Accident sur l'autoroute 40 : le système d'alerte de la Ville a échoué

MONTRÉAL, le 10 août 2016 /CNW Telbec/ - À la suite de l'accident survenu sur l'autoroute 40 hier, Projet Montréal demande à la Ville de Montréal de revoir son protocole pour la gestion des situations d'urgence, en particulier son système de communication avec la population. En effet, la Ville n'a pas activé son système d'avis à la communauté alors que le protocole le prévoit pour ce type d'urgence. L'Opposition officielle souhaite également que la Ville évalue la mise en place de mesures de mitigation supplémentaires au cas où l'autoroute 40 demeure fermée plusieurs jours.

Hier, alors qu'un épais panache de fumée survolait la ville, Montréal a complètement échoué le test en ce qui a trait aux communications avec les résidents en situation d'urgence. « La population aurait dû être informée des mesures de précaution à prendre dans les instants suivant l'accident, ce qui n'a pas été le cas. C'est un très mauvais test de réalité pour ce système dont l'objectif est justement d'intervenir dans de telles situations. On s'attendait à ce que le maire nous offre des explications sur ces ratés, mais il a préféré nier le problème, ce qui laisse présager qu'il n'y aura aucune amélioration du système. C'est préoccupant », déplore Laurence Lavigne Lalonde, conseillère de Maisonneuve-Longue-Pointe.

Communications d'urgence : 4 heures pour réagir

Il est clairement indiqué sur le site internet de la Ville de Montréal et du Centre de coordination des mesures d'urgence (CCMU) que des actions claires doivent être prises en cas d'accident impliquant le transport de matières dangereuses sur l'autoroute 40. La population est tenue d'être informée par différents moyens, tels que par téléphone, SMS et alerte Twitter. « Nous ne pouvons pas nous expliquer pourquoi le service de messagerie d'urgence est demeuré muet tout au long du feu. Les résidents de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension ont dû patienter pour avoir des informations concernant la contamination possible du réseau d'aqueduc et la dangerosité du panache de fumée », poursuit Laurence Lavigne Lalonde.

Ce n'est qu'à 20 h que le CCMU a émis une communication, soit 4 heures après les événements. Il va de soi que cela aurait dû être fait dans les instants suivant le déclenchement du feu. Projet Montréal s'inquiète donc que le système de communication de la Ville ne soit pas en mesure de gérer de futures crises qui requerraient une communication immédiate avec la population. « Si un incident majeur avait eu lieu dans l'est de Montréal, là où des raffineries sont situées à proximité de quartiers résidentiels, est-ce que la Ville aurait attendu des heures avant de réagir et de communiquer avec les résidents? Plutôt que d'ignorer le problème, le maire doit saisir cette occasion pour améliorer le processus », ajoute Laurence Lavigne Lalonde.

Davantage de mesures de mitigation demandées

Les mesures annoncées par la Ville pour palier la fermeture de l'autoroute en direction ouest se résument actuellement au retour à l'offre de transport en commun qui prévalait avant le début de l'été, ce qui est insuffisant si la fermeture dure plusieurs jours. « La Ville devrait immédiatement entrer en contact avec des partenaires institutionnels et privés afin de créer des stationnements incitatifs et de mettre en place un réseau de navettes se rabattant sur les stations de métro », ajoute Peter McQueen, porte-parole de l'Opposition officielle en matière d'infrastructures.

Lors de la tragédie du viaduc de la Concorde en 2006, la Ville de Laval et le ministère des Transports du Québec avaient prolongé la voie réservée sur le boulevard des Laurentides en plus de mettre en place un stationnement incitatif de 400 places au cinéma Guzzo. Un service de navette par voie réservée complétait le trajet jusqu'au métro Henri-Bourassa lors des périodes de pointe. « Cette gestion de la circulation nous apparaît un bon exemple à suivre si la présente situation perdure plusieurs jours », ajoute le conseiller de Notre-Dame-de-Grâce.

 

SOURCE Ville de Montréal - Opposition officielle à l'Hôtel de Ville de Montréal

Renseignements : Marie-Eve Gagnon, Attachée de presse, Cabinet de l'opposition officielle, 514 872-0247 / 514 516-3120, marie-eve.gagnon@ville.montreal.qc.ca

RELATED LINKS
ville.montreal.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.