À quelques semaines de l'échéance du 1er juin, les mesures spéciales du fédéral pour la régularisation des 3000 ressortissants haïtiens et zimbabwéens ne donnent pas les résultats escomptés

MONTRÉAL, le 16 avril 2015 /CNW Telbec/ - Environ 3 000 ressortissants haïtiens doivent régulariser leur statut d'ici au 1er juin suite à l'annonce de la levée du moratoire sur leur renvoi par le gouvernement fédéral en décembre 2014.

Les organismes qui les accompagnent dans leur démarche de régularisation sont extrêmement inquiets.

Après quatre mois, seulement environ 400 dossiers ont commencé à être traités et à peine 25 transmis aux autorités fédérales sur un total estimé de 1500, cela malgré une extension des heures d'ouverture des organismes (ouverture en soirée et les fin de semaine). Chaque demande individuelle nécessite trois rendez-vous et totalise plus de 20 heures de travail. En effet, chaque personne devant déposer une demande de résidence permanente pour des raisons humanitaires auprès du gouvernement canadien doit fournir des preuves écrites à la fois des raisons qui empêchent son retour dans son pays d'origine (titres de propriétés, photos de l'habitation dévastée, situations familiales, etc.) et de sa bonne intégration à la société d'accueil (lettres de professeurs, d'employeurs, d'organismes de bénévolat, etc.)

Afin de traiter toutes les demandes en rencontrant l'échéance du 1er juin, il faudrait des centaines de bénévoles déjà formés à ce processus complexe, à temps plein.

La lourdeur et la complexité du processus ainsi que les délais beaucoup trop courts imposés par les autorités gouvernementales laissent présager qu'il sera humainement impossible de traiter autant de dossiers en si peu de temps. 

Selon Marjorie Villefranche, directrice générale de la Maison d'Haïti : « Notre plus grosse crainte est que nous vivions un second drame humanitaire après celui du séisme de 2010, de voir expulsées du Canada des centaines de familles bien intégrées, au Québec depuis des années, qui n'auront pas été en mesure de compléter leur demande de résidence permanente à temps. »

Les organismes œuvrant auprès des personnes touchées par la levée du moratoire demandent au ministre de l'Immigration, monsieur Chris Alexander, de s'engager à deux mesures: prolonger la fin des mesures de 3 mois supplémentaires, et alléger les procédures requises pour compléter les demandes de résidence permanente.

Les organismes ont exprimé ces craintes au ministre dès l'annonce de la levée du moratoire, et à plusieurs reprises depuis. Ils sonnent aujourd'hui publiquement l'alarme car sans ces deux engagements, il leur apparait impossible d'octroyer aux ressortissants haïtiens et zimbabwéens qui ont été accueillis dans l'urgence au Canada une juste chance de régulariser leur statut.

 

SOURCE Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI)

Renseignements : Marjorie Villefranche 514-754 6734 ou Stephan Reichhold 514-791 2455

LIENS CONNEXES
www.tcri.qc.ca

Profil de l'entreprise

Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI)

Renseignements sur cet organisme

Maison d'Haïti

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.