Affaire Patrick Lagacé - La CAQ réclame une enquête publique sur la surveillance des journalistes par les services policiers

QUÉBEC, le 1 nov. 2016 /CNW Telbec/ - L'ordinateur d'un journaliste du Journal de Montréal perquisitionné, le téléphone d'un chroniqueur de La Presse mis sous écoute, d'autres journalistes possiblement sous surveillance : rien ne justifie cette intrusion délibérée dans la liberté de presse. Pour le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, le comité annoncé par Philippe Couillard est insuffisant. Il importe d'instituer très rapidement une enquête publique sur l'espionnage des journalistes par les services policiers.

Il est inacceptable que des enquêteurs aient accès aux données téléphoniques d'un journaliste seulement pour identifier des sources à l'intérieur d'un corps de police. L'Affaire Lagacé n'est pas simplement préoccupante, elle fragilise notre démocratie et nos institutions, a souligné François Legault, qui presse le gouvernement à envoyer le bon message.

« Une enquête publique pourra forcer tout le monde à témoigner pour qu'on sache combien de journalistes ont été surveillés. Philippe Couillard préfère nommer un groupe d'experts. La liberté de presse ne profite pas seulement aux journalistes : c'est aussi un élément fondamental de notre démocratie. Le premier ministre doit démontrer du leadership, prouver que la liberté de presse est protégée en posant les gestes qui s'imposent. Il doit accepter de faire la lumière et non se fermer les yeux sur cette atteinte à la liberté de presse », a déclaré François Legault.

Le député de L'Assomption a rappelé les propos inquiétants du chef de police du Service de police de la Ville de Montréal, Philippe Pichet, qui disait avoir « un travail à faire » et qu'il « avait suivi les règles ».  « Comme Jean Charest au début du scandale de la construction, Philippe Couillard refuse d'aller chercher toutes les réponses. Le premier ministre ne semble pas comprendre toute la gravité de la situation. Il préfère passer la balle au maire de Montréal, préfère garder le chef de police jusqu'au printemps, le temps que son comité lui fournisse des recommandations. Ce n'est pas ça que les Québécois veulent. Ils souhaitent savoir ce qui s'est réellement passé. Il doit prendre le taureau par les cornes pour une fois. Je lui propose de déclencher une enquête publique sur la surveillance des journalistes par les services policiers », a réitéré François Legault.

 

SOURCE Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec

Renseignements : Émilie Toussaint, Attachée de presse, Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec, 418-446-1383, etoussaint@assnat.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.