Adoption de la Loi québécoise visant à renforcer la lutte contre le tabagisme - Une avancée majeure dans la lutte contre le cancer

QUÉBEC, le 26 nov. 2015 /CNW Telbec/ - C'est avec une immense satisfaction que la Société canadienne du cancer (SCC) - Division du Québec accueille l'adoption de la Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme, attendue depuis 5 ans déjà. Elle félicite la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, pour cette loi robuste et audacieuse qui inclut plusieurs précédents mondiaux. « Le tabagisme est la première cause de mortalité évitable au Québec et, à lui seul, est responsable du tiers des cancers. La législation sur le tabac est un outil capital dans la lutte contre le cancer. Aucune autre mesure de prévention ne permet de sauver autant de vies. Avec la Loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme, le gouvernement Couillard frappe un grand coup », déclare Suzanne Dubois, directrice générale de la SCC - Division du Québec.

La SCC souhaite souligner le travail de tous les membres de la Commission de la santé et des services sociaux qui ont œuvré à cette nouvelle mouture de la loi - adoptée à l'unanimité - qui aura un impact majeur. D'ici 5 ans, le gouvernement prévoit qu'il y aura 430 000 fumeurs en moins au Québec, ce qui permettra d'éviter des dizaines de milliers de décès prématurés, d'éviter des souffrances et d'alléger considérablement le fardeau des coûts de santé sur les finances publiques.

Des mesures nécessaires et des premières mondiales
Chaque semaine au Québec, 250 jeunes tombent dans le piège du tabagisme en moyenne à l'âge de 13 ans. Dorénavant, il sera beaucoup plus difficile pour l'industrie du tabac de rendre ses produits attrayants pour les jeunes. « Quand on a 12 ans, commencer à fumer n'est pas un choix, mais une arnaque. Adolescente, j'ai été une victime ciblée des cigarettiers et j'ai bien failli y passer. Fumer, c'est perdre en moyenne dix années de vie et vivre une vieillesse exécrable : cancer, douleurs extrêmes, emphysème, AVC, perte de capacité, la liste est trop longue », explique Micheline Bélanger, ex-fumeuse, survivante d'un cancer du poumon et qui vit avec des séquelles pulmonaires permanentes.

Présente en commission parlementaire et sur le terrain, la SCC s'est fait le porteur des demandes de la population : plus de 55 000 Québécois ont signé sa pétition demandant au gouvernement d'adopter des mesures fortes de lutte contre le tabagisme. À cette adhésion populaire s'ajoutait l'appui de 64 organismes, fédérations, associations et ordres professionnels. Deux mesures principales pour lesquelles la SCC revendique depuis plus de 5 ans ont été entendues et intégrées dans la loi :

  • Interdiction du tabac aromatisé : les saveurs seront interdites, incluant le menthol, extrêmement populaire chez les jeunes.
  • Mesure sur l'emballage : le Québec est le premier endroit au monde à imposer une taille minimale de cette importance pour les mises en garde sur les paquets de cigarettes.

« L'industrie le sait bien : les produits aromatisés sont une porte d'entrée majeure vers le tabagisme. Il en va de même pour les paquets effilés de cigarettes ultraminces s'apparentant à un bâton de rouge à lèvres, qui visent les jeunes filles. Ces produits seront désormais interdits », précise Mélanie Champagne, directrice des Questions d'intérêt public à la SCC. 

D'autres mesures revendiquées par la SCC ont également été intégrées à la loi :

  • Encadrement de la cigarette électronique : la loi encadre la vente aux mineurs ainsi que la publicité/promotion, en plus d'interdire d'associer des marques de tabac aux cigarettes électroniques. Cette mesure, proposée par la SCC en commission parlementaire, barre la route aux compagnies de tabac qui voudraient instaurer ici le même stratagème qu'aux États-Unis où les cigarettes et cigarettes électroniques peuvent être commercialisées sous une même marque.
  • Accroissement des espaces sans fumée: il ne sera plus possible de fumer dans un véhicule lorsqu'un enfant de moins de 16 ans est présent, sur les terrasses de bars et restaurants, dans les parcs pour enfants et terrains sportifs, entre autres.

Le cancer du poumon tue deux fois plus de femmes que celui du sein, et 4 fois plus d'hommes que celui de la prostate. « Dans l'avenir, il faudra que le gouvernement s'attaque rapidement au prix du tabac, le plus bas et le moins taxé de tout le Canada. On sait hors de tout doute que la hausse de prix est l'un des meilleurs outils pour convaincre les fumeurs d'écraser, et les jeunes de se tenir loin de ce poison mortel », souligne Mélanie Champagne.

À propos de la Société canadienne du cancer
Avec l'appui de 300 000 donateurs annuels et de 30 000 bénévoles, la Société canadienne du cancer (SCC) est l'organisme québécois lié au cancer qui a le potentiel de sauver le plus de vies. Chaque année, quelque 135 000 Québécois se tournent vers elle. La SCC met donc tout en œuvre pour faire grimper le taux de survie global du cancer, actuellement de 63 %, à 80 %, d'ici 2030.

L'argent recueilli par la SCC permet :

  • de prévenir plus de cancers et d'exiger des lois qui protègent la santé;
  • de financer davantage de projets de recherche;
  • de soutenir plus de personnes touchées par le cancer.

Sauvons plus de vies. Visitez cancer.ca ou appelez-nous au 1 888 939-3333.

 

SOURCE Société canadienne du cancer (Division du Québec)

Renseignements : Mélanie Champagne, directrice, Questions d'intérêt public, Société canadienne du cancer - Division du Québec, Téléphone : 514 651-1470, mchampagne@quebec.cancer.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.