décision de la Ville de Brossard de bannir les sacs d'emplettes de plastique à compter de l'automne 2016 n'a fait l'objet d'aucune analyse d'impact socio-économique ni d'aucune consultation publique, mais l'Association canadienne de l'industrie des plastiques (ACIP) a relevé plusieurs erreurs de faits et des choix démontrant une méconnaissance des pratiques en développement durable dans son Règlement REG-351 (pages 99-103) rendu public le 19 janvier dernier.

« Brossard doit tenir compte des faits et de la science avant d'interdire un produit et de nuire considérablement à l'environnement, a dit Marc Robitaille, membre de l'ACIP et président-directeur général d'Omniplast. Le projet de règlement est un véritable château de cartes, basé sur de la mauvaise information ni aucune recherche et consultation publique. Absolument rien ne justifie la décision de Brossard et nous leur demandons de ne pas aller de l'avant avec le bannissement. »

L'ACIP invite donc les élus à prendre connaissance des corrections et notes explicatives dans le PDF joint à ce communiqué, dont les suivantes :

 

-

La définition même du sac de plastique est inexacte : selon la municipalité, le sac de plastique est conçu pour un usage unique (Chapitre 1).
Les sacs de plastique ne sont pas à usage unique. Ils sont à usages multiples et variés. Dans les faits, 60 % des sacs sont réutilisés deux fois ou plus (pour les déchets domestiques, les lunchs, etc.). 93 % des sacs de plastique sont réutilisés ou recyclés.



-

La Ville de Brossard indique « que le nombre de sacs de plastique en circulation sur le territoire du Québec se compte par plusieurs milliards ». (Considérant)
Dans les faits, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec a rapporté en 2012 qu'il y avait un milliard de sacs de plastique en circulation au Québec, soit une baisse de 52 % entre 2007 et 2010.



-

La Ville de Brossard considère « l'impact négatif de la production reliée aux sacs de plastique de même que ses impacts lorsqu'ils sont rejetés dans l'environnement ». (Considérant)
Dans les faits, toutes les solutions envisagées par la Ville de Brossard (sacs de papier, sacs réutilisables, sacs en tissu, etc.) génèrent plus de déchets et d'émissions de gaz à effet de serre que les sacs de plastique - 32 % de plus de sacs de poubelles et 700 % plus de papier après le bannissement.




Les sacs réutilisables ne peuvent pas être recyclés au Québec et se retrouvent dans les ordures. Un sac réutilisable en coton doit être réutilisé 131 fois pour avoir le même impact qu'un seul sac en plastique utilisé une seule fois. Les sacs de plastique ne représentent plus que 0,27 % des déchets dans les sites d'enfouissement. (Éco Entreprises Québec et Statistiques Canada)



-

Dans son règlement, la Ville de Brossard exempte les sacs en papier. Les sacs en papier sont l'un de ses sacs de choix. (Chapitre 2)
Les sacs en papier sont à usage unique et leur fabrication requiert quatre fois plus d'eau que celle des sacs en plastique. Un sac en papier a une empreinte écologique plus importante. Il pèse jusqu'à sept fois plus qu'un sac de plastique, ce qui se traduira par une augmentation de 700 % du volume de déchets et de recyclage et une augmentation de 700 % des gaz à effet de serre pour la Ville.

 

« Nous comprenons mal la volonté d'empêcher les citoyens de réutiliser et de recycler leurs sacs de plastique, des habitudes qui sont pourtant bien ancrées aujourd'hui dans le quotidien des gens et qui correspondent aux meilleures pratiques de développement durable, a expliqué Marc Robitaille. De plus, le recyclage des sacs de plastique ne coûte rien aux municipalités puisque c'est notre industrie qui finance cette activité au Québec depuis 2013. »

À propos de l'Association canadienne de l'industrie des plastiques
L'Association canadienne de l'industrie des plastiques est la voix nationale de l'industrie des plastiques au Canada, représentant les intérêts des transformateurs, des fournisseurs de matériaux, des fabricants d'équipement et des propriétaires de marques partout au Canada depuis 1943.

 

SOURCE Association canadienne de l''industrie du plastique

Lien URL du PDF : http://stream1.newswire.ca/media/2016/02/04/20160204_C6651_PDF_FR_613242.pdf

Lien URL du PDF : http://stream1.newswire.ca/media/2016/02/04/20160204_C6651_PDF_FR_613239.pdf

Renseignements : Pour information ou demande d'entrevue : ZONE FRANCHE, Guy Litalien, 514 772-4008, glitalien@zonefranche.ca ; Marie-Philip Leduc, 514 317-5715, poste 213 ou 514 267-3619, mpleduc@zonefranche.ca

Profil de l'entreprise

Association canadienne de l''industrie du plastique

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.