Un véritable leadership peut venir à bout de la crise des emplois au Canada



    TORONTO, le 28 août /CNW/ - Les dirigeants énergiques réussissent à
galvaniser les gens indépendamment de leur revenu, de leur origine, de leur
classe sociale ou de leur sexe. L'ancien président des TCA, Walter Reuther,
appartenait à cette catégorie de dirigeants, et il a été l'un des
intellectuels les plus novateurs du XXe siècle. Alors que le monde se relevait
de la Deuxième Guerre mondiale, les idées ingénieuses et mobilisatrices de M.
Reuther ont convaincu des centaines de milliers de gens au Canada et aux
Etats-Unis qu'une qualité de vie élevée, un salaire vital et l'égalité sociale
étaient des objectifs atteignables pour lesquels il valait la peine de se
battre.
    Alors que nous célébrons le 100e anniversaire de naissance de M. Reuther
en ce jour de la fête du Travail, les Canadiens font face à l'une des crises
de l'emploi les plus dévastatrices des dernières décennies dans le secteur
manufacturier. Les travailleurs et leur famille risquent de perdre les gains
acquis depuis l'époque de M. Reuther.
    En moins de cinq ans, 300 000 emplois manufacturiers ont disparu de notre
économie. Jusqu'à présent, en 2007, plus de 70 000 emplois ont été éliminés -
et l'année n'est pas encore terminée.
    Contrairement aux ralentissements économiques du passé, cette crise
survient alors que le Canada est censé jouir d'une période de prospérité.
Notre dollar s'envole, le chômage recule et les bénéfices des sociétés
grossissent.
    Pourquoi, alors, assistons-nous à des fermetures d'usine et à des
licenciements sans précédent? Les travailleurs perdent de bons emplois et se
retrouvent devant peu de solutions de remplacement. Des familles sont
déchirées par la recherche d'emploi. Le financement des services locaux se
tarit parce que les emplois bien rémunérés disparaissent. Les travailleurs
vieillissants hésitent à prendre leur retraite parce que leurs pensions sont
sous-financées; pour les travailleurs plus jeunes, les véritables possibilités
d'emploi semblent être de plus en plus rares.
    Pourtant, le gouvernement fédéral conservateur refuse d'admettre
l'existence d'un problème. Il n'assume aucune responsabilité pour cette crise
nationale qui résulte directement d'une mauvaise planification et d'erreurs de
jugement flagrantes des dirigeants politiques.
    Voici l'exemple le plus récent : le gouvernement fédéral a décidé
d'octroyer un contrat d'équipement militaire de 14 millions de dollars à un
fabricant allemand, n'accordant aucune considération à trois excellents
fabricants canadiens d'autobus. Cela est inacceptable.
    Les achats faits par le gouvernement avec l'argent des contribuables
canadiens constituent l'une des façons les plus simples de soutenir les
travailleurs et l'industrie du Canada - nous avons tout intérêt à le faire.
    Les défis auxquels nous sommes confrontés sont immenses, mais si nous ne
retenons qu'une seule chose des leçons de Walter Reuther, c'est que rien n'est
impossible si nous oeuvrons ensemble.
    Les TCA ont mené une vaste campagne qui a attiré l'attention du pays
entier sur les pertes d'emplois dans le secteur manufacturier au Canada.
Partout au pays, des dirigeants et des membres des syndicats locaux ont uni
leurs forces dans un esprit de solidarité avec le Congrès du travail du
Canada, d'autres syndicats, les conseils syndicaux locaux, des politiciens et
des groupes communautaires pour dénoncer l'inaction du gouvernement fédéral
face aux pertes d'emploi. Des tribunes ont été organisées dans des villes des
quatre coins du Canada, et les grands rassemblements tenus à Windsor, à
Oshawa, à Kitchener et à Ottawa ont pris un essor comme on n'en avait pas vu
depuis les débats sur le libre-échange à la fin des années 80. Du directeur de
la section locale de Centraide au membre de la Chambre de commerce, les
citoyens ont compris qu'il était important de protéger les emplois
manufacturiers. Nous devons maintenir nos efforts pour que les changements qui
s'imposent soient apportés.
    Les travailleurs doivent absolument participer aux élections
provinciales. En Ontario, nous devons lutter pour nous assurer que tous les
travailleurs bénéficient des avantages des investissements ciblés. Les TCA
continueront de soutenir les principes du vote stratégique pour éviter qu'une
attaque contre les travailleurs et les démunis, comme celle qui avait été
lancée par le gouvernement conservateur de Mike Harris, ne se répète.
    Au niveau fédéral, on constate d'ores et déjà les dangers qu'une victoire
majoritaire des Conservateurs de Stephen Harper aux prochaines élections
signifierait pour les travailleurs. Ce gouvernement a fait avancer sans
relâche son programme de libre-échange, d'alignement politique et économique
avec les Etats-Unis et de réductions d'impôt, tout en sabrant dans les
programmes destinés aux femmes, aux enfants et à la culture, et en détruisant
d'autres secteurs importants de la vie communautaire.
    Par ailleurs, le gouvernement continue de manifester un manque flagrant
de soutien à l'endroit de l'industrie canadienne de l'automobile par son
inaction dans le dossier des échanges commerciaux et du programme aberrant de
taxation avec remise, ce qui a favorisé l'achat de véhicules fabriqués à
l'étranger et contribue à la destruction d'emplois importants dans le secteur
de l'automobile au Canada.
    Même le dernier remaniement ministériel du gouvernement Harper n'a pas
fait grand-chose pour modifier la trajectoire que ce gouvernement dicte au
Canada - une trajectoire qui ne fait aucun cas des préoccupations des
travailleurs et n'offre aucun plan solide pour l'avenir.
    Ensemble, nous pouvons engager le Canada sur une nouvelle voie.
    Nous devons exiger que notre gouvernement agisse immédiatement contre le
déséquilibre commercial mondial qui affaiblit l'industrie canadienne et les
travailleurs canadiens. Nous devons nous assurer que nos impôts servent à
soutenir l'économie canadienne, en élaborant une politique d'approvisionnement
privilégiant les fournisseurs canadiens. Et nous devons insister pour que les
pouvoirs publics défendent l'industrie canadienne en réglementant les
investissements étrangers et en contrôlant le dollar.
    Les Canadiens savent que les enjeux sont énormes. Nos emplois, nos villes
et notre avenir dépendent des décisions que nous prenons aujourd'hui.
    Nous allons continuer de faire fond sur le succès de notre campagne sur
le secteur manufacturier et de maintenir la pression sur les dirigeants
politiques. Les propos de Walter Reuther retentiront avec force et clarté :
"Retroussons-nous les manches, luttons et remportons la victoire ensemble."





Renseignements :

Renseignements: Shannon Devine, Communications, Syndicat des TCA, (416)
302-1699 ou Angelo DiCaro, (416) 606-6311

Profil de l'entreprise

Syndicat des TCA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.