Un an après le Congrès international sur le SIDA 2006: La moitié des Canadiens estiment que le gouvernement n'en fait pas assez pour lutter contre le sida, révèle un nouveau sondage



    TORONTO, le 10 août /CNW/ - Stephen Lewis et les membres de la Coalition
canadienne en faveur des jeunes et contre le VIH/sida en Afrique (Care Canada,
Plan Canada, Aide à l'enfance - Canada et Vision mondiale Canada) ont indiqué
aujourd'hui que, depuis la première étude lancée en 2003 sur la question, il y
a eu progression du nombre de Canadiens qui jugent insuffisante l'aide
extérieure consacrée par le gouvernement à la lutte contre le VIH/sida (48 %).
La grande majorité (91 %) des Canadiens interrogés considèrent qu'il est
important que le gouvernement contribue à élargir l'accès au traitement du
VIH/sida dans les pays en développement.
    Ces constats ont été dégagés d'un sondage Ipsos Reid recensant les
attitudes des Canadiens par rapport au VIH et au sida publié aujourd'hui, un
an après le Congrès international sur le SIDA de Toronto qui a attiré plus de
25 000 participants.
    "En août dernier, des sommités internationales et différents responsables
en matière de VIH/sida ont convergé vers Toronto pour le Congrès sur le SIDA
2006, convaincus que la pandémie mondiale obtiendrait enfin l'attention et les
ressources qu'elle mérite", a expliqué Darryl Perry, directeur général et chef
de la direction, Hôte local Toronto SIDA 2006, XVIe Congrès international sur
le SIDA et maître de cérémonie de l'événement d'aujourd'hui. "Cette année, la
situation est différente."
    Selon le sondage publié aujourd'hui, les Canadiens considèrent qu'ils
sont beaucoup moins informés sur la question du VIH/sida actuellement (70 %
estiment être bien informés) qu'ils ne l'étaient en 2005 (alors que, selon un
sondage Ipsos Reid, 80 % estimaient être bien informés). Les dirigeants d'ONG
présents à la réunion d'aujourd'hui ont laissé entendre que ce recul était
peut-être imputable à une couverture médiatique plus restreinte.
    "La couverture médiatique de la pandémie peut fluctuer au fil du temps,
mais les Canadiens, eux, tiennent toujours à ce que notre gouvernement fasse
preuve de leadership en matière d'aide aux populations des pays en
développement infectées par le VIH/sida. Je crois qu'on peut affirmer que
l'opinion publique à ce sujet n'a pas changé depuis notre premier sondage en
2003 et qu'elle ne changera pas de sitôt", a observé Dave Toycen, président et
chef de la direction de Vision Mondiale Canada. "Cette année, plus de 10 000
personnes ont signé notre pétition réclamant que l'on privilégie les enfants
dans le cadre de la lutte mondiale contre le sida."
    Sarah Hendriks, spécialiste de l'égalité des sexes et du VIH/sida, Plan
Canada, est d'accord. "Ayant passé une bonne partie de ma vie à côtoyer des
enfants atteints du VIH et à travailler avec eux, je m'explique difficilement
comment le reste du monde peut fermer les yeux sur leur existence et leur
mort. S'il y a un aspect positif qui ressort du congrès de l'an dernier, c'est
la décision réfléchie de laisser les jeunes s'exprimer et de les écouter.
Après tout, ils forment la majorité silencieuse des victimes."
    Quatre-vingt-douze pour cent (92 %) des participants au sondage savaient
que l'Afrique est la plus durement touchée par l'épidémie de VIH/sida. La
plupart des gens ayant participé à des sondages similaires depuis 2003 savent
que les faibles taux de scolarité, la violence sexuelle et le manque de
volonté politique de la part de la communauté internationale sont les
principales causes de la propagation rapide du VIH/sida.
    "L'an dernier, la moitié des gens infectés avaient moins de 25 ans",
affirme Stephen Lewis, envoyé spécial de l'ONU pour le VIH/sida en Afrique et
conférencier principal de l'événement de la coalition. "Cette crise
internationale perdure et le Canada n'en fait tout simplement pas assez. Le
sida devrait susciter au moins autant d'attention que l'Afghanistan. Dans les
pays en développement, jusqu'à 80 % des enfants infectés meurent avant l'âge
de cinq ans. Cette situation catastrophique doit cesser."
    David Morley, président et directeur général, Aide à l'enfance - Canada,
a déclaré : "Pour lutter contre cette pandémie, nous devons tous nous
mobiliser : les ONG, les gouvernements et chaque Canadien et Canadienne. Nous
devons faire preuve de générosité et tendre la main à plus d'enfants, de
jeunes et d'adultes touchés par le sida. Je crois que nous pourrons continuer
à freiner la progression de la pandémie en fournissant des services de santé,
de l'éducation et une aide à la subsistance."
    La Coalition canadienne en faveur des jeunes et contre le HIV/sida en
Afrique est une initiative conjointe de CARE Canada, de Plan Canada, d'Aide à
l'enfance - Canada et de Vision Mondiale Canada ayant pour but d'accroître la
participation canadienne aux enjeux que pose le VIH/sida en Afrique. Pendant
trois ans, ces organismes ont coordonné ensemble les efforts au sein de quatre
pays (Burkina Faso, Ethiopie, Kenya, Mozambique), offrant un soutien
sanitaire, éducatif et financier à plus de 3 millions d'enfants, de jeunes et
d'adultes touchés par le sida. Grâce au projet, plus de un million de
Canadiens ont également pu recevoir de l'information au sujet du VIH/sida par
le truchement de l'exposition de photos Un autre regard.

    A propos du sondage

    Les résultats proviennent d'un sondage Ipsos Reid mené du 21 au 25 juin
2007. Un groupe de 1 429 adultes sélectionnés au hasard a été interviewé par
l'intermédiaire du panel en ligne I-Say d'Ipsos Reid. Pour un échantillon de
cette taille, les résultats sont considérés exacts dans une proportion de plus
ou moins 2,6 points de pourcentage, 19 fois sur 20, par rapport à ce qu'on
aurait obtenu en sondant l'ensemble de la population canadienne adulte. La
marge d'erreur sera plus importante à l'intérieur des régions et d'autres
sous-groupes de la population sondée. Ces données ont été pondérées pour
assurer que la composition régionale et par âge/sexe de l'échantillon reflète
celle de la population canadienne réelle selon les résultats du recensement.
(*)La question OV 1 a été posée à 1 012 Canadiens entre le 25 et le 27 juillet.
Pour obtenir des résultats complets sous forme de tableaux, veuillez consulter
le site www.ipsos.ca




Renseignements :

Renseignements: ou pour organiser un entretien avec un des
conférenciers, prière de communiquer avec: Karen Homer, Vision mondiale
Canada: Karen_Homer@worldvision.ca, (905) 565-6100, poste 3898, (416) 936-4159
(cellulaire)

Profil de l'entreprise

WORLD VISION

Renseignements sur cet organisme

CANADIAN COALITION FOR YOUTH AND HIV/AIDS IN AFRICA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.