Santé et services sociaux au Nunavik : le gouvernement du Québec doit agir !



    MONTREAL, le 22 août /CNW Telbec/ - Un rapport troublant de la Commission
des droits de la personne et de la jeunesse, rendu public en juin dernier, a
fait état de la situation tragique des jeunes du Nunavik. Plusieurs ont été
jusqu'à qualifier le Nunavik de tiers-monde québécois. "Est-ce là l'image
d'une région que le gouvernement du Québec prétend vouloir aider ?",
s'interroge Michelle Audy, présidente du Syndicat des travailleuses et
travailleurs du Centre de Santé Tulattavik de l'Ungava FSSS-CSN, dans une
lettre qu'elle vient d'adresser au premier ministre Jean Charest.
    Dès 1995, le syndicat qui représente près de 300 membres, dont les trois
quarts sont issus de la communauté Inuit, faisait part aux autorités
régionales et gouvernementales de son inquiétude face à l'état des services
sociaux dans la région et des manquements évidents dans l'application de la
Loi de la protection de la jeunesse. Depuis, des rapports se sont accumulés et
tous ont fait les mêmes recommandations : plus de personnel, de supervision,
de formation et d'évaluations cliniques.
    "Les problèmes identifiés à l'époque sont toujours d'actualité : manque
de structure, de formation, de support, de supervision et de personnel,
isolement des travailleuses et des travailleurs dans les communautés. Le
manque de logement était dénoncé il y a dix ans et, avec notre fort taux de
naissance, la situation n'a fait qu'empirer. Non seulement les conditions de
vie de la population du Nunavik et les conditions de vie de nos membres ne se
sont pas améliorées, mais nous assistons jour après jour à leur
détérioration", indique Michelle Audy dans sa lettre au premier ministre.
    Le syndicat a signalé au premier ministre quelques-uns importants
problèmes rencontrés par la population de l'Ungava et ses membres :

    
    - le personnel de la santé et des services sociaux est en quantité
      nettement insuffisante pour répondre aux besoins, même minimaux, de la
      population;

    - comment embaucher des travailleuses et des travailleurs alors que nous
      n'avons pas les infrastructures requises pour permettre au personnel
      déjà à l'emploi du Centre de santé Tulattavik d'offrir les services
      pour lesquels ils ont été engagés ?

    - le nombre insuffisant d'unités de logement, tant pour la population que
      pour le personnel, limite de beaucoup la possibilité d'augmenter nos
      ressources humaines et s'avère un terreau particulièrement fertile pour
      l'accroissement de problèmes sociaux dus à une promiscuité qui ne
      serait jamais tolérée nulle part ailleurs au Québec. Au Nunavik, plus
      de 25 % des familles, soit environ 500, sont en attente d'un logement.
      Il n'est pas rare de voir 12 ou même 15 personnes habiter un même
      logis. Les employés embauchés par le CSTU doivent demeurer en
      colocation pour une période moyenne d'un an avec d'autres employés ce
      qui ne leur permet bien sûr pas de faire venir conjoint et famille sur
      le territoire durant cette période.
    

    Ce à quoi s'ajoute bon nombre d'inconvénients qui nuisent à la qualité de
vie et à la qualité des relations de travail au Nunavik. La question de la
prime de rétention en est un. Mis à part les enseignants, infirmières et
médecins, aucun autre travailleur ne reçoit de prime de rétention. On nous
sert l'argument que cette prime est donnée pour garantir un nombre suffisant
d'employés dans les professions pour lesquelles le recrutement est difficile.
Une aberration, selon nous ! Qu'il s'agisse de personnel de laboratoire,
d'agents de relations humaines, d'archivistes médicales, de personnel de
pharmacie, etc., il arrive régulièrement qu'il soit impossible d'assurer le
remplacement des employés du centre de santé et ce pour des périodes allant de
quelques jours à plusieurs semaines, voire des mois.
    "Pouvons-nous accepter, monsieur le premier Ministre, que dans une ville
comme Montréal, Québec ou Saguenay, les services ne soient offerts qu'à temps
partiel à une population ? Est-ce que la population du Nunavik doit être
considérée comme une sous-classe n'ayant pas droit à toute votre attention au
même titre que celles des autres régions de notre province ? Le ministre de la
Santé et des Services sociaux n'avait-il pas annoncé, il y a quatre ans, que
ses trois priorités étaient la santé mentale, les jeunes et le Nunavik ? Nous
sommes bien prêts à croire votre gouvernement, mais encore faudrait-il que
nous en percevions les résultats", a écrit Michelle Audy.
    "Il y a quatre ans, nous disions au ministre de la Santé et des Services
sociaux : "Vous avez le pouvoir de changer les choses". Aujourd'hui, nous
voulons vous dire, monsieur le premier Ministre, qu'il est humainement
impératif et urgent que votre gouvernement agisse. Nous vous prions
d'intervenir sans délai pour le bien-être de l'ensemble des Nunavimmiut et des
personnes qui veulent améliorer le sort de cette communauté", poursuit la
présidente dans sa lettre.

    Le personnel ne sera pas entendu

    Un grand évènement se déroulera à Kuujjuaq, les 23 et 24 août prochains,
soit la tenue d'un forum présidé par le premier ministre Charest qui portera
sur la transmission de nouveaux pouvoirs à la communauté du Nunavik.
"Malheureusement, nous ne pouvons y assister car notre employeur a refusé de
nous libérer, même sans salaire, sous prétexte que cela est non pertinent.
Cela est inquiétant puisque aucun de nous ne sera présent. Pourtant, le forum
doit aborder des sujets aussi importants que les services de santé, les
services sociaux et les services à la jeunesse dont nous assumons la
prestation", déplore Michelle Audy qui demande au premier ministre de profiter
de son séjour dans la région pour rencontrer les représentants syndicaux.




Renseignements :

Renseignements: Michelle Audy, (819) 964-2155


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.