18 décès en trois mois au Centre multivocationnel Claude-David : Un autre rapport dévastateur de la Protectrice du citoyen : Lisette Lapointe dénonce l'incurie du gouvernement

MONTRÉAL, le 24 janv. 2012 /CNW Telbec/ - En mars dernier, la députée de Crémazie, Lisette Lapointe, alertée par l'appel au secours de travailleurs du centre multivocationnel Claude-David, à Repentigny, s'est rendue sur les lieux en compagnie du député de l'Assomption, Scott McKay. Quinze décès étaient survenus en moins de 3 mois dans ce centre et la députée a pu constater sur place que les conditions de vie des 60 personnes âgées qui y avaient été transférées en catastrophe étaient inacceptables. « C'est pourquoi, j'ai officiellement signalé cette situation à la Protectrice du citoyen dont le rapport, rendu public hier est dévastateur », a indiqué la députée.

En novembre 2010, l'urgence de l'hôpital Pierre-Le-Gardeur vivait une crise de débordement sans précédent avec plus de 80 patients en attente d'hébergement. Il y avait 90 patients à l'urgence dont 43 nécessitant un lit de courte durée. La Direction nationale des urgences du Ministère de la santé a alors sommé le CSSS du Sud de Lanaudière de prendre les mesures nécessaires et ce, sans délai, afin de désengorger l'hôpital Pierre-Le-Gardeur. Il a donc été décidé de transférer 60 personnes aînées dans une unité désaffectée de l'ancien hôpital Le Gardeur de Repentigny. La situation était très certainement pénible pour ces personnes âgées, clouées sur un lit d'hôpital, mais ce qui les attendait était pire encore.

L'Unité a donc été ouverte le 13 décembre 2010. Entre le 13 et le 23 décembre, soit en moins de 10 jours ouvrables, 60 personnes y ont été transférées. Au 31 mars 2011, quinze résidents de l'Unité étaient décédés. Au moment de la 1e visite de l'équipe du Protecteur du citoyen, début avril, on dénombrait 18 décès, soit 3 de plus et 3 autres étaient anticipés à très court terme, nous indique le rapport.

En mars dernier, Lisette Lapointe a fortement dénoncé cette situation à l'Assemblée nationale : « On a déplacé ces personnes en perte d'autonomie dans une aile désaffectée non adaptée et non rénovée de l'ancien hôpital, où elles sont carrément entassées à trois et même quatre par chambre avec une toilette commune à l'extérieur de la chambre. C'est un véritable nid à infections: rien pour contrôler la contagion, des conditions de misère », a-t-elle martelé.

« Le rapport de la Protectrice du citoyen est sans équivoque : le ministère de la santé est clairement blâmé. Il a voulu désengorger l'urgence de l'hôpital Le Gardeur rapidement et ce, au détriment de la sécurité des personnes âgées qui allaient être transférées dans des délais déraisonnables, dans des locaux et avec un personnel soignant qui n'étaient pas prêts à les accueillir convenablement, en toute sécurité. On a aujourd'hui la preuve que des décès auraient pu être évités. C'est absolument inacceptable » a ajouté la députée.

Lisette Lapointe reproche au ministre de la Santé de tolérer et même de cautionner une gestion-catastrophe, à courte vue du réseau de la santé, où les personnes âgées sont souvent prises en otage. « En deux ans comme porte-parole de l'opposition officielle pour les aînés, j'ai dénoncé, semaine après semaine, des cas de négligence grave, des décès qui auraient pu, qui auraient dû être évités : 28 décès en 28 mois sont survenus dans des résidences privées ou des Centres d'hébergement publics pour cause de négligence entre octobre 2009 et février 2011. Négligence confirmée par des rapports du  coroner ou de la Protectrice du citoyen. « Il faut que ça cesse », s'est indignée la députée.

« Il faut absolument que le gouvernement, dont la responsabilité première est la sécurité de ses citoyens, fasse un sérieux examen de conscience. Le premier ministre, le ministre de la Santé, la ministre déléguée aux Services sociaux et la Ministre des aînés doivent impérativement en tirer des leçons et s'engager à donner les instructions nécessaires afin que plus jamais de pareilles situations ne se reproduisent» a-t-elle ajouté. Lisette Lapointe offre ses regrets sincères aux familles touchées par cette bien triste histoire et tient à leur assurer qu'elle continuera de faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les personnes aînées.

La députée de Crémazie tient à souligner à nouveau le travail remarquable qu'effectue la Protectrice du citoyen et toute son équipe, chaque fois qu'une situation nécessite son intervention. Dans le cas présent, elle a produit un rapport très éclairant sur la situation vécue par les personnes âgées au centre multivocationnel Claude-David, tout en intervenant tant au niveau correctif que préventif.

SOURCE Lisette Lapointe, députée de Crémazie

Renseignements :

Catherine Berbery
Bureau de Lisette Lapointe
514-717-5843

Profil de l'entreprise

Lisette Lapointe, députée de Crémazie

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.