« Des wagons défectueux transportent des matières dangereuses », prévient le
BST

GATINEAU, QC, le 25 août /CNW/ - Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) déclare que des dizaines de milliers de wagons défectueux transportent peut-être des marchandises dangereuses dans tout le Canada.

Dans son rapport d'enquête final (R09W0016) sur l'accident survenu en 2009 près de Dugald au Manitoba, le BST indique qu'une longrine tronquée défectueuse est passée inaperçue. Résultat, un wagon-citerne contenant 51 500 livres de propylène liquide inflammable s'est séparé du reste du train avant de finir par s'immobiliser. La longrine tronquée est la partie du wagon dans laquelle est inséré le système d'accouplement et qui permet de raccorder les wagons-citernes entre eux.

Bien que le train ait réussi à s'immobiliser sans dérailler, le BST soutient que l'absence de protocole formel pour enregistrer et signaler les défaillances de longrines tronquées pourrait faire en sorte que des pièces fissurées ne soient pas détectées et que d'autres accidents se produisent.

Environ 41 000 wagons-citernes sont munis de ce modèle de longrine tronquée en Amérique du Nord. Environ 35 000 de ces wagons sont affectés au transport des marchandises dangereuses, indique Rob Johnston, directeur intérimaire des enquêtes (Rail et pipeline). Ces wagons représentent 13 % de la population totale de wagons citernes, mais ils comptent pour 34 % des cas de fissuration de longrine tronquée et pour 100 % des cas de rupture de longrine tronquée relevés au Canada. Ces chiffres sont alarmants et ne doivent pas être ignorés.

Le BST ajoute que dans beaucoup de cas, l'organisme de réglementation, c'est-à-dire Transports Canada, n'était pas au courant des défaillances de longrines tronquées ou possédait peu de renseignements à ce sujet, ce qui a permis au problème de passer inaperçu.

Quand il s'agit de wagons-citernes et de matières dangereuses, ce qu'on ne sait pas peut parfois nous faire du tort, ajoute Rob Johnston. Pour lutter contre ce problème, le Bureau recommande que Transports Canada se charge d'assurer la coordination auprès de l'industrie ferroviaire et des autres organismes de réglementation nord-américains concernant la question du signalement des défaillances de longrines tronquées.

À ce risque s'ajoute le fait que les trains sont plus longs et plus lourds que jamais, ce qui les rend plus difficiles à maîtriser, indique le Bureau. Le Bureau constate avec inquiétude que les longrines tronquées conçues selon des critères plus anciens sont plus susceptibles de subir une défaillance dans les conditions qu'impose le milieu opérationnel actuel avec des trains plus longs et plus lourds.

Avant le milieu des années 1990, les trains affectés au service en voie principale avaient une longueur moyenne d'environ 5000 pieds et un poids moyen de 6000 à 7000 tonnes. De nos jours, certains trains mesurent plus de 12 000 pieds et pèsent plus de 10 000 tonnes.

C'est toute une différence, explique Rob Johnston. Les critères de conception des trains et des wagons devront être améliorés pour faire en sorte qu'ils évoluent au même rythme que les exigences opérationnelles, sinon des accidents risquent de se produire. Cette question est une préoccupation de sécurité majeure.

Plus tôt cette année, le Bureau ayant déterminé que « la conduite de trains plus longs et plus lourds » constituait un problème de sécurité, il a ajouté ce problème à sa liste de surveillance.  Cette liste, qui énumère les neuf problèmes de transport qui posent les plus grands risques aux Canadiens et Canadiennes, offre également plusieurs solutions, notamment procéder à une meilleure formation des trains plus longs et plus lourds, et effectuer des évaluations détaillées des risques lorsque les méthodes d'exploitation sont modifiées.

Entretemps, il reste du travail à faire, déclare Rob Johnston. La recommandation que nous faisons aujourd'hui, ajoute-t-il, est un premier pas dans la bonne direction. Pour rehausser la norme de sécurité, il faut mobiliser non seulement Transports Canada, mais aussi l'industrie ferroviaire.

Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements sur la liste de surveillance, consulter le site href="http://www.bst-tsb.gc.ca/eng/surveillance-watchlist/index.asp">http://www.bst-tsb.gc.ca/fra/surveillance-watchlist/index.asp.

Vous pouvez également consulter le communiqué de presse, la galerie de photographies et le rapport d'enquête final R09W0016 sur le site Web du BST à l'adresse href="http://www.tsb.gc.ca">http://www.bst-tsb.gc.ca

SOURCE Bureau de la sécurité des transports du Canada

Renseignements : Renseignements:

Relations avec les médias
Bureau de la sécurité des transports du Canada
819-994-8053


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.